Home » Ailleurs » AV » Norman Finkelstein, de l’usage politique de la culpabilité

Norman Finkelstein, de l’usage politique de la culpabilité

industrie holocausteVoici deux vidéos mises en avant par Le saker francophone dans deux articles différents (ici et ), et que j’ai choisi d’associer car elles se complètent admirablement (hélas, pourrait-on ajouter).

Norman  Finkelstein, citoyen américain né en 1953, dont les parents avaient survécu à la fois au ghetto de Varsovie et aux camps de concentration nazis, est une figure exemplaire parmi les intellectuels juifs ayant décidé de se battre pour empêcher la récupération politique des crimes du Troisième Reich. Dans cette courte vidéo, il explique clairement comment la culpabilité est un moyen d’asservissement politique, mais aussi pourquoi le combat contre les atrocités commises aujourd’hui par l’État d’Israël sur les Palestiniens n’a rien à voir, non seulement avec de l’antisémitisme (ce que tout le monde sait) mais même avec de l’antisionisme.

En effet, que l’on soit sioniste ou antisioniste (voire indifférent), la condamnation des crimes israéliens doit se faire sur la simple base du droit international, qui n’est ni sioniste ni antisioniste. Les exactions israéliennes devraient être condamnées exactement de la même manière si elles étaient commises par n’importe quel autre État sur n’importe quelle autre population. On peut être antisioniste pour des raisons de principe (parce que l’existence d’un État juif implique que les juifs sont à la fois des citoyens “supérieurs” dans cet État, et des citoyens “inférieurs” dans les autres), ou par pragmatisme (après constatation de l’échec total du projet sioniste tel que l’imaginait Herzl), voire les deux (ce qui est mon cas) ; mais il n’est pas nécessaire d’être antisioniste pour condamner des crimes, tout simplement parce que ce sont des crimes et que les critères de jugement moraux doivent s’appliquer à tous de la même manière.

Pour ceux qui douteraient encore de l’urgence de mettre fin à cette exploitation politique de l’holocauste, des images et des sons témoignent, dans la vidéo ci-dessous, de la brutalité de l’occupation sioniste de la Palestine. Le nom de “judéo-nazis” donné à ces occupants par le philosophe israélien Yeshayahu Leibowitz n’a rien d’une provocation.

Voulue par l’empire anglo-américain dès 1917 comme en témoigne la déclaration Balfour, et par conséquent sans le moindre rapport avec les crimes nazis, la création d’une colonie juive sioniste en Palestine (avec d’évidentes arrières-pensées pétrolières : la première guerre mondiale est déjà une guerre du pétrole) rencontra à ses débuts de nombreux opposants juifs comme Albert Einstein qui, en 1948, au lendemain du massacre de Deir Yassin, dénonça ces crimes en une lettre aussi courte que claire et qu’on peut hélas qualifier de prémonitoire :

EinsteinLetter041048

Traduction :

Cher Monsieur,

Si une véritable catastrophe finale devait nous arriver en Palestine, le premier responsable en serait les Britanniques et le second responsable les organisations terroristes issues de nos propres rangs.

Je ne veux voir personne associé à ces individus fourvoyés et criminels.

Il est donc important d’asphyxier par tous les moyens cet État afin de le mettre hors d’état de nuire, comme ce fut fait pour l’Afrique du Sud de l’apartheid, et de libérer la France des nombreux agents politiques et médiatiques qui travaillent pour lui (donc à l’exact opposé de l’universalisme républicain français), comme bien évidemment l’immonde BHL, mais aussi actuellement Manuel Valls (“Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël.”), après une période pro-palestinienne très opportuniste.

Quant à celles et ceux qui osent terroriser les citoyens en leur disant que le boycott des produits israéliens est illégal, il convient de leur répondre une seule chose : qu’on les rajoute à la liste des collabos qui devront répondre de leurs paroles et de leurs actes, une fois la libération venue – la vraie, cette fois.

4 commentaires sur “Norman Finkelstein, de l’usage politique de la culpabilité

  1. “Quant à celles et ceux qui osent terroriser les citoyens en leur disant que le boycott des produits israéliens est illégal,…”

    Toutes les lois de la République sont antidémocratiques puisqu’elles ont été approuvées par quelques dizaines ou centaines d’oligarques et non par la majorité des Français. Malheureusement, la plupart des Français ne se sont pas encore rendu compte que la République française est une oligarchie. Au vrai, de la République romaine à la Cinquième République française toutes les républiques de l’histoire ont toujours été des oligarchies.

  2. M. Roby, c’est avec surprise que j’ai constaté que vous avez censuré mon commentaire pro-démocratie. Vous défendez donc la République, alors même que le régime républicain est la cause des maux que vous dénoncez à juste titre. Vous faites donc preuve d’incohérence.

    « Les outils du maître ne démontent jamais la maison du maître. »

    Audre Lorde.

    Les outils du maître sont bien sûr les partis politiques, le Parlement et les élections.

    1. Holà, du calme. Les commentaires de ce blog sont modérés a priori, autrement dit nécessitent une action manuelle de ma part pour apparaître. J’en censure évidemment (ici c’est chez moi, et je n’ai pas envie de voir apparaître par exemple des pubs déguisées pour des agences de voyage…) mais avant d’écrire ce que vous écrivez réfléchissez un peu : je ne suis pas payé pour faire ce blog (il me coûte, même…) mais pour un “vrai” travail, et même quand je ne travaille pas j’ai souvent d’autres choses bien plus agréables à faire que de consulter mon blog.

      Merci quand même pour ce contre-exemple de raison pas très dure : ça illustre bien qu’on peut conclure n’importe quoi quand on part de données fausses (or, quasiment toutes les données sont médiatisées aujourd’hui… ça c’est pour appuyer un peu plus sur le cœur du réacteur de la non-démocratie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *