La Grande Interview : Philippe Douste-Blazy (RT France)

[Note de l’administrateur de ce blog : la crise du COVID-19 aura au moins une conséquence positive, c’est qu’elle aura permis de faire le tri entre les médecins qui sont d’abord fidèles au serment d’Hippocrate (qu’ils ont tous prêté) et ceux qui sont d’abord fidèles à leurs sources de financement de confort.]


Coronavirus : point d’actualité, présentation de l’Etat Major (IHU Méditerranée Infection)

[Note de l’administrateur de ce blog : vidéo mise en ligne le 31 mars 2020 à la mi-journée.]


Coronavirus : A New-York, 500 patients guéris par la
chloroquine affirme un médecin (Alnas.fr)

Dr. Zev Zelenko

[Note de l’administrateur de ce blog : rappelons que comme pour tout médicament délivrable sur ordonnance, et même pour les autres, l’automédication est très risquée et peut entraîner des conséquences graves voire fatales. Seul un médecin peut décider du traitement qui convient à un patient… encore faut-il qu’il en ait les moyens, et c’est sur ce sujet qui fâche beaucoup que des comptes devront être rendus par les assassins qui nous gouvernent.

On notera également que le traitement proposé par le Dr. Zelenko est légèrement différent de celui proposé par le Pr. Raoult : un peu moins d’hydroxychloroquine (400 mg au lieu de 600 mg) et du sulfate de zinc en plus.]


Dans l’état de New-York, le Docteur Zev Zelenko a traité avec succès 500 patients atteints d’une infection au coronavirus Covid-19 en utilisant un traitement d’hydroxychloroquine, d’azithromycine et de sulfate de zinc. Face à ces résultats spectaculaires, le Docteur a écrit une lettre ouverte à Donald Trump :

« zéro décès, zéro hospitalisation et aucune intubation »

« Je m’appelle Dr Zev Zelenko et j’exerce la médecine à Monroe, New-York. Au cours des 16 dernières années, j’ai soigné environ 75 % de la population adulte de Kiryas Joel, qui est une ville de 35 000 habitants dans laquelle l’infection s’est propagée rapidement et sans contrôle avant que soient mises en place les mesures de distanciation sociale.

À ce jour, mon équipe a testé environ 200 personnes de cette ville pour Covid-19, et 65 % des résultats ont été positifs. Si l’on extrapole ces chiffres à l’ensemble de la population, cela signifie que plus de 20 000 personnes sont infectées à l’heure actuelle. Dans ce groupe, j’estime qu’il y a 1500 patients qui sont dans la catégorie à haut risque (c’est-à-dire> 60, immunodéprimés ou avec des comorbidités, etc.).

Compte tenu de l’urgence de la situation, j’ai développé le protocole de traitement suivant en milieu préhospitalier et n’ai vu que des résultats positifs.

Continuer la lecture sur Alnas.fr →

Ou retrouver la même information sur Tribunejuive.info →

Lacombe, Yazdanpanah, ces médecins du service public qui cachetonnent dans le privé (Éric Verhaeghe)

[Note de l’administrateur de ce blog : on continue la plongée dans l’univers glauque d’une partie de la médecine “scientifique”… mais aussi (très) rémunératrice, donc corrompue.]


Saviez-vous que tant de médecins du service public hospitalier faisaient des ménages, c’est-à-dire cachetonnaient pour des sommes parfois très élevées, dans des laboratoires privés ? La crise du coronavirus est l’occasion de montrer comment des conflits d’intérêt peuvent compliquer la donne et interférer avec les informations de santé publique. Nous livrons aujourd’hui des informations sourcées sur les sommes que Karine Lacombe et Yazdan Yazdanpanah, très exposés sur la question du coronavirus, ont perçues depuis 2012 de la part des laboratoires privés ont ils assurent aujourd’hui la discrète promotion.

Les médecins du service public sont-ils tous aussi désintéressés qu’ils ne le disent ? Karine Lacombe, professeure à l’hôpital Saint-Antoine, est désormais très connue pour avoir donné à la télévision, à une heure de grande écoute, des leçons d’éthique à Didier Raoult, le défenseur de la chloroquine. Yazdan Yazdanpanah est chef de service à l’hôpital Bichat. Nous avons repris ici les sommes qu’ils ont déclarées avoir perçues de la part de laboratoires privées ces dernières années. Et elles permettent de donner une première réponse à cette question.

Continuer la lecture sur Le courrier des stratèges

L’étrange épidémie et le choix de l’hécatombe
(Comité Valmy)

[Note de l’administrateur de ce blog : ne pas tirer de leçons de l’Histoire, c’est se condamner à voir se répéter les mêmes tragédies.]


par Jacques Maillard

L’étrange épidémie et les « opportunités »

En 1942 March Bloch écrivit son fameux livre « l’Étrange défaite ». Il y racontait la campagne de France du printemps 1940, et comment le haut État Major français de façon très surprenante, semblait accepter la défaite, voire la préparait…

Dans « le choix de la défaite », l’écrivain Annie Lacroix-Riz montre, archives à l’appui, que cette défaite de 1940 avait bien été acceptée, attendue, préparée par l’oligarchie, l’élite économique, administrative, militaire de la France, ou du moins la plus grande partie d’entre elles.

Nous sommes face à une très étrange épidémie : attendue depuis des mois, elle déferle sur notre pays après avoir mis à l’arrêt toute la Chine, alors que nous avions des témoins privilégiés sur place (le principal laboratoire d’étude des coronavirus, situé à Wuhan, épicentre de l’épidémie en Chine, avait été inauguré il y a quelques années par le mari de la ministre de la santé). L’état d’impréparation de notre pays est total : pas de matériel de protection de la population ni même des personnels soignants, pas de matériel de soin et de réanimation, pas de test de dépistage…

Nous apprenons qu’une « simulation » a été effectuée en octobre 2019, nommée « event 201 », à la quelle participaient des personnages sulfureux comme Bill Gates, des universitaires spécialisés en coronavirus (Université Hopkins), des organisations internationales (OMS), une compagnie privée travaillant en partenariat avec ce laboratoire de Wuhan, mais aussi avec l’armée des USA. Cette simulation portait sur une pandémie due à un « coronavirus ».

Cette épidémie déclenche une crise boursière monstrueuse, alors même que l’amplitude de la dette mondiale devait, selon de nombreux économistes, engendrer cette année probablement un krack boursier gigantesque, puisque cette situation d’endettement généralisé est nettement plus grave qu’en 2008. Une secrétaire d’État du gouvernement français a d’ailleurs déclaré que cette crise était une « opportunité » pour gagner de l’argent…

Continuer la lecture sur le site du Comité Valmy →

1 2 3 5