Diffamation (Yoav Shamir)

(mise à jour : 16 octobre 2015)

Pour comprendre la fabrication de l’antisémitisme par le lobby sioniste, condition nécessaire à la légitimation de l’État d’Israël, le documentaire Defamation (Diffamation) de Yoav Shamir (réalisateur juif israélien) est un morceau de choix. Ci-dessous, une version (basse définition) sous-titrée en français.

Une version de meilleure qualité, téléchargeable mais non sous-titrée se trouve sur l’Internet Archive.

Continuer la lecture

L’État (des) juif(s)

Theodor Herzl

Theodor Herzl

Le genre : “antisémitisme” autorisé (car juif).

À l’heure où certains essaient – avec des sabots de plus en plus gros – de faire taire toute critique du sionisme en l’assimilant à de l’antisémitisme, il est utile de se plonger dans le manifeste que rédigea en 1896 – juste après le début de l’affaire Dreyfus – un homme présenté aujourd’hui comme le fondateur du sionisme politique, Theodor Herzl. Son titre original – en allemand – est der Judenstaat, qu’on devrait traduire par l’État des juifs, mais certains éditeurs préfèrent titrer l’État juif. Bien entendu, Herzl ne connut jamais la création de l’État d’Israël, puisqu’il est mort en 1904. Sa vision de ce que devait être selon lui l’État des juifs n’en est que plus intéressante, car elle permet de mesurer l’écart entre son rêve et la réalité d’aujourd’hui.

La première surprise, pour le lecteur contemporain, vient du sous-titre : Versuch einer modernen Lösung der Judenfrage, c’est-à-dire Tentative d’une solution moderne de la question juive. Quiconque ose aujourd’hui, dans nos media intellectuellement stériles, ne serait-ce qu’évoquer l’idée d’une “question juive” (ou d’un “problème juif”, ce qui revient au même), se fait immédiatement taxer d’antisémitisme et descendre en flammes par le prêt-à-penser politico-médiatique. Pour celui qui est aujourd’hui considéré comme un héros en Israël, c’était pourtant une évidence, et la motivation première de son travail.

Continuer la lecture

L’antisémite

Dieudonne-l-antisemite-shoahLors de sa sortie en 2012, le film “L’antisémite” de Dieudonné M’bala M’bala n’a fait l’objet, à ma connaissance, d’aucune critique honnête de la part des grands media dont c’est en principe le rôle : tous ont menti sur son contenu. Par critique honnête, je n’entends évidemment pas “critique favorable” : chacun sait qu’un même film peut être encensé par les uns et descendu par les autres, pour des raisons subjectives qui sont propres à toute oeuvre artistique. J’entends seulement, une critique qui ne dénature pas totalement le film, voire le fait passer pour l’exact opposé de ce qu’il est. Or, de cette mission dont normalement les critiques de cinéma professionnels doivent s’acquitter, seuls quelques blogs ont daigné s’occuper (certains en parlant aussi sans l’avoir vu, passant totalement à côté de la véritable nature du film). Pourquoi ? Je vais tenter par cet article de fournir quelques éléments de réponse.

ATTENTION ! Si vous avez l’intention de voir ce film (que personnellement je recommande, mais c’est le seul avis subjectif que je donnerai ici), il est vivement conseillé de ne pas poursuivre la lecture, qui vous dévoilera le scénario et diminuera donc votre plaisir de cinéphile.

Continuer la lecture

1 2 3 4