Qu’est-ce que l’antisémitisme aujourd’hui en France ?
(Jean Bricmont)

[Note de l’administrateur de ce blog : pas mieux – pour l’instant. Mais avec un ami juif, on vous prépare d’ici quelques temps (disons après la rentrée universitaire) des témoignages croustillants sur la pseudo-lutte contre l’antisémitisme du très influent et très arrogant lobby-qui-n’existe-pas.]


Source : page facebook de Jean Bricmont

Au lieu de répéter pour la n-ième fois, suite aux déclarations de Macron, que l’anti-sionisme n’est pas de l’antisémitisme, les «pro-palestiniens » feraient bien de se demander ce que veut dire antisémitisme aujourd’hui en France :

  • est-ce vouloir faire du tort aux juifs en tant que tels ?
  • est-ce considérer que si les juifs ont le droit de « retourner » en Palestine après seulement 2000 ans d’absence, les Palestiniens qui en ont été chassés en 48 ou leur descendants devraient aussi avoir ce droit ?

Continuer la lecture

Macron, Israël et les réfugiés : une provocation
(Éric Verhaeghe)

Réfugiés palestiniens, 1948 (UNRWA)

[Note de l’administrateur de ce blog : il est toujours possible de faire plus absurde, plus mensonger et plus gros dans la propagande sioniste. Et d’être encore plus soumis à son lobby. La preuve.

Que ceux qui n’ont pas encore compris que la France n’est plus gouvernée dans l’intérêt de son peuple mais dans celui de puissances étrangères (et transnationales) se réveillent.]


Lutter contre l’antisémitisme, est-ce bien accueillir les réfugiés ? C’est ce qu’Emmanuel Macron vient de dire à l’occasion de la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv’, en présence de Benjamin Nétanyahou. Et là, on s’est pincé parce qu’on n’y croyait pas.

La photo ci-dessus vient de l’UNRWA (office des Nations Unies pour la Palestine). Elle montre des réfugiés palestiniens en 1948, qui ont fui les exactions massives commises par l’armée israélienne à l’occasion de la guerre d’indépendance pour créer une homogénéité ethnique dans le pays. Depuis 1948, Israël refuse systématiquement le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Inviter Netanyahou à célébrer l’accueil des réfugiés comme forme de lutte contre l’antisémistisme constitue une sublime provocation de notre Président de la République.

Continuer la lecture sur Décider & Entreprendre

Quenelle et répression judiciaire (Jacob Cohen)

[Note de l’administrateur de ce blog : Jacob Cohen fait partie de ces juifs dont les agressions ne font pas la une des journaux, n’entraînent pas aussitôt une alerte rouge à l’antisémitisme, voire sont encouragées par le pouvoir en place et systématiquement passées sous silence par les media de grand chemin. Il n’est d’ailleurs pas le seul juif dans ce cas. Une preuve de plus que la prétendue “lutte contre l’antisémitisme” affichée par les organes de propagande sioniste que sont le CRIF, la LICRA ou tous leurs pseudopodes n’en est pas une : il s’agit simplement de la dernière cartouche utilisée pour tenter de faire taire ceux qui dénoncent les crimes du sionisme. À part quelques très naïfs, le grossier stratagème ne prend plus et tout le monde comprend aujourd’hui, comme le dit Jacob dans cette vidéo, que “Cette belle France, la belle France des Jean-Luc Godard, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, tous ces intellectuels… aujourd’hui, elle rampe devant un ramassis de judéo-sionistes ; devant un lobby ignoble qui n’a qu’une seule obsession : défendre Israël. […] Ces juifs-là n’en ont rien à foutre de la France.”

La véritable lutte contre l’antisémitisme passe par le découplage entre le “peuple juif” (à supposer que ce mot ait un sens) et les activités criminelles d’un pseudo-État se moquant ouvertement du droit international depuis sa création, et spécialiste du terrorisme sous faux drapeau.]


La Maison Blanche se réjouit que les éléphants ne soient pas montés aux arbres (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : excellent titre que celui de Moon of Alabama (article traduit par le saker francophone), parfaitement dans le ton de l’absurdie généralisée dans laquelle nous baignons. Pour avoir maintes fois ici dénoncé des accusations contre le gouvernement syrien ne reposant sur rien d’autres que des mensonges en bande organisée, je me devais de rapporter ces derniers développements à la propagande de guerre anti-syrienne qui finira, espérons-le, par être perçue comme telle par tous. Même si le lobby israélien en France, par la personne du président du CRIF, tente encore de me faire passer pour un dérangé en utilisant entre autres l’article mis en lien ci-dessus, qui n’est pourtant rien d’autre que de la physique vulgarisée. Le résultat final sera au contraire de mettre en lumière le rôle d’Israël dans le terrorisme (que ce soit directement ou sous faux drapeau), et dans les conflits en général via un procédé d’inversion accusatoire devenu pathologique chez la plupart des responsables sionistes.]


Les responsables de l’administration Trump reculent sur leur projet de perpétrer une fausse attaque d’armes chimiques en Syrie annoncé par la Maison-Blanche.

Les États-Unis ne manquent pas de raisons de vouloir accuser le gouvernement syrien d’utiliser des armes chimiques, par contre le gouvernement syrien n’a absolument aucune raison logique de vouloir en utiliser. La Russie et la Syrie réclament depuis longtemps l’envoi d’inspecteurs d’armes chimiques sur la base aérienne dont l’administration Trump prétend qu’elle est au centre de son conte de fées « chimique ». Les États-Unis ont empêché les inspecteurs d’y aller. Les allégations étasuniennes n’avaient donc aucune réalité.

La façon dont l’annonce de la Maison Blanche a été faite, sans que les agences concernées en aient connaissance et avec très peu d’implication des directeurs d’agences, était tout simplement idiote. On aurait dit une idée suggérée par Netanyahou à l’écolier Kushner qui aurait ensuite convaincu son beau-père de faire cette annonce grotesque. Maintenant, la Maison Blanche est obligée d’envoyer des officiels affirmer que « l’avertissement » de la Maison Blanche était sensé, avec le pire argument que l’on ait jamais utilisé.

« Les éléphants ne sont pas montés aux arbres. Grâce à nos avertissements, affirment-ils, les arbres ont été sauvés ! . »

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

Michel Raimbaud : « En France, l’atlantisme et le sionisme sont les deux mamelles des néocons » (Afrique-Asie.fr)

Michel Raimbaud

Michel Raimbaud

[Note de l’administrateur de ce blog : l’ancien ambassadeur de France Michel Raimbaud énonce ici quelques vérités aussi évidentes pour qui utilise encore son esprit critique qu’impossibles à dire pour qui se satisfait des mots creux de la propagande oligarchique. Si la France veut renaître de ses cendres, il faudra qu’elle compte de tels individus parmi ses diplomates en activité, et non uniquement parmi ses diplomates retraités.

En attendant, la secte criminelle des atlanto-sionistes ou des néo-conservateurs (puisque c’est à peu près la même chose) continuera à répandre la guerre et à œuvrer contre les intérêts de la France, du Moyen-Orient et plus généralement de toutes les nations non-alignées sur l’impérialisme occidental.]


À l’occasion de la réédition actualisée de « Tempête sur le Grand Moyen-Orient » (1), nous avons rencontré Michel Raimbaud. L’ancien diplomate, qui écrit avec des convictions en s’appuyant sur des faits bien documentés, insiste sur le façonnement en cours du Moyen-Orient, et plus vastement du monde, entrepris par les néoconservateurs américains, avec la complicité des élites occidentales.

Propos recueillis par Tigrane Yégavian

Pourquoi crier au « conspirationnisme » lorsque l’on est saisi par la clarté du grand dessein annoncé urbi et orbi par ses propres promoteurs ? Cela fait longtemps que Michel Raimbaud, écrivain habité par la passion de l’État, sincère, engagé et aux accents volontiers gaulliens, ne prête plus d’attention aux chiens de garde de l’establishment qui le snobent. Ancien ambassadeur de France en Mauritanie, au Soudan et au Zimbabwe, et bien connu des lecteurs d’Afrique Asie, ce fin connaisseur du monde arabe et de l’Afrique a servi comme diplomate dans de nombreux pays (avec un long passage au Brésil), avant de diriger l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Tout reste d’actualité dans Tempête au Moyen-Orient, ouvrage dans lequel il dénonce les funestes « policides » orchestrés par les néoconservateurs américains et occidentaux ayant débouché sur le démantèlement du Soudan, de la Somalie, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye et, aujourd’hui, de la Syrie.

Revenons sur l’affaire des « bombardements chimiques » d’Idlib, en Syrie, en avril dernier. Pourquoi ne criez-vous pas avec les loups sur la responsabilité du régime syrien ?

Nous nous trouvons face à une redite de l’affaire Colin Powell de 2003 en Irak et de la séquence de l’été 2013 en Syrie (attaque de la Ghouta). Je n’entrevois que deux explications possibles : ou bien ce sont les rebelles qui ont utilisé les armes chimiques en appliquant la technique familière du false flag (faux pavillon), maquillant par la suite les photos des enfants. Ces enfants n’auraient-ils pas été tués puis « soignés » par ces escrocs de l’humanitaire que l’on nomme les « casques blancs », autrement dit des associés du Front Al-Nosra, la franchise syrienne d’Al-Qaïda ? Sinon, comment expliquer que les injections, à en croire certaines vidéos, semblent factices, le niveau du liquide demeurant inchangé du début à la fin de la piqûre de « réanimation » ? Si ces cadavres d’enfants morts, soigneusement alignés comme à une parade pour les besoins de la propagande, avaient été gazés, il eût été bien imprudent de s’exposer avec eux sans précaution.

Ou bien, s’il s’agit d’un bombardement de l’armée syrienne sur ce dépôt, cela veut dire que le gaz appartenait aux rebelles. Car on sait qu’en Syrie le démantèlement de l’arsenal des armes chimiques et bactériologiques a eu lieu sous contrôle de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), après les inspections onusiennes.

Un mensonge de plus donc ?

La ficelle est bien grosse. Les mensonges sont légion dans le cas syrien, tellement nombreux qu’il s’avère difficile de les « traiter » tous. C’est une conséquence typique des théories que j’ai étudiées dans mon livre, à savoir les stratégies mises en œuvre par Washington : le chaos innovateur, la théorie du fou et le false flag, autant d’intox dont les mécanismes ont été démontés, notamment par Michel Collon. En définitive, si « complotisme » il y a, ce sont les comploteurs eux-mêmes qui aiment les complots puisqu’ils en sont les auteurs, et non pas ceux qui les dénoncent, systématiquement qualifiés de « complotistes » afin de les discréditer par avance. Dans un ordre d’idées proche, les régimes takfiristes qui financent les « révolutions » chez leurs voisins espèrent ainsi faire oublier leur nature profondément réactionnaire.

Continuer la lecture sur Afrique Asie

À propos des mensonges et des guerres visant à soumettre le Moyen-Orient, voir aussi sur ce blog :

Dieudonné répond à Frédéric Haziza le “journaliste” de la haine (Dieudonné officiel)

[Note de l’administrateur de ce blog : où l’on voit que la précipitation, l’hystérie et la paranoïa sont des facteurs de risque conduisant à se jeter à la vitesse de l’éclair dans des pièges tendus par plus sage et plus intelligent que soi.]

Sur le délire collectif orchestré autour de Dieudonné par une classe politico-médiatique qui devra un jour répondre d’avoir ainsi piétiné la devise de la République Française (Liberté, Égalité, Fraternité), voir également sur ce blog :

Et pour se procurer (à partir du 19 juin) l’ouvrage de Florian Dupont, Guy Lipman et Jean-Marc Nguyen Duc présenté par deux de ses auteurs dans la vidéo, et illustré musicalement par Frédéric Haziza, cliquer sur l’image ci-dessous.

Dieudonné médecin malgré lui

Macron magicien du discours électoral (Géopolintel)

Celui qui est qualifié de « bébé Hollande », de « Mozart de la finance », de gendre idéal, a lancé son mouvement politique en 2016 et a réussi, à la surprise générale, à détruire la classe politique française en seulement six mois. Malgré ses appuis financiers et médiatiques, il s’est affiché comme un garçon jeune, pragmatique et travailleur, mettant à profit les techniques gagnantes de la rhétorique du discours appliquées lors des négociations commerciales et pour manager le personnel en entreprise.


Cette technique dite « invisible » est la part d’interrogation des analystes et commentateurs politiques qui n’ont rien compris à sa promotion et qui n’y ont vu que du feu. Comment quelqu’un ayant un discours aussi « faible » selon les experts, a-t-il pu arriver en tête au premier tour des présidentielles de 2017 ?

L’évidence est que ces techniques ne sont pas issues du logos habituel des politiques français, trop fainéants et n’aspirant qu’à profiter des privilèges de l’élu. Avec Macron on est rentré dans l’ère du langage du monde des « affaires », implacable et ultra rationnel.

Macron raffiné, poli et calculateur est à l’opposé d’un Bernard Tapie (l’arme anti FN de Mitterrand) gouailleur et populaire. Ne parlons pas des poids lourds LR et PS qui ne sont plus dignes d’assumer leur mandat en raison des condamnations et des magouilles mesquines.
Macron voit plus grand et arrive à solder nos fleurons stratégiques de notre économie sans que personne n’y trouve à redire. Quand Fillon se fait « choper » pour quelques costards et des emplois fictifs familiaux, Emmanuel nous enfume avec des milliards et le CICE.

Continuer la lecture sur Géopolintel ⟶

Pas avant le deuxième tour (Nicolas Grégoire)

Tout se passe comme prévu.
Image ©Louison, tous droits réservés.

[Note de l’administrateur de ce blog : il n’est pas toujours possible de pouvoir guérir une maladie correctement diagnostiquée. Mais quand le diagnostic est faux, la guérison est encore moins probable.

On appréciera également dans cet article la déontologie de Mediapart, et de la presse française en général.]


En dénonçant Bayrou, je voulais changer la politique. Censuré, espionné, cambriolé, j’ai découvert que je ne pouvais pas gagner.

Le 2 avril, j’ai décrit dans une tribune mon parcours dans les bas fonds de la politique. Emplois fictifs, extorsion, agressions sexuelles, tout y était, version François Bayrou. Plus de soixante-dix mille lecteurs plus tard, j’ai découvert les dessous d’une élection ou tout s’accordait, jusqu’au sommet de l’Etat, pour protéger Emmanuel Macron. Chronique d’un échec annoncé. Et d’une France qui n’est pas la nôtre.

Maintenant ou jamais

“Bonjour ! Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

C’était le bon moment : un mois avant le premier tour. Dans une élection qui s’annonçait serrée. Avec un bon texte, des preuves et une campagne sur les réseaux sociaux, tout le monde m’entendrait. Les médias, d’abord réticents, finiraient par relayer. Et François Hollande, soucieux de sa réputation et peu enclin à protéger ennemis et traîtres, resterait neutre.

En lisant mon brouillon, mes amis découvrent un Nicolas inconnu, un peu inquiétant. “Tout est vrai, sauf le rez-de-chaussée. Je préfère qu’on ne sache pas à quel étage j’habite”. Après quelques jours de relecture, ma souris reste comme suspendue au-dessus de Publier. Le temps ralentit. Avec l’angoisse des grandes décisions, mon doigt s’écrase sur le bouton.

Continuer la lecture sur medium.com ⟶

Macron n’aura pas d’enfants
(Antipresse)

[Note de l’administrateur de ce blog : avec un peu de retard pour cause de voyage, voici la livraison d’Antipresse de dimanche dernier. Mais une fois n’est pas coutume, il s’agit d’un article de la rubrique Angle Mort par Fernand Le Pic, et non d’un texte de Slobodan Despot. Non que ce dernier soit moins bon qu’à l’accoutumée, mais simplement parce que celui que j’ai choisi me semble particulièrement indiqué pour tenter de répondre à ceux qui, vous recommandant en fronçant les sourcils d’aller voter le 7 mai, n’ont pas encore compris que des deux candidats, l’antirépublicain n’est pas celui que le Média Unique désigne comme tel.

Et ceci alors même que dès 2010, Lionel Jospin affirmait que l’antifascisme était du théâtre et que le Front National n’avait jamais été un parti fasciste (même s’il reprenait par la suite des accusations de xénophobie très discutables, et oubliait de rappeler que Jean-Marie Le Pen avait voulu s’engager dans la Résistance à 16 ans). Et alors que si nous devons redouter aujourd’hui une nouvelle forme de totalitarisme, il est assez évident que pour des raisons d’efficacité, ses instigateurs feront tout pour lui donner des apparences de progrès et de modernité, et la différencier au maximum en apparence des totalitarismes passés.]


ANGLE MORT par Fernand Le Pic

Macron serait-il en passe de devenir le nouveau Père du peuple ? Sans doute pas. Non que sa femme ne soit plus en âge d’enfanter mais plutôt que le peuple se révèle être son adversaire le plus intime. Néanmoins, s’il est élu, il le devra à l’incroyable culte de la personnalité que son système de lancement et de soutien aura su mettre en place. Près de 20 000 articles de grande presse à la veille du premier tour, des centaines de reportages élogieux à la télévision, à la radio et sur des réseaux sociaux saturés du soutien constant et parfaitement scénarisé des élites médiatiques françaises. Un culte qui n’a finalement rien à envier à Staline et moins encore à Mao, dont la mystique prit corps avec la «Grande Marche». Liu Chunhua, l’un de ses peintres iconographes préférés durant la si carnassière Révolution culturelle, savait mieux que quiconque jouer de la silhouette du président Mao jeune (la quarantaine), venant à la rencontre du bon peuple «telle la lumière aveuglante du soleil levant, […] apportant l’espoir et la promesse d’un avenir radieux», disait-il. Son célèbre tableau de Mao s’approchant de Anyuan fut reproduit à 900 millions d’exemplaires ! Macron fera sûrement mieux.

Continuer la lecture

La pédagogie à l’épreuve des faits

Le 30 mars 2017, je terminais un chapitre de mon cours sur l’énergie par cette phrase : “Le pétrole justifie tous les mensonges et toutes les guerres.” Une vérité hélas très facilement vérifiable depuis plus d’un siècle et qui s’applique également à son cousin germain le gaz naturel.

Le 4 avril, on déplorait à Khan Cheikhoun en Syrie une centaine de morts civiles à la suite de ce qui fut immédiatement présenté par le système médiatico-politique occidental – y compris la caisse de résonance faussement libre Wikipédia – comme une attaque chimique supplémentaire du tyran Bachar el-Assad contre son propre peuple. Ce fut donc l’occasion rêvée pour moi, lors du cours suivant le 6 avril – juste avant l’attaque américaine contre la Syrie déclenchée par feu le président Trump –  d’illustrer par l’exemple la conclusion de mon cours précédent. Je le fis principalement à l’aide de deux vidéos, tirées d’émissions télévisées du service public audiovisuel français car il arrive quand même, très rarement, qu’on y trouve des lueurs de vérité.

Continuer la lecture

1 2 3 20