Home » Ailleurs » L’imposition d’États artificiels au Moyen-Orient : le cas de l’Arabie saoudite et d’Israël (le saker francophone)

L’imposition d’États artificiels au Moyen-Orient : le cas de l’Arabie saoudite et d’Israël (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : l’auteur de ce long article traduit par le saker francophone, l’universitaire américain Alexander Azadgan, fait un parallèle entre les célèbres Protocoles des Sages de Sion et un livre paru en 1888 en turc : Les mémoires de M. Hempher, un espion britannique au Moyen-Orient. Il finit par se demander si les deux ouvrages sont entièrement fabriqués ou sont basés sur de véritables éléments historiques permettant de comprendre les événements géopolitiques du vingtième siècle, jusqu’aux conflits actuels au Moyen-Orient.

Hormis pour les historiens, c’est en réalité un faux problème : un véritable document historique rédigé il y a plus de cent ans aurait peu de chances d’expliquer la géopolitique actuelle, à moins de penser que ses auteurs aient eu le don surnaturel de prédire l’avenir avec précision sur le long terme. Inversement, des ouvrages dont on est certain que ce sont des “faux”, pour la bonne raison qu’il s’agit de pures fictions, nous éclairent de façon tout à fait remarquable sur le monde contemporain, comme par exemple le roman 1984 de George Orwell, publié en 1949.

L’auteur parle également des événements du 11-Septembre pour suggérer une collusion entre l’Arabie Saoudite et le Mossad – ainsi que d’autres agences américaines – via 15 des “pirates de l’air”, identifiés comme saoudiens. Il est clair qu’il est ici en-deça de la réalité, puisque ces “pirates de l’air” n’ont pu, physiquement, réaliser les actes qu’on leur prête. De la supériorité occasionnelle mais déterminante des sciences inhumaines et asociales sur les sciences humaines et sociales…]


Les idéologies décrépites du wahhabisme saoudien et du sionisme israélien sont d’une importance immense, sinon centrale, pour analyser le fiasco actuel du Moyen-Orient et le climat international général maléfique. Comme prévu, ces deux idéologies corrosives sont largement ignorées dans les grands médias occidentaux, puisque ces deux nations artificiellement créées sont considérées comme des alliées de Washington.

Il s’agit d’une histoire passionnante, quoique assez sinistre, qui s’étend de la Première Guerre mondiale, la création des États d’Israël, de Jordanie, d’Irak, de Libye, de Syrie, d’Arabie saoudite (et de tous les émirats du Golfe) sans parler de Lawrence d’Arabie, jusqu’à la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, à la guerre par procuration imposée en Syrie (qui a également commencé en 2011) et la montée des sauvages d’ISIS, entre autres régressions géopolitiques. C’est une histoire de manipulation à long terme, d’endoctrinement insidieux, et de travaux mythiques de littérature diaboliquement secrets.

Ces deux idéologies – le wahhabisme dans l’islam et le sionisme dans le judaïsme – peuvent se présenter comme des entités non apparentées en surface. Mais elles ne le sont pas, comme je vais l’explorer dans cet article. Ces deux doctrines malveillantes pourraient être considérées comme étant en grande partie responsables de l’essentiel des malheurs au Moyen-Orient aujourd’hui, situation qui ne concerne pas seulement le Moyen-Orient, mais comme nous l’avons vu depuis le 11 septembre 2001 et à un rythme accéléré depuis 2011, qui affecte les États-Unis, l’Europe, l’Eurasie, et très probablement le monde entier !

Ces deux philosophies religieuses / politiques sont responsables de décennies de violences, de guerres, de souffrances et de manipulations. On peut démontrer qu’elles sont les deux faces d’une même pièce. Elles peuvent toutes deux remonter à la même époque approximative – il y a environ cent ans, pendant les événements de la Première Guerre mondiale.

Quel est l’héritage du sionisme et du wahhabisme dans le monde ? Et quelle est la vérité sur leurs origines ? Pour commencer, voici une histoire abrégée des origines d’abord du sionisme, puis du wahhabisme pour ceux d’entre vous qui n’en seraient pas familiers.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *