Il peut paraître curieux, sur un blog visible de presque partout, de proposer au lecteur de savoir où il se trouve. Cette précision est pourtant nécessaire pour indiquer :

chez qui le lecteur se trouve,
à quel moment de l’histoire il se trouve.

(les notions de temps et d’espace étant, depuis Einstein, très relatives)

Chez qui ?

L'auteur effectuant une quenelle anti-bagnole et anti-malbouffe (homologuée par le CRIF)

L’auteur effectuant une quenelle anti-bagnole et anti-malbouffe (homologuée par le CRIF)

Né en France il y a bientôt un demi-siècle, d’une famille ancrée dans la ruralité du Massif Central depuis des générations, j’ai une formation d’ingénieur en physique des matériaux (INSA Lyon) et suis docteur en physique de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Je suis actuellement maître de conférences en physique à l’université de Pau. J’ai toujours aimé les sciences, et la physique en particulier, pour leur aptitude à rendre simples des choses a priori complexes, et à relier des domaines a priori sans rapport. Je suis donc allergique au verbiage pseudo-scientifique n’ayant pour but que de camoufler l’ignorance ou le mensonge, et à la division des savoirs en compartiments étanches produisant des idiots de luxe.

Intermittent du spectacle

Intermittent du spectacle

Fin 2013, avant qu’une grande campagne médiatique nationale ne s’en charge, j’ignorais qu’il existait une définition non culinaire de la “quenelle”, et ne pensais plus vraiment à regarder les sketches de l’humoriste Dieudonné dont je connaissais pourtant le génie depuis ses débuts, étant à peu près du même âge que lui. J’avais seulement très vaguement entendu parler d’un écrivain français plus chauve que moi du nom d’Alain Soral. Depuis, j’ai acheté un coffret de 10 DVD des spectacles de Dieudonné, un de ses films ( “l’Antisémite” ), lu deux livres d’Alain Soral et beaucoup d’autres d’auteurs variés, ayant pour point commun l’analyse du “mur” dans lequel fonce avec détermination notre société occidentale.

Dieudonné effectuant une quenelle non homologuée (à cause de la personne juive à gauche venue le soutenir, Shmiel Mordche Borreman)

Dieudonné effectuant une quenelle non homologuée par le CRIF (à cause de la personne juive à gauche venue le soutenir, Shmiel Mordche Borreman)

J’en suis venu à la conclusion qu’il était problématique de vivre dans une société où l’on est obligé de dire qu’il pleut quand il fait beau, de valider des absurdités logiques, de trouver gentils des affreux méchants et de se réjouir d’une défense des libertés qui ressemble furieusement à l’établissement d’une dictature. Et que la seule solution pour en sortir en bonne santé mentale était de reprendre les bases à zéro, tout en partageant si possible mes réflexions avec autrui. D’où l’idée de ce blog.

À quel moment de l’histoire ?

Il est sans doute prétentieux d’expliquer au lecteur à quel moment de la marche du monde il se situe. Ne reculant devant rien, je m’y risque cependant, à la façon brutale et simpliste caractéristique d’un ingénieur ou scientifique planté devant un problème complexe et qui se doit d’opérer des simplifications drastiques pour y voir clair. L’histoire n’ayant pas de début, je choisis semi-arbitrairement de commencer le tableau à partir de 1945, soit la fin de la deuxième guerre mondiale, la plus grande boucherie humaine jamais organisée de façon industrielle (60 à 80 millions de morts selon les estimations).

La Libération vue de Californie.

La Libération vue de Californie.

L’Europe exsangue se trouve donc, comme il se doit à l’issue d’une guerre, partagée entre les vainqueurs : le camp anglo-américain d’une part, et le camp soviétique d’autre part. Le nazisme a été vaincu principalement par le sacrifice de l’Armée Rouge (environ 10 millions de morts, contre 800 000 pour les militaires anglais et américains), mais le camp anglo-américain impose petit à petit chez nous français le mythe d’une libération de l’Europe par les “forces de la liberté”.

Le partage du gâteau se fait de façon plutôt directe à l’Est, avec la mise en place de régimes communistes soutenus par Moscou. Encore faut-il ne pas oublier que le Pacte de Varsovie, conclu le 14 mai 1955, ne faisait que répondre à la création de l’OTAN en 1949, et non l’inverse : plus précisément, à l’inclusion de la RFA dans l’OTAN le 9 mai 1955.

La colonisation économique et culturelle de l’Europe de l’ouest ne peut pas se faire aussi directement qu’à l’est, en raison notamment d’une forte tradition communiste en France et en Italie, qu’il est impossible de réprimer frontalement. Il faudra donc user de malice, en promouvant l’idée d’une Union Européenne technocratique calquée sur la Nouvelle Europe qu’avaient voulu Hitler et Mussolini, mais en la présentant comme une oeuvre de paix destinée à empêcher toute nouvelle guerre intra-européenne. Le cinéma et les media en général se chargeront d’abrutir petit à petit les peuples pour les mettre au diapason du paradis capitaliste américain.

Walter Hallstein : du régime nazi à la présidence de la Commission Européenne, via la lessiveuse américaine.

En 1989, le mur de Berlin tombe, en prélude à l’effondrement de l’Union Soviétique deux ans plus tard. Ayant reçu de la part de Ronald McDonald Reagan la promesse d’une dissolution de l’OTAN en contrepartie de celle du Pacte de Varsovie, Mikhaïl Gorbatchev ne pourra que constater la quenelle que lui ont mis les Yankees la trahison de cet engagement et un développement de l’OTAN autour des restes de l’URSS.

La-Russie-veut-la-guerre

“La Russie veut la guerre : regardez comme ils ont mis leur pays près de nos bases militaires !”

Fin 2013, alors que le président ukrainien Ianoukovytch renonce à une association avec l’Union Européenne pour se tourner davantage vers la Russie, des manifestations violentes éclatent à Kiev, attisées par des mercenaires, et finissent par conduire à une guerre civile entre ukrainiens pro-russes et pro-UE, ces derniers étant largement financés et manipulés par les USA ou leurs obligés. Un gouvernement pro-UE (donc pro-américain) à forte coloration néo-nazie résulte de ces affrontements, révélant la véritable nature (parfois comique) du système politico-médiatique occidental dont celui de la France qui, quelques mois plus tôt, partait en campagne nationale pour faire taire “le petit entrepreneur de la haine” Dieudonné M’bala M’bala (Tsoin Tsoin).

Petit entrepreneur de la haine ressuscitant lézeurléplussombres de notre histoire

Petit entrepreneur de la haine ressuscitant lézeurléplussombres de notre histoire

Gentil démocrate européen montrant la voie vers la lumière

Gentil démocrate européen montrant la voie vers la lumière

Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook7Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0