Le variant sud-africain fait pschitt

À peine la Grosse Bertha médiatico-médicale a-t-elle tiré ses premières salves pour justifier à terme l’inoculation ad vitam æternam de la nième dose en commençant dès la naissance, via ce terrible mutant sud-africain qui tombe à pic, qu’on apprend aujourd’hui des principaux intéressés que ce redoutable Omicron n’est en fait qu’une vulgaire grippette, voire un rhume en petite forme.

Que vont-ils inventer d’autre ? Terroriser les futurs malades potentiels avec des “variants asymptomatiques” plus terribles encore que les autres en ce qu’ils laissent l’imagination divaguer vers des souffrances imaginaires pire encore que les vraies, comme dans les films d’épouvante réussis où c’est toujours ce qu’on ne peut pas voir qui fait le plus peur ?

Certains avaient déjà tenté le coup avec le Delta en juillet, qui pouvait carrément vous emmener aux soins intensifs en quelques heures directement après une phase asymptomatique, disaient-ils.

Pour l’immédiat, vous trouverez ci-dessous la traduction rapide de ce communiqué de presse anglophone.

——— Début de la traduction ———

L’Association Médicale Sud-Africaine déclare qu’Omicron provoque des “symptômes légers”

Dans un développement intéressant, Angelique Coetzee, la présidente de l’Association médicale sud-africaine, a déclaré que le nouveau variant B.1.1.529, également connu sous le nom de “variant Omicron”, entraîne une “maladie légère sans symptômes importants”, selon Sputnik.

Continuer la lecture

Catherine Austin Fitts : “Les passeports vaccinaux
sont la fin de la liberté humaine en Occident.”

Selon Wikipédia (version anglo-américaine), “Catherine Austin Fitts (née le 24 décembre 1950) est une banquière d’affaires américaine et une ancienne fonctionnaire qui a été directrice générale de Dillon, Read & Co. et, pendant la présidence de George H. W. Bush, secrétaire adjointe au logement et au développement urbain des États-Unis.”

Elle y est aussi présentée comme défendant des “théories du complot”… vous n’espériez quand même pas que Wikipédia vous guide objectivement pour comprendre dans quel monde nous vivons, j’espère ? Il est vain d’y chercher autre chose que le plus petit dénominateur commun de la connaissance.

Vu sa carrière passée1, Catherine Austin Fitts n’est donc pas à proprement parler une farfelue ni quelqu’un qui méconnaît le milieu bancaire, et ce qu’elle a dit aux Suisses sur la “crise COVID” dans une conférence de presse le 12 novembre dernier pourrait bien être, même si cela ne dure qu’à peine 5 minutes, plus important que tous les discours scientifiques sur la maladie, l’efficacité des “vaccins” ou leur dangerosité. Car une fois que l’on a compris cela, on peut travailler sereinement pour comprendre le reste, en voyant “derrière” ou “à travers” l’écran de fumée qui nous est présenté sous forme de lois contraignantes.

Continuer la lecture

Les non-vaccinés d’aujourd’hui sont-ils les Juifs allemands de 1933 ? (Xavier Bazin pour France Soir)

[Note de l’administrateur de ce blog : on trouvera évidemment des individus pour devenir hystériques rien qu’à l’énoncé de cette question.

Au nom de l’incommensurabilité du crime suprême dont il est inenvisageable d’oser penser qu’il constituerait peut-être une constante de l’histoire humaine, plutôt qu’une exception à jamais exceptionnelle.

Eh bien, qu’ils aillent se faire voir, dans un esprit de fraternité républicaine bien entendu. Et qu’ils s’informent, aussi.]


TRIBUNE — La nouvelle est tombée ce week-end. Voici ce que vient de faire la Lettonie, une démocratie de l’Union européenne :

On ne peut pas imaginer mesure plus « anti-démocratique ». Il n’y a évidemment aucune justification « sanitaire ». C’est de la discrimination politique pure et dure contre les non-vaccinés, sans la moindre raison valable.

Étonnamment, il n’y a eu aucune réaction de l’Union européenne, d’habitude si prompte à tancer les pays qui violent les droits fondamentaux. Alors, peut-être me direz-vous que la Lettonie est une démocratie « récente ». Mais regardez ce qui vient d’être décidé en Autriche :

Cela veut dire que les non-vaccinés n’auront plus le droit de sortir de chez eux, sauf pour travailler, faire du sport et faire leurs courses alimentaires (ils n’auront pas le droit d’acheter des cadeaux de Noël pour leurs enfants). C’est une privation de liberté inouïe à l’encontre d’une minorité de citoyens.

En Allemagne, on n’en est pas très loin. Car certaines régions allemandes ont déjà mis en place un passe vaccinal : les non-vaccinés n’ont plus du tout accès aux restaurants ni aux salles de sport – un test négatif ne suffit pas.

Et, que dire de ce qui se passe dans les « grandes démocraties historiques », anglo-saxonnes ?

Continuer la lecture sur France Soir →

La FDA demande à un juge fédéral de lui accorder jusqu’à l’année 2076 pour divulguer intégralement les données de Pfizer sur le vaccin COVID-19

Si après la lecture de cet article certains persistent à croire qu’il s’agit toujours de lutter contre un virus, et que leur gouvernement s’y emploie dans la transparence et avec le souci du bien commun, alors la médecine ne peut probablement plus rien pour eux.

Je vous propose ci-dessous la traduction d’un article d’Aaron Siri, un avocat américano-israélien, paru le 17 novembre 2021, dont on aimerait pouvoir rire sans gêne, mais certaines données nous empêchent de le faire de façon tout à fait décontractée, sans arrière-pensée. Rire du malheur des autres ne mène à rien de bon.

——— Début de la traduction ———

La FDA a demandé à un juge fédéral d’obliger le public à attendre l’année 2076 pour la divulgation de toutes les données et informations sur lesquelles elle s’est appuyée pour homologuer le vaccin COVID-19 de Pfizer. Ce n’est pas une faute de frappe. Elle veut 55 ans pour produire ces informations au public.

Comme nous l’avons expliqué dans un article précédent, la FDA a promis à plusieurs reprises une “transparence totale” concernant les vaccins COVID-19, et a notamment réaffirmé “l’engagement de la FDA en matière de transparence” lors de l’homologation du vaccin COVID-19 de Pfizer.

Avec cette promesse à l’esprit, en août et immédiatement après l’approbation du vaccin, plus de 30 universitaires, professeurs et scientifiques des plus prestigieuses universités de ce pays ont demandé les données et informations soumises à la FDA par Pfizer pour l’homologation de son vaccin COVID-19.

Continuer la lecture

Julie Ponesse, professeur d’éthique : la COVID révèle les dangers du conformisme, la banalité du mal, et la nécessité de l’héroïsme (novembre 2021)

[Note de l’administrateur de ce blog : Julie Ponesse a été virée par son université (l’Université Western Ontario, au Canada, où elle travaillait depuis 20 ans) le 7 septembre 2021, pour seulement avoir décidé de continuer à faire son travail, qui est d’enseigner l’éthique, et de donner l’exemple en refusant de se soumettre à cette obligation vaccinale anti-éthique.]


Quand Le Figaro vous prend pour des quiches
(mais pas que lui)

Hier 15 novembre, jour officiel de l’entrée en vigueur de l’apartheid anti-non-vaccinés en Autriche, Le Figaro a lancé sur son site un “sondage” pour savoir, comme l’a plaisamment formulé Alain Legaret dans un tweet, s’il y avait autant de nazis en 2021 qu’en 1939.

Il s’agissait de répondre à la question : “L’Autriche a-t-elle raison de confiner les non-vaccinés ?

J’ai bien sûr reçu plusieurs messages de mes correspondants me demandant d’aller apporter mon vote pour faire barrage à l’hystérie covidiste ambiante. Et j’ai voté. Trois fois de suite. Plus une ce matin pour vérifier que ça marchait encore. En effaçant simplement les cookies du navigateur en provenance du site du Figaro, entre chaque vote.

Continuer la lecture

Les vaccins COVID résumés en 7 minutes
(Jeanne Traduction)

[Note de l’administrateur de ce blog : vous trouverez aussi sous la vidéo doublée en français la vidéo originale, et ici la transcription de la traduction fournies sur le compte Odysee de Jeanne Traduction. Le Dr Scott Youngblood témoignait ici le 3 novembre 2021 dans le compté de San Diego en Californie.

La présentation de la FDA dont il est fait mention – et plus précisément la page affichée, non pas une seconde comme affirmé ici à 4:50, mais un tiers de seconde – a déjà été signalée dans cet article ainsi qu’un lien pour la télécharger.]


14 novembre : marche du réveil (A. Henrion Caude)

[Note de l’administrateur de ce blog : chacun pourra constater par ces images glaçantes combien ces marcheurs radicalisés constituent une menace pour la démocratie.

Plus d’informations sur ce mouvement sectaire ici.]


Combien faut-il vacciner d’enfants pour empêcher
un seul décès COVID parmi les enfants de 5 à 11 ans
selon les données de l’autorisation d’utilisation d’urgence accordée à Pfizer ?

On pourra toujours discuter à l’infini de la valeur exacte de ce nombre, qui dépend de la qualité des données utilisées – or on sait maintenant que Pfizer n’est pas vraiment très net sur ce point. Mais l’essentiel n’est pas là : il est de savoir, via les retours sur les effets indésirables des vaccins, et le facteur – lui aussi sujet à discussion – de sous-déclaration de ces effets indésirables, si le remède est pire que le mal. Et la réponse est sans aucune ambiguïté possible : oui, vu que “sauver une vie” nécessite d’en sacrifier beaucoup d’autres, ce qui n’est pas une conception très standard de la médecine.

Je vous propose ci-dessous la traduction d’un article original paru le 1er novembre sur le compte substack de Toby Rogers, un Australien qui aime les chiffres et les statistiques, en particulier sur l’autisme, sujet de sa thèse de doctorat.

——— Début de la traduction ———

Le nombre de vaccinations nécessaires (NVN), l’outil standard dont Big Pharma, la FDA et le CDC ne veulent plus parler.

Une chose amusante est arrivée cet après-midi. Pas drôle comme quand on s’exclame “ha ha !“. Plutôt drôle comme dans, “ohhhhh c’est comme ça que la FDA truque le processus…“.

Je lisais le document des CDC intitulé “Guidance for Health Economics Studies Presented to the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP), 2019 Update” et je me suis rendu compte que l’analyse bénéfice-risque lamentable de la FDA en rapport avec la demande d’autorisation d’utilisation d’urgence (Emergency Use Authorization, EUA) de Pfizer pour le vaccin des enfants de 5 à 11 ans viole de nombreux principes du guide d’orientation des CDC. Ce document décrit 21 points que toute étude d’économie de la santé relative aux vaccins doit respecter, et l’analyse bénéfice-risque de la FDA en a violé au moins la moitié.

Aujourd’hui, je veux me concentrer sur un seul facteur : le nombre de vaccinations nécessaires (NVN). À quatre endroits différents, le document d’orientation des CDC mentionne l’importance de déterminer ce nombre de vaccinations nécessaires. Je ne me rappelais pas avoir vu un NVN dans le document sur l’analyse bénéfice-risque de la FDA. J’ai donc vérifié à nouveau cette analyse et, bien sûr, il n’y avait aucune mention d’un NVN.

Comme la FDA n’a pas fourni de NVN, je vais tenter de le faire ici.

Continuer la lecture

1 2 3 103