Pétards de fin d’année (Manlio Dinucci)

Dans « Docteur Folamour ou : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe » (1964), Stanley Kubrick met en scène un processus de frappe nucléaire qui, pour être dissuasif, doit se déclencher ou se poursuivre au-delà de la destruction de son propre camp. La folie d’un général états-unien provoque alors l’apocalypse sans que nul ne puisse l’empêcher. À l’époque, le Pentagone assura que ce type de situation ne pouvait pas arriver, mais les historiens ont montré depuis qu’il n’y avait effectivement aucun moyen de stopper l’ordre une fois confirmé.

Dans « Docteur Folamour ou : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe » (1964), Stanley Kubrick met en scène un processus de frappe nucléaire qui, pour être dissuasif, doit se déclencher ou se poursuivre au-delà de la destruction de son propre camp. La folie d’un général états-unien provoque alors l’apocalypse sans que nul ne puisse l’empêcher. À l’époque, le Pentagone assura que ce type de situation ne pouvait pas arriver, mais les historiens ont montré depuis qu’il n’y avait effectivement aucun moyen de stopper l’ordre une fois confirmé.

[Note de l’auteur de ce blog : l’effondrement en cours des media occidentaux ne se mesure pas qu’à la grosseur de leurs mensonges (comme les attaques chimiques attribuées au régime de Damas alors qu’il est prouvé qu’elles venaient des rebelles, ou la catastrophe du vol MH17 attribuée aux Russes sans la moindre preuve alors que tout indique un crime de masse sous faux drapeau particulièrement atroce perpétré par le camp d’en face) ; tout aussi révélateurs sont les mensonges par omission consistant à terroriser l’opinion avec des broutilles tout en évitant de parler de l’essentiel. Manlio Dinucci, un homme “de gauche” suffisamment âgé pour avoir connu une gauche anti-impérialiste et s’occupant du peuple, signe là un article qui, bien que repris par le faux rebelle mediapart, souligne par contraste la collaboration servile des “intellectuels de gauche” actuels avec l’impérialisme américain.]

Manlio Dinucci, Rome (Italie), 29 décembre 2015

La publication, par les Archives officielles du gouvernement fédéral états-unien, de la liste des cibles nucléaires établie durant la Guerre froide ne ressort pas d’une volonté d’aider aux études historiques. C’est un avertissement, sinon une menace à la Russie. Les destructions que le Pentagone envisageait à l’époque sont toujours possibles.

Pour la sécurité des personnes et des animaux, sont interdits dans divers cas les feux d’artifice pour la fin de l’année, surtout les pétard puissants. La nouvelle se trouve rapportée bien en évidence par les médias. Ceux-là mêmes qui cachent par contre d’autres nouvelles qui, si elles étaient diffusées, feraient exploser la bulle de la réalité virtuelle dans laquelle nous sommes emprisonnés.

Continuer la lecture sur voltairenet.org ⟶

[Et puisqu’on parle du génial Stanley Kubrick, perfectionniste pour qui chaque détail comptait, peut-être faudrait-il se rappeler que son dernier film sorti en 1999, en quelque sorte son testament cinématographique, s’appelait Eyes Wide Shut.]

La science et les modes

The Bee Gees

La moquette était à la mode, en ce temps-là.

La science passe en général pour une discipline froide et rationnelle, à l’abri des effets de mode, ce balancement continu entre ce qui paraît génial (et sera perçu comme ridicule peu après) et ce qui paraît ridicule (et sera tôt ou tard considéré comme génial). Il est assez naturel en effet, si l’on admet que c’est la raison qui guide les pas de la science, et que la raison est construite sur des fondements stables plutôt que sur l’humeur capricieuse du moment, de croire la science (et sa fidèle copine la technique) insensible aux errements émotionnels de la société où elle se développe.

Pourtant, l’examen du passé nous réserve quelques surprises : chacun sait par exemple que des médecins ont pu recommander l’usage du tabac pour la bonne santé des poumons – parfois sans même être payés par des fabricants de cigarettes. Les exemples sont nombreux d’avis scientifiques très sérieux que nous considérons aujourd’hui comme délirants.

Plutôt que de faire un exposé classique en trois parties – thèse, antithèse, foutaises – sur l’ensemble des bêtises qui furent énoncées par des victimes de la mode scientifiquement diplômées, examinons ensemble quelques pièces de musée relatives à l’une des conquêtes majeures de la science moderne : la radioactivité, et son application l’énergie nucléaire.

Continuer la lecture

Chimique contre nucléaire

choucroute garnie

choucroute garnie

L’article qui suit est une version enrichie, illustrée et “vulgarisée” (sans la moindre connotation péjorative) de la correction d’un exercice posé en examen à Pau, le 8 janvier 2015, en deuxième année de licence de physique. Il vise à montrer qu’au-delà des détails souvent complexes de la réalité concrète, conduisant à des problèmes qui ne le sont pas moins, faire de la physique consiste aussi à savoir repérer les invariants, les guides fiables, dans la connaissance rationnelle que nous avons du monde. Il en résulte une hiérarchie des concepts qui permet d’éviter de se perdre dans les détails.

Continuer la lecture