Lettre commune de Nicolas Dupont-Aignan,
François Asselineau et Florian Philippot à Olivier Véran
sur la situation sanitaire

[Note de l’administrateur de ce blog : la pyramide du mensonge finit toujours par s’effondrer. Il suffit d’être patient et de l’attaquer avec la raison et la logique.]


jeudi 7 janvier 2021

Objet :
Dupont-Aignan, Asselineau et Philippot écrivent à Véran sur les traitements anti-Covid

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine et Florian Philippot, Président des Patriotes, ont envoyé le 2 janvier 2021 une lettre commune à Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, lui demandant d’informer les Français, de façon hebdomadaire, de l’état des traitements testés et développés contre la Covid-19 dans le monde et en France.

Cette lettre commune est jointe au présent communiqué.

Cette demande correspond à l’attente de millions de Français qui constatent que le gouvernement a négligé jusqu’à présent, contrairement au bon sens, la piste des traitements prophylactiques ou thérapeutiques, qui sont nombreux et diversifiés pour tenter de contrer l’épidémie (ivermectine, azithromycine, hydroxychloroquine, nigelle, nouvel antidote annoncé par la Russie, etc.)

Cette mise à l’écart de toute recherche sur les traitements distingue malheureusement la France de bien des États étrangers qui s’en sortent mieux que nous.

Continuer la lecture (et télécharger la lettre) sur le site de l’UPR →

L’incroyable REFUS DE SOIGNER le coronavirus
(pas vu à la télé !) — Florian Philippot

[Note de l’administrateur de ce  blog : très bonne synthèse de Florian Philippot sur la corruption du système de santé par les grands groupes pharmaceutiques, et en particulier dans le cas de la Covid-19, par Gilead, dont les premiers actionnaires sont des fonds d’investissement peu connus pour leur philanthropie ou leur humanisme désintéressé.

Tout usage normal de la raison doit conduire au même alarmant constat : nos “instances de santé” sont devenues des instances de mort en faisant passer l’intérêt financier de quelques-uns devant l’intérêt général de la population. Organisation Mondiale de la Santé comprise.]