Critique de la méthode (IHU Méditerranée Infection)

[Note de l’administrateur de ce blog : un quart d’heure d’épistémologie véritable, qui doit toujours privilégier le questionnement par rapport à la mesure ou au calcul, n’en déplaise aux fanatiques ignorants des big data et des essais randomisés. On pourra consulter l’article de Wikipédia sur le paradoxe de Simpson pour parfaire la compréhension.

Remarque : il faudrait convaincre l’IHU Méditerranée Infection d’investir dans un micro cravate pour recueillir la parole du druide, qui en plus a tendance à parler dans sa barbe.]


Coronavirus : des OGM dans les vaccins ? L’UE prévoit des dérogations pour accélérer la recherche (RTBF)

[Note de l’administrateur de ce blog : aux naïfs qui pensent que l’industrie vaccinale est un monde high-tech où tout est contrôlé comme dans l’industrie en salle blanche des microprocesseurs, il est conseillé de commencer par écouter les propos d’un vaccinologue s’adressant à des médecins au cours d’une formation.

Ensuite, ils pourront méditer sur le bien-fondé de la dérogation pour “accélérer la recherche” prise par l’Union Européenne, et on n’oubliera pas de remarquer qu’elle concerne “l’évaluation des risques pour l’environnement relatifs à l’utilisation et à la dissémination volontaire d’OGM”… les risques pour les humains semblent secondaires pour les bureaucrates bruxellois.]


L’Union européenne a adopté mardi un règlement visant à accélérer le développement d’un vaccin pour protéger la population du nouveau coronavirus, en permettant des dérogations temporaires sur l’évaluation des risques environnementaux liés aux organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le Conseil de l’Union européenne a informé mardi soir dans un communiqué que le règlement contenait une dérogation pour l’évaluation des risques pour l’environnement relatifs à l’utilisation et à la dissémination volontaire d’OGM, au cours de la conduite d’essais cliniques sur des médicaments expérimentaux à usage humain. Ces opérations concernent aussi l’emballage, l’étiquetage, l’entreposage, la destruction, la fourniture, l’acheminement, l’administration ou l’usage des produits médicaux évalués à destination de la lutte contre la Covid-19.

Continuer la lecture sur le site de la Radio-télévision belge de la Communauté Française →

Alzheimer « inversé » chez un homme de 82 ans
(Alternatif Bien-Être)

La bactérie clostridium difficile, responsable d’infections à répétition et antibiorésistantes, qui a conduit le patient de 82 ans à être transplanté

[Note de l’administrateur de ce blog : le professeur Raoult en a parlé dans son audition devant la commission d’enquête parlementaire, les thérapies les plus révolutionnaires de sont pas nécessairement les plus chères, bien au contraire — ce qui pose d’ailleurs le problème du financement des recherches y aboutissant, comme il l’explique très bien à partir de 2h et 31 minutes. Parmi les grandes avancées thérapeutiques du 21ème siècle, la plus extraordinaire est sans doute la greffe fécale, exemple extrême de valorisation des déchets, dont on commence tout juste à explorer les potentialités, et que le professeur Raoult évoque également devant les parlementaires.

Toute véritable recherche étant, par nature, imprévisible, il arrive que l’on découvre par hasard un traitement contre une maladie — que l’on croyait, en plus, incurable — en en soignant une autre : c’est ce que nous raconte cet article.]


Chers amis,

C’est un « scoop » comme rarement il est donné à un rédacteur d’en envoyer à ses lecteurs.

« À notre connaissance, ceci est le premier cas recensé d’inversion rapide des symptômes d’Alzheimer » …

Cette phrase inouïe ouvre le rapport publié mardi 30 juin dans le Journal of International Medical Research.

L’étude est disponible gratuitement en ligne1 et je vous recommande vivement de la lire, elle est passionnante (en anglais).

82 ans et Alzheimer depuis cinq ans

Un patient âgé de 82 ans présentait depuis cinq ans un déclin inexorable de sa mémoire et de ses capacités cognitives.

Ses symptômes : confusion, amnésie (oubli du nom de ses proches), dépression, apathie.

Le diagnostic tombe alors : c’est Alzheimer.

Le traitement qu’on lui applique est 28 mg de mémantine et 23 mg donépézil chaque jour – deux médicaments chimiques « classiques » mais inefficaces, à tel point qu’ils ne sont plus remboursés en France depuis 2 ans.

Son Alzheimer continue de progresser.

Son épouse raconte qu’il a alors besoin d’une assistance permanente pour se préparer à manger, se laver et prendre ses médicaments. Et qu’il n’apprécie plus la compagnie d’autres personnes.

Il se souvient de l’anniversaire de sa fille

Voici, alors, qu’il subit un traitement très particulier dont je vous présente les résultats ébouriffants :

  • Ses capacités cognitives s’améliorent nettement, ses émotions reviennent.
  • Au bout de quatre mois, ses symptômes d’Alzheimer cessent de progresser. Mieux encore, notre patient retrouve la mémoire de manière « continue » : il se souvient de la date d’anniversaire de sa propre fille, qu’il avait oubliée pendant plusieurs années.
  • Au bout de six mois, le patient déclare se sentir de bien meilleure humeur. Il prend de nouveau du plaisir dans ses rapports sociaux, ses sentiments deviennent expressifs.

Pendant ces six mois, ses résultats aux tests cognitifs sont « remontés » à un tel niveau qu’ils n’entrent plus dans la case « démence sénile ».

Alzheimer a bel et bien été inversé chez cet homme de 82 ans, en six mois.

Continuer la lecture sur Alternatif Bien-Être →