Lettre ouverte du British Medical Journal
à Mark Zuckerberg

La science (la vraie) contre-attaque.

Les scientifiques sont de grands naïfs, et souvent de grosses billes en politique et ingénierie sociale, mais il n’aiment pas non plus être pris pour des imbéciles. Passée la sidération provoquée par des incompétents ou vendus traitant de charlatans les meilleurs d’entre eux, et encaissée la censure des rectifications scientifiques opérée par les petites mains de facebook, twitter ou YouTube, ils remettent lentement mais sûrement l’église au centre du village et les imposteurs à leur place.

Le 17 décembre 2021, deux rédacteurs en chef d’une des plus prestigieuses revues médicales au monde ont décidé de mettre une fessée au petit Mark. Il serait bien avisé d’écouter le maître et la maîtresse. Fallait pas les énerver, garnement.

——— Début de la traduction ———

Cher Mark Zuckerberg,

Nous sommes Fiona Godlee et Kamran Abbasi, rédacteurs en chef du BMJ [British Medical Journal], l’une des revues de médecine générale les plus anciennes et les plus influentes au monde. Nous vous écrivons pour vous faire part de nos graves préoccupations concernant la “vérification des faits” effectuée par des fournisseurs tiers pour le compte de Facebook/Meta.

En septembre, un ancien employé de Ventavia, une société de recherche sous contrat qui a participé à l’essai principal du vaccin Pfizer contre la Covid-19, a commencé à fournir au BMJ des dizaines de documents internes de la société, des photos, des enregistrements audio et des courriels. Ces documents ont révélé une multitude de mauvaises pratiques de recherche sur les essais cliniques au sein de Ventavia, susceptibles d’avoir un impact sur l’intégrité des données et la sécurité des patients. Nous avons également découvert que, malgré la réception d’une plainte directe concernant ces problèmes il y a plus d’un an, la FDA [Food and Drug Administration] n’a pas inspecté les sites d’essais de Ventavia.

Continuer la lecture

Censure, covidisme et nazisme (Michel Weber)

[Note de l’administrateur de ce blog : prenons un peu de hauteur avec Michel Weber, philosophe belge attaché à une conception pratique, très ancrée dans le réel, de la philosophie. C’est-à-dire à des années-lumière des discussions absconses des philosophes de salon et surtout des “philosophes” médiatiques.

Le texte que je reproduis ici peut être téléchargé sur Academia. Remarque : l’interlocuteur de Confucius appelé Tzeu Lou est selon toute vraisemblance celui que l’on connaît plus fréquemment en français sous le nom de Lao Tseu (et dont on ne sait pas vraiment s’il s’agit d’un personnage réel ou d’un mythe).]


Tzeu Lou dit : « Si le prince de Wei vous attendait pour régler avec vous les affaires publiques, à quoi donneriez-vous votre premier soin ? — À rendre à chaque chose son vrai nom », répondit le Maître. (Confucius, Entretiens, XIII.3)

La censure qu’il s’agit de contextualiser ici est définie par Le Robert (1979) comme « l’autorisation préalable donnée par un gouvernement aux publications, aux spectacles ». Cette acception politique est, bien sûr, loin d’être la seule, comme en témoigne sa longue histoire, qui est religieuse (le combat contre les hérésies…), politique (la subversion de l’anarchie…), morale (la lutte contre la pornographie…), et militaire (la gestion de la désinformation en temps de guerre…). Sade, par exemple, a pu bénéficier de la censure de la Monarchie et de la République car il transgressait à la fois les ordres religieux, politique et moral.

Nous allons voir que le covidisme active toutes ces dimensions à la fois. Qu’est-ce que le covidisme ? Une version très particulière du scientisme, c’est-à-dire de l’idéologie selon laquelle la science, et elle seule, vaincra les Ténèbres. Comme si la question de l’obscurantisme religieux n’était déjà pas très embarrassante, le scientiste, précisément sous le couvert de lutter contre toute forme de sectarisme, d’obscurantisme et de superstition, crée une religion dont le pouvoir de nuisance a maintenant clairement dépassé celui des trois monothéismes réunis…

Cette religion postmoderne gagne du reste à être examinée à la lumière des caractéristiques historiques du nazisme. C’est dire la puissance de la vague qui cherche à submerger la société civile, comme on commence à le voir en France avec l’instauration d’une nouvelle forme d’apartheid.

Suivons donc le juste conseil de Confucius et rectifions les termes qui doivent l’être.

Continuer la lecture

Laurent Mucchielli dépublié par Mediapart : sa réaction et son article republié (France Soir)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour ceux qui ont encore des illusions sur Mediapart. Autrefois abonné, j’ai bien vite résilié mon abonnement lorsqu’Edwy Plenel rédigea l’ignoble article mensonger et diffamatoire “Contre Dieudonné, mais sans Valls” en janvier 2014.

Hors de question pour moi de financer des collabos.

NB : l’article de Laurent Mucchielli dépublié par Mediapart s’intitule “La vaccination Covid à l’épreuve des faits. Deuxième partie : une mortalité inédite” .]


Auteurs : Laurent Mucchielli, Héléne Banoun, Emmanuelle Darles, Vincent Pavan, Amine Umlil pour FranceSoir

TRIBUNE – publié originellement le 30 juillet sur le blog de Laurent Mucchielli hébergé chez Médiapart, cet article vient d’être censuré par la rédaction du site au motif que celui-ci ne respecterait pas la charte, récemment mise à jour.

“L’expression libre d’éventuels désaccords ou divergences doit seulement respecter les règles édictées dans notre Charte de participation”  peut-on lire sur le site de Médiapart, qui ajoute que la dissonance fait la richesse de Médiapart et qui d’après le site est “le seul dans toute la presse française (sic) à permettre de le prolonger et de le discuter, de l’interpeller ou de s’en différencier“.

Enfin,on peut y lire à propos de l’article que “Non seulement les opinions et positions qu’il y exprime ne sont pas celles de Mediapart – ce que permet naturellement notre Club participatif, ouvert au débat pluraliste de nos abonné·e·s dans le respect de notre Charte de participation –, mais de plus elles vont le plus souvent à l’encontre du travail de notre rédaction sur la pandémie.”

La liberté d’expression a toujours été conditionnée au respect des principes édictés dans la loi. Chez Mediapart, elle semble devenue davantage conditionnelle encore.

Continuer la lecture sur France Soir

“Les médecins ne sont plus autorisés à remettre en question le récit politique” – Dr Charles Hoffe (France Soir)

[Note de l’administrateur de ce blog : les problèmes de coagulation semblent anormalement élevés chez les patients “vaccinés” avec les traitements expérimentaux à l’ARN messager, et nous avons déjà pu écouter le Dr Charles Hoffe en parler. Ce qu’il dit ne sera donc pas entièrement nouveau aux lecteurs de ce blog, mais il est important de le rappeler, tant le faisceau de présomptions converge vers la même (triste) réalité.]


Médecin généraliste, le docteur Charles Hoffe exerce dans petite ville au milieu de la campagne canadienne et compte tenu du lieu géographique où se trouve, il pratique également la médecine d’urgence. En mars 2021, tandis que la campagne de vaccination en est à son troisième mois, il prend connaissance de rapports inquiétants qui affluent depuis l’Europe et les Etats-Unis concernant des problèmes graves que certains patients rencontrent suite aux injections. Conscient qu’il s’agit d’un vaccin expérimental dont les conséquences à long terme sont inconnues, il soulève des questions éthiques qui gênent le milieu médical et rappelle que lorsque surviennent des accidents graves, la déontologie médicale exige la fin de l’expérience. Charles Hoffe communique ses préoccupations à ses collègues par e-mail et reçoit un avertissement de la part des autorités sanitaires locales lui expliquant qu’il est interdit de dire quoi que ce soit de négatif aux sujets de ces vaccins, même s’ils doivent provoquer des accidents.

Lorsqu’il constate de graves problèmes chez ses patients vaccinés notamment des atteintes neurologiques et pulmonaires, il en informe le responsable provincial de la santé publique auprès duquel il plaide l’arrêt de la campagne de vaccination. Il explique à une infirmière qu’une personne qui a contracté le Covid est naturellement immunisée par l’infection et n’a pas besoin de faire le vaccin. Cette prise de position lui vaut d’être accusé de détourner les gens de la vaccination, de perdre son poste d’urgentiste tandis que le collège des médecins et chirurgiens lance une enquête contre lui et l’avertit qu’il n’a pas le droit de contredire le récit officiel en matière de santé publique.

Après avoir perdu un patient et constaté des atteintes corporelles définitives chez 15 autres patients (soit 1% de sa patientèle), il lance une recherche pour essayer de comprendre ce qui peut provoquer ces accidents à la vaccination, afin de savoir comment les prendre en charge au mieux.

Continuer la lecture (et regarder la vidéo) sur France Soir →

La vaccination anti-COVID en 10 points, par Robert Malone

Robert Malone, pionnier de la vaccination à ARN et lui-même doublement vacciné (avec le vaccin Moderna) bien qu’ayant déjà eu la maladie – mais sous la forme de “Covid long” dont il espérait par la vaccination atténuer les symptômes – est brusquement apparu dans l’actualité de la crise pseudo-sanitaire après la très longue vidéo à laquelle il a participé, à l’invitation de Bret Weinstein (lui-même professeur de biologie) et en compagnie de Steve Kirsch1.

Aujourd’hui 19 juillet, il résume ses prises de position en 10 points, dans une série de tweets que je traduis ci-dessous. Il va être difficile aux trolls amateurs ou professionnels de démonter cette prise de parole et de faire passer son auteur pour un “antivax” obscurantiste et bas du front. Voici ma traduction de ses 10 points.

Continuer la lecture

L’Unité et la Guérison des USA (CosmiQ TV)

[Note de l’administrateur de ce blog : la tolérance et la bienveillance des “progressistes” illustrée en quelques minutes. Heureusement qu’ils sont là pour nous protéger des méchants “fascistes” !

Merci en particulier au Project Veritas qui démasque les dictateurs en puissance (voire en action) ; vous pourrez trouver d’autres vidéos (en anglais) sur leur site, dont la fameuse de Jack Dorsey (CEO de Twitter) piégé et annonçant le programme en toute ingénuité.]


“@POTUS n’a pas tweeté.”

POTUS (President Of The United States) est l’acronyme désignant le président des États-Unis d’Amérique en fonction, tout comme FLOTUS (First Lady Of The United States) est celui de la “première dame”. Tout le monde l’avait remarqué, Donald Trump n’est pas très apprécié de Twitter ni de Facebook, deux entreprises très cool qui tout en prétendant permettre à chacun d’être relié aux autres de façon neutre, ont en réalité un agenda politique très précis et censurent, de façon visible ou invisible, toute pensée déviante par rapport à cet agenda.

Ces dernières 24 heures, la censure vient de passer à la vitesse supérieure, une véritable folie de la purge s’étant emparée des “big tech”. Ainsi non seulement le compte twitter de Donald Trump (@realDonaldTrump) a été suspendu1, ainsi que ceux de très nombreuses personnes publiques le soutenant : le général Flynn (@GenFlynn), l’avocate Sydney Powell (@SidneyPowell1), l’avocat Lin Wood (@LLinWood), l’activiste pro-Trump Ron (@CodeMonkeyZ)… mais même le compte twitter officiel du Président des États-Unis en exercice, President Trump (@POTUS) a été purgé et fait apparaître la mention – assez comique, vu le personnage :

@POTUS n’a pas tweeté.

Quand il le fera, ses Tweets apparaîtront ici.

À ce niveau-là de censure grossière, sur un compte de 33,4 millions d’abonnés – qui se sont donc, selon twitter, tous abonnés dans l’espoir que le Président des États-Unis daigne un jour leur envoyer un message – on hésite entre le fou-rire et la colère. Mais rions plutôt, et comprenons que c’est le début de la fin – une fin déjà bien entamée – pour la dictature souriante mais féroce des “réseaux sociaux” et le début d’un éveil de l’humanité entière au problème de leur quasi-monopole, un problème jusque-là dénoncé surtout par les “complotistes”, selon le point de vue des mass media et des gardiens des réseaux sociaux.

Continuer la lecture

Les révélations scandaleuses sur les leaders démocrates peuvent-elles faire basculer le vote au profit de Donald Trump ? (Boulevard Voltaire)

[Note de l’administrateur de ce blog : au surlendemain de l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty par un fanatique, il n’est pas inutile de rappeler quels sont les principaux éleveurs de terroristes depuis des générations, en plus d’être liés à la junte ukrainienne. Il s’agit ici des USA, mais on a les mêmes à la maison.

Par ailleurs, on peut s’interroger sur le véritable suicide des “grands” media qui s’acharnent, non seulement à ne pas parler de ces vérités dérangeantes sur le clan Biden (sans parler du comportement particulier de Joe avec certaines personnes), mais également à présenter vainqueur dans des sondages un homme dont la sénilité avance visiblement à grands pas, totalement dépassé par les événements et qu’à peu près personne ne va écouter alors que son concurrent parvient à galvaniser des foules.]


Jusqu’ici on avait l’impression – à lire les ”grands” médias – que le président sortant était un concentré de vices et d’incompétence que le ”camp du bien” allait aisément balayer. En réalité, à deux semaines du scrutin, l’écart relevé par les sondages, même s’il est élevé et constant (8 à 10 %) n’est pas irrémédiable. D’ailleurs dans des Etats cruciaux (swing states), il est souvent plus faible, et le vote des Noirs et les Latinos y fera la différence ; or si les minorités votent habituellement démocrate, Trump est arrivé à en attirer une proportion non négligeable. D’où son show habile dans les jardins de la Maison Blanche. Trump, guéri, déborde d’activité pendant que l’équipe Biden est en arrêt Covid. Il suffirait que la moitié des électeurs de cette marge (soit 4 %) change de camp pour inverser le résultat. Les scandales que sortent désormais les médias au sujet des démocrates y suffiront-ils ? Ce n’est pas certain mais n’est plus à exclure.

Les démocrates ne sortiront pas indemnes de la mise en libre accès des 35.500 courriels (1.800 pages, dont 86 sur la Libye) envoyés par Hillary Clinton, chef des Affaires étrangères de 2009 à 2013. Cela éclabousse Biden, alors vice-président. Ces courriels dévoilent l’attitude des démocrates lors des printemps arabes auprès des Frères musulmans en Libye. Ces échanges entre Hillary et son staff révèlent sa politique dans les pays arabes, visant à y « installer un chaos créatif » (sic). Les Français feront le lien avec la décision franco-britannique de concourir à ce chaos sanglant qui dure encore, en Libye et en Syrie. On attendra, pour la « créativité ». Les démocrates ont soutenu les partis islamistes dans toute la région et appuyé les efforts des fanatiques pour prendre le pouvoir.

Continuer la lecture sur Boulevard Voltaire →

Pr Toussaint : raison contre propagande

[Note de l’administrateur de ce blog : deux courtes vidéos (2:19 et 7:03, respectivement) très démonstratives de ce que peut être une argumentation posée et rationnelle face à un déferlement de propagande qui s’auto-détruit à force d’être en roue libre. On prêtera notamment attention à ce que dit le Pr Toussaint à partir de 4:51 dans la seconde vidéo.

Les non-abonnés à Gala ont le droit de savoir que Coralie Dubosc est la compagne d’Olivier Véran (et qu’elle ne connaît strictement rien en médecine, étant juriste).]


1 2 3 4