Daech, un «atout stratégique»
sous l’administration Obama ? (dedefensa)

[Note de l’administrateur de ce blog : au moment où les décodexeurs en sont encore à traiter de “complotistes” ceux qui osent souligner l’étrange complémentarité entre les actions de Daech et les buts poursuivis par une “coalition occidentale” au Moyen-Orient, l’universitaire et écrivain britannique Christopher Davidson sort un livre accablant pour cette même coalition, Shadow Wars (Les guerres de l’ombre) dont nous parle ici le journaliste indépendant Maxime Chaix dans un long article bourré de références.

Où l’on pourra relever, entre autres, que le nombre de victimes moyen-orientales des guerres du “Commandement Central des Etats-Unis” (CENTCOM) avoisine au bout d’un quart de siècle les quatre millions, principalement en Irak. Et que le Pentagone affirme avoir éliminé bien plus de combattants de l’État “Islamique” qu’il n’en avait jamais dénombré auparavant… l’arithmétique ne saurait prétendre à quelque autorité lorsqu’il s’agit de défendre le camp de la Vérité et du Bien.

Et merci à mon informateur quasi-professionnel pour le signalement de cet article.]


Dans son dernier livre Shadow Wars, à travers lequel il analyse les causes profondes des Printemps arabes et de leurs échecs, le docteur Christopher Davidson soutient avec des arguments crédibles que Daech n’était pas considéré comme un ennemi par l’administration Obama et ses principaux alliés, mais comme un turbulent « atout stratégique ». Consultant pour le Parlement britannique, l’OTAN, le GCHQ, la British Petroleum (BP) ou les ministères des Affaires étrangères néozélandais et néerlandais, cet expert du Moyen-Orient a été décrit par le prestigieux The Economist comme « l’un des universitaires les mieux informés sur [cette] région ». D’après le Financial Times, qui a sélectionné Shadow Wars pour son prochain festival littéraire d’Oxford, le docteur Davidson estime que, sous la présidence Obama, « les services secrets américains considér[aient] l’État Islamique comme un atout stratégique [indirect] à utiliser contre leurs ennemis, à l’instar d’al-Qaïda » dans différentes opérations.

Soulignons-le d’emblée : ce potentiel statut d’« atout stratégique » n’induit pas une collusion occulte entre Daech et les États-Unis, mais un appui irresponsable de dizaines de milliers de rebelles anti-Assad par la CIA et ses partenaires, dont un certain nombre a prêté allégeance à l’« État Islamique » (EI) ou collabore avec cette organisation ; selon Christopher Davidson, il a aussi impliqué une forme de protection aérienne opportuniste de cette milice sous couvert d’une guerre « de façade », menée par le Pentagone et ses alliés entre l’Irak et la Syrie depuis août 2014. Alors qu’un changement de stratégie pourrait s’imposer sous Donald Trump – sa priorité étant de combattre Daech et non le gouvernement syrien –, cette analyse aura pour but d’expliquer les politiques ambiguës du Département de la Défense, de la CIA et de leurs alliés vis-à-vis de l’EI durant la présidence Obama.

Continuer la lecture sur dedefensa.org ⟶

Le camion blanc (Slobodan Despot – Arrêt sur Info)

france-camion-r[Note de l’administrateur de ce blog : depuis le 11 septembre 2001 et la prétendue “guerre contre le terrorisme”, les scénarii les plus invraisemblables se succèdent, preuve que Hollywood n’est plus ce qu’il était. Après les pilotes kamikazes retrouvés vivants, les frères ou sœurs de décapités baignant dans l’allégresse et les “islamistes” amateurs de filles faciles, de drogue et d’alcool, on a maintenant la “radicalisation expresse” (plus rapide que le développement d’un Polaroïd®) d’un jeune camionneur envoyant 100 000 euros à sa famille tunisienne quelques jours avant son massacre, téléphonant joyeusement à son frère quelques heures avant l’attentat, et réussissant à passer tous les contrôles de police au volant d’un gros poids-lourd blanc dans la ville la plus vidéosurveillée de France, sur une des avenues les plus célèbres et contrôlées du monde, bénéficiant de surcroît d’un côté naturellement protégé : la mer.

Mais après tout, si la version mass-médiatique du 11-Septembre a marché, pourquoi se gêner à inventer des histoires crédibles ?

Sur l’État Islamique, cet invraisemblable (et mal nommé) “groupe terroriste” disposant de plus de chars d’assaut que la France, on pourra aussi écouter avec intérêt l’intervention du criminologue Xavier Raufer, qui le qualifie comme il devrait l’être d’armée de mercenaires… dont il reste à déterminer pour le compte de qui elle travaille (même si on commence à avoir quelques vagues idées).]


Par Slobodan Despot, le 17 juillet 2016

A 3 h 52 du matin, le 15 juillet, le président de la République française publiait via son compte Twitter un message prévisible, mais à tout prendre stupéfiant :

« Nous allons intensifier nos frappes en Syrie et en Irak. Nous continuerons de frapper ceux qui nous menacent. » #Nice (15.07.16 03:52)

Que signifie cette prise de position ?

  1. Que l’Élysée, quelques heures à peine après l’attentat, sait déjà tout — ou prétend déjà tout savoir — des mobiles, des soutiens et des réseaux de l’homme qui a commis l’attentat de Nice (identifié comme un Tunisien résidant en France).
  2. Que l’Élysée établit un lien direct entre cette tragédie et l’Etat islamique (puisque c’est officiellement l’EI que visent les « frappes » de l’aviation française en Irak et en Syrie).
  3. Que l’Élysée pense (ou semble implicitement penser) qu’en « intensifiant les frappes » contre l’EI on pourra remédier au problème des tueries de masses en France, assimilées à du terrorisme islamique lié au courant salafiste.

Ce simple tweet véhicule une telle charge de contradiction, d’ineptie et de scandale qu’on se prend à trembler pour peu qu’on réfléchisse à ses implications.

Mais où est passé Padamalgam ?

Comment peut-on savoir d’emblée qu’un tueur de masse est un agent de l’Etat islamique, alors qu’il n’était même pas fiché « S » par les renseignements et qu’aucun élément connu de sa vie antérieure ne parlait en faveur d’un tel ralliement ?

Où est passée la prudence scrupuleuse que les pouvoirs politiques et médiatiques imposent à leurs opposants et à la population sous le slogan Padamalgam ? Au nom de quoi la Présidence française a-t-elle évacué a priori l’hypothèse du fait divers violent mais apolitique ? Après tout, n’a-t-on pas relevé, dans les premiers commentaires, que Mohammed Laouej Bouhlel était un voyou violent et qu’il avait des problèmes familiaux ? Après une telle prise de position du sommet de l’Etat, quel juge, quel policier, quel profiler oserait affirmer que le geste de Bouhlel n’était pas motivé par le fanatisme islamique ? Et si d’aventure il l’affirmait, comment les médias traiteraient-ils cette voix dissonante ?

Continuer la lecture sur Arrêt sur Info ⟶

Le massacre d’Orlando : les mensonges, l’exploitation et les questions non posées (le saker francophone)

Omar Mateen[Note de l’administrateur de ce blog : on assiste (dans l’hypothèse la plus “gentille”) à une “récupération” de plus en plus fréquente des actes de terrorisme, ou de ce qui peut passer pour tel, par les classes dirigeantes occidentales. Avec souvent une volonté “d’enfoncer le clou” de la “menace islamique” qui vire au grotesque, comme lorsqu’on prétend que le tireur fou d’Orlando avait prêté allégeance à l’État Islamique et au Hezbollah, deux entités que tout oppose. Dans la même veine de logique vaseuse, on pourra aussi se remémorer les avertissements d’un Netanyahou selon qui un soutien trop mou d’Israël par la France entraînerait une recrudescence des attentats islamistes sur son sol : prédiction parfaitement absurde, mais cependant vérifiée… pourquoi ?]

La thèse de l’homophobie islamique mord la poussière en moins de 24 heures.

Dès le départ, la fusillade d’Orlando n’avait aucun sens pour moi et c’est ce que j’ai dit assez clairement, dans un article que j’ai publié le jour-même. Vous pouvez lire l’article ici, par conséquent je ne mentionnerai que ma principale conclusion : cet événement n’avait rien à voir avec l’homosexualité, l’islam ou les armes et donc si ça ne concerne pas l’homosexualité, l’islam ou les armes à feu, de quoi s’agit-il ? Il s’agit de nous faire croire que ça à voir avec l’homosexualité, l’islam et les armes à feu, bien sûr !

Moins de 24 heures après, deux des aspects essentiels du récit officiel (une véritable manipulation) se désintègrent déjà.

Homophobie

Les médias grand public étaient pleins d’articles dénonçant la prétendue homophobie du tireur. Même la presse soi-disant alternative ou indépendante faisait écho à cette absurdité (voir ici et ). Et maintenant nous découvrons que le tireur était lui-même homosexuel et qu’il utilisait des sites de rencontres gays. Donc, à moins de requalifier maintenant Omar Mateen comme un homosexuel atteint de haine de soi, il sera difficile de faire croire à un crime de haine homophobe.

Islam

Ça va mieux. Alors que la plupart d’entre nous avons entendu qu’Omar Mateen était musulman et qu’il avait fait allégeance à Daech. Il s’avère maintenant qu’il a prêté serment à la fois à État islamique et au Hezbollah ! Il pourrait être utile de répéter ici que si EI, comme le Hezbollah, sont nominalement musulmans, les takfiris d’État islamique considèrent les chiites comme des kufars, des apostats qui ont trahi le véritable islam et se sont tournés vers l’idolâtrie. Ils les considèrent aussi comme des agents iraniens. Quant au Hezbollah, c’est l’Ennemi Numéro Un (tout en majuscules) de la bande Daech/EI et il se réfère à ces takfiris maniaques comme à des diables (shaitan). Ce que cela signifie est simple et ne laisse que quelques possibilités:

  1. Soit Omar Mateen ne connaissait rien de l’islam
  2. Soit Omar Mateen a été contraint de faire cette déclaration et il l’a délibérément rendue absurde
  3. Soit Omar Mateen n’a jamais rien dit de semblable

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

 

Chroniques des sciences inhumaines et asociales (épisode 1)

ISIS-3[Note introductive de l’administrateur de ce blog : l’union faisant la force, j’ai aujourd’hui l’honneur et le plaisir d’accueillir la première contribution d’un lecteur de mon blog, et scientifique de profession lui aussi. Comme moi, il est allergique à la dilution de l’esprit critique dans les méandres d’une pensée qui se dit complexe mais qui n’est que confuse, tout particulièrement chez certains de nos collègues dont la crédulité n’a d’égale que le prestige des diplômes et le nombre de distinctions académiques. Ces “idiots de luxe” lui donnent des boutons, et de l’inspiration. C’est en répondant à leurs fadaises lors d’échanges de courriels qu’il cisèle quelques argumentaires percutants et, parfois même, hilarants. Car les gens graves ne sont jamais sérieux et les gens sérieux ne sont jamais graves, comme disait Georges Colomb.]

Épisode 1

Sourate de la jument

 

Djihâdisme moyenâgeux ou téléportation quantique de Toyotas ?

 

Daech est aux portes ! Daech est entré dans la Ville ! Daech nous fait la guerre ! Daech va-t-il nous vaincre ? Face au péril, unissons-nous ! Abolissons le Droit pour terrasser le Mal ! Que chaque citoyen abandonne sa liberté afin que la Liberté triomphe !

Continuer la lecture

Que se passe-t-il réellement en Syrie ? (AIL)

Carte_syrie[Note de l’auteur de ce blog : je relaie ici une très intéressante conférence organisée par l’Agence Info Libre sur les événements actuels en Syrie, à laquelle participaient 4 intervenants. La contribution de Régis Chamagne, colonel français à la retraite et auteur du seul ouvrage de stratégie aérienne en langue française, “L’art de la guerre aérienne”, me semblant particulièrement marquante, j’intègre directement sa vidéo sur le blog. Il est réconfortant de voir des personnes user de raison, de recul historique et de franchise, en énonçant clairement certains secrets de Polichinelle comme l’origine états-unienne et israélienne de l’État “islamique”, ou le rôle plus que trouble de la Turquie dans la région (qui veut avoir “le beurre et l’argent du beurre”), ou bien encore les limites de la puissance militaire de l’Arabie Saoudite, qui achète beaucoup d’avions mais n’a pas les pilotes correctement formés à mettre dedans…]

L’Agence Info Libre a organisé, le mercredi 3 février dernier, sa première conférence dont l’intitulé est : Que se passe-t-il réellement en Syrie ?

Quatre conférenciers étaient présents à cette conférence:

  • Raphaël BERLAND, journaliste indépendant, co-fondateur du Cercle des Volontaires, auteur du documentaire « Deux heures pour mieux comprendre la Syrie ».
  • Bassam TAHHAN, géopoliticien et islamologue franco-syrien, intervenant régulier dans les médias.
  • Pierre PICCININ DA PRATA, enseignant belge, reporter, prisonnier de guerre et rédacteur en chef du Courrier du Maghreb et de l’Orient, auteur du documentaire « Syrie, la bataille d’Alep » (2012) et du livre « Le pays du mal » (2014).
  • Régis CHAMAGNE, stratège et ancien Colonel de l’armée de l’air, auteur du livre « L’art de la guerre aérienne » (2005).

Continuer la lecture sur le site de l’Agence Info Libre ⟶

La « fausse guerre » d’Obama contre le groupe État Islamique (mondialisation.ca)

ISIS-made-in-USA1Par le professeur Michel Chossudovsky

Depuis août 2014, l’US Air Force, avec le soutien d’une coalition de 19 pays, mène sans relâche une intense campagne de bombardements aériens contre la Syrie et l’Irak ciblant supposément les brigades du groupe État islamique (EI).

Selon Defense News, plus de 16 000 frappes aériennes ont été effectuées entre août 2014 et la mi-janvier 2015. Soixante pour cent des frappes aériennes ont été menées par l’US Air Force à l’aide de chasseurs à réaction perfectionnés (Aaron Mehta, “A-10 Performing 11 Percent of Anti-ISIS Sorties”, Defense News, 19 janvier 2015.)

Les frappes aériennes ont été simplement décrites par les médias comme faisant partie d’une « légère » opération antiterroriste, plutôt que comme un acte de guerre totale contre la Syrie et l’Irak.

Continuer la lecture sur mondialisation.ca