Home » Actualité » AV » Le témoignage de René Revol, maire invité du
“Grand débat” à Souillac le 18 janvier (Le Yéti)

Le témoignage de René Revol, maire invité du
“Grand débat” à Souillac le 18 janvier (Le Yéti)

[Note de l’administrateur de ce blog : René Revol est maire de Grabels près de Montpellier, et membre de La France insoumise, c’est sans doute parce que je suis un “militant d’extrême droite halluciné” que j’adhère à ses propos.

Notamment cette phrase : “La mobilisation des citoyens pour leurs revendications doit se poursuivre, et doit se faire sous toutes les formes nécessaires de manière pacifique, mais ne comptez pas sur ce débat officiel pour être entendus, il faudra passer par d’autres expressions pour pouvoir faire entendre notre voix”.

PS (Post Scriptum, je précise) : pour ceux qui auraient un doute sur la totale déconnexion de Jupiter des réalités terrestres, voir ici.]


2 commentaires sur “Le témoignage de René Revol, maire invité du
“Grand débat” à Souillac le 18 janvier (Le Yéti)

  1. Bonjour
    Pour étayer le propos de ce maire, le billet de Régis de Castelnau sur son blogue, que je sais être visité par vous, éclair l’aspect juridique du problème soulevé par ce “”””débat””””. En voici le lien :
    https://www.vududroit.com/2019/01/grand-debat-macron-tour-illegal/
    Par ailleurs je ne résiste pas a retranscrire les mots de Michel Onfraye, qui éclairent la réalité d’une lumière toute autre que celle largement utilisée par les “média de grands chemins” (j’adore cette expression !) :

    “A la sortie, jamais les fameux micros-trottoirs n’ont autant mérité leur nom: les micros faisaient vraiment le trottoir! Ce fut rhubarbe et séné, guimauve et pétales, confettis et parfums! Pour disposer d’un gramme d’esprit critique et se frayer un passage dans cette boue courtisane, il fallut les réseaux sociaux dans lesquels on apprit en effet, donc en dehors de la presse officielle, subventionnée, maastrichtienne: que des ministres sont chargés de l’intendance de ces prétendus débats avec les préfets, ce qui garantit que juge est partie; que les préfets ont choisi les intervenants, donc qu’ils en ont écartés d’autres -notamment tel ou tel du Rassemblent national; que des maires dits coordinateurs ont été chargés de rédiger des questions qui ont été ensuite attribuées à deux autres élus dont les noms ont été donné en amont aux préfets; qu’on a demandé au vice-président de la communauté urbaine d’Alençon, le bien nommé Lenormand, une question en rapport avec les gilets-jaunes, alors qu’un autre élu a été sollicité pour une questions sur l’ISF! Un débat sous ses auspices, c’est très exactement un discours selon Fidel Castro, un homme politique dont on connaît l’attachement à la liberté d’expression et à la liberté tout court!”

    Décidément, la démocratie est un rivage dont nous nous éloignons de plus en plus, et de plus en plus vite …

    1. Bonjour,

      Merci pour le lien. L’expression “media de grand chemin” n’est pas de moi, mais de Slobodan Despot il me semble (en tout cas je l’ai souvent lue sous sa plume). Mais c’est vrai que micros-trottoirs peut aussi trouver une acception inédite !

      Quant à la démocratie, vous savez certainement si vous y avez un peu réfléchi (éventuellement avec l’aide de Chouard, comme moi) qu’elle n’a jamais existé en France. La nouveauté, c’est que même l’apparence de démocratie n’existe plus… ce qui est peut-être une bonne chose (en tant que régime transitoire, faudrait pas que ça vire au régime permanent…) pour réveiller le peuple et le décider à reprendre le pouvoir qui lui a été volé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *