Hydroxychloroquine : comment la mauvaise science est
devenue une religion (Anthropo-logiques)

[Note de l’administrateur de ce blog : dans la droite ligne de l’article repris récemment du même auteur, mais en plus pêchu et avec un peu moins de convenances. L’article a été publié à 04h16, on sent que l’auteur n’a pas beaucoup dormi (quelques fautes sont là pour témoigner de l’état de fatigue) et surtout qu’il est “un peu” énervé que des menteurs impénitents grassement rémunérés dictent leur loi au brave peuple naïf (plus pour longtemps) qui les croit réellement porteurs de science (mais plus pour longtemps non plus).]


par Jean-Dominique Michel, anthropologue médical et expert en santé publique, Genève.

Scènes surréalistes dans l’Hexagone, avec un bras de fer entre l’IHU Méditerranée-Infection et le gouvernement autour de la prescription d’hydroxychloroquine contre le Covid. Dimanche, Marseille passait en force en invoquant le serment d’Hippocrate et une question éthique fondamentale :

Conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin. Nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d’une maladie. Nous respectons les règles de l’art et les données les plus récemment acquises de la science médicale.

Nous avons décidé :
· Pour les tous les malades fébriles qui viennent nous consulter, de pratiquer les tests pour le diagnostic d’infection à Covid 19 ;
· Pour tous les patients infectés, dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner, de proposer au plus tôt de la maladie, dès le diagnostic :
– un traitement par l’association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d’usage de cette association (avec notamment un électrocardiogramme à J0 et J2), et hors AMM. Dans les cas de pneumonie sévère, un antibiotique à large spectre est également associé.

Nous pensons qu’il n’est pas moral que cette association ne soit pas inclue systématiquement dans les essais thérapeutiques concernant le traitement de l’infection à Covid-19 en France.

Le retour de bâton (ou plutôt le coup de pied de l’âne) ne se faisait pas attendre puisque pas plus tard que le lendemain, le ministre de la Santé annonçait formellement son opposition à ce que les médecins de ville fassent usage de ce traitement hors de l’hôpital. Les noms d’oiseau se mirent à fuser de plus belle. Raoult continue évidemment d’agacer et de s’aliéner bien des soutiens en affirmant par exemple qu’il « n’en a rien à fiche de l’avis de ses collègues ou du ministère ».

Lesquels évoquent le besoin de certitude scientifique (whatever that means, nous y viendrons) avant d’autoriser les généralistes à prescrire l’hydroxychloroquine. Ambiance.

Continuer la lecture sur Anthropo-logiques →

Pourquoi RAOULT est un héros ! (Idriss Aberkane)

[Note de l’administrateur de ce blog : à écouter en raison de l’urgence d’une part, et de l’analyse très juste de la conformité et de la corruption académiques d’autre part. Lesquelles conduisent aussi à sacrifier les carrières de ses “copains” pour préserver la sienne, surtout quand on la doit déjà à son conformisme plutôt qu’à son génie.

J’ai par ailleurs déjà critiqué Idriss Aberkane sur ce blog pour son analyse un peu trop optimiste de la création de richesses par le biomimétisme ; on n’est évidemment pas là dans le même registre de discussion intellectuelle tranquille et j’approuve entièrement ici la gifle bien méritée qu’il donne à un certain monde académique non seulement inutile, mais profondément nuisible.

Rappelons enfin comme le fait Idriss Aberkane que la chloroquine est un médicament hospitalier et que toute auto-médication est à proscrire.]


Maladie à coronavirus 2019 : séance de l’Académie des sciences du 10 mars

La vidéo que je reprends ici était accessible à tous — bien que “non répertoriée” — jusqu’au vendredi 13 mars 2020 au moins, date à laquelle je l’ai enregistrée. Pour une raison que j’ignore, elle est aujourd’hui inaccessible car “privée” à son adresse d’origine. Vu son intérêt médical et scientifique, j’ai décidé de la reprendre sur ma chaîne ; elle ne dévoile aucun secret et peut permettre à chacun de mieux comprendre cette crise, mais aussi comment fonctionne la recherche.

Je laisse à chacun le soin d’y piocher les informations qui l’intéresse en fonction de ses grilles de lecture, mais j’aimerais faire quelques commentaires personnels que j’espère utiles.

Quatre intervenants se succèdent, soit dans l’ordre d’apparition :

Je retiens personnellement de cette vidéo plusieurs informations, certaines directement utiles pour comprendre et apprécier la gravité de cette pandémie1, d’autres à caractère plus général sur la façon dont fonctionne la recherche : ses succès, ses limites, voire ses impasses.

Continuer la lecture

Coronavirus : les grands principes
pour renforcer l’immunité (Thierry Casasnovas)

[Note de l’administrateur de ce blog : un peu de bon sens et de sagesse en ces temps troublés ne peut pas faire de mal.

Bon sens : toute infection, quelle qu’elle soit, ne se développe que parce que notre système immunitaire est débordé. Virus et bactéries sont toujours présents dans notre entourage (et même à l’intérieur de nous-mêmes, où certains sont indispensables au fonctionnement de notre corps), penser qu’on peut les empêcher totalement de pénétrer par des masques ou des gants (qui bien sûr sont nécessaires dans les situations extrêmes) est une vue de l’esprit.

Sagesse : plutôt que de perdre son temps et son énergie à chercher de savoir quelle est la gravité réelle de la pandémie COVID-19 — ce qui est non seulement inutile, mais même dangereux, les informations contradictoires et l’inhibition de l’action qui en résulte conduisant à un affaiblissement de nos défenses — on peut agir pour renforcer son système immunitaire, ce qui ne peut avoir que des conséquences positives, coronavirus ou pas.

J’en profite pour ajouter une petite dose de bon sens due au Dr. de Lorgeril : la pandémie en cours se caractérisant par des pneumopathies, il est utile de rappeler qu’un poumon sert en premier à extraire l’oxygène de l’air (même si c’est aussi un émonctoire, comme le rappelle Thierry) et que son fonctionnement optimal peut difficilement s’envisager en atmosphère ultra-polluée… tous ceux qui ont voyagé dans les villes chinoises comprendront que certaines données pourtant pertinentes sont étrangement ignorées par les experts en PowerPoint® !

Et pour montrer que je ne suis pas sectaire, pour ceux qui préfèrent ruminer leur angoisse devant leur ordinateur au lieu de prendre leur système immunitaire en main… c’est par là !]


Le message symbolique et non verbal du président Assad qui affole les analystes israéliens et les cabbalistes du monde entier (Strategika 51)

[Note de l’administrateur de ce blog : voilà qui prouve que celui qui “ne mériterait pas d’être sur la Terre” (dixit Laurent Fabius) a parfaitement compris à quelle hydre il avait affaire. Tant mieux pour nous : Rumpelstilzchen va trépigner de plus belle.

Pour ceux qui ont encore des doutes sur l’idéologie folle qui s’est emparée de “l’Occident”, je conseille notamment la lecture de :


Lors d’un discours commémorant la victoire d’Alep le 17 février dernier, le président de la République Arabe de Syrie est apparu dans un bureau où il n’y avait aucun drapeau syrien ou armoire de l’Etat syrien.

Attablé derrière un bureau vide mis à part un moniteur discret, le président Assad a délivré son discours en mettant à sa droite un faucon dont les yeux étaient tournés vers la droite et une très étrange fiole en verre remplie de liquide de couleur ambre à sa gauche.

Le président Bashar Al-Assad a tenu à ce que ces deux objets remplacent respectivement le drapeau national syrien et les armoiries de l’État avant la diffusion d’un message destiné à célébrer la victoire d’Alep. Ce message aurait pu passer inaperçu si ce n’est l’affolement qui a commencé à s’emparer des cabbalistes et des analystes israéliens qui ont commencé à décoder la symbolique cachée des images de ce discours. C’est en fait un message dans le message destiné au mouvement sioniste international et à la Cabbale talmudiste au pouvoir en Israël et imprégnant les États profonds aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne. Le décryptage de ce message non verbal affole l’internationale sioniste et les dirigeants israéliens dont la superstition est toujours sans aucune limite. Il implique trois éléments importants:L’absence de drapeau syrien et de tout signe représentatif de la République Arabe Syrienne indique que la guerre en cours ne concerne pas la Syrie mais relève d’un conflit plus grand et plus étendu impliquant des acteurs non toujours identifiés par la communication verbale, conventionnelle et formatée.

Continuer la lecture sur Strategika 51 →

Notre désaccord fondamental sur la Seconde Guerre
mondiale, Hitler, les Juifs et la race (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : voici un texte fondamental du saker que j’avais l’intention de traduire dès sa parution originale en anglais, avant que l’équipe du saker francophone ne le fasse ; merci à elle, donc. Il rappelle avec justesse qu’on ne peut construire la paix sans la justice, et que la justice ne se construit pas sur des mensonges. Ce devrait être une évidence pour tous, mais il se trouve toujours des troupeaux de pleutres, y compris (surtout ?) parmi les “élites” dont la fonction sociale est de transmettre les connaissances, pour se coucher devant les diktats de lobbies communautaires voulant tirer la couverture de l’Histoire intégralement sur eux. N’est-ce pas Mohamed, Monique, Mustapha, Camille, Olivier (et d’autres) ?

Comme le saker le rappelle, la désignation du nazisme et de Hitler comme des références indépassables, voire surnaturelles, du Mal absolu — ce qui témoigne d’un mépris certain envers l’intelligence du peuple, considéré comme incapable de raison et tout juste bon à être mené comme un troupeau de bêtes — conduit mécaniquement à la réhabilitation de ceux-ci, non seulement par une réaction réflexe de rejet des ordres-venus-d’en-haut mais également par le soutien bien réel apporté aux groupes néo-nazis — en particulier en Ukraine — par ceux-là même qui brandissent hypocritement le nazisme et lézeurléplussombres comme le repoussoir ultime, et s’en servent comme d’une clôture électrique pour contrôler le troupeau. On l’a vu notamment avec l’inénarrable BHL soutenant de toutes ses chemises blanches le changement de régime en Ukraine, en faisant preuve d’une étonnante myopie pour les groupes néo-nazis qui l’appuyaient, ou avec le non moins remarquable “oligarque” (restons polis) ukrainien Kolomoïski que j’ai déjà évoqué ici (et aussi via le saker francophone).

Le mensonge ne mène pas à la vérité, l’irrationnel ne fortifie pas la raison et la soumission ne conduit pas vers la liberté, c’est pour avoir oublié ces évidences que l’Occident “agonise […] culturellement, socialement, moralement et spirituellement”, comme le remarque le saker.]


Le sujet des Russes et des Juifs est clairement un sujet «brûlant». Au cours des dernières années, j’ai écrit plusieurs articles sur ce sujet, dont «Poutine et Israël : une relation complexe à plusieurs niveaux», «Pourquoi Poutinepermet-il’ à Israël de bombarder la Syrie ?», « La Russie, Israël et les valeurs de la ‘Civilisation Occidentale’Où est la vérité ? » Et « Démystifier les rumeurs sur la Russie cédant à Israël« . Et pourtant, depuis un certain temps, j’ai le sentiment qu’il y a encore beaucoup à dire et à redire sur ce sujet.

Les événements récents – y compris le voyage de Poutine et de Zelenskii en Israël ou la dernière théorie polono-ukrainienne sur l’URSS complice de l’Holocauste – m’ont à nouveau donné ce fort sentiment que la façon dont les Juifs sont vus en Occident est vraiment très différente de la façon dont les Juifs sont vus en Russie. Pourtant, en Occident, cette différence est souvent – presque toujours, vraiment ! – négligée et des hypothèses sont faites à propos de la Russie et des Russes qui ne sont tout simplement pas justifiées et qui finissent par être très trompeuses. C’est pourquoi j’essaierai de démystifier certaines de ces hypothèses aujourd’hui.

Continuer la lecture sur le saker francophone →

1 2 3 31