Home » Ailleurs » Fondamentaux » L’avant-garde de la république (E&R)

L’avant-garde de la république (E&R)

bernard-henry-levy-namur

Mauvaise pioche.

Selon Manuel Valls, “les juifs de France sont plus que jamais à l’avant-garde de la république et de nos valeurs”. On voit mal ce que cette phrase vient faire dans la bouche du premier ministre d’une république laïque, mais le “Mussolini à moitié trisomique” (ce qui est très désobligeant pour les trisomiques, généralement pleins d’amour) nous a habitués à toutes sortes de propos à la logique approximative.

Cependant, reconnaissons-le, de la même manière que les astrologues ne sauraient se tromper à chaque coup (ce qui donnerait de la valeur aux prédictions qu’ils font), Manuel Valls ne saurait avoir tort à 100%.

Il y a bien, parmi les juifs, des individus qui sont à la pointe des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité de la république française. Parmi eux, Jacob Cohen et Gilad Atzmon sont de beaux exemples, même si Gilad, citoyen israélien et sujet britannique, ne saurait évidemment être stricto sensu à l’avant-garde de la république française, ni même être encore considéré comme juif, puisqu’il a décidé de ne plus porter cette étiquette pour revendiquer sa seule qualité d’être humain.

Écoutons-les donc avec toute l’attention et le respect qu’ils méritent, lors d’une conférence qu’ils donnèrent à Lille le 29 novembre 2015, intitulée “la dernière pièce du puzzle”.

Première partie : Jacob Cohen

Seconde partie : Gilad Atzmon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *