Le Défi de la vérité : Luc Montagnier, prix Nobel de médecine (France Soir)

[Note (assez longue) de l’administrateur de ce blog : on se souvient comment en avril 2020 le prix Nobel de médecine Luc Montagnier avait été qualifié de complotiste sénile par des journalistes sans la moindre qualification scientifique quand il avait commencé à dire que le virus SARS-CoV-2 avait de grandes chances d’être une invention humaine, et qu’il y avait vu des bouts de virus du SIDA (le VIH, dont il est co-découvreur, rappelons-le). Pas de telles fadaises chez les fact-checkers et les conspiracywatchers, avaient entonné à l’unisson les trompettes du media unique. Point de salut hors des pangolins et des chauves-souris, et de ces barbares de Chinois qui les mangent en soupe.

Puis, fin octobre, le journal du CNRS avait laissé un de ses éminents chercheurs argumenter scientifiquement sur l’origine du SARS-CoV-2, en des termes beaucoup plus nuancés puisqu’il disait ceci : “en dépit des recherches de virus dans les espèces animales vendues sur le marché de Wuhan, aucun virus intermédiaire entre RaTG13 et le SARS-CoV-2 n’a pu être identifié à ce jour. Tant que ce virus intermédiaire n’aura pas été identifié et son génome séquencé, la question de l’origine de SARS-CoV-2 restera non résolue”.

On y lisait également : “Aujourd’hui, obtenir ou faire synthétiser une séquence génétique est à la portée de n’importe quel laboratoire : on peut en moins d’un mois construire de toutes pièces un virus fonctionnel à partir des séquences disponibles dans les bases de données. De plus, des outils de manipulation du génome rapides, bon marché et faciles à utiliser ont été développés. Ces outils permettent de faire des avancées spectaculaires, mais ils démultiplient aussi les risques et la gravité potentielle d’un éventuel accident, notamment lors d’expériences de « gain de fonction » sur des virus à potentiel pandémique”. Des propos qu’on pourra rapprocher de ceux d’Olivier Schwartz, directeur scientifique de l’Institut Pasteur, dans cette vidéo publiée par France Culture le 11 mars (et en particulier à partir de 3:22).

Plus récemment encore, on apprend le 11 décembre que l’Australie abandonne un vaccin anti-COVID-19 en cours de développement à l’Université du Queensland pour la raison qu’il donne des faux positifs aux tests de dépistage du VIH.

On progresse.]


Il n’était plus apparu depuis ses attaques en règle véhiculées dans toute la presse depuis avril 2020. Beaucoup de chaînes voulaient le Pr Montagnier. Il a choisi FranceSoir pour s’exprimer, et s’essaie au Défi de la vérité, notre nouvelle émission. Au micro de Richard Boutry, il persiste et signe.

Devant la multitude de questions des Français sur la crise sans précédent que traverse le pays, FranceSoir a développé une nouvelle émission : le Défi de la vérité.  Elle vient compléter les Debriefings développés récemment avec des personnalités scientifiques, des médecins, des avocats afin d’apporter un éclairage et des réponses à diverses questions sur les traitements, les masques, le mérite du confinement, les tests PCR, la gestion de la crise par le gouvernement.

Continuer la lecture sur France Soir →

COVID-19 : Nouveau scandale sur le vaccin Pfizer (Planetes360)

[Note de l’administrateur de ce blog : “follow the money” disent les anglophones… ici c’est particulièrement clair ! Certains phénomènes sont bien difficiles à expliquer, à moins que certains aient accès à des machines à voyager dans le temps… Notons que la précédente arnaque planétaire d’envergure, le 11 septembre 2001, avait donné lieu elle aussi à d’hallucinants délits d’initiés, ce qui laisse penser que ses auteurs étaient plus proches du monde de la haute finance que de celui des grottes afghanes.

Ceux qui souhaiteraient approfondir ce que l’on sait de la nature profondément criminelle de la haute finance contemporaine pourront se reporter à l’indispensable ouvrage “Le nouveau capitalisme criminel” de Jean-François Gayraud.]


Masques, 2e vague : le Pr Toussaint démolit les mensonges du Conseil scientifique (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : la pédagogie est l’art de la répétition ; j’encourage donc chacun à répéter ces propos du Pr. Jean-François Toussaint à son entourage jusqu’à ce que ça rentre : il n’y a pas, il n’y a jamais eu jusqu’à présent de deuxième vague, et une personne testée positive au SARS-CoV2 n’est pas un(e) malade.]


Après la démonstration brutale et sans faille du Pr Toussaint, l’animateur de CNews sur le plateau de Quoi de news le 18 août 2020 tombe de sa chaise (à 4’14). Ou quand l’esprit vient aux journalistes…

CNews  : « Écoutez, franchement cette explication déjà elle était suffisamment claire et on voit ces chiffres, mais là quand je vous entends j’ai très peur, je suis en train de me dire, déjà un : est-ce qu’on fait peur aux gens pour rien ? ; la deuxième chose c’est à charge aussi pour les politiques et pour les personnes qui sont au plus haut sommet de l’État qui aujourd’hui nous disent “il faut porter le masque en extérieur”. En septembre, le Conseil scientifique vous en parliez, le Conseil scientifique qui dit à l’automne “on risque d’avoir une seconde vague”, donc vous êtes en train de balayer en disant “mais attendez, là les faits sont bien présents, il n’y a ni rebond de l’épidémie, il y a ni même un frémissement, il y a des nouveaux cas qui sont confirmés, mais ce ne sont pas des cas graves”. »

Toussaint  : « C’est absolument le cas, et qui plus est le Conseil scientifique, lorsqu’il nous annonce la énième deuxième vague la semaine dernière, un certain nombre de ses membres sont sur leur site de vacances. Si je le dis c’est parce qu’ils l’annoncent publiquement sur les radios publiques. »

CNews  : « C’est gravissime ce que vous êtes en train de dire. »

 

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation →

(et comprendre un peu mieux d’où vient cette apparente liberté de parole, en réalité très encadrée)

Covid-19 : reportage censuré de la chaine publique italienne sur ce virus de laboratoire en 2015 (KALE X E X)

[Note de l’administrateur de ce blog : on peut rapprocher cette vidéo de 3 minutes des propos du directeur scientifique de l’Institut Pasteur, le professeur Olivier Schwartz, interrogé dans la seconde vidéo réalisée par France Culture et qui affirme (à 3:22) l’impossibilité pour les scientifiques de créer de nouveaux virus.]


Coronavirus, l’erreur système (Antipresse)

[Note de l’administrateur de ce blog : voici un nouvel article de l’Antipresse, qui tombe à pic pour commencer à faire un bilan de la crise COVID-19 qui ne soit pas un simple et stupide décompte des morts. Et où l’on reparle de Prevotella, la bactérie suspecte

J’invite, bien entendu, tous mes lecteurs à s’abonner à l’Antipresse, cette presse qui fait face aux événements et montre ce que la “grande” devrait être si la déontologie faisait encore partie de son vocabulaire. Les radins ou les indécis ont même droit au “numéro ouvert” entièrement gratuit du 29 mars dernier !]


par Slobodan Despot, 26 avril 2020

La pandémie de ce printemps 2020 n’est pas qu’une affaire sanitaire. Elle est peut-être même davantage sociopolitique que médicale. Le virus se double d’une «erreur système» à l’échelle des pays développés qui a conduit à une gestion affolée de la crise défiant le sens commun. Dans un entretien sans masques ni gants, le Dr Jean-Pierre Spinosa livre une synthèse du problème sanitaire et esquisse une piste thérapeutique possible.

Faut-il énumérer ? La désorganisation des services de santé, la pénurie de masques et de désinfectant dans les pays par ailleurs les mieux équipés, la guerre livrée à ceux qui cherchent des traitements efficaces pour cette maladie à l’écart d’un hypothétique vaccin, l’oubli du renforcement de l’immunité individuelle dans pratiquement toute la communication officielle sur le sujet, et enfin l’incohérence et la stupidité criantes de certaines instances font qu’on ne peut plus séparer l’épidémie d’un contexte «civilisationnel» particulièrement délabré.

La mésaventure dont a été victime l’anthropologue de la santé Jean-Dominique Michel est l’une des meilleures illustrations de ce délabrement. Au moment même où il publiait un article devenu viral dédramatisant l’épidémie actuelle1, JDM était testé positif et entamait une thérapie sous la direction de son médecin traitant. La suite des événements, qu’il a détaillée dans son blog2, est sidérante. En deux mots : l’état du patient s’aggravant, son médecin lui a prescrit le traitement du Dr Raoult — qui s’est avéré indisponible, car réservé aux hôpitaux (où n’arrivent en général que des cas trop avancés pour cette thérapie). Michel a dû organiser, via son épouse, «une transaction illégale, au bord d’un parking» pour se procurer du Plaquenil (hydroxychloroquine) et entamer son traitement à domicile. Avec à la clé une remise sur pied au sixième jour.

Oui, nous sommes bien en 2020 en Suisse, l’un des pays les plus médicalisés au monde !

Continuer la lecture

Coronavirus, analyse des données épidémiques dans
le monde : diagnostiquer doit être la priorité
(Pr. Didier Raoult)

[Note de l’administrateur de ce blog : le Pr. Raoult est une somité mondiale — pour ne pas dire la sommité mondiale — en matière d’infectiologie. À chacun de voir à la lumière de son analyse de la situation si nos gouvernants sont incompétents, criminels, ou les deux.

La chaîne YouTube de l’IHU Méditerranée-Infection est également riche d’informations scientifiques et pratiques sur cette pandémie.]


1 2