Les pièges du débat sur les évolutions historiques
de la Res Publica (Valérie Bugault)

[Note de l’administrateur de ce blog : Valérie Bugault a déjà publié sur le saker francophone une série d’articles remarquables qui ont été relayés ici même. Très profonds, ceux de la série “décryptage du système économique global” demandaient à la fois un certain temps de lecture et un certain effort intellectuel. Cette fois, Valérie Bugault réussit la prouesse de pulvériser en un article relativement court toute la légende bâtie autour de la république telle qu’elle fut conçue par les révolutionnaires (bourgeois) de 1789, français mais sous influence idéologique anglo-saxonne.

Ce qu’elle écrit peut être considéré comme un résumé de l’essentiel des idées développées par Alain Soral dans Comprendre l’Empire, un livre qui est lui-même particulièrement condensé dans son style1.

Il n’est bien sûr pas un hasard que Valérie Bugault ait intitulé un de ses livres, coécrit avec Jean Rémy, “Du nouvel esprit des lois et de la monnaie”, une allusion transparente à l’œuvre maîtresse de Montesquieu “De l’esprit des lois”.

Il n’est pas davantage un hasard que le sous-titre de ce blog soit “Personne  ne peut longtemps faire taire un Montesquieu ou un Molière”, une allusion assez claire également à deux personnages unanimement célébrés (à leur façon) par les media de grand chemin, qui tentent d’en faire des repoussoirs absolus.

L’intelligence populaire s’étant réveillée, cet objectif est à jamais perdu.]


Cet article est une réponse à l’article de Jacques Sapir « Les débats sur la souveraineté révélés par les évolutions des représentations de la Res Publica »

Cet article se veut un commentaire critique de l’article de Jacques Sapir commentant un ouvrage de Madame Claudia Moatti, professeur « d’histoire intellectuelle », qui traite de « l’évolution de la chose publique, de la Res Publica dans le monde romain »… c’est-à-dire des interprétations de la notion de « chose publique mais aussi des notions de légitimité et de droit ». Le présent article ne commentera pas ledit ouvrage, que l’auteur n’a pas lu, mais se revendique en tant que critique constructive à la présentation de cet ouvrage faite par Jacques Sapir.

Il est en effet intéressant, et sans doute non contestable, de savoir que le concept de « Res Publica » a subi, au temps de la Rome antique, de sérieuses variations tant quantitatives que qualitatives.

Néanmoins, ce genre d’analyse comporte, en particulier lorsqu’elle est mise en parallèle avec les temps républicains actuels, un biais intellectuel et cognitif. Une telle mise en perspective historique du concept de république a pour effet direct de tronquer les débats institutionnels en les enkystant définitivement autour du seul concept de République, avec, en arrière-fond, l’idée que la République instaurée en 1789 est incontournable.

Continuer la lecture sur le saker francophone

Cagnotte Leetchi en soutien aux policiers : d’étranges
donateurs nocturnes et insomniaques (Chroniques du Yéti)

[Note de l’administrateur de ce blog : difficile de tricher avec les maths et quelques notions de statistiques. Pour un autre exemple ayant trait aux élections, voir ici une démonstration personnelle.]


Pour contrer la caisse de soutien Leetchi des Gilets jaunes au boxeur Christophe Dettinger, Renaud Muselier (LR) a cru bon d’organiser une caisse similaire, toujours chez Leetchi, de « soutien aux forces de l’ordre ». Or d’étranges évènements ont agité cette cagnotte la nuit dernière.

Dans l’après-midi du 9 janvier, le montant total de cette caisse s’élevait aux alentours de 185.000 euros (NB : je n’ai plus les sommes exactes, mais la moyenne par donateur des versements effectués figure encore sur la calculette de mon smartphone : 27,21 euros).

Dans la nuit du 9 au 10 janvier, un afflux considérable de donateurs, sans doute insomniaques, afflua sur le compte. Réveillé par un message privé Facebook (ding !), je notais en rafraîchissant périodiquement l’écran du site Leetchi :

  • à 4h27, 27.928 donateurs avaient donné 762.864,82 euros ;
  • à 4h29, 28.358 donateurs avaient donné 775.076,95 euros ;
  • à 4h44, 28.527 donateurs avaient donné 780.114,76 euros ;

Stupéfait, non seulement par le nombre de ces donateurs nocturnes, mais aussi par le fait que ceux-là libellaient leurs dons en centimes (notez ci-dessus le 82, puis 95, puis 76 centimes consécutifs), je descendis ouvrir mon ordinateur pour faire quelques copies d’écran justifiant mes affirmations :

Continuer la lecture sur les Chroniques du Yéti →

Et voir aussi une suite de l’affaire sur le même blog.

L’impossible révolte des peuples d’Occident
(Gabriel Rabhi)

[Note de l’administrateur de ce blog : j’ai déjà mis en lien cette vidéo à plusieurs reprises sur ce blog, ou la version intégrale de presque 2h qui mérite vraiment le détour. Mais vu l’actualité, il me semble justifié de mettre à nouveau en avant aujourd’hui ce travail d’analyse remarquablement pédagogique – et qui a déjà quelques années – de notre “crise” actuelle. En espérant qu’il permettra à nombre de Gilets jaunes qui ne le connaîtraient pas encore d’avoir une compréhension encore plus fine de leurs véritables ennemis.

Pour d’autres extraits – eux aussi très recommandables – de la version intégrale, voir cette page.

P.S. : impossible n’est pas français.]


En 2018, Israël a enfin jeté le masque (Gideon Levy)

Des manifestants brandissent une banderole avec une photo de
Netanyahou et le slogan “Crime Minister”, jeu de mots anglais sur son titre officiel (“Prime Minister”, premier ministre).
Tel Aviv, 11 août 2018 (Photo Ahmad GHARABLI / AFP)

[Note de l’administrateur de ce blog : il n’y a pas qu’Israël qui a jeté le masque, et pas qu’en Palestine que des territoires sont occupés.

Si la France était réellement ce qu’elle prétend être (une république laïque), ses “dirigeants” ne se précipiteraient pas aux dîners du CRIF, ce lobby qui soutient sans réserve le régime sioniste et veut faire interdire le mouvement BDS ; ils ridiculiseraient par quelques rappels historiques (texte original ici) et contemporains (voir là, aussi) ceux qui veulent assimiler antisionisme et antisémitisme, et le ministre de l’intérieur de cette république ne traiterait pas de “lâche” un homme qui fait reculer à mains nues, visage découvert et en frappant les boucliers et les visières, un groupe de policiers armés qui venait de le gazer en plein visage et de jeter une grenade au-dessus des manifestants, ce qui est prohibé (elles doivent être jetées à terre).

Non, il n’y a pas que la Palestine qui soit occupée. C’est ce que les Gilets jaunes commencent à comprendre. Et ils vont continuer.]


Après avoir cimenté son caractère ségrégationniste dans le droit, Israël élabore une couverture législative pour annexer officiellement les territoires occupés au-delà des frontières reconnues de l’État.

2018 n’a pas été une bonne année pour Israël. Bien entendu, elle fut encore pire pour les Palestiniens.

À première vue, ce n’était pas une année particulièrement dramatique – plus ou moins comme les précédentes mais sans nouvelles guerres majeures et sans trop de bain de sang en comparaison. La situation semble figée. L’occupation s’est poursuivie sans entrave, tout comme l’entreprise de colonisation. Gaza a tenté de résister énergiquement de l’intérieur de sa misérable cage, à l’aide de ses forces limitées et dérisoires.

Le monde a détourné les yeux de l’occupation, ainsi qu’il en a pris l’habitude ces dernières années, et s’est concentré sur autre chose.

Les Israéliens, comme le reste du monde, ne se sont guère intéressés à l’occupation, qu’ils ignorent depuis des décennies maintenant. Ils ont vécu leur vie, en silence, et celle-ci était belle et prospère. L’objectif du gouvernement actuel – le plus à droite, religieux et nationaliste de l’histoire israélienne – consistant à maintenir le statu quo a été pleinement atteint. Rien n’est venu interférer avec l’occupation qui dure depuis maintenant cinquante ans.

Continuer la lecture sur Middle East Eye →

Etienne Chouard : « Évidemment que nous ne sommes pas en démocratie ! » (Sputnik France)

[Note de l’administrateur de ce blog : du très bon Chouard, comme d’habitude, enregistré vendredi 28 décembre 2018. Ce qui change de l’habitude, c’est l’honnêteté du journaliste.

Tous les journalistes ne sont pas malhonnêtes, j’en en fait l’expérience récemment avec deux interviews de presse régionale (par des femmes). Mais pour la prétendue “grande” presse nationale et lorsqu’il s’agit de sujets importants, cette honnêteté est aujourd’hui inexistante en France, ce dont Étienne Chouard a pu faire l’expérience à de nombreuses reprises.

Pour paraphraser Lord Acton : “l’argent tend à corrompre, l’argent sans limite corrompt sans limite”…]


1 2 3 24