Home » Actualité » Ailleurs » Mediamensonges » Faux drapeaux pour les débutants (Dmitry Orlov)

Faux drapeaux pour les débutants (Dmitry Orlov)

Dmitry Orlov

[Note de l’administrateur de ce blog : les attaques anglo-américaines pour blâmer la Russie de tous les maux ne faiblissent pas mais, par leur excès même, finiront sans doute par faire naître des doutes même chez les plus naïfs. Car personne n’ignore qu’Anglais et Américains – ou plus précisément leurs dirigeants – mentent comme ils respirent quand ils veulent justifier leurs ambitions impériales : même le plus crétin des téléspectateurs a entendu parler des armes de destruction massive imaginaires de Saddam Hussein – qui fut par ailleurs soutenu par les USA pour réaliser des attaques chimiques contre l’Iran1.

Dmitry Orlov rappelle ici fort à propos l’absence de mobile dans l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille – une affaire qui rappelle fortement celle de Litvinenko en novembre 2006. Il rappelle tout aussi intelligemment l’affaire du vol MH17 de la Malaysia Airlines, dont tout porte à croire qu’elle est intimement liée à celle du vol MH370 comme je l’ai montré dans ce premier article, ce deuxième et ce troisième.

Bien sûr, il se trouvera toujours quelques idiots utiles pour crier au “complotisme” lorsqu’on évoque les intentions perverses et criminelles des dirigeants occidentaux envers d’autres pays, voire envers leurs propres peuples. Tout le monde ne parvient pas à faire passer la raison avant l’émotion. C’est bien cela qui permet aux manipulateurs d’opinion de continuer à la manipuler.]


La Grande-Bretagne est prise d’une frénésie médiatique à cause de l’empoisonnement récent de l’ancien colonel russe Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, en Angleterre. La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé à la Russie de s’expliquer en prétendant qu’ils avaient été empoisonnés en utilisant un agent neurotoxique appelé « Novichok » (« Débutant » en russe ) qui était un produit de la recherche soviétique sur les armes biologiques. Il n’est plus produit et la destruction des stocks a été vérifiée par des observateurs internationaux. Cependant, sa formule est dans le domaine public et il peut être synthétisé par n’importe quel laboratoire chimique bien équipé, tel que celui de Porton Down, un laboratoire militaire de la Grande-Bretagne, qui, soit dit en passant, n’est qu’à 18 minutes en voiture de Salisbury.

May n’a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations de complicité russe dans la tentative de meurtre. Le ministère russe des Affaires étrangères a demandé à la Grande-Bretagne de fournir toutes les preuves disponibles pour étayer son accusation d’utilisation d’armes chimiques (selon la Convention sur les armes chimiques, la Grande-Bretagne doit le faire dans les 10 jours). Par conséquent, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a répondu que la Russie ne répondrait pas à de telles allégations sans fondement.

Une clé importante pour repérer un attentat sous faux drapeau est que la « connaissance » de qui est à blâmer est disponible avant que la première preuve ne soit sur la table. Par exemple, dans le cas de l’avion de la Malaysian Airlines, le fameux MH-17, abattu à l’Est de l’Ukraine, tout le monde en Occident était convaincu que les « séparatistes pro-russes » étaient à blâmer avant même le début de l’enquête. À ce jour, on ne comprend toujours pas comment ils auraient pu le faire compte tenu de l’équipement dont ils disposaient. Dans ce cas, la Russie a été accusée presque immédiatement, tandis que le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson s’est porté volontaire pour que la Grande-Bretagne n’envoie pas son équipe de foot à la Coupe du monde en Russie cet été, révélant la véritable raison de cette tentative d’assassinat.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶


On pourra utilement compléter la lecture de cet article par celle de ce deuxième sur le même sujet, également publié par le saker, dans un style plus direct et grinçant encore. Ainsi qu’en écoutant Guy Mettan, journaliste suisse ayant acquis la nationalité russe, parler de l’effondrement médiatique et de la régression intellectuelle européenne : “On est sorti de l’ère de l’information pour entrer dans celle de la communication, et au fond du simulacre pur ; les éléments de langage ont remplacé le langage lui-même. […] On a quitté tout à fait l’ordre de la raison pour emprunter celui de la subjectivité la plus folle.

J’encourage également mes lecteurs à soutenir l’initiative de Slobodan Despot2 pour relever ce niveau intellectuel en chute libre, en s’abonnant au Drone comme je l’ai fait : un journal petit par la diffusion mais grand par son contenu, et qui a besoin d’un nombre minimum d’abonnés pour lancer son édition papier, comme au bon vieux temps où certains journaux faisaient encore réfléchir.

  1. Tiens donc. L’arme chimique semble donc être une obsession anglo-américaine (et plus si affinités).
  2. qui interroge Guy Mettan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *