Home » Actualité » Ailleurs » Et Gad Elmaleh devint Goy Elmaleh (Slate)

Et Gad Elmaleh devint Goy Elmaleh (Slate)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour ceux qui n’ont pas encore compris la vaste arnaque des associations “antiracistes” et de la lutte contre les “discours de haine”, en particulier “antisémites”, cet article d’un Laurent Sagalovitsch en roue libre arrive à point nommé.

Exemple chimiquement pur de haine et de mépris anti-chrétiens, d’inversion accusatoire propre aux grands pervers, ce texte entraînerait immédiatement tout journaliste devant les tribunaux, puis rapidement en prison, s’il était écrit par un chrétien parlant des juifs. Mais là, dans Slate, ce magazine en ligne fondé en 1996 par Michael Kinsley dans sa version originale américaine, puis par une brochette de personnalités médiatiques dont Jacques Attali pour la version française en 2009, ça passe crème. Et si vous faites remarquer que Benjamin de Rothschild en était le principal actionnaire, on risque de vous traiter d’antisémite.

On savait déjà que certains juifs ne craignent pas de clamer haut et fort qu’ils contrôlent les media, la politique et la banque, que cela leur paraît tout à fait naturel et qu’ils ne s’inquiètent pas qu’on puisse le penser, mais seulement que cette domination puisse s’effriter. On sait maintenant que la haine affichée de tout ce qui touche au christianisme est pour d’autres (et peut-être pour les mêmes) un discours parfaitement casher dont il serait vraiment saugrenu de s’abstenir.

Un bel exemple de syndrome de stress pré-traumatique, pour reprendre l’heureuse expression de Gilad Atzmon, qui prépare activement le terrain aux prochaines “persécutions anti-juives”, c’est-à-dire au retour de bâton collectif – donc porteur d’injustices – envers ceux dont les membres les plus bruyants se sont mis d’eux-mêmes en dehors de l’humanité en rejetant toute fraternité et toute égalité de droits.]


Demain sort le dernier film de Gad Elmaleh, «Reste un peu», l’histoire de sa conversion au catholicisme. Un véritable camouflet pour le juif que je suis.

J’ai failli en perdre ma kippa. Quoi, Gad Elmaleh se serait converti au catholicisme ?!!! Franchement, si c’est une blague, elle est de très mauvais goût. À moins qu’il ne faille attribuer cette trahison à l’un des effets particulièrement retors du changement climatique. Allez savoir si avec le réchauffement de la planète, par je ne sais quel transfert d’énergie, les juifs ne vont pas se convertir en masse et se ruer comme un seul homme à l’église de leur quartier ?

Mais Gad, tout de même ! Qu’est-ce qu’il lui a pris de déclamer ainsi son amour à la Vierge Marie, de chanter les louanges d’une religion qui n’a eu cesse à travers les âges de persécuter les juifs, d’en faire leur souffre-douleur préféré? Il souffre du syndrome de Stockholm ou quoi ? À moins que ce ne soit à l’alcoolisme qu’il se soit converti. Ou à quelque drogue récréative qui lui aurait mis le cerveau à l’envers. Parce que franchement, cesser de se réclamer du judaïsme pour épouser les mirages de la chrétienté, c’est comme d’encourager l’A.J. Auxerre après avoir fréquenté les allées d’Anfield Road, le stade mythique des Reds de Liverpool.

Continuer la lecture sur Slate.fr →

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *