Analyse stratégique de la pandémie avec Slobodan Despot (Régénère)

[Note de l’administrateur de ce blog : une heure et demie de conversation passionnante entre Slobodan Despot (cofondateur de l’Antipresse) et Thierry Casasnovas, miraculé d’une précédente vie d’excès en tout genre qui a choisi de partager son expérience en éduquant ses semblables à la physiologie humaine. Ce qui ne plaît pas à tout le monde, puisque certains s’emploient à ruiner sa crédibilité via une chaîne YouTube dédiée… qui reste une chaîne YouTube, c’est-à-dire du virtuel (même si, reconnaissons-le, il n’est pas très difficile de trouver des perles dans les centaines d’heures de vidéos du très bavard Casasnovas) et pas de l’expérience concrète.

Mais ici, nous avons un débat de haute tenue philosophique, où les habitués de Thierry seront étonnés de le voir écouter religieusement son invité et ne presque pas ouvrir la bouche. C’est un signe.

Ne pas oublier de consulter également les liens donnés sous la vidéo sur YouTube, notamment pour les articles de Slobodan Despot et son récit de l’expérience du jeûne, sans oublier un conseil pour “45 lectures qui forment la jeunesse sans forcément l’emmerder”.]


À raciste, raciste et demi

Quand on pense à un raciste, on imagine le plus souvent un Blanc qui n’aime pas les Noirs (ou inversement), un Blanc qui n’aime pas les Arabes (bien qu’ils fassent partie des Blancs), ou plus généralement toute personne incapable d’accorder aux êtres humains d’un type ethnique différent du sien le même respect qu’à ceux de sa propre  ethnie.

Mais il y a mieux – ou pire – puisque selon certains, l’humanité est en réalité constituée de deux groupes, dont un seul est véritablement humain, l’autre n’étant constitué que de créatures à l’apparence humaine mais intermédiaires entre les “vrais” humains et les animaux.

Cependant, distinguer les vrais humains des faux n’est pas immédiat : le critère n’est pas ici la couleur de peau, mais plutôt les mœurs, et l’origine de ces deux catégories remonte, toujours selon les adeptes de cette théorie, à la création de l’humanité : les “vrais” humains sont les descendants d’Adam – d’où le qualificatif “adamique” (à ne pas confondre avec balsamique, qu’on utilise pour le vinaigre) employé par le conférencier ci-dessous, tandis que les faux sont les descendants d’unions contre nature entre des anges déchus et des femelles humaines.

Continuer la lecture