Home » Ailleurs » Fondamentaux » Mediamensonges » Pardonnez-moi (Reza Moghaddassi)

Pardonnez-moi (Reza Moghaddassi)

[Note de l’administrateur de ce blog : Reza Moghaddassi, agrégé de philosophie né d’un père iranien et d’une mère française, enseigne au Gymnase (lycée1) Jean-Sturm à Strasbourg.]


A tous les gens raisonnables et très intelligents qui s’indignent devant ceux qui ne veulent pas se faire vacciner.

Pardonnez-moi d’avoir des doutes sur la sûreté de ce que vous appelez en chœur des « vaccins ». Je devrais en effet faire aveuglément confiance à la télé et aux autorités. Je devrais faire confiance aux études fournies par les laboratoires pharmaceutiques même s’ils ont été condamnés ces dernières années à des milliards de dollars d’amendes notamment pour fraude scientifique.

Pardonnez-moi mon égarement et mon effort pour comprendre la justification scientifique des mesures qui sont prises.

Pardonnez-moi de chercher à évaluer la proportionnalité des mesures prises par rapport aux risques encourus.

Pardonnez-moi de confronter le discours des scientifiques lourds de liens et de conflits d’intérêts avec ceux qui n’en ont pas.

Pardonnez-moi de chercher à comprendre la nature des controverses scientifiques plutôt que de me ranger dans la dictature d’une pensée autorisée arrogante et partiale.

Pardonnez-moi de ne pas vouloir être le cobaye d’injections expérimentales en cours d’essais cliniques.

Pardonnez-moi d’oser regarder les chiffres officiels (pourtant largement sous-évalués) des morts et des effets indésirables graves liés aux différents vaccins en cours au lieu de laisser cela aux « experts » ou bien de reconnaître simplement que tous ces évènements ne sont que des coïncidences sans lien de causalité établie.

Pardonnez-moi de ne pas vouloir faire prendre le risque d’effets secondaires graves à mes enfants alors qu’ils n’ont quasiment aucune chance de faire une forme grave du covid et que personne n’est capable honnêtement et scientifiquement de reconnaître un rapport bénéfice risque favorable pour eux d’une telle vaccination.

Pardonnez-moi d’exister.

Vous avez raison, je ne suis qu’un insolent. Après tout nous sommes dans l’urgence et nous n’avons pas le temps de s’encombrer de la réflexion et de la morale. Ne brisons pas l’unité du troupeau et laissons-nous guider par les « experts » honnêtes et fiables qui nous gouvernent. L’important ce n’est pas la vérité, ce n’est même pas la réalité, c’est d’être uni dans la guerre contre le virus.

Vous avez raison le plus grand danger, ce sont les « complotistes », c’est-à-dire tous ceux qui osent remettre en cause l’intégrité des autorités politiques et scientifiques ou des médias de masse. Ces vilains conspirationnistes vont semer les germes du doute et de la division. Ils risquent, par leur impudence, de pousser les gens à réfléchir.

Merci en revanche à Pfizer et à Moderna, et à tous les autres, de penser à nous et de nous proposer une offre d’abonnement à vie.

Merci à leurs amis de longue date dès les bancs de l’université de médecine puis à travers une collaboration étroite de devenir leurs relais et contribuer ensemble à construire une science véritable au service de la santé.

Merci aux médias dominants, neutres et indépendants de faire un travail si important de réinformation des masses incultes dont je fais partie.

Merci bien évidemment aussi à toute l’équipe dirigeante de faire de son mieux, pour notre bien.

C’est pour notre bien.

Oui, c’est pour notre bien en effet que les autorités ont continué depuis un an et demi à supprimer des lits à l’hôpital.

C’est pour notre bien qu’ils nous ont imposé le port du masque à l’extérieur sans aucun fondement scientifique.

C’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander de la vitamine D et du zinc en prévention pour renforcer nos défenses immunitaires malgré toutes les études qui confirment leur rôle.

C’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander des traitements précoces peu onéreux malgré l’abondante littérature scientifique et les expériences de terrain qui en montrent l’efficacité et qu’ils recommandent seulement du Doliprane et de rester à la maison.

C’est pour notre bien qu’ils menacent et suspendent tous les médecins qui ont soigné leurs patients avec des résultats époustouflants au lieu de les renvoyer chez eux avec du Doliprane.

C’est pour notre bien qu’ils commandent des millions de doses de Remdesivir à 3000 euros la dose en intraveineuse sans études validant ces effets et malgré un retour sur le terrain qui a conclu à son inefficacité, sa toxicité pour les reins et son rôle mutagène.

C’est pour notre bien qu’ils refusent de s’intéresser au vaccin chinois ou russe, (uniquement pour des raisons sanitaires ! ), même quand on ne disposait pas d’assez de vaccins.

C’est pour notre bien qu’ils terrorisent et menacent la population pour aller se faire injecter un médicament expérimental sur lequel nous n’avons aucun recul à moyen et long terme.

C’est pour notre bien que le pouvoir exécutif a créé un conseil de défense totalement secret (pour 50 ans) avec une haute autorité de santé composée d’acteurs en conflits d’intérêt.

C’est pour notre bien qu’ils incitent les enfants à se faire vacciner alors qu’ils risquent davantage de souffrir des effets secondaires des « vaccins » que du covid.

C’est pour notre bien qu’ils lancent une vaccination de masse en pleine pandémie contrairement aux règles habituelles de prudence.

C’est pour notre bien qu’ils piétinent les libertés les plus fondamentales et scindent à présent le peuple en deux avec deux régimes de droits.

C’est pour notre bien qu’ils ont interdit la prescription d’hydroxychloroquine jusque-là en vente libre par les médecins.

C’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander l’usage de l’ivermectine, de macrolides et du zinc.

C’est pour notre bien qu’ils ont méprisé tout le travail de l’IHU Méditerranée, le lieu le plus à la pointe de la recherche en France en infectiologie et dont les résultats ont été bien meilleurs qu’ailleurs.

C’est pour notre bien qu’ils mobilisent et financent des tests PCR peu fiables avec des cycles d’amplifications si nombreuses que le test perd toute sa pertinence.

C’est pour notre bien qu’ils comptabilisent comme mort du covid une majorité de gens morts avec le covid.

C’est pour notre bien qu’ils se sont associés avec les Gafam pour censurer les lanceurs d’alerte sur YouTube, sur twitter, sur Facebook.

C’est pour notre bien qu’ils acceptent de décharger les industries pharmaceutiques de toute responsabilité juridique en cas d’effets secondaires des vaccins et qu’ils nous font signer une déclaration de consentement.

C’est pour notre bien qu’il a été décidé de créer une scission en France entre les vaccinés et les non-vaccinés alors même que les vaccinés peuvent être contaminants.

C’est pour notre bien qu’on a déclaré comme fous, gâteux, dangereux tous les scientifiques parmi les plus brillants et aux titres académiques les plus prestigieux qui ont eu le malheur de contester la narration officielle sur les évènements.

Pardonnez-moi de finir par me méfier de ceux qui veulent mon bien. Je suis trop bête pour comprendre.

Trop bête pour comprendre :

Qu’on a dû changer la définition de ce qu’est un vaccin pour pouvoir dire que ces expériences géniques sont des vaccins.

Que nous sommes face à un vaccin si nouveau et si révolutionnaire qu’il n’empêche pas de tomber malade ni d’être contaminant.

Que nous prétendons « vacciner » les gens avec des techniques inédites qui sont en phase expérimentale et dont nous ne connaissons pas les conséquences à moyen terme et à long terme, mais que ceux qui se font vacciner ne seraient pas des cobayes.

Trop bête pour comprendre :

Qu’on ne connaît pas exactement l’intégralité de la composition des vaccins au nom du secret industriel, mais qu’on peut pourtant affirmer qu’il n’y a pas de problèmes.

Que les industries pourvoyeuses des vaccins dont Pfizer ont été condamnés à plusieurs milliards d’amendes pour fraude scientifique, mais qu’on peut s’appuyer sur leurs seules études pour lancer la campagne vaccinale.

Que si des spécialistes de la vaccination et des scientifiques dans le monde entier mettent en garde contre les risques de ces vaccins à adénovirus ou à ARN messager, c’est parce qu’ils sont devenus fous ou séniles.

Que si une personne âgée meurt en ayant le covid, elle meurt du covid mais que si une personne âgée meurt après s’être fait vacciner elle meurt de vieillesse.

Que le nombre de morts et d’effets indésirables officiellement signalés par les agences de pharmacovigilance chez les « vaccinés » est sans commune mesure par rapport aux vaccins habituels mais que nous devons fermer les yeux.

Trop bête pour comprendre :

Que ces injections géniques évitent les formes graves alors que pourtant en Israël et en Angleterre ultra vaccinés une partie non négligeable des personnes en réanimation sont doublement vaccinés.

Que ce vaccin est tellement protecteur qu’il faut continuer les gestes barrières, continuer à porter les masques et surtout continuer à craindre les non-vaccinés.

Qu’il est tellement efficace qu’on parle déjà de « baisse immunitaire », de troisième ou de quatrième dose et pourquoi pas d’un abonnement annuel ou biannuel.

Trop bête pour comprendre :

Qu’on n’a jamais mis fin aux épidémies de grippe mais qu’on prétend qu’en « vaccinant » tout le monde nous allons vaincre le coronavirus.

Que nous faisons partie des pays au monde qui ont le plus de morts par millions d’habitants, mais que nous sommes pourtant les meilleurs et que nous pouvons continuer à nous fier à la même équipe scientifico-politique.

Que les pays les plus vaccinés sont ceux qui sont les plus touchés par les nouveaux variants mais que c’est parce que nous ne sommes pas suffisamment vaccinés.

Que si les vaccinés tombent malades, c’est à cause des non-vaccinés.

Que l’État est surendetté et n’a pas d’argent, mais qu’il peut débloquer des milliards et des milliards pour financer sa politique sanitaire.

Que les tests et les vaccins sont gratuits, mais que ce sont les contribuables qui vont devoir les payer.

Qu’en prétendant sauver une partie infime de la population, nous allons sacrifier la vie de beaucoup d’autres et détruire l’avenir de la nation.

Oui, je suis trop bête pour comprendre tout cela.

Je dois avoir l’esprit tellement confus que tout semble s’inverser dans ma tête.

Je dois apprendre grâce à vous à remettre les choses dans le bon ordre.

Inversion

Je dois, en effet, comprendre que :

La liberté, c’est de se soumettre au pass sanitaire.

L’immunité artificielle est meilleure que l’immunité naturelle.

Si les gens vaccinés tombent malades ou développent des formes graves, c’est la preuve que le vaccin marche.

Si le vaccin fonctionne moins bien contre un nouveau variant, c’est qu’il faut reprendre une dose du même vaccin.

Toute personne testée positive à un test PCR est une personne malade.

Toute personne en bonne santé est un malade qui s’ignore et dont il faut se méfier.

Je suis désolé, je suis un peu lent et il va falloir que je me répète souvent tout cela pour réussir à l’intégrer. Heureusement que les journalistes sont là pour faire preuve de pédagogie et de répétition.

Merci à vous, tous les gens raisonnables et très intelligents, de veiller sur nous.

Merci de nous dispenser de penser.

Reza Moghaddassi, le 23 juillet 2021

Print Friendly, PDF & Email
  1. En allemand, lycée se dit Gymnasium.

23 commentaires sur “Pardonnez-moi (Reza Moghaddassi)

  1. Complètement en phase avec l’avis de Reza
    Il faut douter, questionner, chercher le sens à toute cette démarche, laquelle, avec le recul qu’il convient de prendre, apparait on ne peut plus déraisonnable

  2. Reza, vous avez parfaitement résumé la situation actuelle avec toutes les incohérences et l’absence de vraies analyses scientifiques par de vrais experts, sans conflits d’intérêts. Merci pour cette analyse.

  3. merci de nous faire partager cet éblouissant texte qui ne peut mieux exprimer ce que l’on subit et que je partagerai autant que possible

  4. Votre message est clair, synthétique et plein de bon sens. Les médias dominants ou les discoureurs officiels vous traiteront bien sûr de complotiste: oser s’interroger, poser des questions, voire penser autrement qu’eux est un crime de lèse-majesté; eux seuls détiennent “la” vérité”, fût-ce en manipulant les chiffres, les données scientifiques, le vocabulaire ou les faits. Ce qui est triste est la démission de la plupart de nos représentants élus, des syndicats, du plus grand nombre des “intellectuels”, des médecins, des jeunes…. à leur décharge toutefois, à la suite d’un véritable matraquage médiatique et de discours créant la peur ou au besoin menaçants! Le monde de l’entreprise s’est laissé prendre au piège des aides financières, que beaucoup payeront chèrement. On nous a dit d’aller voir en Chine si nous pensons régime autoritaire; heureusement nous n’en sommes pas encore là, mais notre démocratie n’est plus que virtuelle, avec un parlement majoritairement aux ordres, et des institutions de contrôle (Conseil d’Etat et Conseil Constitutionnel ) qui par intérêt, veulerie ou complaisance ont oublié que leur rôle est de défendre les dispositions majeures de notre constitution ainsi que l’intérêt des français, et non celui du pouvoir…Triste monde! Il reste à espérer qu’avec des prises de parole comme la vôtre, le peuple ouvrira enfin les yeux…

    1. Reza Moghaddassi ne fait en réalité que ce que tout enseignant devrait faire… Si beaucoup ne s’expriment pas c’est parce qu’ils croient que le courage est optionnel, alors qu’il est obligatoire face à la tyrannie pour mériter encore sa reconnaissance sociale. Ils seront balayés comme de faux repères par les générations montantes, tant pis pour eux et bon débarras. On n’a pas besoin de lâches en cette période.

  5. merci Reza; c’est si agréable d’être aussi bête que vous …je crois que vous avez oublié dans la liste …des vigiles embauchés à l’hôpital plutôt que des soignants…c’est normal , c’est dangereux l’hopital! on peut y rencontrer des non vaccinés!…. les policiers libres de se vacciner (on a bien besoin d’eux!) , quand on oblige les soignants …c’est normal , un policier ça ne se brusque pas , c’est fragile….on a pas besoin de pass dans le TER et le métro mais dans le TGV , c’est normal , le TER et le métro c’est pour le peuple …
    Plus sérieusement, ces mesures ont à voir avec la perversité …pauvres soignants qui risquent de devoir refuser de soigner les non vaccinés, ça risque de leur faire mal au serment d’hypocrate …encore des dépressions à prévoir,
    claire Denis

  6. Je travaille dans la recherche médicale depuis plus de 20 ans et j’aimerai avoir votre perspicacité.
    S’il vous plait, dites moi comment vous arrivez si facilement, à savoir qu’une communauté se trompe presque unanimement ?
    S’il vous plait, dites moi que les historiens et les archivistes se trompent et que nous n’avons jamais connu de guerres et de génocides.
    S’il vous plait dites moi que les experts du GIEC sont eux aussi des incompétents et des menteurs et que nos enfants ne sont pas en train de vivre sur un bateau en train de couler.

    Ou à défaut, dites moi au moins comment vous arrivez à séparer le bon grain de l’ivraie, est ce que les bons scientifiques sont seulement ceux attachés aux bonnes causes ? (Mais alors, cela voudrait dire que soigner sont prochain serait une mauvaise cause ?)

    Et ce que j’ai eu tord en me faisant vacciner de penser que la fraternité envers les plus faibles était plus importante que mes peurs et mes doutes ?

    Beaucoup de questions et si peu de réponse

    S’il vous plait, aidez moi à comprendre.

    Denis Grenier

    1. Il faudrait demander à Reza Moghadassi (je ne suis que le relais de sa prose). Mais je peux vous donner des pistes (dans l’ordre de vos questions) :

      – Ne confondez pas l’unanimité médiatique avec l’unanimité réelle (ne confondez pas les projections sur le mur de la caverne avec le monde réel), et ne négligez pas, ni la corruption systémique du milieu médical, ni même le simple aveuglement doctrinaire de praticiens tellement spécialisés dans leur technique qu’ils n’en perçoivent pas les limites. Qui a dit ceci : “La profession médicale est achetée par l’industrie pharmaceutique, non seulement en termes de pratique de la médecine, mais aussi en termes d’enseignement et de recherche. Les institutions académiques de ce pays se permettent d’être les agents rémunérés de l’industrie pharmaceutique. Je pense que c’est honteux.” ? L’ancien rédacteur en chef du New England Medical Journal, le Dr Relman, en 2002. Voir ici la source, avec d’autres.

      – Justement, vous êtes en pleine troisième guerre mondiale et en plein génocide. Les précédents étaient-ils reconnus comme tels dès le début ?

      – Je ne vois pas ce que vient faire le GIEC ici (est-il compétent en médecine, ou même en méthodes totalitaires ?) mais “experts du GIEC” est une expression qui ne veut rien dire. Il y a des scientifiques qui travaillent sur ou autour du climat dans le monde entier, payés par leurs pays respectifs, le GIEC ne fait que rassembler et présenter de façon plus accessible leurs travaux. Et pour ceux qui ont la patience d’aller consulter les sources (je l’ai fait, au moins partiellement, en 2007), la distorsion entre les sources scientifiques primaires et le “résumé pour décideurs” qui en est fait est évidente. Mais ne comptez pas sur les journalistes pour se taper la véritable science…

      – La seule méthode pour séparer le bon grain de l’ivraie est de travailler avec rigueur, ce qui demande des compétences mais surtout du temps. Et si un scientifique raisonne en termes de causes bonnes ou mauvaises dans son travail il n’est tout simplement plus un scientifique.

      – La fraternité envers les plus faibles impose de ne pas gober la propagande des plus forts, surtout quand ce sont les mêmes qui ont déjà refusé de soigner les plus fragiles, voire favorisé leur euthanasie (le fameux décret Rivotril fort bien analysé par le Dr Nicole Delépine), et de comprendre que la “vaccination” expérimentale en cours n’est pas une solution en dehors de cas très particuliers (je vous recommande les 10 points du Dr Malone qui sait très bien de quoi il parle, à la fois comme chercheur, comme malade et comme vacciné) et que, comme tout traitement expérimental, à plus forte raison développé à toute vitesse, cette vaccination comporte des risques énormes, à court terme (déjà connus) mais aussi à long terme… largement inconnus. Alors que les solutions médicamenteuses existent… mais qu’elles sont systématiquement niées par les “autorités” françaises, ce qui devrait faire réfléchir tout citoyen(ne) sur la véritable nature de ces autorités. Surtout avec l’exemple récent de l’Inde, d’abord monté en épingle pour faire peur avec le “terrible” variant delta, puis “bizarrement” oublié lorsque ce même variant delta est expédié aux oubliettes par les États indiens ayant distribué des traitements simples et pas chers.

    2. Pour être un chercheur médical il me semble que vous devriez savoir que de laisser à la maison des personnes atteintes de covid19 avec seulement du paracétamol (doliprane) c’est un acte d’inimaginable inconscience. Car comme vous le savez bien, cher docteur, le Paracétamol détruit nos réserves de Glutathione qui est notre plus puissante défense contre les agressions pathogènes. De même vous devriez savoir que la vitamine D, est à la base du bon fonctionnement du système immunitaire. Pour finir votre geste patriotique et fraternel envers votre prochain, il est caduc, lorsque les instances officielles déclarent ouvertement qu’un “vacciné “est porteur du virus aussi bien qu’un non vacciné et donc votre “sacrifice” pour sauver l’humanité tombe miserement à l’eau. Au fait où vous avez trouvé votre diplôme? Dans une boîte de kellogs? Bien à vous.

  7. Les commentaires du Dr Relman (et de beaucoup d’autres) ont eu un réel impact bénéfique sur la recherche médicale, c’est pour cela qu’il est imposé depuis maintenant plus d’une décade, lorsque l’on publie un papier de déclarer le moindre conflit d’intérêt, cela n’empêche pas de publier mais cela permet aux lecteurs de pouvoir pondérer les propos des auteurs. Cette mesure était effectivement devenue vitale pour la crédibilité des publications.

    Effectivement le papier de Ioannidis avait eu un bon succès en 2005 et j’ai comme l’impression qu’en 16 ans, il a eu un impact très positif, il exprime le fait que pendant (trop) longtemps les gens qui faisaient les statistiques médicales n’étaient pas forcément des bêtes en statistiques, je vous invite d’ailleurs à lire un article écrit par des statisticiens http://prefrontal.org/files/posters/Bennett-Salmon-2009.jpg qui critiquait avec humour il y a 12 ans le peu de rigueur de certains papiers publiés en neurologie.

    Il reste je pense toujours possible de publier des résultats erronés mais comme le dit Ioannidis dans le papier que vous citez : la probabilité de publier une grosse erreur dans un grand journal est beaucoup plus faible que celle de publier une petite erreur dans le journal d’une petite communauté

    Dans l’ensemble, votre réponse est conforme à ce que j’attendais.

    Merci à vous

    1. De rien. Malheureusement, les médecins ou chercheurs actuellement les plus présents dans les canaux grand public sont criblés de conflits d’intérêt et on les invite toujours, sans même citer lesdits conflits d’intérêt (il n’y a que de vilains “complotistes” pour le faire). La capacité d’analyse d’un téléspectateur devant son journal de 20h n’est pas celle d’un chercheur habitué à disséquer des publications, et les gouvernants le savent bien, et en profitent sans vergogne.

      Vous citez avec raison le peu d’expertise en statistiques que peuvent avoir certains chercheurs médicaux (je vous conseille également cet article cité par Robert Malone sur le paradoxe de Simpson) mais il ne s’agit là que d’erreurs par manque de compétence, non de mensonges délibérés. Or nous sommes véritablement entrés dans l’ère des mensonges promus, y compris dans des revues prestigieuses (voir le maintenant fameux “Lancetgate”, qui pourrait n’être qu’un prélude à pire), au rang de science.

      Je serai donc moins optimiste que vous (et Ioannidis) sur la probabilité de publier des résultats erronés en fonction de la “grandeur” du journal : s’il s’agit d’erreurs, votre opinion est sans doute justifiée, pour la simple raison que les relecteurs des revues prestigieuses ont des chances d’être plus compétents que ceux des revues qui le sont moins (mais ils sont sans doute, aussi, plus débordés, ce qui risque de produire l’effet inverse).

      Par contre, s’il s’agit de promouvoir intentionnellement des mensonges, par exemple en raison d’intérêts financiers colossaux – on parle quand même de milliards de dollars, et on parle toujours des mêmes – alors le même travail de corruption sera bien plus efficace lorsqu’il porte sur de “grands” journaux que sur des petits, leur visibilité étant bien supérieure. Une froide mais efficace logique industrielle conduit alors à ne pas s’occuper des petits, et à faire porter tous les efforts de corruption sur les gros…

  8. Bravo pour ce texte magnifique. Nous continuons le combat. Xochi

    Chers Amis,

    Depuis quelques jours, j’ai créé une nouvelle rubrique que j’ai nommée “Nouvelles des Brigades Anti-Graphène”… car la situation évolue très rapidement.

    http://xochipelli.fr/2021/08/nouvelles-des-brigades-anti-graphene/

    En ce qui concerne la Protéine Spike. Elle n’existe que si le SARS-COV-2 existe… or, il n’existe pas.

    La véritable Spike, photographiée, est la couronne bio-moléculaire de graphène (ou de toute autre nano-particule de titanium, d’aluminium, de fer, de magnétite, etc) qui se forme au contact entre un fluide humain et l’oxyde de graphène, ou toute autre forme de graphène.

    Aujourd’hui, le Syndrome de la Couronne, ce n’est pas celui d’un coronavirus inexistant, c’est celui de la couronne de protéines induite par la graphénisation. Le danger, pour la survie des Peuples, n’émane pas de la couronne fantôme des protéines Spike: il émane de la couronne nécro-moléculaire personnalisée qui se forme autour des nanoflocons d’oxyde de graphène envahissant le corps humain.

    Courage

    Xochi

    1. Et les autres coronavirus, ils n’existent pas ? Et la couronne qui leur donne leur nom, comment a-t-elle pu être mise en évidence bien avant les injections vaccinales, à supposer qu’elles contiennent de l’oxyde de graphène ?

      1. François bonjour,
        Les autres coronavirus existent-ils? A savoir, ont-ils été isolés, caractérisés, photographiés?
        Sans doute pas plus que HIV, la rougeole, etc, etc.

        Il faut, d’ailleurs, signaler que la Toile n’offre que deux photographies – putatives et très floues – d’une protéine Spike [1124]. Et encore, si l’on veut bien fermer les yeux sur le fait que les deux photographies proposées, côte à côte, sur le même site de biologie présentent deux échelles différentes de telle sorte qu’un coronavirus mesure, environ, 100 nm, sur la photographie de gauche, tandis que les autres particules de coronavirus, sur la photographie de droite sont mesurées sur une échelle de 1000 nanomètres et se caractérisent par une diversité de taille – bien au-delà de l’amplitude tolérée, et officielle, de 140 nanomètres. [1162] Est-ce pour emballer ou pour graphéniser de suite?

        Si cette protéine Spike – soit naturelle, soit chimérisée en laboratoire – était, véritablement, la bombe virale et meurtrière que l’on nous propagande, pourquoi donc Google n’en a-t-il jamais fait une photographie en très haute définition?

        Si Google est capable de proposer la carte d’un cerveau humain présentant 50 000 cellules et 130 millions de synapses – d’un poids virtuel d’1,4 pétabyte, à savoir l’équivalent de la capacité de 700 ordinateurs [334] – il doit être possible, techniquement parlant, de photographier un virus de 125 nanomètres… si ce virus constituait, vraiment, LA Pandémie des Pandémies. N’est-ce pas?

        Par contre, la photographie d’une Couronne Bio-moléculaire de Graphène, [1123] présentée sur le site du naturopathe Dr. Robert O. Young, ressemble, à s’y méprendre, à toutes ces représentations virtuelles de “protéines Spike” dont la presse corrompue a inondé le public depuis la déclaration de la fausse pandémie.

        1. Les références numériques de votre commentaire semblent indiquer que vous l’avez copié d’une source comportant de nombreuses références. Il serait bien d’indiquer laquelle…

          Par ailleurs, parler de “photographie” pour des objets aussi petits que cette protéine (ou même le virus entier) est de toute façon illusoire, puisque ce ne sont pas les photons visibles (à la longueur d’onde bien trop grande) qui risquent de nous en donner une image. Si l’on peut trouver ça et là de “jolies images”, ce sont toujours des reconstructions informatiques, très indirectes, et qu’il est bien trop difficile d’expliquer ici.

          Mais oui, les virus existent bien (corona ou pas), même si on ne comprend certainement pas tout de leur rôle dans l’organisme, déjà parce qu’on ne comprend pas tout du rôle de l’ADN ou de l’ARN. On a par exemple pendant longtemps considéré qu’une bonne partie de l’ADN ne servait à rien (au point de l’appeler élégamment “ADN poubelle”), avant de se rendre compte qu’en fait, il était très utile !

          1. Très bien, mais je n’ai pas vocation à publier des commentaires qui sont des copiés-collés de votre production, avec de nombreuses références devenant du coup incompréhensibles. Je ne les validerai donc plus.

    1. Je n’ai pas étudié en détail ce que dit le Dr Young. J’ai juste parcouru rapidement son rapport en version originale et la façon dont certains résultats sont présentés m’a semblé pour le moins “légère” pour une publication scientifique, voire carrément fausse. Déjà, de nombreux clichés de microscopie n’ont pas d’échelle, ce qui pose problème. Certaines légendes sont fausses : par exemple celle de la figure 13 se rapporte à la figure 11 et vice-versa (on peut le vérifier car pour une fois, l’échelle est fournie). Ce sont là deux clichés de microscopie électronique à balayage.

      La figure 25 sur la page 16 de la traduction (très mauvaise) que vous mentionnez est à l’évidence un cliché de microscopie optique (à contraste de phase) et montre des cellules dont la taille n’a rien à voir avec celle du virus : les globules rouges, encore appelés érythrocytes ou hématies, ont un diamètre d’environ 7 micromètres (soit 7000 nanomètres), bien plus qu’un virus, le SARS-CoV-2 étant d’une taille assez floue pour l’instant mais de toute façon de l’ordre de la centaine de nanomètres. Et bien sûr la protéine de pointe est encore plus petite.

      Parler “d’effet corona” pour ces images est donc clairement une ânerie, les pointes observées sur les cellules n’ayant rien à voir avec les pointes de la couronne du virus et étant beaucoup plus grandes. Il n’empêche que si ces structures se produisent à cause de l’injection du vaccin (cela reste à prouver, ce pourrait être aussi le résultat d’une mauvaise préparation d’échantillons pour le microscope, n’oublions pas que ce que l’on voit n’est plus dans le corps humain !), c’est bien évidemment très fâcheux et source potentielle de graves problèmes de santé.

      Je suis convaincu que certains composants des vaccins posent problème, et il a déjà été démontré – à un tout autre niveau scientifique – que la protéine S du SARS-CoV-2 est en elle-même toxique, ce qui bien évidemment remet en cause la stratégie vaccinale choisie. C’est ce qu’explique entre autres sommités Robert Malone, même si des “institutions scientifiques” comme la magazine Nature continuent à nier cette toxicité.

      Bref, le Dr Young a certainement raison d’alerter, mais ses arguments ne sont malheureusement pas à la hauteur pour convaincre la communauté scientifique, et ceci même si certaines de ses observations peuvent être intéressantes. Ils risquent au contraire d’être repris par ceux qui disent “tout va bien” pour tenter de ridiculiser les lanceurs d’alerte.

      PS : Vous pouvez consulter ici de nombreuses illustrations du SARS-CoV-2, en microscopie électronique à transmission ou à balayage (plus quelques représentations purement informatiques, baptisées “creative rendition”, qu’on traduirait par “vue d’artiste”) :

      https://www.flickr.com/photos/niaid/albums/72157712914621487/with/49727106208/

      Certaines permettent de bien se rendre compte de la différence de taille entre cellules et virus. Bien entendu, les couleurs sont complètement artificielles et arbitraires, elles ne sont là que “pour faire joli” (ou rendre l’image plus lisible).

  9. Ensuite vous dites. Parler “d’effet corona” pour ces images est donc clairement une ânerie, les pointes observées sur les cellules n’ayant rien à voir avec les pointes de la couronne du virus et étant beaucoup plus grandes. Il n’empêche que si ces structures se produisent à cause de l’injection du vaccin (cela reste à prouver, ce pourrait être aussi le résultat d’une mauvaise préparation d’échantillons pour le microscope, n’oublions pas que ce que l’on voit n’est plus dans le corps humain !), c’est bien évidemment très fâcheux et source potentielle de graves problèmes de santé.

    Je peux vous affirmer que depuis avril, j’ai consulté des centaines d’études (en anglais) sur les nano-particules, sur le graphène, etc.

    Aujourd’hui, le phénomène de ce qui est dénommé “couronne bio-moléculaire de graphène” est indubitable. Et il est indubitable pour toute nécro-nano-particule, pas seulement l’oxyde de graphène, ou les nano-tubes de carbone ou les points quantiques de carbone.

    Donc, vous avez raison de dire que la taille n’a rien à voir avec celle du coronavirus invisible, parce qu’inexistant, mais il ne s’agit pas d’un virus, mais d’une couronne protéique issue de la fusion entre le graphène et un fluide humain.

    1. Il est tout à fait possible que les vaccins produisent des réactions cellulaires pathologiques de ce type (encore faut-il le prouver, et, encore une fois, les écrits de Young n’ont pas la qualité scientifique nécessaire), mais il est également important de ne pas créer la confusion entre les couronnes de protéines qui donnent leur nom aux coronavirus et une modification de forme des cellules.

      Quant à dire que le SARS-CoV-2 n’existe pas, ça va être difficile à concilier avec le fait qu’il a été créé dans un laboratoire chinois construit par la France grâce à des recherches “gain de fonction” financées par des Américains, au premier rang desquels le tristement célèbre Dr. Fauci…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *