Home » Détente » Fondamentaux » Vortex ou pas vortex ?

Vortex ou pas vortex ?

vortex

Un vortex

Les forums de discussion sur internet recèlent parfois des pépites comiques inattendues. Et comme toujours, l’effet comique est d’autant plus efficace qu’il est brutal et déclenche par un seul mot le rappel d’une histoire complexe sur lequel il vient se fracasser bruyamment. C’est ce qu’on appelle généralement une “chute”. Je viens de trouver une telle pépite sur le forum de discussion de l’association ReOpen911, que j’ai déjà évoquée dans cet article. Elle tient en une remarque d’un intervenant assidu du forum, de pseudonyme inam56, écrite le 30 octobre 2015 à 12h58 :

un beau vortex visible sur cette vidéo à partir de 0.37

Bien entendu, un tel effet comique n’est perceptible que par des “initiés”, à qui le mot vortex rappellera quelque chose de très précis. C’est ce que je vais essayer d’expliquer ici, afin – je l’espère – de communiquer à mes lecteurs le bon moment de rire que j’ai passé grâce à cette simple remarque.

Un vortex n’est rien d’autre, en physique, qu’un tourbillon ; mais le mot vortex, emprunté au latin (et utilisé tel quel en anglais, par exemple) fait plus savant. Ajoutez “spatio-temporel” et vous aurez déjà la moitié du vocabulaire des frères Bogdanoff (ici avant une rencontre avec une singularité de l’espace-temps, là aprèsattention : images susceptibles de choquer les personnes sensibles). Il y a donc bien, c’est indiscutable, un tourbillon dans la vidéo signalée par inam56 (que vous pourrez visionner ci-dessous) ; la remarque n’est pas, en elle-même, fausse. L’effet comique n’est donc pas là.

Mais la plupart des lecteurs du forum de ReOpen911 auront immédiatement compris que le vortex d’inam56 fait très directement référence à une absence de vortex pointée par un personnage célèbre des controverses du 11 septembre : Collin Alexander, alias Ace Baker, excentrique musicien et vidéaste professionnel américain. Pour les novices, un rappel s’impose donc. Dans une série de vidéos, cet anarchiste et pacifiste prétend démontrer que les deux avions ayant percuté les tours jumelles le 11 septembre 2001 ne sont en fait que des incrustations vidéo, ajoutées juste avant diffusion par les grandes chaînes de télévision à des séquences montrant des explosions bien réelles dans les tours, qui furent soigneusement préparées à l’avance de façon à reproduire la forme des avions au niveau des “impacts”. Vous pourrez regarder ci-dessous une version sous-titrée en français de la plus technique de ces vidéos, consacrée précisément à cet aspect de la chose. Remarque importante : ce documentaire est en réalité une fiction (qui prend par moments la forme d’une comédie musicale !) dans laquelle le personnage principal est un acteur jouant le rôle de Ace Baker – avec un jeu assez particulier.


9/11: The Great American Psy-Opera (6/8 – Quels avions ?)

À partir de 4 min 35 s dans la vidéo, Ace Baker aborde le problème de ces fameux vortex (en principe, vortices au pluriel). Il remarque avec justesse que tout avion en vol produit d’énormes tourbillons prenant naissance au bout de ses ailes, et qui perdurent longtemps après son passage. La traduction française de “wake vortex” proposée par les sous-titres est “turbulence de sillage” ; en réalité la turbulence de sillage comprend plusieurs phénomènes dont ces vortex de bout d’aile ; mais c’est un détail. Ces tourbillons sont d’habitude invisibles, l’air étant transparent ; ils deviennent visibles lorsque l’air est chargé de fumées ou de flammes, comme on peut le voir dans les exemples qu’il donne ou dans la photo ci-dessous.

Tourbillons de bout d'aile rendus visibles par des fumigènes.

Tourbillons de bout d’aile rendus visibles par des fumigènes.

Selon Ace Baker, l’avion percutant la tour sud (le seul pour lequel on dispose de vidéos d’une qualité suffisante) aurait dû signaler sa présence par des tourbillons dans la boule de feu et les fumées qui ont suivi l’explosion, exactement comme les exemples donnés dans la vidéo ; les tourbillons étant proportionnels à la taille de l’avion, on conçoit bien qu’ils soient impossibles à manquer (à condition que l’air soit chargé de fumées ou de toute chose le rendant visible) pour un Boeing 767. La seule façon de concilier la physique avec les images est donc, selon Ace Baker, d’admettre que l’avion visible sur la vidéo n’est pas plus réel que les chevauchées aériennes sur balai de sorcière dans Harry Potter, et résulte tout simplement d’une incrustation vidéo réalisée grâce aux moyens informatiques modernes, déjà performants en 2001. Le musicien iconoclaste souligne qu’aucune vidéo du crash n’a été diffusée en direct absolu par la télévision : seule une vue de loin et à contre-jour, prise d’hélicoptère, a montré une silhouette d’avion s’écrasant dans la tour sud avec un “délai technique” d’une vingtaine de secondes, comme c’est la coutume pour les diffusions estampillées abusivement “direct live” . Les autres vidéos, beaucoup plus détaillées, furent diffusées bien plus tard.

Il s’agit là d’un argument parmi d’autres, mais qui fut régulièrement repoussé par les gardiens de l’orthodoxie ReOpeniste sur le forum de l’association dès qu’un intervenant y faisait allusion. On avança avec un brin d’agacement que bien évidemment, l’explosion pouvait perturber suffisamment l’écoulement de l’air pour effacer toute trace des fameux vortex. Sans même discuter de la validité de ce contre-argument, approuvé entre autres par inam56, nous pouvons noter ici que l’argumentaire change le fusil d’épaule : il ne s’agit plus d’expliquer qu’il est normal de ne pas observer de vortex, mais bien qu’on en observe un, finalement. Ce qui rappelle furieusement la parabole du chaudron, bien connue des lecteurs de Sigmund Freud ; une petite histoire drôle destinée à illustrer le mode de fonctionnement de l’inconscient, où l’incohérence logique est permise. La voici :

Un individu A ayant emprunté un chaudron à un individu B, celui-ci se plaint que A le lui a rendu percé. Pour sa défense, A rétorque : “Premièrement, je n’ai jamais emprunté de chaudron à B ; deuxièmement, il avait déjà un trou ; et troisièmement, je le lui ai rendu intact !”

Si chacun des arguments pris séparément peut avoir un sens et constituer une excuse pour A, leur association les neutralise par leur incompatibilité mutuelle et prouve que A est un menteur. Il en est souvent ainsi avec le mensonge : il finit par s’auto-détruire.

Il est donc amusant de constater qu’à force de vouloir dépeindre les “no-planers” (ceux qui croient qu’il n’y avait pas d’avion dans les tours, dans le jargon des forums sur le 11 septembre) au mieux en doux illuminés, au pire en collabos soudoyés pour discréditer les chercheurs “sérieux” de la vérité sur ces attentats, certains piliers du forum de ReOpen911 arrivent, d’abord à se contredire dans le temps, mais surtout à affirmer que la turbulence de sillage… traverse le gratte-ciel, puisque le vortex observé par inam56 se situe du côté de la tour opposé à l’entrée de l’avion. Et cela, même Ace Baker n’a jamais osé l’affirmer ! Certes, avancer des arguments faux ou absurdes pour invalider une explication ne rend pas nécessairement cette explication juste : cela prouve simplement que la démonstration est fausse. Avec de tels “chercheurs de vérité”, le mensonge a encore de beaux jours devant lui !

Les arguments du très radical (au sens étymologique : qui part de la racine du problème) Ace Baker méritant un développement approfondi, je ne les analyserai pas moi-même cette fois-ci, mais dans un autre article. En attendant, je conseille à mes lecteurs d’exercer leur esprit critique en regardant ses vidéos : si George Orwell affirmait qu’ “À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire”, la mission du pédagogue scientifique n’est pas tant de dire la vérité que d’amener chacun à la découvrir avec ses propres moyens, qui sont ceux de la raison.

Partagez ! Email this to someoneShare on Facebook0Pin on Pinterest0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

13 commentaires sur “Vortex ou pas vortex ?

  1. C’est parce qu’ils ont peur d’être traités d’antisémites que les membres de l’association ReOpen911 réfutent la thèse défendue par les “no-planers”. Dans leur for intérieur, ils savent certainement qu’elle est juste. Nombre de chercheurs de vérité manquent de courage.

    1. Je ne vois pas trop le rapport… le seul qualificatif qui découle logiquement de cette thèse est “antimédiatique” ! Et je pense surtout que le comportement des piliers de l’association s’apparente bien plus à une stratégie délibérée (à mon avis suicidaire) qu’à une réaction dictée par la peur.

  2. Les piliers de l’association ReOpen911 savent pertinemment que les médias de masse appartiennent à des juifs sionistes aux Etats-Unis et que seuls ces derniers auraient pu réaliser ces incrustations vidéo, puis les diffuser. Je pense que c’est également par peur d’être traités d’antisémites que les piliers du parti Solidarité & Progrès refusent d’entendre parler de la thèse “no-plane” et qu’ils sont obnubilés par la fausse piste saoudienne.

    1. Effectivement, les media de masse américains sont pour l’essentiel aux mains de juifs sionistes. Mais ce n’est pas leur seule caractéristique ; on peut dire tout aussi bien qu’ils sont aux mains des banques, ou du lobby militaro-industriel… et de toute façon, quand bien même ils seraient à 100% la propriété de juifs, ça ne justifie en rien l’accusation d’antisémitisme. Voir par exemple la phrase provocatrice de Soral sur les escrocs juifs que j’analyse dans cet article.

  3. Bonsoir,

    Avez-vous analysé “les arguments du très radical Ace Baker” depuis la parution de cet article, comme vous nous l’annoncez dans le dernier paragraphe? Je vous avoue que je serais bien intéressé par cette lecture. Je consulte votre site de temps à autres mais je ne me rappelle pas vous avoir lu à ce sujet…

    Cordialement
    Ben Vega

    1. Je dois reconnaître piteusement que je n’ai pas réellement fait ce travail, comme je l’avais annoncé. J’ai bien à nouveau parlé de Ace Baker dans cet article, mais sans réellement faire de la physique : j’aborde plutôt son profil psychologique très particulier – et dû, en réalité, à une opération ratée.

      À vrai dire, ses arguments sont très simples, et ne méritent pas vraiment d’explication détaillée, c’est une des raisons pour lesquelles ma motivation pour les exposer sur un plan physique s’est un peu dégonflée. Et c’est aussi pourquoi je pense qu’aucun article scientifique ne vendra triomphalement démontrer dans une revue internationale à comité de lecture qu’aucun avion n’a percuté les Twin Towers : c’est bien trop simple pour ça.

      La raison pour laquelle il y a encore des gens qui croient aux avions-kamikazes au WTC n’est pas l’absence de démonstration, mais leur crédulité et leur incapacité à voir des choses simples. Qui rend possible une religion inavouée et même non perçue, donc très dangereuse : la religion médiatique.

  4. Bonsoir,
    Merci pour votre réponse et pour le lien sur l’article “éloge du handicap” que je croyais à tort avoir déjà lu , maintenant c’est fait. J’ai trouvé les démonstrations de “psy opera” très probant moi aussi mais j’étais curieux de connaître votre avis. Voilá qui est fait. Je suis cela-dit moins enthousiaste que vous sur la forme du document, je ne pense pas que les pauses musicales aident les esprits étanches à valider la pertinence et mesurer l’importance des démonstrations. Sans doute A. Collin n’y tenait-il pas lui-même à tout prix.
    Vous dites que ces démonstrations et ses évidences seraient bien trop simples pour convaincre les pontes de la science. Vous voulez dire que leur contre-argumentation serait vraissemblablement de mauvaise foi ? (ce qui a le don de rendre fou) ou plutôt qu’ils sont par leur sur-compétence , leur sur-expertise devenus eux aussi complètement cons? (Ce qui pour le coup serait désespèrant).

    Cdlt
    Vega

    Ps. Je me souviens d’une video youtube où l’on voyait un des avions entrant dans une des tours à une altitude de toute évidence bien moindre que sur les videos des télés US montrant les mêmes instants. Irréfutable. J’ai voulu la montrer à un ami , je ne l’ai jamais retrouvée. Ca vous dit quelque chose?

    1. Ce n’est pas que je sois enthousiaste sur la capacité de l’œuvre vidéo à faire changer d’avis les “esprits étanches”, comme vous dites : s’ils sont étanches, ils le resteront… sauf peut-être si leur propre survie est menacée, le cerveau reptilien reprenant momentanément les commandes pour donner un grand coup de pied au cortex préfrontal histoire de lui dire qu’il a suffisamment déconné (c’est une image, bien sûr). Mais je trouve que la démonstration est d’autant plus jouissive que Ace Baker n’essaie pas d’être autre chose que ce qu’il est (un musicien très à l’aise avec les effets spéciaux vidéo) et parvient néanmoins à ridiculiser des pontes universitaires dans leur propre domaine, justement parce que ceux-ci n’ont rien d’autre à produire que des enfumages divers ou des arguments d’autorité.

      Or la science, avec la rigueur qu’elle impose, est bien de son côté, de même que la pédagogie (alors qu’un universitaire devrait théoriquement être performant sur ce point). Et il enveloppe pourtant cela dans une comédie musicale, ce qui devrait nous faire réfléchir sur ce que nous trouvons “sérieux” dans une démonstration : est-ce vraiment la démonstration elle-même (qui demande un vrai travail pour être comprise) ou ne serait-ce pas, bien souvent, le “prestige” de celui qui parle ou écrit ?

      Quant à votre vidéo, je ne vois pas à laquelle vous faites allusion.

      1. J’ai trouvé ceci en cherchant un possible débunkage à l’oeuvre d’Alexander:
        https://www.youtube.com/watch?v=fDXN4iGbJiw
        La page de blog correspondante qui traite pas mal de points en plus (mais pas tous, le tourbillon de bout d’aile par exemple n’est pas abordé):
        http://debunkingnoplanes.blogspot.com/2014/05/the-lies-of-ace-baker.html
        Bien que l’idée d’un musicien qui remet certains universitaires définitivement à leur place soit attrayante, des questions se posent au minimum sur le degré de pureté des intentions d’Alexander, vous ne trouvez pas? Personnellement même, vu à quel point est développé le secteur de désinfo aux US et la diversité des acteurs potentiels (freedom, n’est-ce pas?), je peine à ne pas me poser certaines questions… sans trop s’affoler, bien sûr!
        Excellente soirée/journée!

        1. Comme je le disais en réponse à un commentaire récent de Bertrand, ce n’est pas en se laissant guider par des “debunkers” et des “debunkers de debunkers” qu’on peut arriver à quelque chose, mais en faisant l’effort de penser par soi-même.

          La page de blog que vous citez est un bon exemple d’enfumage par noyade : on tente d’impressionner le lecteur par un déluge d’arguments, mais sans jamais rien hiérarchiser ni répondre aux vrais arguments qu’on tente de discréditer (et éventuellement en rajoutant une bonne dose de mauvaise foi lorsqu’on ne peut vraiment rien dire, voir l’exemple des “puffballs”). Or, quelles que soient les erreurs de détail que peut commettre Alexander, jamais ses détracteurs n’expliquent comment on peut rendre compatibles les vidéos de l’encastrement des avions dans les tours avec les lois de Newton, voire avec la simple logique (il suffit de lire les rapports du NIST pour s’apercevoir qu’ils contredisent eux-mêmes ce qu’ils sont censés confirmer).

          Mais combien de gens se décident à bosser et à faire travailler réellement leur raison au lieu de suivre les pistes que d’autres ont tracées pour eux ?

          Comme vous le dites, le “secteur de désinfo” est particulièrement développé aux US mais pas seulement, chez nous on a des champions aussi… Raison de plus pour ne pas se poser des questions sur les intentions de tel ou tel, car ça n’a strictement rien à voir avec la façon dont on fait une démonstration !

          1. Parfaitement d’accord avec vous, d’ailleurs je n’affirmais pas que les “débunkers” venaient nécessairement à bout de toutes les questions (au pire, même l’existence d’avions ne préclut pas seule le modèle sur lequel vous vous penchez par exemple, l’aspect distraction garde son importance a priori), juste que la réponse mentionnée semblait à un novice un minimum pertinente… Bref, ceci ne reflète que mon ignorance sur le sujet et la préoccupation que j’ai pour les chercheurs qui me semblent sincères dans leur démarche.
            Cela fait bien longtemps que j’avais l’intention de réexaminer l’évidence disponible de plus près, mais la vasteté de littérature et la complexité que j’anticipais au sujet avait plutôt tendance à m’intimider, et je reportais, préférant m’attaquer à des bêtes apparemment moins hors de portée comme “entraînement”. Désormais je m’y attellerai!
            Un grand merci pour votre travail, en tout cas.

          2. Pardon si j’ai été un peu brutal mais, ayant moi-même passé beaucoup de temps au début à étudier les contre-arguments des uns et des autres, et notamment ceux des sites les plus en vue, réalisés de toute évidence à plein temps par des gens qui n’ont pas besoin de faire autre chose pour vivre, voici comment j’ai évolué :

            • au début, on pense qu’il y a peut-être là-dedans des arguments pertinents qui justifient de laisser tomber toute explication “non-canonique” ;
            • ensuite, on pense qu’il y a sans doute des erreurs mais que l’intention est louable et l’auteur de bonne foi
            • enfin, on en arrive à la conclusion inconfortable mais nécessaire qu’il existe bien des gens qui sont payés pour mentir (ou au moins qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre, et qui passent une bonne partie de leur temps à induire les autres en erreur)

            La forêt vierge des théories alternatives – ou de leurs contestataires – sur le 11 Septembre est véritablement inextricable et vous aurez vite fait de vous perdre en essayant d’en explorer tous les recoins. C’est le but ! Il faut noyer les lecteurs/spectateurs sous des déluges d’arguments, si possible très techniques pour que ceux-ci soient “intimidés” comme vous le notez avec raison. Et au cas où ils ne le seraient pas, le temps qu’ils passent à les lire les empêche de cheminer par eux-mêmes vers la véritable solution, qui comme il se doit est unique et ne doit rien à de quelconques sciences ou techniques secrètes… Le 11 Septembre, c’est de la technologie des années 60 pour la démolition des trois tours, combinée aux possibilités numériques du 21ème siècle pour une manipulation planétaire de type réalité augmentée !

            La seule façon de s’en sortir, surtout si on n’a pas la capacité d’analyser ces arguments techniques dans le détail (tout le monde n’est pas physicien ou chimiste et il n’y a pas à en éprouver la moindre honte !) est de rester à un niveau d’arguments que l’on maîtrise, et ce peut être aussi simple que le principe de non-contradiction ! Je cite dans ma conférence d’Escos un des rapports du NIST, qui comporte sur la même page une contradiction flagrante qui réduit à néant l’explication des effondrements par les incendies. Ceci est à la portée de quiconque ! Et on peut faire la même chose pour les “avions”…

            Et quand vous arrivez à maîtriser quelques arguments à caractère technique, il ne faut pas oublier de les hiérarchiser : ce sont les murs qui tiennent le papier peint et non l’inverse, même si c’est le papier peint qu’on voit. Je suis régulièrement consterné de voir certains de mes collègues incapables de répondre à des arguments simples de mécanique du point (application directe des lois de Newton) et prétendre s’en sortir en disant qu’ils enseignent la mécanique des structures à un niveau avancé et n’ont pas à “s’abaisser” à revenir aux fondamentaux, alors que c’est justement sur ces fondamentaux que repose leur enseignement ! Donc de deux choses l’une : soit ils n’ont retenu de leurs enseignements “évolués” que l’aspect purement technique, et déblatèrent des formules comme d’autres des abracadabra en pensant que ça leur donne un pouvoir magique sur la réalité, sans avoir “intégré” les fondamentaux qui les sous-tendent, soit ils savent très bien que j’ai raison et mentent en pleine connaissance de cause…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *