Home » Ailleurs » AV » Fondamentaux » Covid-19 : Les Technologies Vaccinales à la loupe
(Dr Christian Vélot – CRIIGEN)

Covid-19 : Les Technologies Vaccinales à la loupe
(Dr Christian Vélot – CRIIGEN)

[Note de l’administrateur de ce blog : une vidéo très pédagogique et neutre d’un spécialiste de génétique, qui vient compléter l’article que j’ai diffusé il y a quelque temps du même auteur.]


6 commentaires sur “Covid-19 : Les Technologies Vaccinales à la loupe
(Dr Christian Vélot – CRIIGEN)

  1. bonjour,
    je n’ai pas compris un truc:
    pourquoi un virus recombiné entre un virus “naturel” et le virus transformé (amputation de son ADN ou ARN dangereuse et ajout de l’ADN ou ARN traduisant la protéine Spike) serait il plus dangereux qu’un virus recombiné naturellement entre 2 virus que l’on peut attraper en même temps, puisque ceux-ci adorent échanger leurs gènes ?
    en bref il m’en faut plus pour alimenter ma peur.
    Peur déjà bien nourrie par le totalitarisme qui s’installe.

    1. Bonjour,

      Je n’ai pas entendu Christian Vélot dire que ce virus recombiné devait nécessairement être plus dangereux qu’un virus issu d’une recombinaison naturelle, mais seulement qu’il pourrait l’être, et bien sûr dans une analyse de risques on s’intéresse à ce qui est potentiellement catastrophique et pas à ce qui est anodin.

      Il y a surtout deux paramètres essentiels à prendre en compte : d’une part, dans le cas d’un vaccin en général, il s’agit d’administrer une substance à des gens bien portants et non de traiter des malades, donc l’exigence de sécurité doit être plus grande que dans le cas d’un médicament qui traite des malades (et surtout s’il s’agit de maladies graves où on peut accepter le risque d’effets secondaires plus ou moins gênants si le risque provoqué par la maladie est lui-même grand). D’autre part, dans le cadre d’une campagne de vaccination massive, où tout le monde ou presque reçoit la même substance, le risque d’une recombinaison dangereuse est évidemment bien plus grand que par le simple hasard des recombinaisons génétiques de virus naturels.

      Or il suffit d’une recombinaison malheureuse, comme le dit Vélot, pour ensuite toucher l’ensemble de la population par réplication du virus…

  2. Bonsoir François,

    j’aimerais connaitre votre avis sur le vaccin Pfizer. Mon père (85 ans) veut se faire vacciner, il suit un traitement pour la tension avec en plus du Kardegic. Personnellement, je préfèrerais qu’il ne le fasse pas mais je manque d’arguments.
    Merci
    Bonne Année
    Francis

    1. Bonjour Francis,

      Première mise en garde : je ne suis pas médecin, et en plus je ne connais pas votre père ni son état de santé. S’il est hypertendu et prend du Kardegic (c’est-à-dire de l’aspirine), un fluidifiant sanguin, il fait partie des personnes à risque, en plus de son âge. Il faut donc veiller en premier lieu à limiter ces facteurs de risque, ce qui peut se faire aussi (mais à plus long terme qu’en prenant des médicaments, qui n’agissent rapidement que parce qu’ils jouent sur les symptômes et pas sur les causes) par l’alimentation et l’hygiène de vie. Seuls des médecins orientés vers la naturopathie peuvent donner de bons conseils mais à condition de connaître l’état du patient.

      Deuxième mise en garde : je pense que les médecins eux-mêmes ne savent pas vraiment ce que sont les vaccins et comment ils fonctionnent, et là je ne parle que des vaccins “standard”. Voir par exemple l’excellent livre du Pr Gherardi Toxic Story dont j’ai parlé ici, où il avoue à quel point son ignorance était grande avant qu’il soit confronté au problème vaccinal de façon tout à fait fortuite.

      Troisième mise en garde : même les spécialistes des vaccins (et là encore on ne parle que des “classiques”), quand ils s’adressent “sans filtre” à un public de médecins, laissent échapper des histoires pas toujours rassurantes (voir cet article où vous pourrez écouter un spécialiste de la question).

      Mon avis est que cette histoire de vaccins anti-Covid-19 cache bien d’autres choses qu’une volonté de protéger les populations ; elle cache bien sûr des appétits financiers énormes de la part des fabricants de vaccins mais sans doute bien pire encore. L’absence totale de précaution vis-à-vis d’une vaccination massive par des vaccins d’un type entièrement nouveau (qui d’ailleurs ne méritent sans doute même pas le terme de “vaccin” mais plutôt celui de “thérapie génique”) est très mauvais signe, surtout pour une maladie qui en définitive n’est grave que pour une très faible fraction de la population, et pour laquelle existent des traitements efficaces (que certains se sont employés à nier et à interdire au mépris de toute déontologie médicale). Récemment la Grande-Bretagne a autorisé le mélange de vaccins (une dose de l’un, puis une dose d’un autre si le premier n’est plus disponible) : c’est évidemment du grand n’importe quoi… sauf si le but n’est pas de soigner.

      Bref, vous aurez compris que, n’étant déjà pas très favorable aux vaccins en général tels qu’ils sont conçus (c’est-à-dire dans un but de profit et avec l’assurance pour les fabricants d’être relativement tranquilles en cas de catastrophe), je le suis encore moins dans le cas de ces nouveaux vaccins et particulièrement de ceux à ARN messager dont fait partie le vaccin Pfizer. Pour moi, c’est clairement jouer à l’apprenti sorcier – et il semble hélas que de premiers effets secondaires graves (rares, mais on ne sait rien du long terme), évidemment peu rapportés, confirment cette crainte. Les mediamenteurs tentent de diviser et de caricaturer en classant les gens en “pro-vaccin” (les bons !) et “anti-vaccins” (les mauvais !), c’est évidemment nous prendre pour des imbéciles.

      À mon avis la meilleure prévention ne consiste pas à tout espérer d’un vaccin miracle dont on ne connaît à peu près rien mais plutôt à maximiser ses chances de résister à l’infection, car il ne faut surtout pas imaginer que la simple présence de virus conduit à l’infection : notre système immunitaire combat en permanence des tas de virus et bactéries dont nous n’avons même pas connaissance. Je vous encourage donc plutôt à regarder ce que des médecins donnent comme conseils en matière de renforcement immunitaire, (notamment vitamines C et D et zinc) ou en regardant le documentaire “Mal traités” (évidemment taxé de “complotiste” par les mediamenteurs, mais ça devient du comique de répétition !).

      Il faut surtout s’ôter de la tête que se mettre un truc en papier bleu devant la bouche et le nez constitue une protection efficace (c’est plus de la superstition qu’autre chose), et se renseigner sur ce que dit la science… qui n’est pas, vous l’aurez compris, le discours médiatique dominant. En dehors du renforcement immunitaire, conseillez surtout à votre père de bien se laver les mains, le virus se transmettant surtout par les objets que tout le monde touche (rampes, boutons d’ascenseurs, caddies de supermarchés etc.).

      IMPORTANT : je rajoute à mon commentaire qu’il existe un traitement plus efficace encore que l’association hydroxychloroquine + azithromycine (+ zinc éventuellement) : l’ivermectine ! Voir par exemple cet article du Dr Maudrux, qui parle aussi (en mal, vu l’existence du traitement) du rapport bénéfice/risque des vaccins tout juste mis au point.

      Bonne année à vous et votre père, et surtout bonne santé !

  3. Bonsoir François

    Un GRAND MERCI pour votre réponse très bien argumentée et qui donne des informations très importantes.
    Mon père et moi même en tireront un grand profit.
    En fait, il faudrait diffuser plus largement votre réponse car elle pourrait être très utile à beaucoup d’autres personnes.
    Merci encore et Bon courage pour la suite.
    Francis

    1. Avec plaisir. Vous l’avez compris, avant de penser au vaccin il faut penser aux traitements possibles, et ils existent contrairement à ce que répète la propagande. Suivez particulièrement les développements autour de l’ivermectine, non encore diabolisée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *