Home » Actualité » Les étranges inventions de M. Kalifat

Les étranges inventions de M. Kalifat

Francis Kalifat, président du CRIFJe l’ai déjà signalé ici, le 6 février dernier, M. Francis Kalifat, président du CRIF, prit sa plus belle plume pour écrire au président de mon université une lettre très imaginative dont on peut retenir en particulier ceci (je cite) :

“Vous constaterez, sans peine, que M. François Roby est littéralement un “savant fou”…”

ou encore cela :

“Nous pensons vous avoir démontré avec toute l’objectivité nécessaire que M. François Roby est un militant d’extrême droite1 halluciné dont le cas ressort de la loi Gayssot, sinon de la psychiatrie.”

Après Patrick liste noire Cohen et ses cerveaux malades, il semble donc que M. Kalifat ait rejoint le camp des intermittents de la psychiatrie. Sa démonstration se fonde principalement sur une série de dix observations cliniques que je reporte ci-dessous, et que nous allons discuter par la suite. Chacune de ses observations – sauf une – est appuyée par la citation en note de bas de page d’un article de mon blog, que je reproduis également ci-dessous. Citons M. Kalifat :

“A croire, M. Roby, en effet,

  • L’Union européenne est d’inspiration nazie.2
  • Les attentats du 11 septembre sont l’œuvre des Israéliens et/ou  des Américains.3
  • L’effondrement des Tours du WTC serait du à une charge nucléaire souterraine qui implique l’absence d’avions.4
  • Les médias de masse sont aux mains des sionistes et ce, de France-Inter “organe de l’occupant sioniste” 5 à l’Immonde ou encore l’Aberration.
  • Ces médias aux ordres auraient fabriqué des images de synthèses d’avion s’écrasant sur les tours pour masquer les explosions.6
  • Le président Assad n’a pas utilisé d’arme chimique.7
  • Daesh est directement manipulé par Israël.8
  • Les vidéos d’exécutions de Daesh sont truquées et sont montées à Hollywood.9
  • Les sionistes ont semé les graines de l’antisémitisme nazi.10
  • L’affaire Dieudonné est une nouvelle affaire Dreyfus puissance 10.” 11

Reprenons maintenant chacun de ces points dans l’ordre.

L’Union européenne est d’inspiration nazie.

M. Kalifat l’ignore peut-être mais ce fait est historiquement avéré, puisque le premier président de la Commission Européenne, de 1958 à 1967, était l’Allemand Walter Hallstein qui auparavant avait été un proche collaborateur du régime nazi et avait travaillé avec Hitler à la construction de l’ “Europe nouvelle” voulue par lui. Sans doute trop occupé pour visionner la vidéo de 3 minutes et 30 secondes que j’ai insérée dans ma page de présentation, M. Kalifat n’a pas vu les preuves apportées par M. Asselineau, aujourd’hui officiellement candidat à la présidence de la république, et notamment une lettre (en allemand, certes) signée par M. Hallstein et comportant la phrase suivante :

Ich gehöre jetzt an dem BNSDJ, dem NSLB, der Dozentenschaft.

Ce qui signifie :

J’appartiens maintenant au BNSDJ, au NSLB, au corps des maîtres de conférences.

Le BNSDJ était le Bund Nationalsozialistischer Deutscher Juristen, autrement dit la Fédération des Juristes Allemands Nationaux-Socialistes, ou en plus court la Fédération des Juristes Allemands Nazis, qui existait entre 1928 et 1936. Le NSLB était le Nationalsozialistische Lehrerbund, autrement dit la Fédération Nationale-Socialiste des Enseignants, qui existait de 1929 à 1943.

Remarquons au passage que si “nazi” est l’abréviation allemande pour “national-socialiste”, et désigne maintenant explicitement le national-socialisme allemand de cette époque qui s’appuyait sur l’idée d’une hiérarchie des races (avec au sommet la race aryenne), ni le nationalisme ni le socialisme n’impliquent en eux-mêmes un tel suprémacisme (la nation française, par exemple, ne repose pas sur l’idée de race, au contraire de la nation israélienne qui se définit comme un “État juif”). Ainsi, se dire aujourd’hui “national-socialiste” comme le fait Alain Soral12 n’implique nullement adhérer à l’idéologie nazie, mais peut au contraire se conjuguer avec un combat antiraciste véritable.

Il est donc bien prouvé que le premier président de la Commission Européenne a fait partie de l’administration nazie, et qu’après avoir été arrêté par les Alliés il fut “recyclé” par les Américains (car oui, l’Union Européenne est en réalité une construction d’origine américaine, voir la même vidéo), comme tant d’autres, un des plus célèbres étant Wernher Von Braun, l’inventeur des fameux V1 et V2, qui fit à la NASA une brillante carrière en devenant notamment le concepteur de la fusée géante Saturn V.

Mais il faut reconnaître que cette “inspiration nazie” n’est pas, en soi, ce qu’il y a de plus problématique dans l’Union Européenne : en effet, l’œuvre des nazis ne se limite pas à l’application d’une idéologie raciste délirante en vue de justifier leur domination sur d’autres peuples, mais comporte également de réels succès, en particulier sur le plan économique. Hjalmar Schacht, qui fut ministre de l’Économie du Troisième Reich et conseiller particulier d’Adolf Hitler, est même aujourd’hui présenté comme “un génie” par l’économiste Jean-François Bouchard, peu suspect de sympathie avec l’idéologie nazie. Il put en effet sauver l’Allemagne de la ruine à trois reprises, alors qu’elle se débattait dans des crises économiques terribles nées des conditions iniques imposées par le Traité de Versailles, et en fit un pays moderne doté d’infrastructures efficaces et d’une industrie performante.

Bien plus problématique en réalité est le soutien apporté par l’Union Européenne actuelle à des néo-nazis contemporains, ne se référant en rien aux réussites économiques de Hjalmar Schacht mais bien à l’aspect idéologique le plus repoussant des nazis “historiques”, dont la chasse aux juifs. L’Union Européenne a en effet fermé les yeux sur les bataillons de néo-nazis comme Svoboda (Свобода) ayant participé aux émeutes conduisant à la destitution du président ukrainien en février 2014. Et ceci avec la complicité constante des media de grand chemin, qui ont par exemple oublié de signaler que l’actuel président de la Rada (parlement) d’Ukraine, Andry Paruby, se revendique du nazisme et fut le fondateur du Parti Social-Nationaliste d’Ukraine, qui devint Svoboda en 2004.

Rappelons au passage, comme je l’avais signalé dans cet article, que la “chasse aux juifs” peut très bien être financée par d’autres juifs (en général riches et ne craignant pas les pogroms de par leur situation sociale privilégiée) : l’idée que des juifs n’ont rien à craindre d’autres juifs est aussi absurde que l’idée selon laquelle des chrétiens n’auraient rien à craindre d’autres chrétiens, ce qui est évidemment valable pour toute autre religion, ethnie, ou en général catégorie humaine. Et maintenant, refermons la boucle sur l’Union Européenne : Igor Kolomoïski, le milliardaire-mafieux juif et ukrainien (mais aussi israélien et chypriote, et résidant en Suisse, on ne sait jamais…) dont il était question dans l’article est également co-fondateur avec le magnat des media Vadim Rabinovitch du Parlement Juif Européen, dont je me demande encore ce qui justifie son existence (et je ne suis pas le seul), mais qui siège très officiellement dans l’enceinte du véritable Parlement Européen à Bruxelles.

Les attentats du 11 septembre sont l’œuvre des Israéliens et/ou  des Américains.

Bizarrement, M. Kalifat m’attribue ici une affirmation que je n’ai jamais émise sur mon blog, pour la bonne raison que je ne suis pas en mesure de la démontrer (la physique est puissante, mais elle a ses limites) et qu’en plus je considère au mieux, si elle devait être avérée, comme une caricature trompeuse. Et il appuie cette affirmation par un de mes articles… qui n’a rien à voir avec la choucroute : il s’agit de la complicité entre Israël et Daech révélée par un officier israélien fait prisonnier en Irak. À moins qu’il y ait un lien dans l’esprit de M. Kalifat, que je n’ai pas vu ?

Mais revenons à la responsabilité éventuelle “des Israéliens” ou “des Américains” dans le 11-Septembre. Si l’on considère que “les Américains” signifie “le gouvernement des États-Unis d’Amérique” et “les Israéliens” signifie “le gouvernement de l’État d’Israël”, il est à peu près évident pour toute personne sensée que cela ne saurait être le cas. Et ce n’est pas parce que le gouvernement des États-Unis a, depuis ce funeste 11-Septembre, toujours défendu cette narration officielle qu’il a été, en tant que gouvernement, complice de ces actes : tout comme il est possible de contraindre une personne à ne pas révéler le véritable coupable d’un crime, par des méthodes de chantage plus ou moins complexes, de puissantes mafias peuvent également faire chanter un gouvernement entier, même si la chose demande une longue et minutieuse préparation. L’objet de la fiction que je présentais sous forme de travaux dirigés était d’ailleurs de montrer, en plus de l’importance de considérations scientifiques pour la vraisemblance d’un attentat sous faux drapeau, que de tels scénarios étaient possibles sans enfreindre le moins du monde les lois de la physique.

Par contre, sachant que l’explication canonique des événements du 11-Septembre, attribuant ces attentats à une cellule terroriste islamiste jadis financée par la CIA, est fausse car justement contraire aux lois de la physique, il faut bien trouver d’autres explications moins farfelues, et la logique commande de rechercher des complices à cet acte barbare du côté de ceux qui ont pu, par leur situation et par leur motivation, le rendre possible. Or il est clair que la désorganisation de l’armée américaine ce jour-là (et de l’armée de l’air en particulier) conduit par exemple à se demander si Donald Rumsfeld, alors secrétaire à la Défense des USA, ne serait pas un suspect de choix. Son comportement le jour même – il resta introuvable pendant longtemps aux moments cruciaux, et s’improvisa brancardier sur la pelouse du Pentagone comme s’il n’avait rien de plus important à faire – est déjà en soi un motif de démission forcée pour ce niveau de responsabilités. Ancien boy scout, Romsfeld n’est pas juif – je précise cela pour M. Kalifat qui croit que j’ai “un grave souci avec les Juifs” 13 – mais il est indiscutablement lié au milieu néo-conservateur américain, lequel est bien lié à Israël, ne serait-ce que par la personne du fondateur de cette idéologie, Irving Kristol.

L’effondrement des Tours du WTC serait dû à une charge nucléaire souterraine qui implique l’absence d’avions.

Là encore, bizarrement, M. Kalifat cite à l’appui de cette affirmation un article où je n’affirme rien de tel : il s’agit de la première partie de la correction des “travaux dirigés” cités ci-dessus, un exercice où je montre qu’il est difficile pour un cinéaste de rendre un scénario de science-fiction réaliste (je parle de “thriller politico-fantastique”), en respectant les lois de la physique. De plus, et en oubliant qu’il ne s’agit pas ici du WTC, s’il est bien question d’une charge nucléaire souterraine dans ce scénario, et d’une fausse attaque aérienne télédiffusée grâce à des images de synthèse d’avions inexistants, la destruction des bâtiments par ce moyen n’implique nullement l’absence d’avions. Ce que dit mon article, c’est que l’absence d’avions implique de violer les lois de la physique lors de la réalisation des images de synthèse diffusées en quasi-direct, ce qui est très différent :

“Nous aurons donc des aéronefs, éventuellement gros, arrivant – virtuellement, puisque tel est le scénario – à vitesse plutôt modérée dans les façades du BHL. En dehors de leurs parties denses et robustes – les moteurs et trains d’atterrissage principalement – ils ne sauraient y faire des dégâts énormes, et certainement pas disparaître à l’intérieur : les extrémités des ailes, de l’empennage, parties légères et peu robustes, ne peuvent que se fracasser contre les façades avant de retomber à l’extérieur. Cette scène me paraît extrêmement difficile à réaliser numériquement en quasi-direct de façon réaliste pour une diffusion simultanée sur les canaux de la PUTE ; à moins de penser que les moyens de calcul sur Sibaïag ont plusieurs générations d’avance par rapport à ceux que nous connaissons sur Terre. Ce qui n’est évidemment pas impossible, puisque nous sommes dans une fiction d’époque indéterminée ; mais même dans ce cas, nous nous heurtons à une impossibilité logique : si les images diffusées montrent de larges parties de voilure s’aplatir sur les façades au lieu de pénétrer dans le BHL, il sera impossible à expliquer par la suite que ces morceaux d’aéronefs n’ont pas été retrouvées dans les rues. Il est donc, au final, impératif pour votre scénario de violer les lois de la physique, en diffusant des images d’aéronefs s’engouffrant dans le BHL comme dans un rideau de fumée, afin de les faire disparaître entièrement, d’abord provisoirement à l’intérieur du bâtiment, puis définitivement lorsque l’ANUS du BHL aura réduit en poussière le BHL lui-même.”

Plus étonnant encore, j’ai bien évoqué une charge nucléaire souterraine comme moyen de destruction des trois gratte-ciel du World Trade Center, pour la raison simple que c’est, aujourd’hui, la seule hypothèse connue compatible avec les lois de la physique, compte tenu de ce que l’on sait des essais nucléaires souterrains ; mais je ne l’ai pas fait sur mon blog, et seulement oralement devant quelques personnes – et parmi elles ne figurait pas M. Kalifat.

Transmission de pensée ? Ou bien M. Kalifat a-t-il lui aussi discuté avec des physiciens compétents – mais sans avoir les moyens de les comprendre (ce dont on ne saurait lui tenir rigueur), puisqu’il présente cette hypothèse comme farfelue ?

Les médias de masse sont aux mains des sionistes et ce, de France-Inter “organe de l’occupant sioniste” à l’Immonde ou encore l’Aberration.

L’article de mon blog cité par M. Kalifat ne qualifie pas France Inter d’ “organe de l’occupant sioniste” mais de “Propagandastaffel de l’occupant sioniste”, ce qui n’est certes pas mieux mais qui a le mérite de montrer le peu de respect que j’ai pour le nazisme, pour sa propagande et pour son action en France durant la période de l’Occupation. L’article montre clairement l’analogie entre cet “escadron de propagande” et ce qu’est devenue une station de radio de service public, pour tout ce qui touche au sionisme et à ceux qui luttent contre, dont Alain Soral est un bon exemple. Le contraste entre l’attitude bienveillante d’Alain Soral envers Esther, une juive interrogeant diverses personnalités en leur demandant “qu’est-ce qu’être juif ?”, et les torrents diffamatoires déversés sur lui par des journalistes ayant jeté leur déontologie aux orties, démontre amplement mon propos et je maintiens bien entendu cette comparaison.

Par ailleurs s’il est assez évident, surtout depuis l’affaire Dieudonné, que les media français souffrent d’un biais sioniste considérable, certains journalistes américains comme Joël Stein vont beaucoup plus loin, en affirmant ceci dans un article du Los Angeles Times :

“Je m’en fiche si les Américains pensent que nous dirigeons les media d’information, Hollywood, Wall Street et le gouvernement. Je me soucie seulement que nous parvenions à continuer à les diriger.”

Joël Stein étant juif, et le contenu de son article ne laissant aucun doute à ce sujet, il est clair que pour lui ce “nous” désigne “les juifs”. Mais on peut être journaliste et vantard.

Je ne parle pas, par contre, de l’Immonde ou de l’Aberration dans cet article (déformations parodiques des titres Le Monde et Libération que tout le monde connaît), mais cela a bien pu m’arriver par ailleurs, et je ne suis pas le seul à en penser le plus grand mal, surtout depuis le gag du Décodex.

Ces médias aux ordres auraient fabriqué des images de synthèses d’avion s’écrasant sur les tours pour masquer les explosions.

J’ai un peu du mal à comprendre la logique de cette phrase : j’aurais dit “pour faire croire à des attaques par des pirates de l’air”, et non “pour masquer les explosions”, car cette dernière formule laisse plutôt entendre que l’on sait déjà qu’il n’y a que des explosions, et que les images de synthèse sont là pour tromper sur leur origine. De plus, il est clair que ces images ne peuvent en rien “masquer les explosions”, mais seulement faire croire qu’elles résultent de la collision entre un avion et un gratte-ciel.

Mais il est tout à fait exact que les lois de la physique interdisent à ces images projetées à la télévision – et jamais en direct intégral – d’être des images d’une scène réelle, pour la bonne raison qu’elles violent de nombreuses lois de cette physique, et en premier les lois du mouvement de Newton. C’est bien l’existence d’images des avions qui est une preuve de la non-existence de ces avions, de la même façon que des images d’escadrilles de balais de sorcière dans Harry Potter ne sont pas la preuve de l’existence de ces balais magiques, mais la preuve de l’utilisation d’effets spéciaux pour les introduire dans le film – où par ailleurs jouent des acteurs en chair et en os, évoluant dans des scènes naturelles. J’ai déjà évoqué cet aspect à plusieurs reprises sur le blog, je suis donc déçu que M. Kalifat n’ait pas été en mesure de mettre un seul article en référence, ne serait-ce que celui, assez amusant, du témoignage changeant de Donald Trump sur le sujet.

Et il se trouve sur internet plusieurs sources de témoignages vidéo de témoins affirmant n’avoir pas vu d’avion mais seulement des explosions.

Le président Assad n’a pas utilisé d’arme chimique.

L’article cité par M. Kalifat ne dit pas exactement ceci, mais on peut considérer que c’est un bon résumé, en première approximation. Il s’agit en effet de l’explication d’une démonstration publiée le 14 janvier 2014 par Richard Lloyd et Theodore A. Postol, deux experts militaires américains, et se fondant sur une science bien connue des militaires : la balistique, elle-même s’appuyant sur les lois du mouvement de Newton. Elle conclut, par la seule physique et en particulier grâce aux lois de l’aérodynamique, que l’attaque au gaz sarin du 21 août 2013 n’a pu être effectuée que depuis des zones contrôlées par des “rebelles” opposés au gouvernement syrien légitime, et non depuis des zones contrôlées par ce même gouvernement au moment des faits.

Les armes utilisées pour ce crime, ayant été modifiées afin de pouvoir contenir le gaz mortel, ont vu en effet leur coefficient de pénétration dans l’air dégradé à un tel point que leur portée est passée de 20 km à 2 km environ, soit à peu près le rapport de portée qui existe entre une balle de golf et un volant de badminton (d’où le titre de l’article). La force de traînée variant comme le carré de la vitesse, et la vitesse maximale des fusées d’origine étant, comme celle de la plupart des munitions, très grande (environ mach 2), toute modification du type “je remplace une ogive profilée par une boîte de conserve” a des conséquences spectaculaires sur la portée de ces munitions.

Il est donc tout à fait démontré que l’accusation portée envers le président Bachar el-Assad d’avoir gazé des civils ce 21 août 2013 est totalement infondée, et que par contre, les criminels sont à rechercher du côté des opposants au régime. Chose qu’un grand journaliste américain, Seymour Hersh, avait d’ailleurs suggérée dans son fameux article “Whose sarin ?” (Le gaz sarin de qui ?) paru le 9 décembre 201314. Et en mai 2013, soit bien avant l’attaque, Carla del Ponte, membre de la commision d’enquête de l’ONU sur la Syrie, affirmait déjà que les rebelles avaient très probablement utilisé du gaz sarin.

Mais si M. Kalifat souhaite comprendre comment la démonstration de Richard Lloyd et Theodore A. Postol a pu être faite, je l’invite à venir faire une séance de travaux pratiques au département de physique de l’UPPA, où il pourra mesurer un coefficient de traînée selon diverses méthodes, et même lire sur la table jouxtant la soufflerie un exemplaire de l’article des deux experts, imprimé depuis début 2014 et laissé à la disposition des étudiants pour leur donner un exemple de la puissance des démonstrations physiques.

Daesh est directement manipulé par Israël.

Là encore, ce n’est pas exactement le sens de l’article cité, puisque celui-ci reprend un dessin de propagande russe (largué à partir d’avions en même temps que d’autres avertissant les populations de l’imminence de bombardements) qui figure un combattant de Daesh (ou “ISIS”) manipulé par les USA, qui sont eux-mêmes manipulés par Israël. Il n’y a donc pas manipulation directe mais indirecte. Ce qui n’est certes pas mieux pour Israël, mais où est le problème ? Pourquoi serait-il interdit de soupçonner un État qui est le principal bénéficiaire du chaos semé par l’État “islamique” dans la région ? Surtout quand on sait que Daesh a pris soin de dire via son organe officiel “al Naba” qu’attaquer Israël n’était pas sa priorité ?

De toute façon, le but de mon article, qui n’est qu’une traduction d’un article de Veterans Today, n’était pas de prouver qu’Israël manipule (directement, ou indirectement via les USA) Daesh, ce que je ne peux évidemment pas faire, mais de montrer que c’est bien l’opinion de vétérans de guerre américains, et non seulement une image de propagande russe. Cela est, en soi, très intéressant.

Les vidéos d’exécutions de Daesh sont truquées et sont montées à Hollywood.

La première partie de la phrase est exacte (si l’on excepte la généralisation excessive de l’article défini), mais pas la seconde : je n’ai jamais dit dans l’article en question que des vidéos étaient “montées à Hollywood”, mais seulement qu’elles étaient truquées, pour la bonne raison que c’est tout ce que les lois de l’optique permettent de dire en examinant les images. Et les lois de l’optique, comme celles de la mécanique – que j’ai enseignées toutes les deux – sont assez difficiles à prendre en défaut. M. Kalifat aurait-il quelque chose à redire de ma compréhension du principe de Fermat et de tout ce qui en découle ? Et surtout, pourquoi diable est-il allé lire “Hollywood” dans un article où il n’en est pas question, ni dans le texte, ni même dans les commentaires des lecteurs ?

Les sionistes ont semé les graines de l’antisémitisme nazi.

Là encore, ce n’est pas exactement ce qui est écrit : l’article s’intitule – ce que reprend correctement M. Kalifat dans ses notes de bas de page – Les sionistes et les nazis ont semé ensemble les graines de l’antisémitisme en Allemagne (True Torah Jews). L’indication entre parenthèses renseigne, comme pour tous les autres articles de mon blog, sur la provenance du texte, que j’ai ici traduit puisqu’il est en anglais à l’origine. M. Kalifat déforme donc “mes” propos (qui ne sont en réalité que ceux de juifs religieux antisionistes américains, qu’il doit considérer comme des gens dont la parole ne compte pas), et ne semble pas avoir lu l’introduction que j’ai faite à la traduction, qui précise bien que je ne suis en rien expert en Torah, et donc pas apte à savoir si ces juifs-là sont “plus vrais” que les autres comme ils le prétendent ; mais le fait que les sionistes et les nazis aient collaboré assez longuement est aujourd’hui connu de tous les historiens – certains livres grand public en ont même abondamment parlé – et ne devrait étonner personne car ils poursuivaient des buts complémentaires : les nazis voulaient un Reich sans juifs, et les sionistes voulaient faire émigrer le maximum de juifs vers la Palestine pour la peupler. Or, beaucoup de juifs allemands se sentaient au départ chez eux en Allemagne et n’avaient aucune envie d’émigrer dans cette terre inconnue et déjà peuplée par d’autres. Le fait que l’antisémitisme, ou plutôt le sentiment (voire la psychose) d’antisémitisme, soit un “carburant” nécessaire au fonctionnement d’Israël est par ailleurs bien démontré par le film Defamation (Diffamation) du réalisateur juif israélien Yoav Shamir.

L’affaire Dieudonné est une nouvelle affaire Dreyfus puissance 10.

Est-il vraiment nécessaire d’épiloguer sur cette évidence (mis à part sur la valeur de l’exposant, que j’avoue purement symbolique et non scientifique) ? Peut-on encore croire que Dieudonné est antisémite après avoir vu L’antisémite, qui ridiculise et rend particulièrement antipathique le personnage du même nom, tout en donnant le beau rôle à un psychanalyste juif non-violent, joué par un acteur juif ? Peut-on sérieusement croire que Le dictateur est une glorification de la dictature ?

Il semble que certains n’hésitent pas à prendre leurs semblables pour de complets crétins.

 

 

Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook8Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0
  1. Pour démontrer que je suis “d’extrême-droite”, M. Kalifat affirme que je mets des commentaires sur des sites d’extrême-droite comme… le blog d’Étienne Chouard. LOL. Non, ROTFLOL même.
  2. Vous êtes ici
  3. Révélations : le général israélien fait prisonnier en Irak reconnaît une coalition Israël-ISIS (VT) (je ne vois pas trop le rapport avec cet article, mais M. Kalifat doit le voir, c’est l’essentiel)
  4. Travaux dirigés (corrigé, 1/3)
  5. France Inter, Propagandastaffel de l’occupant sioniste
  6. Là, pas d’article cité. Pourtant je me suis donné de la peine.
  7. Fabius, le golf et le badminton.
  8. Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours.
  9. Pourquoi “ISIS” tourne-t-il ses vidéos en studio ?
  10. Les sionistes et les nazis ont semé ensemble les graines de l’antisémitisme en Allemagne (True Torah Jews).
  11. Pourquoi je ne suis plus de gauche sans avoir jamais rien fait pour ça ! (le saker francophone)
  12. En rajoutant : “comme Hugo Chávez.
  13. Je ne mets jamais de majuscule au substantif juif car je n’en mets pas à chrétien ou à musulman, et que les juifs ne sont pas une notion ethnique comme les Blancs ou les Noirs.
  14. En avril 2014, il accuse même le gouvernement turc, soutien des rebelles, d’être à l’origine des attaques chimiques.

2 commentaires sur “Les étranges inventions de M. Kalifat

  1. Voila une réponse clairement argumentée, qui permet d’éclairer les diffamations de Mr Kalifat.

    Pour démontrer des mensonges … tels que ceux du CRIF, il faut travailler et produire des démonstrations.

    Pour diffamer, il suffit d’aboyer avec la meute… des journalistes aux ordres… des criminels qui fabriquent la désinformation et la propagande dominante qui nous abreuve …

    Les “théoriciens de la coïncidence improbable”… , devrait retourner écouter la belle histoire de “Pierre et le loup” … qui a bercé mes réflexions d’enfant juif …

    Fourest, BHL, Reishtadt, Kalifat le CRIF , etc…et tous nos gouvernements successifs, depuis ce funeste 11 Septembre, sont complices de crimes de masse par leur silence.
    Ils défendent tous depuis 15 ans, l’imposture grossière et le crime odieux que constitue la narration officielle des attentats du 11 Septembre… telle que nous la dénonçons depuis plusieurs années.

    Ils devraient tous retourner méditer la morale de “Pierre et le loup”…
    Mr Kalifat et ses complices, qui s’autorisent à usurper la représentation de ma parole et de ma pensée, quand ils s’autorisent à parler au nom “des juifs” de France … pour accuser tel ou tel “d’antisémite”, devrait méditer la portée de cette morale… avant de crier ” Au loup, au loup !…et d’insulter publiquement, ceux qui ont le courage de dénoncer les crimes d’états dont ils sont les témoins direct.
    Conformément à leurs devoirs de citoyens… et tel que rédigé noir sur blanc dans notre code civil.

    “Dénonciateurs de crimes d’états” … serait selon moi, une expression beaucoup mieux adaptée à la situation que … “complotistes”…

    Probablement que la propagande grossière, pour “téléspectateurs sidérés… puis assoupis… ” permet de mieux comprendre la défiance dans laquelle se trouvent les citoyens, face à leurs institutions et leurs médias.
    Les moins “complotistes” d’entre eux … affirment aujourd’hui: “Ils nous mentent “.
    Ils ont bien compris, les liens qui unissent, journalistes faiseurs d’opinions , et propriétaires des grands médias internationaux .
    Pour “s’étonner” ensuite … que las de tant de mensonges, les électeurs s’abstiennent et/ou se tournent vers d’autres horizons…

    Probablement que selon tous les “théoriciens de la coïncidence miraculeuse” , l’assassinat de Mr Rabin, par un psychopathe juif, n’a aucun rapport non plus, avec la doctrine géostratégique”A Clean Break”… rédigée par d’autres psychopathes juifs à l’attention de Mr Nethanyaou…
    C’est à cette doctrine mortifère, que nous devons les 15 dernières années de ces guerres infinies … et ce “terrorisme”… dont nous sommes tous victimes !

    “A Clean Break : A new strategy for securing the realm.”

    En français ça donne :
    “Une rupture Franche: Une nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume…”

    ici en Français

    https://fr.wikipedia.org/wiki/A_Clean_Break

    ici en Anglais

    https://en.wikipedia.org/wiki/A_Clean_Break:_A_New_Strategy_for_Securing_the_Realm

    (La simple comparaison du nombre de mots entre ces deux pages est symptomatique du “verrouillage” de cette information et des débats qui auraient dû l’accompagner … en France…)

    ici

    http://pascasher.the-savoisien.com/2012/01/clean-break-un-document-incontournable.html

    une longue page de commentaires… que certains ne manqueront pas de qualifier… “d’extrême droite raciste antisémite”…

    Cette doctrine géo stratégique (de psychopathes..) ne donne-t-elle pas du poids à ce que certains nomment le “complot americano-sioniste”…

    N’est ce pas à des néos conservateurs, ultra radicaux de toutes nationalités, que nous devons cette pensée mortifère?

    N’y a-t-il pas de nombreux juifs parmi eux ?

    Cette affirmation est elle une affabulation de “cerveaux malades” et reputes “antisémites” ou le compte rendu fidèle de cette réalité ?

    Il appartient à chacun de répondre à cette question des lors qu’il prend connaissance de cette pensée, qui revendique publiquement “déstabiliser ses voisins” …pour sécuriser ses propres frontières…

    Il appartient en particulier aux juifs pacifistes et humanistes qui servent de “caution de moralité”, à tous ces odieux marchands de guerres et de morts… dont les dividendes n’ont ni nationalité, ni race, ni couleur… de prendre connaissance de cette pensée… la plupart d’entre eux, ne la connaissent pas et n’en ont jamais entendu parler!

    … Ceux qui déclenchent ces guerres infinies, affirment à tous, qu’ils agiraient, pour “la préservation et la sauvegarde des intérêts “des juifs” et de leur état.” … Contre le retour du pire…
    En réalité, ils ne servent à leur insu , que les intérêts des marchands d’armes et des oligarques qui exploitent les ressources et les populations de ces territoires.
    Ce sont bien eux les pires !

    Cette doctrine autant que les guerres qui l’accompagnent, sont le meilleur des carburants, d’un “antisémitisme” d’amalgame.

    Chaque juif du monde, a le devoir de revisiter les différentes causes historiques qui ont alimentés cet “antisémitisme” au cours de l’histoire!..

    Bonne lecture à ceux qui découvrent cette doctrine de psychopathes.

    François Sebesi Né Français et juif.

  2. Ces lectures me font grand bien et s’adresse à Ma logique non à des idéologies qui bousculent la planète en tueries en commençant par tuer ceux qui étaient là avant eux …qui se sentent le besoin de censurer par des lois ce qui deviendra des dogmes à saveur de religiosité …..la grosse farce des armes massives en Irak nous aura appris à se méfier d’eux ….bien pensant et grands mangeurs cupides et malsains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *