Leçons du confinement — pourquoi y a-t-il eu si peu de morts d’enfants ?

L’hystérie mondiale — la psychose, même — autour de l’épidémie de Covid-19 est un phénomène dont il faut savoir apprécier l’importance, pas uniquement dans ce qu’il a de désastreux (en vies humaines, en libertés individuelles, économiquement…) mais également dans ce qu’il a de positif et d’unique : jamais une “expérience” à aussi grande échelle n’a, par exemple, permis de révéler avec autant d’éclat la corruption profonde du milieu médical par l’industrie pharmaceutique, ce lobby de la santé qui a tout intérêt à nous garder malades pour en tirer des bénéfices. Mais il y a mieux : ce genre de révélation n’est pas uniquement obtenu au prix de vies humaines sacrifiées ; il y a eu aussi des vies humaines sauvées grâce à la pandémie. Et cette information paradoxale est lourde de signification. Je vous propose de comprendre pourquoi via la traduction d’un article en anglais de l’association américaine Children’s Health Defense, présidée par Robert Francis Kennedy, Jr., le neveu de JFK.

———————————— Début de la traduction ————————————

Article écrit par :

Mark Blaxill, auteur contributeur, de Health Choice

Amy Becker, auteur contributeur

Publié à l’origine sous forme de livre blanc de Health Choice

La Covid19 est un grave problème de santé publique, mais la litanie médiatique sans fin du comptage des cas positifs et des morts ne nous renseigne guère sur la véritable nature du virus et sur les mesures sans précédent prises pour minimiser ses effets. Comme dans de nombreux phénomènes de santé complexes et omniprésents, il existe de nombreuses façons de mesurer les effets sur la santé, mais à notre avis, pour en mesurer l’impact de façon appropriée on ne peut se contenter de décomptes étroits et intermédiaires, il faut plutôt analyser des chiffres de santé globaux. Dans le cas d’un virus pandémique affectant de grandes populations et où la préoccupation immédiate est une forte augmentation des décès, la meilleure mesure des résultats n’est pas une mesure sélective des décès attribués d’une manière ou d’une autre à la maladie, mais plutôt des décès de toutes causes. Pour une mise en perspective, ces décès doivent être comparés aux taux de mortalité historiques toutes causes confondues au cours des années précédentes (le pourcentage de décès attendus). Comme nous le montrerons, une vision équilibrée de l’effet global de la Covid19 aux États-Unis démontre à la fois l’échelle et la variabilité de ses résultats négatifs chez les Américains plus âgés, en particulier les vieillards, mais aussi certains points positifs inattendus. Étonnamment, les taux de mortalité aux États-Unis ont baissé chez les jeunes pendant le confinement, en particulier chez les nourrissons. Ces tendances sont passées largement inaperçues et restent inexpliquées.

Continuer la lecture

Marcel s’occupe de Bill Gates et de l’OMS (Marcel D.)

[Note de l’administrateur de ce blog : c’est propre, net et sans bavure. Cette vidéo vient en complément — dans un autre style, mais toujours avec le même sérieux sur le fond — de l’article “Nous avons (encore) le choix : néo-féodalisme ou démocratie constitutionnelle ?” publié récemment.]