Home » Actualité » La Grande Interview : Philippe Douste-Blazy (RT France)

La Grande Interview : Philippe Douste-Blazy (RT France)

[Note de l’administrateur de ce blog : la crise du COVID-19 aura au moins une conséquence positive, c’est qu’elle aura permis de faire le tri entre les médecins qui sont d’abord fidèles au serment d’Hippocrate (qu’ils ont tous prêté) et ceux qui sont d’abord fidèles à leurs sources de financement de confort.]


5 commentaires sur “La Grande Interview : Philippe Douste-Blazy (RT France)

  1. Curieux qu’il considère, en fin de vidéo, que la population s’est immunisée face à la grippe saisonnière. Selon lui, elle ne provoque que deux jours de fièvre !
    Quid des 8 à 16 000 morts chaque année ?
    Ah, mais si nos anciens passent l’arme à gauche, ce ne doit être que de simple vieillesse !!

    Question : et pourquoi ne pas essayer la chloroquine pour lutter contre la grippe ??

    1. Vous pouvez même aller au-delà de 16 000 pour certaines années… record récent à battre : 21 200 pour l’hiver 2016-2017 d’après cette source. Et on n’a pas arrêté le pays pour autant, ce qui doit nous faire réfléchir sur la part de psychose dans la crise actuelle — on en est à 5000 morts et il y en aura davantage, mais on n’est pas encore à 21 000 — et à quoi (et à qui) sert cette psychose, comme l’analyse très bien Valérie Bugault dans l’article de Strategika que j’ai récemment rapporté.

      Quant à la chloroquine (ou hydroxychloroquine, moins toxique) pour lutter contre la grippe, à mon avis si c’était efficace notre bon Panoramix Pr. Raoult en aurait déjà eu l’idée, mais je ne suis pas médecin…

    2. J’ajoute que si on regarde les chiffres de Marseille, on a (le 4 avril) 33 décès pour 3005 patients testés positifs, soit 1% de mortalité… par rapport aux cas confirmés (les cas réels étant, bien évidemment, plus nombreux). Ce qui ne nous éloigne pas tant que ça de la grippe ordinaire, peut-être d’un facteur 2 seulement.

      Et quand on se limite aux chiffres de l’IHU Méditerranée-Infection, où bien évidemment tous les patients reçoivent la potion magique de Panoramix, on tombe à 5 décès pour 1818 patients traités (donc positifs), soit une mortalité sur les positifs connus de 0,28%… quand on veut, on peut !

      Ceux qui raillent le Pr. Raoult parce qu’il avait annoncé la “fin de partie” pour le COVID-19, voire tentent de le discréditer — alors que c’est l’expert n°1 dans le classement mondial pour les maladies infectieuses — feraient bien de la fermer physiquement et de reconnaître leurs erreurs… errare humanum est, perseverare diabolicum !

        1. Il y a de cela… surtout quand un gouvernement — voire plusieurs — fait tout pour envenimer la crise et augmenter le nombre de morts. Je vous conseille de garder un œil sur les statistiques publiées par l’IHU Méditerranée-Infection :

          https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

          Le 5 avril, on en est à 7 décès sur 1962 patients traités, soit une mortalité de 0,36%. Et il ne s’agit bien sûr pas d’un calcul sur tous les cas de COVID-19 mais sur les seuls patients traités pour cela. Comme quoi quand on met les bons moyens médicaux en œuvre, il n’y a pas de quoi paniquer… La panique est la conséquence d’un engorgement des hôpitaux consécutif à leur casse délibérée par des “gestionnaires”, doublée d’une pluie de décisions criminelles dictées par on ne sait quoi ou on ne sait qui mais certainement pas un souci de santé publique.

          Vous connaissez certainement votre compatriote l’anthropologue Jean-Dominique Michel, je recommande chaudement la lecture de son blog pour comprendre comment on en est arrivé là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *