Omerta dans la guerre des gangsters (Diana Johnstone)

[Note de l’administrateur de ce blog : Diana Johnstone est une journaliste et ancienne universitaire américaine que j’ai eu l’honneur de rencontrer à Paris. Elle est également diplômée d’études slaves, fut très active au moment de la guerre du Viêt Nam, et plus généralement de toutes les guerres néo-coloniales comme celle de Yougoslavie.

Elle n’est donc pas née de la dernière pluie pour tout ce qui concerne les anciens pays de l’est, la brutalité des ambitions américaines en Europe, et bien sûr, ne croit pas une seule seconde à la fable des Russes sabotant leur propre gazoduc.

Elle ne le mentionne pas, mais elle aurait également pu le faire : Ronald Reagan lui-même signa un décret présidentiel autorisant le sabotage de gazoducs, dans les années 1980. Et bien sûr il fut mis en pratique.

J’invite également mes lecteurs à comparer l’infographie du Monde en tête de cet article à celle que le même journal publiait le 3 janvier 2019. Le tracé de Nord Stream 2 semble avoir hésité entre deux options, face à l’opposition du Danemark…]


Le sabotage du gazoduc Nord Stream 2 a pratiquement annoncé que la guerre en Ukraine ne peut que s’intensifier sans qu’aucune fin ne soit en vue.

Les guerres impérialistes sont menées pour conquérir des terres, des peuples, des territoires. Les guerres de gangsters sont menées pour éliminer les concurrents. Dans les guerres de gangsters, on lance un avertissement obscur, puis on casse les vitres ou on brûle l’endroit.

La guerre des gangsters, c’est ce qu’on fait quand on est déjà le patron et qu’on ne laisse aucun étranger empiéter sur son territoire. Pour les « parrains » de Washington, le territoire peut être à peu près partout, mais son cœur est l’Europe occupée.

Par une étrange coïncidence, il se trouve que Joe Biden ressemble à un chef de la mafia, qu’il parle comme un chef de la mafia et qu’il arbore un demi-sourire de travers comme un chef de la mafia. Il suffit de regarder la désormais célèbre vidéo :

Continuer la lecture sur Réseau International →

Grand entretien partie 1 : l’Ukraine perd la guerre ! (Divizionair)

[Note de l’administrateur de ce blog : très intéressante conversation à bâtons rompus, sur la guerre d’Ukraine mais aussi sur la psychologie des foules et leur aptitude à avaler tout et n’importe quoi.]


Comment en sommes-nous arrivés là – L’expertise
d’Alain Juillet (Liberty Voice)

[Note de l’administrateur de ce blog : une analyse limpide et concise (25 min) de la guerre en Ukraine qui ne peut que renforcer la conviction d’être gouvernés par des incapables ou des traîtres.

“En ce qui concerne les Français et les Allemands, nous sommes responsables de la situation actuelle.”

Plus exactement, nos gouvernants (gouvernés ?) sont responsables, et c’est bien sûr une chose que les “journalistes” ne peuvent dire, puisqu’ils ne sont que les auxiliaires du pouvoir.]


Sitrep Opération Z : à Azovstal, c’est l’OTAN qui se rend
(Le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : le réel reprend toujours le dessus sur le virtuel médiatique, il suffit d’attendre. Malheureusement, L’enfoncement dans le virtuel fait des morts et des blessés.

Espérons tout de même que de ce trous à rats sortiront quelques révélations fracassantes sur le “camp du Bien” et ses laboratoires biologiques un peu particuliers – dont vous pouvez déjà avoir un aperçu ici.

Une grande part de la population occidentale comprendra alors ce qu’a pu ressentir le peuple allemand à la chute du IIIe Reich, un peuple qui s’était en majorité rassemblé, très discipliné, derrière un projet sans avoir conscience de ses aspects monstrueux.]


Les Azovites nazis – des rats dans un trou aux poissons dans un tonneau – Voilà à quoi ressemble la dénazification !

Le New York Times tergiverse comme suit : L’Ukraine a mis fin à sa « mission de combat » à Marioupol et a déclaré que les combattants étaient évacués, signalant ainsi que la bataille dans la fameuse aciérie était terminée.

Zelensky ajoute à cela quelques rêves ukrainiens/cocaïniens : « La mission d’évacuation d’Azovstal se poursuit. Elle est dirigée par nos officiers militaires et de renseignement. » (OK, M. PianoDick, ils sont conduits tout droit vers la prison pour criminels de guerre ! – Remerciez vos officiers militaires et de renseignement de faire le travail pour le monde !)

Dmitry Polyansky le dit différemment : « Je ne savais pas que l’anglais avait autant de façons d’exprimer un seul message : les #Azovnazis se sont rendus sans condition. »

La nuit tombée n’a pas arrêté le processus de reddition. Les Ukrainiens se rendent encore en foule sans s’arrêter. Des forces suffisantes pour y faire face sont sur le terrain et le ministère des affaires intérieures de la RPD botte en touche et fait des prisonniers.

Des roquettes éclairantes sont constamment lancées dans le ciel, ce qui facilite au moins d’une certaine manière la sortie en rampant des habitants des souterrains.

Ces héros invincibles sont émaciés, en haillons, affamés et font pitié à voir.

Continuer la lecture sur le saker francophone →

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass et de l’Ukraine spécial militaire – 9 avril 2022 (Christelle Néant)

[Note de l’administrateur de ce blog : l’Empire du mensonge est en roue libre, en essayant de faire passer pour des crimes de guerre russes toutes les atrocités commises par les fanatiques ukrainiens – comme les missiles envoyés sur la gare de Kramatorsk.

La puissance de l’armée russe est telle que les preuves de ces exactions finiront forcément un jour devant un tribunal, mais pour l’instant, ce sont les civils qui trinquent, et les impôts des “Occidentaux” qui servent à financer la boucherie.]


Synthèse sur l’Ukraine – Nouvel extrait gratuit de Soral a (presque toujours) raison #19 (Égalité & Réconciliation)

[Note de l’administrateur de ce blog : un Alain Soral toujours pédagogue et percutant, qui rappelle ce que tout journaliste digne de ce nom devrait savoir, ou au moins chercher à savoir.

Sur la banalisation du nazisme en Ukraine, bien réelle même si ses défenseurs sont avant tout des hooligans instrumentalisés comme le rappelle Alain Soral, on pourra par exemple consulter cette très courte vidéo et se demander si ces scènes pourraient se produire en France, ou dans d’autres pays “occidentaux”.]


Donbass – Azov a fait exploser le théâtre de Marioupol –
20 mars 2022 (Donbass Insider)

[Note de l’administrateur de ce blog : la propagande occidentale s’effondre, pour laisser place à la révélation des horreurs de la guerre. Ceux qui ont menti sciemment devront rendre des comptes.]


Poutine/Hitler : les points communs et les différences (Alain Soral)

[Note de l’administrateur de ce blog : espérons que la déchéance accélérée de nos media sur la plupart des sujets d’actualité, du Covid-19 à la guerre en Ukraine, convaincra ceux qui ne connaissent pas encore Alain Soral à franchir le mur de propagande qui le présente comme un dangereux extrémiste néo-nazi et viscéralement antisémite.

Comme à son habitude, et comme dans Comprendre l’Empire, il livre ici une analyse des rapports de pouvoir basée sur des réalités objectives et non sur des dogmes idéologiques.]


La situation militaire en Ukraine
(Centre Français de Recherche sur le Renseignement)

[Note de l’administrateur de ce blog : l’auteur de cette analyse, ancien colonel d’État-major général suisse, vient de publier “Poutine, maître du jeu ?” aux éditions Max Milo (que je n’ai pas lu).

D’après son éditeur, Jacques Baud est un ex-membre du renseignement stratégique suisse, spécialiste des pays de l’Est et chef de la doctrine des opérations de la paix des Nations Unies. Il a été engagé dans des négociations avec les plus hauts responsables militaires et du renseignement russes juste après la chute de l’URSS. Au sein de l’OTAN, Il a participé à des programmes en Ukraine et notamment lors de la révolution de Maïdan en 2014.]


PREMIÈRE PARTIE : EN ROUTE VERS LA GUERRE

Pendant des années, du Mali à l’Afghanistan, j’ai travaillé pour la paix et ai risqué ma vie pour elle. Il ne s’agit donc pas de justifier la guerre, mais de comprendre ce qui nous y a conduit. Je constate que les « experts » qui se relaient sur les plateaux de télévision analysent la situation à partir d’informations douteuses, le plus souvent des hypothèses érigées en faits, et dès lors on ne parvient plus à comprendre ce qui se passe. C’est comme ça que l’on crée des paniques.

Le problème n’est pas tant de savoir qui a raison dans ce conflit, mais de s’interroger sur la manière dont nos dirigeants prennent leurs décisions.

Essayons d’examiner les racines du conflit. Cela commence par ceux qui durant les huit dernières années nous parlaient de « séparatistes » ou des « indépendantistes » du Donbass. C’est faux. Les référendums menés par les deux républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk en mai 2014, n’étaient pas des référendums d’« indépendance » (независимость), comme l’ont affirmé certains journalistes peu scrupuleux, mais de référendums d’« auto-détermination » ou d’« autonomie » (самостоятельность). Le qualificatif « pro-russes » suggère que la Russie était partie au conflit, ce qui n’était pas le cas, et le terme « russophones » aurait été plus honnête. D’ailleurs, ces référendums ont été conduits contre l’avis de Vladimir Poutine.

En fait, ces Républiques ne cherchaient pas à se séparer de l’Ukraine, mais à avoir un statut d’autonomie leur garantissant l’usage de la langue russe comme langue officielle. Car le premier acte législatif du nouveau gouvernement issu du renversement du président Ianoukovitch, a été l’abolition, le 23 février 2014, de la loi Kivalov-Kolesnichenko de 2012 qui faisait du russe une langue officielle. Un peu comme si des putschistes décidaient que le français et l’italien ne seraient désormais plus des langues officielles en Suisse.

Continuer la lecture sur le site du Cf2R →

L’étau se resserre autour des néo-nazis ukrainiens
retranchés à Marioupol, et les médias occidentaux
se vautrent dans l’abjection (Donbass Insider)

[Note de l’administrateur de ce blog : le brouillard de la guerre est toujours difficile à percer.

Mais compte tenu du contexte historique, des antécédents de certains et du fait que le bon sens recommande de croire les reporters courageux qui témoignent de la situation sur place davantage que les profiteurs de guerre opulents aux alliances des plus suspectes, il n’est pas très difficile de prévoir que le paysage final, une fois le brouillard retombé, sera très peu flatteur pour l’Occident, cet “Empire du mensonge” selon Vladimir Poutine.]


Alors que l’encerclement opéré par les forces armées russes et la milice populaire de la RPD (République Populaire de Donetsk) se resserre autour de Marioupol, poussant les néo-nazis ukrainiens qui y sont retranchés à mener des provocations sanglantes, les médias occidentaux se vautrent dans l’abjection la plus totale concernant le massacre de civils à Donetsk par l’armée ukrainienne le 14 mars 2022.

Deux jours après la destruction de la plupart des positions de tirs des néo-nazis ukrainiens retranchés dans Marioupol, la milice populaire de la RPD et les forces armées russes progressent désormais rapidement dans l’agglomération même à la fois par l’ouest et par l’est.

Comme on peut le voir sur cette carte, le district est de Marioupol, ainsi qu’une partie du nord-ouest du district central et du nord du district Kalmiouski sont déjà sous contrôle des forces armées russes et de la milice populaire de la RPD, qui avancent dans les zones marquées en jaune, dans ce qui semble être une manœuvre visant à couper le chaudron en deux encerclements plus petits.

L’avancée des forces armées russes et de la milice populaire de la RPD dans Marioupol permet d’accélérer l’évacuation des habitants de la ville. Et ces derniers confirment que les néo-nazis ukrainiens installent leur équipement militaire près des abris anti-bombardements où se cachent les civils, et avaient abattu ceux qui tentaient de fuir via les couloirs humanitaires.

Continuer la lecture sur Donbass Insider →

1 2 3 6