Ce qui cloche avec Greta Thunberg (Tatiana Ventôse)

[Note de l’administrateur de ce blog : comme le dit très bien Tatiana Ventôse (de son vrai nom Tatiana Jarzabek) :

“Le problème avec Greta Thunberg, c’est que critiquer, ou juste poser une question, revient à attaquer une ado autiste qui a survécu à une dépression. Tu passes pour un connard.”

On ne peut pas mieux résumer la technique de culpabilisation victimaire qu’exploite sans aucune modération l’oligarchie régnante afin de désamorcer toute critique sur les sujets les plus importants. C’est sans doute pour cela que la porte-parole du Gouvernement de la République Française est une femme noire obèse incapable d’un semblant de correction vestimentaire.

Mais le problème avec cette manipulation grossière,  c’est qu’une fois qu’on l’a comprise, on la voit partout et elle ne fonctionne plus.]


La grande messe pour le climat et l’invention du délit
de blasphème scientifique (FNLP)

[Note de l’administrateur de ce blog : enfin ! Une association pour la “libre pensée” dénonce les atteintes répétées à la liberté de penser, y compris pour ce qui touche au climat (certain(e)s ont déjà brandi la menace du “négationnisme climatique”, ce qui n’est pas de bon augure). J’ai pourtant moi-même contribué à dénoncer les manipulations de certains “climatosceptiques”, mais c’était, comme toujours, par souci d’esprit critique, et je pourrais faire de même pour des vedettes de “l’autre camp”… sachant que la notion de “camp”, en sciences, n’a justement aucun sens, et reflète l’abandon de la raison.

Je ne suis pas moi-même aussi anticlérical que la Fédération Nationale de la Libre Pensée, et je souris lorsque je lis comme titre de paragraphe “Coucou, revoilà l’Église !” : s’il s’agit de l’église catholique, ou plus généralement chrétienne, il est clair que ce n’est plus elle qui exerce aujourd’hui en France une influence déterminante sur le formatage des esprits, et ceci depuis longtemps. Ce sont plutôt, justement, des Églises qui prétendent ne pas en être, et qui en sont d’autant plus dangereuses et fanatiques.

Mais je laisse, bien sûr, la liberté à la Libre Pensée de penser ce qu’elle veut… et je la remercie de rappeler quelques évidences. Je compte même, peut-être, faire appel à elle pour me défendre contre une chasse aux sorcières bien contemporaine.

En attendant, insistons pour rappeler que le plus grand danger pour l’humanité ne provient pas du climat, mais du mensonge, élément essentiel de toutes les guerres, et de la passivité des hommes devant lui.]


En quelques années, la jeunesse de notre pays a connu la destruction physique de pans entiers de l’Humanité : l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie… Sous nos yeux, le peuple palestinien est parqué dans des prisons à ciel ouvert, et le Yémen connait un déluge de bombes, made in France, et 80 enfants meurent chaque jour de faim…

L’armement actuel des puissances militaires est en capacité de raser toutes les grandes villes du monde, et pourrait provoquer des pandémies. Quand ce n’est pas sur le terrain militaire, c’est l’économie qui prend le relais. Après la crise de 2008, tous les experts se demandent quand les prochaines bulles vont éclater, menaçant toute l’économie mondiale.

Ce tableau rapide, connu et non-discutable, puisque factuel, est sous nos yeux. Or, depuis des mois, s’accélère une campagne d’une ampleur inédite : médias, gouvernement, responsables politiques de tous bords l’affirment : le monde est menacé par… le climat ! Les termes de « fin du monde » sont systématiquement accolés aux termes de « climat », « réchauffement climatique » ou, plus prudemment : « changement climatique ».

La jeunesse enrôlée comme au bon vieux temps

Et comme dans ces occasions, ce sont les jeunes qui sont utilisés : des enfants de 14 ans deviennent des stars médiatiques de shows et de démonstrations visant à faire « prendre conscience » de la nocivité des activités humaines et ce, souvent « à l’insu de leur plein gré ». Une grève « pour le climat » est prévue ce 15 mars et le gouvernement encourage cette propagande dans les établissements scolaires par l’organisation de débats.

Tout est bon dans cette nouvelle croisade et plus besoin d’avoir la moindre compétence dans le domaine : une image d’ours malade, un iceberg qui se détache, et voilà que tout le monde est invité à penser la même chose. Bien entendu, l’heure n’est pas à l’augmentation des salaires ou à la défense de l’industrie, on l’aura bien compris (puisque là, c’est de « fin du monde » dont il s’agit). Qui, face à un tel cataclysme annoncé, pourrait oser penser égoïstement à sa retraite ou à ses 5 euros d’APL, dont on nous a expliqué toute la futilité ringarde (leur suppression, ne l’étant pas, bien évidement).

Ainsi, ceux qui provoquent guerres, famines, épidémies, effondrements économiques ou asphyxie de pays entiers, invitent sans honte les étudiants et jeunes à se révolter… contre l’Humanité jugée menaçante envers elle-même et la planète. En effet, ce serait l’homme, dans sa totalité et entièreté indépendamment de sa condition sociale et économique, du marchand d’armes au SDF, qui serait responsable du danger imminent qui menace l’Humanité et la planète et serait coupable des catastrophes bien réelles qui se produisent sous nos yeux tous les jours. Tous humains, tous responsables, on vous dit. Cela va même plus loin, puisque dans une revue universitaire publique, on trouve tout naturellement ce titre : « l’homme, cette espèce cancérigène »… Avec cela, famines et guerres ne peuvent être que salvatrices…

Pour couper court à toute discussion, un des partisans de ce mouvement, François-Marie Bréon, n’hésite pas : « On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles et donc sans doute avec la démocratie »(1).

Le climat peut tout justifier, même la dictature. Un bel avenir pour la jeunesse.

Continuer la lecture sur le site de la Fédération Nationale de la Libre Pensée →

Climat investigation

climat investigation 300Le genre : scandaleuse insignifiance.

J’ai déjà eu l’occasion de démonter certains arguments foireux de “climatosceptiques” (mot idiot mais commode en première approche), notamment en disséquant une conférence de Vincent Courtillot, scientifique bien plus gradé que moi mais tellement obsédé par l’idée de démontrer l’influence prépondérante du Soleil sur le climat (pour prouver l’influence minime de l’homme) qu’il est devenu célèbre malgré lui par un article intitulé “Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate?” où il fit avec ses coauteurs un calcul supposant implicitement que la Terre était un disque noir orienté vers le Soleil. Gênant pour le directeur de l’Institut de Physique du Globe, ainsi que pour le comité de lecture de la revue Earth and Planetary Science Letters qui laissa passer une telle boulette ; cette mésaventure lui valut d’ailleurs l’affectueux sobriquet de Chevalier de l’Ordre de la Terre Plate.

Logiquement, j’ai donc eu du mal à ne pas m’intéresser au “sulfureux” ouvrage (comme disent les journalistes obéissants, courbant préventivement la nuque au cas où) de Philippe Verdier, ex-Monsieur Météo de France 2 et viré de cette même chaîne en raison précisément de ces écrits jugés “climatosceptiques”. Même si, bien entendu, je ne m’attendais pas à devoir fournir les mêmes efforts intellectuels que ceux nécessaires pour montrer que Vincent Courtillot ne captait strictement rien aux articles de dendroclimatologie utilisés pour appuyer sa thèse. Eh oui, un article scientifique, c’est beaucoup de travail pour son auteur, mais aussi un travail conséquent pour les lecteurs, surtout lorsqu’ils ne sont pas familiers du champ de recherche concerné – ce qui était mon cas.

Continuer la lecture