Home » Actualité » Mediamensonges » Le variant sud-africain fait pschitt

Le variant sud-africain fait pschitt

À peine la Grosse Bertha médiatico-médicale a-t-elle tiré ses premières salves pour justifier à terme l’inoculation ad vitam æternam de la nième dose en commençant dès la naissance, via ce terrible mutant sud-africain qui tombe à pic, qu’on apprend aujourd’hui des principaux intéressés que ce redoutable Omicron n’est en fait qu’une vulgaire grippette, voire un rhume en petite forme.

Que vont-ils inventer d’autre ? Terroriser les futurs malades potentiels avec des “variants asymptomatiques” plus terribles encore que les autres en ce qu’ils laissent l’imagination divaguer vers des souffrances imaginaires pire encore que les vraies, comme dans les films d’épouvante réussis où c’est toujours ce qu’on ne peut pas voir qui fait le plus peur ?

Certains avaient déjà tenté le coup avec le Delta en juillet, qui pouvait carrément vous emmener aux soins intensifs en quelques heures directement après une phase asymptomatique, disaient-ils.

Pour l’immédiat, vous trouverez ci-dessous la traduction rapide de ce communiqué de presse anglophone.

——— Début de la traduction ———

L’Association Médicale Sud-Africaine déclare qu’Omicron provoque des “symptômes légers”

Dans un développement intéressant, Angelique Coetzee, la présidente de l’Association médicale sud-africaine, a déclaré que le nouveau variant B.1.1.529, également connu sous le nom de “variant Omicron”, entraîne une “maladie légère sans symptômes importants”, selon Sputnik.

“Il provoque une maladie légère dont les symptômes sont des muscles endoloris et une fatigue pendant un jour ou deux où on ne se sent pas bien. Jusqu’à présent, nous avons constaté que les personnes infectées ne souffrent pas de la perte du goût ou de l’odorat. Elles peuvent avoir une légère toux. Il n’y a pas de symptômes remarquables. Parmi les personnes infectées, certaines sont actuellement traitées à domicile”, a déclaré Mme Coetzee à l’agence de presse.

La présidente a également ajouté que les hôpitaux ne sont pas encore surchargés par les patients porteurs de cette variante. Mme Coetzee a déclaré que la variante n’affecterait pas les personnes entièrement vaccinées, mais que la situation “pourrait être différente” pour les personnes non vaccinées.

La présidente a également critiqué les pays qui ont imposé une interdiction de voyager après avoir appris l’existence du nouveau variant. Plus tôt dans la journée de samedi, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a eu une discussion formelle avec le Premier ministre britannique Boris Johnson pour demander le retrait de l’Afrique du Sud de la liste des interdictions de voyage. “J’ai exposé le cas de l’Afrique du Sud à Johnson, ce qu’il a très bien compris”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

——–— Fin de la traduction —–——

À force de s’éterniser, les films d’horreur risquent de dériver involontairement vers la mauvaise comédie. Il semble qu’on y soit déjà ; seuls les dégâts collatéraux ont encore du mal à faire rire.

Mise à jour du 28 novembre : même l’OMS, qui tente peut-être de sauver le peu de crédibilité qui lui reste, veut maintenant de calmer le jeu.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *