La Vérité sur les Variants avec Luc Montagnier
(HOLD-UP Média)

[Note de l’administrateur de ce blog : on peut compter sur les media de grand chemin pour tomber sur le professeur Montagnier, prix Nobel de physiologie ou médecine 2008, comme des hyènes sur un lion blessé. Ce n’est pas grave pour lui, la logique et le temps feront leur œuvre de justice. Mais c’est grave pour ceux qui font confiance aux autorités sanitaires.]


Vaccins : rappel sur l’aluminium (Michel Georget)

[Note de l’administrateur de ce blog : on parle beaucoup de vaccins en ce moment, présentés comme la solution ultime à la “crise du coronavirus”, et ce malgré une absence totale de données scientifiquement neutres sur leur réelle efficacité et leurs effets secondaires, ne serait-ce qu’en raison de l’absence de recul dans le temps.

Plutôt que de parler dans le vide comme le font les media de grand chemin, qui se basent sur les communiqués publicitaires des firmes pharmaceutiques alléchées par des perspectives de profits monstrueux, profitons-en pour parler un peu des vaccins connus de longue date, donc a priori sûrs et éprouvés. Michel Georget, décédé le 18 mars 2019, était un professeur agrégé de sciences naturelles, qui enseignait la biologie dans les classes préparatoires aux Grandes Écoles.

On pourra approfondir le sujet avec l’excellent livre du Pr Gherardi dont j’ai déjà parlé ici, Toxic Story. Où l’on apprendra notamment que ce n’est pas nécessairement la dose qui fait le poison en matière d’aluminium vaccinal, en raison du mode d’action très particulier – et élucidé par le Pr Gherardi et son équipe – de ce métal toxique pour l’homme. Les propos de Michel Georget sont donc à nuancer en fonction des individus, puisque la toxicité peut être, pour les malchanceux, plus grande que celle déduite de simples considérations de dose.]


Louis Fouché : Immunité artificielle ? Invitation à la prudence (RéinfoCovid)

[Note de l’administrateur de ce blog : documenté, mesuré et intelligemment mis en perspective, comme d’habitude avec Louis Fouché. Et avec toujours le fil rouge de la corruption systémique du milieu médical, et ses implications médiatico-politiques.

Les références bibliographiques peuvent être consultées sur la page correspondante de RéinfoCovid.]


Ce que le battage publicitaire autour des vaccins contre la Covid ne mentionne pas (Dr Gilbert Berdine via Le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : au cas où ce ne serait pas encore bien clair, les annonces en grande pompe sur l’efficacité des premiers vaccins anti-COVID-19 sont pour l’essentiel basées sur… du vent, car personne n’a jamais affirmé qu’être vacciné comportait moins de risques pour la santé que d’attraper la COVID-19. Sans oublier qu’il restera possible de se faire vacciner et de déclarer néanmoins la maladie.

Or il est maintenant parfaitement clair que la COVID-19 présente très peu de risques de complications graves voire fatales pour les personnes qui ne sont ni très âgées ni porteuses de comorbidités importantes, les Centers for Disease Control américains rappelant que pour seulement 6% des décès comptabilisés “COVID-19” aux USA, aucune autre cause n’est mentionnée.

Il faudrait pourtant commencer par là : primum non nocere, d’abord ne pas nuire.]


Pfizer a récemment annoncé que son vaccin Covid était « efficace » à plus de 90 % pour prévenir la Covid-19. Peu après cette annonce, Moderna annonçait que son vaccin contre la Covid était « efficace » à 94,5 % pour prévenir la Covid-19. Contrairement au vaccin contre la grippe, qui est un vaccin unique, les deux vaccins anti-Covid nécessitent deux injections à trois ou quatre semaines d’intervalle. Hélas, les définitions du terme « efficace » sont cachées vers la fin des deux annonces.

Les deux essais comportent un groupe de traitement qui a reçu le vaccin et un groupe de contrôle qui ne l’a pas reçu. Tous les sujets de l’essai étaient Covid négatifs avant le début de l’essai. L’analyse pour les deux essais a été effectuée lorsqu’un nombre cible de « cas » a été atteint. Les « cas » ont été définis par un test positif de réaction en chaîne de la polymérase (PCR). Il n’y a aucune information sur le nombre de cycle utilisé pour les tests PCR. Il n’y a pas d’information pour préciser si les « cas » présentaient ou non des symptômes. Il n’y a pas d’information sur les hospitalisations ou les décès.

Le Mr Vaccin du gouvernement était le lobbyiste
du Big Pharma… (Éric Verhaeghe)

Louis-Charles Viossat

Louis-Charles Viossat

[Note de l’administrateur de ce blog : pour les pressés, le dernier paragraphe de l’article (2 lignes et 1 mot) peut suffire.

Les “complotistes” (ou complotologues) pourront compléter cette lecture par celle (en anglais) de la fiche publiée le 23 octobre par le gouvernement britannique (plus précisément la MHRA, Medicines & Healthcare products Regulatory Agency), qui recherchait “de toute urgence” un outil d’intelligence artificielle pour traiter le grand volume attendu d’effets indésirables des vaccins pour la COVID-19 et s’assurer qu’aucun détail des textes signalant ces effets indésirables ne passe inaperçu.

En V. O. : “The MHRA urgently seeks an Artificial Intelligence (AI) software tool to process the expected high volume of Covid-19 vaccine Adverse Drug Reaction (ADRs) and ensure that no details from the ADRs’ reaction text are missed.”

Après un choix entre… 1 candidat (“Number of tenders received: 1”), l’heureux bénéficiaire du contrat de 1 500 000 livres sterling fut la société Genpact.]


Emmanuel Macron a choisi son “Monsieur Vaccin”, qui doit rassurer le public sur la campagne obligatoire qui se prépare. Et, en matière de réassurance, d’apaisement, et de confiance, le choix qui est fait confond par son ingéniosité et sa pertinence. Ce devrait être un ancien inspecteur général des affaires sociales qui prendrait cette charge, Louis-Charles Viossat, dont nous donnons une capture d’écran du CV publié sur Linkedin ci-dessous. Comme on le voit, Viossat s’est beaucoup occupé du lobbying en faveur du Big Pharma. Il a notamment dirigé le lobbying du laboratoire américain Abbott, devenu Abbvie, pendant près de 5 ans. De façon très révélatrice, la presse mainstream a fait l’impasse sur ces étapes importantes dans une carrière également marquée par la gestion de la canicule. Mais que cherche Emmanuel Macron ?

Mais quelle mouche a bien pu piquer Emmanuel Macron, en choisissant l’ancien lobbyiste d’un grand laboratoire pharmaceutique américain pour rassurer les Français sur la campagne de vaccination qui se prépare ? On ne pouvait imaginer choix moins judicieux, plus polémique, plus inefficace que celui-là… Si l’on ajoute à ce parcours brillantissime le passage que Louis-Charles Viossat a fait au cabinet du ministre de la Santé au moment de la canicule, puis au cabinet du Premier Ministre au moment du CPE… on s’interroge sur les risques qu’Emmanuel Macron prend dans la conduite d’un dossier qui pourrait se révéler très vite explosif.

Continuer la lecture sur Le Courrier des Stratèges →

Coronavirus : des OGM dans les vaccins ? L’UE prévoit des dérogations pour accélérer la recherche (RTBF)

[Note de l’administrateur de ce blog : aux naïfs qui pensent que l’industrie vaccinale est un monde high-tech où tout est contrôlé comme dans l’industrie en salle blanche des microprocesseurs, il est conseillé de commencer par écouter les propos d’un vaccinologue s’adressant à des médecins au cours d’une formation.

Ensuite, ils pourront méditer sur le bien-fondé de la dérogation pour “accélérer la recherche” prise par l’Union Européenne, et on n’oubliera pas de remarquer qu’elle concerne “l’évaluation des risques pour l’environnement relatifs à l’utilisation et à la dissémination volontaire d’OGM”… les risques pour les humains semblent secondaires pour les bureaucrates bruxellois.]


L’Union européenne a adopté mardi un règlement visant à accélérer le développement d’un vaccin pour protéger la population du nouveau coronavirus, en permettant des dérogations temporaires sur l’évaluation des risques environnementaux liés aux organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le Conseil de l’Union européenne a informé mardi soir dans un communiqué que le règlement contenait une dérogation pour l’évaluation des risques pour l’environnement relatifs à l’utilisation et à la dissémination volontaire d’OGM, au cours de la conduite d’essais cliniques sur des médicaments expérimentaux à usage humain. Ces opérations concernent aussi l’emballage, l’étiquetage, l’entreposage, la destruction, la fourniture, l’acheminement, l’administration ou l’usage des produits médicaux évalués à destination de la lutte contre la Covid-19.

Continuer la lecture sur le site de la Radio-télévision belge de la Communauté Française →

Trump, l’eau de Javel et les vaccins : chapeau !
(Boulevard Voltaire)

[Note de l’administrateur de ce blog : Trump est un sacré filou, tout le monde en conviendra. Devenir un magnat de l’immobilier ne se fait pas en jouant les mère Teresa.

Mais contrairement à ce que continuent à penser ceux qui ont encore une guerre de retard, il utilise sa rouerie pour tenter de “drainer le marécage” de la politique fédérale américaine, les États-unis d’Amérique n’étant plus dirigés que par une “oligarchie avec un pouvoir de corruption illimité”, comme a fini par le reconnaître un de leurs anciens présidents. Et la corruption exercée par le lobby pharmaceutique n’est pas une mince affaire.]


On tient probablement l’explication, et ce n’est pas ce que vous croyez. Une hypothèse qui en vaut une autre…

On dira ce qu’on voudra, mais le président américain a prouvé maintes fois son expérience dans la pratique du billard à trois bandes. Il vient de nous en faire une nouvelle démonstration.

Pour comprendre, il importe de saisir deux scènes.

Scène 1 – jeudi 9 avril. Le très respecté procureur général des États-Unis William Barr s’est fendu d’un discours public pour manifester son hostilité à la proposition de Bill Gates d’implanter, dans le corps humain, des « certificats numériques » prouvant qu’une personne a été vaccinée contre le coronavirus. Proposition jugée dangereuse et liberticide alors qu’elle a la faveur de toutes les élites mondialistes contre lesquelles le président et son équipe se battent depuis le début.

Bref, Trump ne veut pas entendre parler de vaccination généralisée et traçable.

Continuer la lecture sur Boulevard Voltaire →

Toxic Story

Le genre : thriller médical et récit d’un déniaisement.

Le professeur Romain Gherardi n’est pas n’importe qui : chef de service du centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil, ce médecin et chercheur (de 2000 à 2014, il dirige une équipe à l’Inserm) a publié plus de 350 articles scientifiques et participé à de nombreux ouvrages collectifs. C’est donc une “pointure” du monde médical. Pourtant, si l’ouvrage (qualifié de “document” sur la page de titre intérieure) est bien truffé de raisonnements, de schémas et tableaux en annexes, et de références bibliographiques comme il sied à toute démonstration à caractère scientifique, le prologue plante le décor d’une tout autre manière. En voici un extrait :

“C’est l’histoire d’une nouvelle pathologie, devenue peu à peu l’histoire d’une longue traque. Si le coupable court depuis 1926, la première scène de crime n’est photographiée qu’en 1993, et il faudra attendre encore cinq ans avant qu’il soit identifié. En 2016, il circule toujours sans être inquiété alors que la liste de ses victimes ne cesse de s’allonger. Chacun de ses procès, toujours dans l’ombre d’un huis clos, s’est soldé jusqu’à aujourd’hui par un non-lieu. “Faute de preuves”, disent les autorités compétentes. Faute, surtout, de moyens. Car l’État, sidéré par la complexité de l’affaire, demeure en retrait.”

Déflorons tout de suite l’intrigue : ce coupable qui court toujours, c’est l’aluminium vaccinal, un adjuvant utilisé – évidemment pas dans le but de nuire1 – pour augmenter l’efficacité des vaccins. En 2018, cela fait donc 20 ans2 que ce coupable a été identifié par des méthodes scientifiques rigoureuses, ce qui n’empêche pas les autorités sanitaires de continuer à mentir sur son innocuité. Pourquoi ? C’est la partie déniaisement de ce livre qui le relate, tout aussi passionnante – mais en plus, révoltante – que la partie proprement scientifique, toutes deux intimement mêlées. Car si le prologue, peut-être pour ne pas effrayer le lecteur dès les premières pages, parle seulement de “manque de moyens”, on pourrait aussi après avoir lu l’ouvrage renverser l’argument et parler plutôt d’excès de moyens… pour la partie adverse, des industriels richissimes du monde pharmaceutique dont la seule loi est celle du profit maximal, et qui par leur “réussite” ont provoqué une corruption généralisée du milieu médical et des instances de santé gouvernementales ou internationales (AFSSAPS, OMS…). Et des industriels qui, contrairement au professeur Gherardi, ne voient pas les malades comme des êtres humains en souffrance voire en totale détresse, mais comme une ligne de statistiques dans un tableau Excel®.

Continuer la lecture

Vaccins : appel à la raison

[Note de l’administrateur de ce blog : je relaie ici l’appel à la raison lancé récemment par les professeurs Joyeux et Montagnier au sujet de la politique vaccinale actuelle. Le Pr. Joyeux a un gros défaut (pour l’industrie pharmaceutique) : il s’exprime toujours sur la base de travaux scientifiques sérieux et référencés, n’invente pas des savoirs ni des ignorances.

Heureusement, on trouve des médecins aussi rigoureux que lui (j’en ai rencontré), qui ont fait autre chose que bachoter pendant leurs études et ont gardé une aptitude à se documenter et à réfléchir par eux-mêmes. Des médecins qui savent que, si la médecine n’est pas tout à fait une science, elle a quand même quelques prétentions à utiliser ses méthodes et à en tirer une forme d’autorité, qui logiquement s’écroule quand elle vire au dogme scientiste. Inutile d’espérer la confiance des patients quand on n’est pas capable d’argumenter clairement sur des faits bien établis.

Malheureusement, on trouve également des médecins incapables de faire fonctionner autrement qu’en pilote automatique la masse gélatineuse qui se trouve entre leurs deux oreilles (j’en ai rencontré) et qui ne savent que débiter la propagande médiatique vaccinale ou parler de sa radiation par le Conseil de l’Ordre dès que l’on parle du Pr. Joyeux. J’ai ainsi pu entendre :

  • un pédiatre m’expliquer, tout en se disant énervé par les propos du Pr. Joyeux et croyant sans doute m’apprendre quelque chose, que les adjuvants à l’aluminium (dont la toxicité est aujourd’hui démontrée, voir le texte de l’appel 1) étaient “utilisés pour stimuler la réponse immunitaire et pas autre chose” (non sans blague ! j’étais persuadé que c’était un complot des Reptiliens ! merci docteur, combien je vous dois ?)
  • une pédiatre éructer, toute rouge, à l’évocation de l’information sur les vaccins diffusée par le Pr. Joyeux, que c’était un “charlatan radié du conseil de l’ordre” et qu’il n’était “pas progressiste” !

Inutile de dire que je ne confierai jamais à l’avenir mes enfants ni à ce crétin de luxe ni à cette sombre connasse.]


11 vaccins : Appel urgent aux personnels

et professionnels de santé

 

Chers collègues, chères consœurs, chers confrères,

 

La nouvelle loi, une erreur grave de santé publique

La nouvelle loi qui impose 11 vaccinations aux enfants est une grave erreur de santé publique. Elle a été amplement évoquée par la presse.

Nous, professionnels de Santé, prescripteurs et/ou vaccinateurs sommes engagés par la loi sur une voie qui pourrait se retourner contre certains de nos propres patients, contre notre profession, et contre nous-mêmes.

Vous allez comprendre pourquoi. Cet Appel souligne des éléments importants sur le sujet. Lisez-le attentivement avant d’accepter de le signer.

Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans.

Ces pratiques exposent les petits enfants à des complications, car leur système immunitaire n’est pas prêt à recevoir tant d’agressions antigéniques.

C’est ainsi que l’on peut craindre :

  • Des morts subites du Nourrisson, même si elles sont rares ;
  • Des maladies auto-immunes chroniques graves et handicapantes dans les années suivantes particulièrement du fait de la présence de quantités trop importantes de l’adjuvant aluminique dans la composition de la plupart des vaccins ;
  • Des risques de cancers particuliers, des os, des muscles, des cartilages.. que sont les sarcomes, extrêmement graves chez des adolescents et adultes jeunes, détectés déjà chez les animaux recevant des vaccins avec l’adjuvant aluminium.

Vous êtes personnellement concerné si vous êtes :

  • Médecins et Chirurgiens généralistes ou spécialistes,
  • Internes des hôpitaux quelles que soient les spécialités,
  • Etudiants en médecine, pharmacie, kinésithérapie,
  • Pharmaciens d’officine ou d’industrie,
  • Sages-femmes, infirmières-infirmiers et autres personnels de santé
  • diplômé ou en formation.

Si vous appartenez au grand public, hors des professions de santé, n’hésitez pas à proposer ce texte à ceux qui vous soignent. Ils sont plus que jamais concernés et responsables.

Continuer la lecture sur le site du Pr. Henri Joyeux →

La vaccination est sans risque. Vraiment ?
(Hippocrate et Pindare sont dans un bateau…)

Darja et Yehuda ne sont pas vraiment d'accord avec Marisol et Agnès. Normal, ils servent la science, pas la finance.

Darja et Yehuda ne sont pas vraiment d’accord avec Marisol et Agnès. Normal, ils servent la science, pas la finance.

[Note de l’administrateur de ce blog : en matière de vaccination, on en entend de belles. Déjà avec l’ex-ministre qui disait que “la vaccination, ça ne se discute pas” (ah bon, cela n’a rien de scientifique alors ?), et aujourd’hui avec la mère fouettarde ministre en exercice qui justifie l’interdiction de crèche et d’école pour les enfants non vaccinés au motif qu’ils pourraient exposer “les autres enfants à des virus mortels” (mais à quoi donc servent les vaccins, alors ? c’est les non-vaccinés qui ne craignent rien et les vaccinés qui risquent leur vie ? comprends plus, moi…). On pourrait aussi bêtement lui faire remarquer que ni en Espagne, ni en Allemagne, ni en Angleterre (entre autres…) la vaccination n’est obligatoire, mais c’est sans doute parce que ces pays sont arriérés et que leurs ministres de la santé respectifs n’ont pas encore été informés des bienfaits de cette pratique médicale révolutionnaire.

Mais rassurez-vous (si j’ose dire), nombre de mes proches collègues ne sont pas en reste. Il ne s’agit pas de médecins, la faculté de médecine n’existe pas à Pau ; mais de scientifiques qui se prétendent rationnels. Et qui ont quelque peine à comprendre que :

  • la vaccination agit, par définition, sur le système immunitaire ; ce qui n’a rien d’anodin et devrait inciter à la prudence, en particulier sur les patients immuno-déficients (nouveaux-nés, personnes âgées), et en cas de multiplication des vaccinations
  • conséquence du point ci-dessus, il ne paraît pas aberrant de rechercher la cause de l’augmentation des maladies auto-immunes du côté des vaccinations, surtout précoces et massives
  • il est difficile d’évaluer les risques d’une pratique médicale quelconque en ne prenant en compte que ses aspects positifs (ne rigolez pas, j’ai vu des “démonstrations” du bénéfice vaccinal sur une base de calculs statistiques (justes) ne prenant en compte que les probabilités des bénéfices)

Mais assez parlé. Je vous invite à lire le billet suivant issu du blog d’un médecin généraliste, qui relate les conclusions d’un article scientifique (dont les auteurs figurent en illustration ci-dessus) paru en août 2016, et que les plus courageux pourront lire ici. Il semble, hélas, que contrairement à ce médecin-blogueur beaucoup de ses confrères ne connaissent de la recherche médicale que ce que les visiteurs médicaux viennent leur en présenter. J’en ai rencontré. Plusieurs.

Et je recommande tout particulièrement, sur le même blog, la Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons, qui est téléchargeable ici au format PDF. Secouez vos députés !]


Une commentatrice a cité, sur le blog d’un confrère,  une étude scientifique qui m’a interpellé.

Je la remercie pour sa veille scientifique.

Je suis allé lire cet article.

Il est publié dans une revue d’immunologie, revue très spécialisée. Cet article pose le problème de réactions croisées entre les gènes des virus utilisés dans certaines vaccinations et les gènes humains.

Le titre de cet article est le suivant :

From HBV to HPV: Designing vaccines for extensive and intensive vaccination campaigns worldwide.

Ce qui signifie : « Du HBV (virus de l’hépatite B) au HPV (Papilloma virus humain) : conception de vaccins pour des campagnes de vaccination  intensives et à grande échelle dans le monde entier. »

Que dit cet article ?

« Depuis 2000, des recherches intensives ont été menées sur des protéines humaines et microbiennes recherchant des déterminants immunogènes et des séquences courantes croisées . De telles études peuvent avoir une pertinence particulière pour comprendre les interactions hôte-pathogène en relation avec les maladies humaines. »

« En fait, les réponses immunitaires de l’hôte à la suite d’une infection pathogène peuvent provoquer des réactions croisées – et éventuellement des maladies auto-immunes – lorsque l’hôte et le pathogène partagent des séquences identiques d’acides aminés au sein de leurs gènes. De toute évidence, plus l’étendue du partage des séquences est élevée, plus le risque de provoquer des maladies auto-immunes ou des réactions pathologiques risque d’être élevé. Ces considérations tiennent également dans les procédures de vaccination, surtout si l’on considère que les vaccins utilisent des adjuvants pour briser les mécanismes d’auto-tolérance de protection qui empêchent une autoréactivité néfaste. Par conséquent, il faut s’attendre à des réactions croisées lorsque des antigènes ayant un pourcentage élevé d’identité de séquence avec des molécules hôtes sont utilisés dans des formulations de vaccins. »

Continuer la lecture sur Hippocrate et Pindare sont dans un bateau…

1 2