Le cœur du problème (bis)

[Note de l’administrateur de ce blog : extrait de l’émission “Le grand Oral” avec Christian Perronne le 31 août 2020 sur RMC. L’Organisation Mondiale de la Santé mérite-t-elle encore son nom ?]


Le cœur du problème

[Note de l’administrateur de ce blog : en moins de deux minutes, l’entrepreneur Marc Simoncini, fondateur (entre autres) du site de rencontres Meetic, nous fait comprendre à partir de son expérience d’investisseur pour l’étude SU.VI.MAX pourquoi il n’est pas raisonnable de s’en remettre à de grandes entreprises capitalistes ayant le profit comme seul horizon pour améliorer notre santé.

Extrait de l’émission “Qui veut être mon associé ?” sur M6.]


(source : chaîne YouTube MAD)

Philanthropes, escrocs et tueurs à gages (Antipresse)

[Note de l’administrateur de ce blog : on a déjà évoqué ici la fondation Bill (& Melinda) Gates ici, dans une tentative de couler l’alternative principale au vaccin-que-tout-le-monde-attend (puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien !), l’hydroxychloroquine. Ici Slobodan Despot traite de façon plus générale, et avec style, de la notion de philanthropie à la mode Gates, et par extension de la notion de courage à la mode journalistique. Article paru aujourd’hui même dans l’Antipresse : si vous l’appréciez, abonnez-vous !]


Photo de Jametlene Reskp sur Unsplash

Photo de Jametlene Reskp sur Unsplash

Dans la série «Fringe», nous découvrons un univers parallèle, tout proche du nôtre, mais avec des lois différentes. L’action réelle des «philanthropes» globalistes tient elle aussi d’un autre monde. L’illusion est si massive qu’elle s’impose comme la réalité de référence. Celui qui la conteste au nom de la raison est logiquement traité de fou.

(Petit rappel du précédent épisode. En investissant des centaines de millions de dollars dans des dizaines d’entités médiatiques, la fondation Bill & Melinda Gates s’est entourée d’une «garde prétorienne» médiatique occupée soit à chanter ses louanges, soit à éconduire les curieux. En conclusion de son importante étude sur les relais médiatiques de Bill Gates, Tim Schwab souligne que «dans la mesure où les journalistes sont censés surveiller les riches et les puissants, M. Gates devrait probablement être l’une des personnes les plus surveillées sur terre, et non la plus admirée.»)

Un vrai premier communiant

L’ingénuité avec laquelle les institutions internationales ainsi que les autorités de divers pays coopèrent avec les programmes sanitaires de Bill Gates est justifiée le plus souvent par l’argument de la philanthropie. Il est normal, après tout, qu’un des hommes les plus riches de la planète veuille consacrer une part de son immense fortune au bien de tous. La feuille de vigne, en l’occurrence, est bien mince. Il n’y a que les journalistes de garde pour ne rien vouloir voir derrière ce cache-sexe. Pour peu qu’on soit un peu curieux, le spectacle est pourtant fascinant.

De manière générale, la « philanthropie » à la mode américaine est à manier avec une longue cuiller. C’est pourtant le premier « titre » qu’on accole dans les médias de perdition aux capitaines du capitalisme financier.

Or à quoi rime une « bienfaisance » qui non seulement ne coûte rien au «bienfaiteur» mais contribue au contraire à l’enrichir encore davantage ? Comme le note, de manière un peu lapidaire, la journaliste indépendante Caitlin Johnstone, « ce mot n’est qu’une étiquette qu’on attache aux ploutocrates parasites qui donnent un très petit pourcentage de leur richesse à des organismes de bienfaisance exonérés d’impôt afin que le petit peuple ne s’aperçoive pas qu’il vit sous une ploutocratie et ne se mette à fourbir les guillotines ».

Continuer la lecture

Grande interview de Guy Courtois, auteur du livre :
Et si Didier Raoult avait raison ? (France Soir)

[Note de l’administrateur de ce blog : France Soir semble bien, comme on l’avait déjà remarqué, être un des seuls journaux français grand public à faire encore du véritable journalisme.

Souhaitons-lui de ne pas subir le sort des autres titres (en chute plus ou moins libre en raison de leurs mensonges répétés) et de faire des émules.]


INTERVIEW : Guy Courtois est l’auteur de « Et si Didier Raoult avait raison ? Les coulisses d’un scandale international. » un ouvrage qui s’intéresse à la crise sanitaire mondiale que nous vivons encore.

FS : Tout d’abord Guy Courtois, qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser au professeur Raoult et à cette crise ?

Guy Courtois : Dans ma vie personnelle, plusieurs personnes de mon entourage plus ou moins proches sont décédées du Covid-19. Huit exactement. 4 en France, 2 en Espagne et 2 en Italie dont une personne âgée par glissement. Je dois avouer que j’ai été bouleversé. Et ça m’a interrogé.

Par ailleurs, pendant la période de confinement, j’avais du temps libre. Mon activité professionnelle étant au ralenti. Comme beaucoup, j’étais en télétravail ; je suis consultant en stratégie. C’est donc tout naturellement que je me suis intéressé à cette crise qui frappait de plein fouet beaucoup de pays dans le monde !

Et là, je me suis rendu compte qu’il y a des choses très surprenantes et j’ai voulu comprendre. Je suis curieux de nature, et du coup, je me suis mis à enquêter.

Continuer la lecture sur France Soir →

L’incroyable REFUS DE SOIGNER le coronavirus
(pas vu à la télé !) — Florian Philippot

[Note de l’administrateur de ce  blog : très bonne synthèse de Florian Philippot sur la corruption du système de santé par les grands groupes pharmaceutiques, et en particulier dans le cas de la Covid-19, par Gilead, dont les premiers actionnaires sont des fonds d’investissement peu connus pour leur philanthropie ou leur humanisme désintéressé.

Tout usage normal de la raison doit conduire au même alarmant constat : nos “instances de santé” sont devenues des instances de mort en faisant passer l’intérêt financier de quelques-uns devant l’intérêt général de la population. Organisation Mondiale de la Santé comprise.]


Excédé par sa résistance, le Système lance une offensive massive contre le Pr Raoult (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : les différents extraits vidéos de l’article, et en particulier celui de l’audition d’Agnès Buzyn devant les parlementaires, ont été réalisés sans trucage…]


Jusqu’à la fin juin 2020, c’est-à-dire la fin du confinement et le début du déconfinement organisé par le futur Premier ministre Jean Castex, jusque-là inconnu au bataillon, l’infectiologue et chercheur de renommée internationale Didier Raoult et ses « défenseurs » (Chabrière, Perronne) pouvaient encore s’exprimer librement dans les médias. Soudain, le ton a changé, l’écoute a laissé la place à l’agressivité et le Raoult s’est retrouvé dans la peau d’un Soral ou d’un Dieudonné, ces trophées que les chasseurs du Système adoreraient accrocher dans leur chambre.

Pourquoi un tel revirement, par exemple de la part de L’Express [1], propriété du groupe du franco-israélien Patrick Drahi, qui a plutôt défendu le chercheur et son protocole de soin à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine ?

Une revue de presse complète à propos du Pr Raoult et de son écho dans les médias mainstream et internet serait fastidieuse : il y a près de 11 millions de résultats sur Google. Nous allons donc nous concentrer sur les titres de presse et le moment – la simultanéité du retournement est éclatante – où la polémique autour du sanglier marseillais et de son protocole de soin s’est transformée en chasse à l’homme. Par ailleurs, certains journalistes n’ont jamais changé leur fusil d’épaule à propos du sanglier : ils veulent depuis le début se le faire.

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation →

1 2 3 4