Home » Actualité » Fondamentaux » Mediamensonges » Qui a dit… ? (n°11)

Qui a dit… ? (n°11)

Qui a dit ceci à propos de la COVID-19 :

“La chose que tout le monde doit savoir historiquement, c’est que même s’il peut exister une transmission asymptomatique, dans toute l’histoire des virus respiratoires de n’importe quel type, la transmission asymptomatique n’a jamais été déterminante pour la propagation des épidémies. Le facteur déterminant est toujours une personne symptomatique. Même si rarement une personne asymptomatique pourrait transmettre [le virus], une épidémie n’est jamais déterminée par des porteurs asymptomatiques.”

Le Pr Raoult ? Le Pr Toussaint ?

Réponse : le Dr Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases américain (NIAID) et membre de la White House Coronavirus Task Force, dans une conférence de presse sur la Covid-19 le 28 janvier 2020. Vérification avec la vidéo :

Texte original en anglais des Amériques :

“The one thing people historically need to realize, that even if there is some asymptomatic transmission, in all the history of repiratory-born viruses of any type, asymptomatic transmission has never been the driver of outbreaks. The driver of outbreaks is always a symptomatic person. Even if there’s a rare asymptomatic person that might transmit, an epidemic is not driven by asymptomatic carriers.”

Autrement dit, l’obligation générale et systématique de port du masque pour l’ensemble de la population en bonne santé, même en plein pic épidémique – et a fortiori hors pic épidémique – est une aberration non fondée sur l’expérience scientifique.

Nombre de morts par jour en France attribuées à la COVID-19, avec une moyenne glissante sur 7 jours. Dernier point : 11 septembre 2020. Source : Financial Times.

Nombre de cas positifs confirmés de COVID-19 par jour en France, avec une moyenne glissante sur 7 jours. Dernier point : 11 septembre 2020. Source : Financial Times.

En outre, les CDC (Centers for Disease Control, agence sanitaire fédérale des États-Unis) ont précisé à l’occasion des incendies qui ravagent en ce moment même tout l’ouest des États-Unis :

Cloth masks will not protect you from wildfire smoke.

Cloth masks that are used to slow the spread of COVID-19 by blocking respiratory droplets offer little protection against wildfire smoke. They do not catch small, harmful particles in smoke that can harm your health.

C’est-à-dire :

Les masques en tissu ne vous protègeront pas contre la fumée des incendies.

Les masques en tissu qui sont utilisés pour ralentir la propagation de la COVID-19 en bloquant les gouttelettes respiratoires offrent peu de protection contre la fumée des incendies. Ils n’arrêtent pas les particules fines et nocives de la fumée qui sont dangereuses pour votre santé.

Or il est évident qu’un virus est encore bien plus petit que ces particules de suie, la taille du SARS-CoV-2 étant de l’ordre de 100 nanomètres (un dixième de micromètre). Si un masque en tissu peut être utile pour ralentir la propagation du virus, c’est donc uniquement lorsque celui-ci est inclus dans des gouttelettes projetées par la toux ou des éternuements, mais certainement pas “flottant dans l’air”.

Même l’OMS, d’ailleurs, ne recommande pas actuellement le port du masque par l’ensemble de la population.

Ce qui précède ne concerne, bien sûr, que l’aspect proprement biologique des mesures sanitaires imposées ; pour leur impact psychologique, voir ici… ou écouter divers témoignages, d’enfants ou d’adultes.

Et pour les ressorts profonds de cette vaste mascarade, suivez l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *