Home » Actualité » Ailleurs » Fondamentaux » Mediamensonges » Vaccins : appel à la raison

Vaccins : appel à la raison

[Note de l’administrateur de ce blog : je relaie ici l’appel à la raison lancé récemment par les professeurs Joyeux et Montagnier au sujet de la politique vaccinale actuelle. Le Pr. Joyeux a un gros défaut (pour l’industrie pharmaceutique) : il s’exprime toujours sur la base de travaux scientifiques sérieux et référencés, n’invente pas des savoirs ni des ignorances.

Heureusement, on trouve des médecins aussi rigoureux que lui (j’en ai rencontré), qui ont fait autre chose que bachoter pendant leurs études et ont gardé une aptitude à se documenter et à réfléchir par eux-mêmes. Des médecins qui savent que, si la médecine n’est pas tout à fait une science, elle a quand même quelques prétentions à utiliser ses méthodes et à en tirer une forme d’autorité, qui logiquement s’écroule quand elle vire au dogme scientiste. Inutile d’espérer la confiance des patients quand on n’est pas capable d’argumenter clairement sur des faits bien établis.

Malheureusement, on trouve également des médecins incapables de faire fonctionner autrement qu’en pilote automatique la masse gélatineuse qui se trouve entre leurs deux oreilles (j’en ai rencontré) et qui ne savent que débiter la propagande médiatique vaccinale ou parler de sa radiation par le Conseil de l’Ordre dès que l’on parle du Pr. Joyeux. J’ai ainsi pu entendre :

  • un pédiatre m’expliquer, tout en se disant énervé par les propos du Pr. Joyeux et croyant sans doute m’apprendre quelque chose, que les adjuvants à l’aluminium (dont la toxicité est aujourd’hui démontrée, voir le texte de l’appel 1) étaient “utilisés pour stimuler la réponse immunitaire et pas autre chose” (non sans blague ! j’étais persuadé que c’était un complot des Reptiliens ! merci docteur, combien je vous dois ?)
  • une pédiatre éructer, toute rouge, à l’évocation de l’information sur les vaccins diffusée par le Pr. Joyeux, que c’était un “charlatan radié du conseil de l’ordre” et qu’il n’était “pas progressiste” !

Inutile de dire que je ne confierai jamais à l’avenir mes enfants ni à ce crétin de luxe ni à cette sombre connasse.]


11 vaccins : Appel urgent aux personnels

et professionnels de santé

 

Chers collègues, chères consœurs, chers confrères,

 

La nouvelle loi, une erreur grave de santé publique

La nouvelle loi qui impose 11 vaccinations aux enfants est une grave erreur de santé publique. Elle a été amplement évoquée par la presse.

Nous, professionnels de Santé, prescripteurs et/ou vaccinateurs sommes engagés par la loi sur une voie qui pourrait se retourner contre certains de nos propres patients, contre notre profession, et contre nous-mêmes.

Vous allez comprendre pourquoi. Cet Appel souligne des éléments importants sur le sujet. Lisez-le attentivement avant d’accepter de le signer.

Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans.

Ces pratiques exposent les petits enfants à des complications, car leur système immunitaire n’est pas prêt à recevoir tant d’agressions antigéniques.

C’est ainsi que l’on peut craindre :

  • Des morts subites du Nourrisson, même si elles sont rares ;
  • Des maladies auto-immunes chroniques graves et handicapantes dans les années suivantes particulièrement du fait de la présence de quantités trop importantes de l’adjuvant aluminique dans la composition de la plupart des vaccins ;
  • Des risques de cancers particuliers, des os, des muscles, des cartilages.. que sont les sarcomes, extrêmement graves chez des adolescents et adultes jeunes, détectés déjà chez les animaux recevant des vaccins avec l’adjuvant aluminium.

Vous êtes personnellement concerné si vous êtes :

  • Médecins et Chirurgiens généralistes ou spécialistes,
  • Internes des hôpitaux quelles que soient les spécialités,
  • Etudiants en médecine, pharmacie, kinésithérapie,
  • Pharmaciens d’officine ou d’industrie,
  • Sages-femmes, infirmières-infirmiers et autres personnels de santé
  • diplômé ou en formation.

Si vous appartenez au grand public, hors des professions de santé, n’hésitez pas à proposer ce texte à ceux qui vous soignent. Ils sont plus que jamais concernés et responsables.

Continuer la lecture sur le site du Pr. Henri Joyeux →

  1. Le livre “Pourquoi vacciner” (2016) du polytechnicien (non médecin) et docteur en neurosciences Pierre-Jean Arduin résume très bien les connaissances actuelles sur l’aluminium vaccinal en ces termes : “Le corps humain ne comporte pas naturellement d’aluminium. Ce métal perturbe certains mécanismes biologiques et immunitaires et peut engendrer des dégâts, le plus souvent chroniques, en particulier dans le cerveau. On a pu corréler la quantité d’aluminium présente dans le corps avec certaines maladies neurologiques comme la sclérose en plaques. C’est le produit le plus communément utilisé dans les vaccins pour stimuler les défenses immunitaires et améliorer les effets d’une dose. Ses défenseurs justifient son utilisation par son efficacité, l’impossibilité de le remplacer [Quid du primum non nocere, NDLR ?], et l’absence d’effets indésirables aux faibles doses utilisées. Pourtant, son utilisation vaccinale résulte plus d’un choix économique, alors qu’elle est clairement associée à des effets secondaires, dont certains très gênants comme le prurigo nodulaire dont il augmente le risque. Une injection peut même déclencher, quoique rarement, la myofasciite à macrophage, maladie neurologique et physique proprement vaccinale et très handicapante. D’autres syndromes similaires sont suspectés d’être consécutifs à l’exposition massive à l’adjuvant vaccinal, comme le syndrome de la guerre du Golfe. Pourtant, la plupart des institutions publiques françaises continuent de plébisciter cet adjuvant qu’ils considèrent indispensable et sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *