Home » Actualité » Ailleurs » Fondamentaux » Mises au point techniques sur l’économie (Valérie Bugault)

Mises au point techniques sur l’économie (Valérie Bugault)

economiste[Note de l’administrateur de ce blog : j’ai déjà cité ici une série de remarquables – et longs – articles de Valérie Bugault parus sur le saker francophone. Celui-ci, moins ardu, adopte toujours la même approche radicale – au sens étymologique : qui va à la racine des choses, et non au sens que les media de masse voudraient imposer, synonyme de “terroriste”. Où l’on comprend que, si l’angoisse fabriquée est un moyen de domination, alors le rire est un moyen de libération.]


Par Valérie Bugault − le 27 septembre 2016

Le rôle des «économistes» : gardiens du temple financier

Cela fait déjà un moment que j’ai remarqué le petit jeu d’économistes ou de financiers, tous formés à l’école de «l’économie», qui alertent publiquement, car les médias leurs sont souvent grands ouverts, le commun des mortels sur les dangers de la continuation telle quelle du mouvement économique global. Et puis tout à coup, on nous dévoile qu’une monnaie mondiale est en préparation, appelée DTS, formellement encore une simple «unité de compte»… Quelques «économistes-financiers» arrivent pour clamer la bonne nouvelle. La vérité, pour ceux qui ont compris le rôle des élites financières cachées à la City, Wall Street n’étant qu’une émanation de la première, est extrêmement simple à comprendre.

Les économistes (Olivier Delamarche, Charles Sannat, Olivier Berruyer, mais beaucoup d’autres encore) plus ou moins consciemment – car beaucoup sont littéralement empêchés de raisonner par les dogmes infligés lors de leur «formation» qui s’apparente plutôt à un «formatage» – sont là pour ameuter, inquiéter un public médusé par son ignorance des causes et des effets d’un système duquel ils ont été soigneusement gardés à bonne distance. Les «économistes» de bonne volonté, qui sont au courant des mécanismes en jeu, décrivent ces derniers pour expliquer à tout le monde que l’on va dans le mur, pas d’échappatoire possible.

Ainsi, monte, inexorablement, dans le public ignorant, la vague de l’angoisse, de la peur, de tout perdre, laquelle vague est soigneusement alimentée par la montée du chômage de masse ; chômage découlant lui-même de l’organisation au niveau mondial de la liberté de circulation des capitaux (mais CHUT, il ne faut surtout pas le dire !). Tout comme les prétendus problèmes financiers du monde ont été créés de toute pièce par la centralisation des questions monétaires entre les mains de banques centrales indépendantes – du pouvoir politique mais pas du pouvoir financier – et par le choix délibéré de la dérégulation financière. Là encore, silence radio total, personne ne doit pouvoir faire ces liens intéressants entre tous…

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook0Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

2 commentaires sur “Mises au point techniques sur l’économie (Valérie Bugault)

  1. Bonjour
    merci pour cet article, et surtout pour proposer des solutions
    Je me permets toutefois d’ajouter quelques points complémentaires.
    Vous n’avez pas assez insisté sur les méfaits de la spéculation sauvage pratiquée par tout ces rapaces.
    Je pense que vos solutions ne pourront réussir que si on éradique complément cette spéculation, et plus particulièrement dans deux domaines précis, celui de l’actionnariat et celui de l’immobilier.
    Pour faire rapide, je proposerais quelques pistes.

    1 – Actionnariat: Il faut reformer la Bourse en imposant au vendeur de partager (quand il y en a) le bénéfice de sa vente avec l’entreprise à 50/50, dès lors qu’il a acheté son action moins de 5 ans auparavant. Car le plus souvent ce bénéfice vient d’éléments positifs de la part de l’entreprise (nouveau produit, gros marché, etc). La part du bénéfice allouée à l’entreprise servirait pour 1/3 au R&D, pour un autre tiers au financement de l’entreprise (trésorerie), et pour le dernier tiers, aux salariés.

    2- Immobilier : Il faut d’abord commencer par diviser par 2 les prix de l’immobilier en divisant par 2 les loyers et les remboursements de crédit immobilier. Ensuite il faut interdire de vendre un bien immobilier plus cher (en euro constant) qu’on ne l’a acheté, et surtout interdire de prendre en compte le montant du crédit (c’est l’intégration systématique du cout du crédit dans le prix de vente qui a alimenté l’inflation)
    enfin il faut inverser le principe du loyer/crédit qui ne doit pas dépasser 1/3 du salaire, en bloquant le prix de l’immobilier afin que les loyers et remboursements restent inférieurs à 1/3 d’un salaire moyen dans la zone du bien.

    Bien-sur c’est un peu idéaliste, mais il faut bien définir une base de réflexion

    1. Avant toute chose, une précision : ce ne sont pas mes solutions mais celles de Valérie Bugault, infiniment plus compétente que moi en ce domaine ! Vos pistes me paraissent de bon sens, mais je n’ai pas la compétence pour les discuter de façon valable.

      Je me contenterai, si vous voulez vous conforter dans la vision peu réjouissante des “rapaces” de la finance contemporaine, de vous conseiller la lecture du Nouveau capitalisme criminel de Jean-François Gayraud auquel j’ai déjà consacré un article, que vous avez peut-être déjà lu. Vous verrez que le raffinement technique des modes de prédation ne connaît quasiment pas de limite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *