Skyrock, premier sur l’apologie du terrorisme (Quenel+)

skyrock

apologie de l’amour et des bisous

Depuis l’affaire Charlie Hebdo, les médias et les politiques tentent de définir les causes qui développent le terrorisme et qui en font l’apologie, afin d’enrayer la violence qui gangrène la jeunesse des quartiers populaires. L’islam ? La misère sociale ? Dieudonné ? Jusqu’ici aucune des analyses avancées par la classe politico-médiatique ne semble pertinente… il y a comme un arrière gout de pisse.

Continuer la lecture sur Quenel+ 

Pourquoi “ISIS” tourne-t-il ses vidéos en studio ?

otages japonaisPoursuivant son feuilleton débuté avec James Foley en août 2014, les productions de “l’État Islamique” (notez les guillemets) ont le 20 janvier 2015 terrorisé le Japon avec une vidéo menaçant d’exécuter deux otages, et en ayant depuis (samedi 24) annoncé l’exécution de l’un d’entre eux, Haruna Yukawa (à droite sur l’image). Dans la vidéo montrant les deux otages vivants, on retrouve le même décor désertique que celui utilisé depuis la menace d’exécution de James Foley.

Continuer la lecture

Le spectacle de la manipulation fétichiste des attentats…‏ (Francis Cousin)

Face à la crise accélérée de la tromperie capitaliste, l’explosion terroriste est une diversion nécessaire au risque d’explosion sociale…

Le terrorisme est toujours l’instrument de manipulation du spectacle étatique de la marchandise universelle…

« Les bombes-fusées qui tombaient chaque jour sur Londres étaient probablement lancées par le gouvernement de l’Océania lui-même,  juste pour maintenir les gens dans la peur » 

George Orwell, 1984

Auguste Vaillant est un anarchiste français. Au lendemain du scandale de Panama de 1892 qui révéla la corruption généralisée du personnel politique du parlementarisme des honoraires, cet homme qui voulait venger la mort de Ravachol lança une bombe d’une grande puissance dans l’hémicycle de la chambre des députés le 9 décembre 1893. Cette dernière chargée de clous, de morceaux de zinc et de plomb s’abattit sur les députés et sur les spectateurs assistant aux délibérations. Une cinquantaine de personnes furent blessées dont Auguste Vaillant lui-même. Celui-ci, condamné à mort, fut alors guillotiné le 5 février 1894 à l’âge de 33 ans.

Continuer la lecture sur Scriptoblog 

1 14 15 16