Covid-19 : des décisions délirantes pour nous faire accepter quoi ? (UPR)

[Note de l’administrateur de ce blog : François Asselineau a réalisé un score de 0,92 % à la dernière élection présidentielle. Vu qu’il est à peu près le seul dirigeant politique à tenir des propos sur la crise “sanitaire” à la hauteur des délires constatés, doit-on en déduire que la France est démocratique à 0,92 % ?]


Covid-énigme : François Asselineau nous fait prendre du recul sur la réalité délirante à l’œuvre dans nos vies quotidiennes. Il s’interroge sur les raisons de ces décisions, prises en pleine pandémie du coronavirus, au prétexte de lutter contre une crise sanitaire, et qui s’avèrent toutes plus ineptes les unes que les autres. Enfin il propose une explication : ne cherche-t-on pas à nous faire accepter l’inacceptable ?

Continuer la lecture sur le site de l’UPR →

L’écriture inclusive exclut-elle quelque chose ?

Sauf à revenir d’une mission de longue durée sur Mars, vous ne pouvez pas ignorer que la langue française a développé ces dernières années une série de symptômes inquiétants, sous forme de boutons se multipliant rapidement, associés à une prolifération inhabituelle de la lettre e, voire de groupes de lettres apparemment anarchiques.

La maladie touche principalement la communication institutionnelle, surtout celle se prétendant “de gauche”, “progressiste” ou “syndicale”, mais n’épargne pas pour autant les milieux cultivés, puisqu’elle se répand même dans les départements de lettres des universités. En voici quelques échantillons in vivo :

Cher·e·s collègues,
Nous vous proposons l’actualité syndicale récente, …

Cher·e·s collègues,
Le site du Forum 2020 est désormais ouvert pour la soumission des résumés…

Jusqu’à présent le modèle officiel de l’inspection individuel [sic] rabat l’évaluation des pratiques professionnelles des enseignant·e·s sur l’observation d’une heure de cours, la consultation des documents et affichages pédagogiques des professeur·e·s, de copies corrigées et des supports des élèves. Un entretien porte ensuite le plus souvent sur ces seuls éléments même si de nombreux·ses inspecteur·trice·s en élargissent le spectre.

Les gardiens de la langue – qui peuvent être des femmes – ont eu beau alerter sur la dangerosité de l’épidémie, il semble que la maladie n’ait pas encore pu être enrayée. Peut-être parce que le diagnostic n’est pas le bon ? Se pourrait-il que cette écriture se voulant inclusive – par opposition à l’écriture habituelle qui, elle, pratiquerait l’exclusion de certaines catégories de personnes, et notamment des femmes – soit en réalité terriblement exclusive de quelque chose ?

Continuer la lecture