Juncker a vu des dirigeants d’autres planètes ! (Sabeuze)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour supporter le choc du Brexit certaines hautes personnalités de l’oligarchie européiste n’ont visiblement pas d’autre choix que d’abuser de substances stupéfiantes, les conduisant à tenir des propos qui ne le sont pas moins.]

Source : Sabeuze.

Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale
(réseau Voltaire)

Queen

Favorable au Brexit, la reine Elizabeth va pouvoir
réorienter son pays vers le yuan.

[Note de l’administrateur de ce blog : comme souvent, Thierry Meyssan signe là un article clair, concis… et à des années-lumière de la soupe médiatique ambiante. En complément, sur l’aspect central de la “réécriture des relations internationales dans des termes juridiques anglo-saxons”, je conseille vivement la lecture des longs articles de Valérie Bugault que j’ai repris ici.]

Alors que la presse internationale cherche des moyens pour relancer la construction européenne, toujours sans la Russie et désormais sans le Royaume-Uni, Thierry Meyssan considère que rien ne pourra plus éviter l’effondrement du système. Cependant, souligne-t-il, ce qui est en jeu, ce n’est pas l’Union européenne elle-même, mais l’ensemble des institutions qui permettent la domination des États-Unis dans le monde et l’intégrité des États-Unis eux-mêmes.

Personne ne semble comprendre les conséquences de la décision britannique de quitter l’Union européenne. Les commentateurs, qui interprètent la politique politicienne et ont perdu depuis longtemps la connaissance des enjeux internationaux, se sont focalisés sur les éléments d’une campagne absurde : d’un côté les adversaires d’une immigration sans contrôle et de l’autre des « pères fouettards » menaçant le Royaume-Uni des pires tourments.

Or, les enjeux de cette décision n’ont aucun rapport avec ces thèmes. Le décalage entre la réalité et le discours politico-médiatique illustre la maladie dont souffrent les élites occidentales : leur incompétence.

Alors que le voile se déchire sous nos yeux, nos élites ne comprennent pas plus la situation que le Parti communiste de l’Union soviétique n’envisageait les conséquences de la chute du Mur de Berlin en novembre 1989 : la dissolution l’URSS en décembre 1991, puis du Conseil d’assistance économique mutuelle (Comecon) et du Pacte de Varsovie six mois plus tard, puis encore les tentatives de démantèlement de la Russie elle-même qui faillit perdre la Tchétchènie.

Dans un futur très proche, nous assisterons identiquement à la dissolution de l’Union européenne, puis de l’Otan, et s’ils n’y prennent garde au démantèlement des États-Unis.

Continuer la lecture sur le réseau Voltaire ⟶

Historique ! Le Royaume-Uni choisit la liberté et sonne la début de l’effondrement de la construction européenne (UPR)

independanceDay-brexitLA VICTOIRE DU BREXIT EST ACQUISE AVEC 51,8% DES VOIX CONTRE 48,2%.

Ainsi donc, rien n’y aura fait :

– ni les menaces d’Apocalypse formulées sans cesse aux Britanniques, si d’aventure ils osaient vouloir ce qu’ont tous les peuples libres du monde,

– ni le crime mystérieux, ô combien opportun, de la députée Jo Cox, dont j’avais eu en quelque sorte la prémonition, et son exploitation abjecte par toutes les forces euro-atlantistes,

– ni les articles terrorisants publiés par Jacques Attali, Emmanuel Macron, George Soros et consorts, pour menacer les Britanniques des pires rétorsions,

– ni les scandaleux sondages bidons, qui ont été claironnés de façon triomphante et martelés à l’opinion britannique pendant le scrutin lui-même, au mépris de toute éthique démocratique.

Courageux et libre, le grand peuple britannique vient de se hisser à la hauteur de son histoire et d’administrer une formidable leçon de liberté aux autres peuples du continent.

Continuer la lecture sur le site de l’UPR ⟶

Sur l’Union dite “Européenne”, voir également sur ce blog :

La véritable nature des “socialistes” français

Seul commentaire pour cette courte vidéo : l’argument employé par le député “socialiste” de Paris Christophe Caresche contre le bon sens teinté de droiture morale du député du Puy-de Dôme André Chassaigne, outre qu’il tombe comme un cheveu sur la soupe, est à lui seul un résumé parfait de la trahison de la gauche envers le peuple qu’elle est censée défendre, et qui devient immédiatement “populiste” dès qu’on le lui fait remarquer (voir, par exemple, Les mystères de la gauche de Jean-Claude Michéa). Cette trahison consiste à échanger des revendications concrètes (droit à la santé, à l’éducation, à la sécurité même pour les plus démunis) par de pseudo-avancées symboliques présentées comme le vrai progrès.

L’argument de Caresche aurait en outre facilement pu être contré par Chassaigne s’il avait fait remarquer à son interlocuteur une chose toute simple : la peine de mort ne concernait en France, au moment de son abolition, qu’une poignée d’individus par décennie, alors que la loi travail concerne tout le monde ou presque. Et fera, c’est statistiquement certain, plus de morts – ne serait-ce que par suicide – que l’abolition de la peine de mort n’a permis d’en éviter.

Le massacre d’Orlando : les mensonges, l’exploitation et les questions non posées (le saker francophone)

Omar Mateen[Note de l’administrateur de ce blog : on assiste (dans l’hypothèse la plus “gentille”) à une “récupération” de plus en plus fréquente des actes de terrorisme, ou de ce qui peut passer pour tel, par les classes dirigeantes occidentales. Avec souvent une volonté “d’enfoncer le clou” de la “menace islamique” qui vire au grotesque, comme lorsqu’on prétend que le tireur fou d’Orlando avait prêté allégeance à l’État Islamique et au Hezbollah, deux entités que tout oppose. Dans la même veine de logique vaseuse, on pourra aussi se remémorer les avertissements d’un Netanyahou selon qui un soutien trop mou d’Israël par la France entraînerait une recrudescence des attentats islamistes sur son sol : prédiction parfaitement absurde, mais cependant vérifiée… pourquoi ?]

La thèse de l’homophobie islamique mord la poussière en moins de 24 heures.

Dès le départ, la fusillade d’Orlando n’avait aucun sens pour moi et c’est ce que j’ai dit assez clairement, dans un article que j’ai publié le jour-même. Vous pouvez lire l’article ici, par conséquent je ne mentionnerai que ma principale conclusion : cet événement n’avait rien à voir avec l’homosexualité, l’islam ou les armes et donc si ça ne concerne pas l’homosexualité, l’islam ou les armes à feu, de quoi s’agit-il ? Il s’agit de nous faire croire que ça à voir avec l’homosexualité, l’islam et les armes à feu, bien sûr !

Moins de 24 heures après, deux des aspects essentiels du récit officiel (une véritable manipulation) se désintègrent déjà.

Homophobie

Les médias grand public étaient pleins d’articles dénonçant la prétendue homophobie du tireur. Même la presse soi-disant alternative ou indépendante faisait écho à cette absurdité (voir ici et ). Et maintenant nous découvrons que le tireur était lui-même homosexuel et qu’il utilisait des sites de rencontres gays. Donc, à moins de requalifier maintenant Omar Mateen comme un homosexuel atteint de haine de soi, il sera difficile de faire croire à un crime de haine homophobe.

Islam

Ça va mieux. Alors que la plupart d’entre nous avons entendu qu’Omar Mateen était musulman et qu’il avait fait allégeance à Daech. Il s’avère maintenant qu’il a prêté serment à la fois à État islamique et au Hezbollah ! Il pourrait être utile de répéter ici que si EI, comme le Hezbollah, sont nominalement musulmans, les takfiris d’État islamique considèrent les chiites comme des kufars, des apostats qui ont trahi le véritable islam et se sont tournés vers l’idolâtrie. Ils les considèrent aussi comme des agents iraniens. Quant au Hezbollah, c’est l’Ennemi Numéro Un (tout en majuscules) de la bande Daech/EI et il se réfère à ces takfiris maniaques comme à des diables (shaitan). Ce que cela signifie est simple et ne laisse que quelques possibilités:

  1. Soit Omar Mateen ne connaissait rien de l’islam
  2. Soit Omar Mateen a été contraint de faire cette déclaration et il l’a délibérément rendue absurde
  3. Soit Omar Mateen n’a jamais rien dit de semblable

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

 

La réécriture de l’histoire du 11-Septembre,
un travail à temps plein

minitrueJ’ai déjà abordé ici la conception particulière de la méthode scientifique qu’avaient des associations se proclamant “pour la vérité sur le 11-Septembre”, ainsi que leur pratique non moins étrange du débat démocratique. Certes, on peut concevoir que face à un mur de mensonges officiel, certains soient tentés par la méthode forte pour faire tomber le mur, quitte à employer des moyens quelque peu autocratiques : après tout, quand on voit ce qu’on fait au nom de la démocratie, on se mettrait presque à trouver la dictature recommandable. Sauf qu’on ne lutte pas contre le mensonge avec d’autres mensonges, de la même façon qu’on ne met pas fin à la violence par d’autres violences – même si une violence légitime et temporaire peut y aider, pourvu qu’elle s’exerce au nom de l’intérêt général.

Mais au-delà de l’aspect violent des polémiques sur l’interprétation de tel ou tel phénomène, quelque chose de plus étonnant encore se joue dans les espaces de discussion sur le 11-Septembre : l’énergie incroyable déployée par certains pour réécrire les faits. Par “faits”, j’entends tout un tas de choses normalement impossibles à nier car suffisamment documentées par un nombre très important de témoins directs, indépendants et qualifiés ; cela ne concerne donc pas les “témoins” télévisuels. Pour prendre un exemple extrême – et même si ces faits précis ne sont, à ma connaissance, contestés par personne : la chute des tours jumelles et de la tour n°7 du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001. Si l’on n’est pas encore allé jusqu’à cette absurdité, il y a bien un phénomène qui est la cible de constantes tentatives de réécriture : l’existence – et la persistance – de températures extrêmement élevées dans les ruines du World Trade Center à la suite des attentats. Inexplicablement élevées, pourrait-on même dire.

Continuer la lecture

1 48 49 50 51 52 94