Extrait d’un entretien inédit avec Alain Soral sur les présidentielles (Alimuddin Usmani)

soral[Note de l’administrateur de ce blog : où l’on voit que plus le pouvoir – sans doute conscient d’être perçu comme illégitime à cause de lui – tente de faire passer Alain Soral pour un dangereux illuminé néo-nazi à tendance paranoïaque, plus il se grille et précipite sa chute. Alors que journalistes et instituts de sondage se ridiculisent avec une constance qui vire au stakhanovisme, prévoyant régulièrement le contraire des événements qui adviennent, Alain Soral montre une fois de plus sa lucidité en annonçant avant tout le monde les “surprises” qui font les grands titres des journaux.

En 1748, Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, publiait une œuvre majeure de philosophie politique qui deviendrait un grand classique internationalement connu : De l’esprit des lois. Il y livrait une analyse froide et logique des mécanismes du pouvoir et des différents types de gouvernement, permettant une critique du pouvoir absolu de l’époque, la monarchie de droit divin, par le simple exercice de la raison. Il y posait donc les bases des futures démocraties. Logiquement, il était mis à l’Index des livres interdits par l’Église trois ans plus tard, en 1751.

En 2011, Alain Bonnet, dit Alain Soral, publie Comprendre l’Empire, un essai qui renouvelle l’exercice de Montesquieu en l’appliquant au pouvoir absolu contemporain, qui n’est plus la monarchie de droit divin mais le binôme banque/media, ces derniers étant nécessaires pour maintenir l’illusion de la démocratie auprès des électeurs encore crédules. Logiquement, il subit une intense campagne de diffamation et de persécutions, version moderne de la mise à l’Index, avec une forte montée en puissance trois ans plus tard, en 2014 lors de l’affaire Dieudonné.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets, comme en physique.]


Du 18 juin au 11 septembre 2015, j’ai eu le privilège d’effectuer de longs entretiens avec Alain Soral. Ils n’ont encore jamais été publiés et pourraient faire l’objet d’un ouvrage dans le futur. Compte tenu de la situation en France, les risques de poursuites judiciaires sont particulièrement élevés, ce qui rend une publication difficile pour l’instant. Les thèmes abordés vont, notamment, de l’emprise de certains lobbies sur la France, à la jeunesse de l’essayiste à Paris, en passant par les élections présidentielles de 2017. Voici justement deux extraits qui datent du 7 juillet 2015, où Alain Soral avait prédit le retrait de François Hollande ainsi que la déconfiture de Sarkozy :

Ce serait une première dans la 5ème République si François Hollande ne se représentait pas.

Oui, mais je pense qu’il ne se représentera pas. Il suffit de regarder les sondages qui disent que les gens de gauche veulent Valls à des proportions de 45 contre 14. Hollande c’est « one-shot », c’est le mec qui a été élu par défaut, parce que les gens voulaient virer Sarkozy et parce que Strauss-Kahn s’est pris les pieds dans sa bite. Les gens voulaient sanctionner Sarkozy, maintenant en France on ne vote plus pour, on vote contre. Hollande est donc un mollusque, il a un bilan catastrophique, je ne vois pas pourquoi il se représenterait.

Continuer la lecture sur lapravda.ch ⟶

Entretien d’actualité n°36 du 23/11/2016 (UPR)

[Note de l’administrateur de ce blog : ne pas rater l’analyse faite par F. Asselineau des modifications de l’article 68 de notre Constitution, en 1993 et 2007. Et pour ceux qui n’ont pas encore compris pourquoi ils ne voient pas plus souvent (ou même pourquoi ils ne voient jamais) François Asselineau dans les “grands” media, cette très courte vidéo (38 secondes) apportera une réponse.]

Le sommaire de l’émission pourra être consulté sur cette page.

Hollande et l’exorcisme démocratique (Éric Verhaeghe)

francois-hollande[Note de l’administrateur de ce blog : où l’on comprend que les concepts de populisme, de fachosphère ou de montée de l’extrême-droite agités par la caste politico-médiatique ne sont que de mauvaises excuses pour tenter de sauver ce qui pourrit tout seul sur pied, sans l’aide de personne.]

Hollande exorcise la démocratie et montre le vrai visage de la République: celui d’un régime politique cynique, fondamentalement aristocratique et manipulateur. Telle est la leçon à retenir du livre de confidences de Davet et Lhomme intitulé “Un Président ne devrait pas dire ça”, et dont le titre donne d’emblée la dimension du malaise qu’il suscite.

Hollande et ses courtisans, ou le bal des faux-culs

On s’amusera d’abord des réactions de vierges effarouchées prêtées à Bartolone (qui n’a pas “l’envergure” d’un Premier Ministre, selon Hollande) ou à Ayrault. Il paraît que ces vieux routards de la politique sont froissés, vexés par les propos que le Président a tenus à leur endroit auprès des journalistes qu’il recevait. Comme si Bartolone et Ayrault ne pratiquaient pas eux-mêmes le cynisme instrumentalisant de Hollande. Comme s’ils s’attendaient à autre chose de sa part.

Il suffisait pourtant, au lendemain de la victoire de Hollande à la primaire socialiste, d’entendre les commentaires dans les couloirs de la rue de Solferino pour savoir que tout ce petit monde connaissait tous les vices de Hollande (notamment l’incapacité à passer à l’acte) depuis longtemps.

En vérité, Barto et Ayrault sont fâchés de découvrir que Hollande était plus proche des journalistes que d’eux. Et ça, ça fait vraiment mal ! Nous, les hiérarques de la République, découvrir que le monarque parlait de nous à des manants ! voilà qui est inadmissible.

Continuer la lecture sur Décider & Entreprendre