Géopolitique de l’optimisation fiscale (geopolintel)

optimisation fiscale googlepar  Valérie Bugault

Petite mise au point sur l’intervention de Charles-Henri Gallois, spécialiste des questions économiques à l’UPR, chez Sputnik le 5 février 2016.

Suite à l’intervention le 5 février dernier sur Sputnik de Charles-Henri Gallois concernant la question de savoir si le gouvernement français, en condamnant Google à un redressement fiscal, lutterait effectivement contre l’évasion sous forme d’optimisation fiscale, une petite mise au point s’impose. Le spécialiste des questions économiques de l’UPR s’appesantit très lourdement, comme il est de bon ton de le faire à l’UPR, sur les contraintes des traités européens – en particulier l’article 63 – qui s’imposent effectivement à tous les États membres. Or, cette méthode, pour le moins réductrice, passe sous silence les véritables raisons d’ordre international, géostratégique et géopolitique interdisant aux États occidentaux mais aussi au monde entier la possibilité de lutter de manière effective, et non seulement oratoire, contre l’optimisation-évasion fiscale.

Continuer la lecture sur Géopolintel ⟶

[Note de l’auteur de ce blog : à moins d’être un irrécupérable naïf, chacun sait aujourd’hui que la délinquance la plus extrême, la plus destructrice et la plus perverse est celle que pratiquent dans des ambiances climatisées des gens très propres sur eux, évoluant dans les hautes sphères de la finance internationale. Une délinquance directement responsable de millions de morts, affamés, estropiés, malades et j’en passe, et un rouage essentiel du chaos politique mondial actuel. Quand je l’aurai terminé, je ferai un commentaire de lecture de l’ouvrage remarquable de Jean-François Gayraud, Le nouveau capitalisme criminel, où l’on apprend également que les armes de cette mafia financière sont aussi d’ordre (très) technique, avec en particulier le trading haute fréquence. Pour l’instant, je me contente de recommander chaudement sa lecture.]

Le taux de chômage vient de tomber à 1,9% en Islande ! (UPR)

islande-chomageLe taux de chômage vient de tomber à 1,9% en Islande ! – Le premier ministre explique ce miracle : « nous n’aurions pas pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’Union européenne et de l’euro ».

Le chômage en Islande vient de tomber à 1,9%, alors qu’il avait dépassé les 10% au plus fort de la crise en 2008. Ce taux de chômage incroyablement bas est presque aussi bas que le record historique enregistré en 2007, avant la crise, lorsqu’il était de 1,3%.

Le Premier ministre islandais Sigmundur Davíð Gunnlaugsson a expliqué récemment ce « miracle » très simplement : « Nous n’aurions pas pu sortir de la crise si nous avions été membre de l’Union européenne».

Continuer la lecture sur le site de l’Union Populaire Républicaine ⟶

Luttons contre le complotisme avec le gouvernement

headercomplotisme1rRécemment, le gouvernement français a mis en ligne une page proposant aux internautes de les guider afin de leur éviter de tomber dans les pièges des fausses informations qui pullulent sur internet. En effet, n’importe qui pouvant mettre en ligne n’importe quoi sur la vaste toile mondiale, il est avéré – et logique – que l’on peut y trouver les pires âneries. Cette initiative s’accompagnant d’un schéma de type algorithmique intitulé “le détecteur de théorie du complot”, montrons sur un exemple très simple comment nous pouvons nous en servir.

Continuer la lecture

Les dangers du très discret projet de protocole de M. Duff (Vincent Brousseau – UPR)

J'ai l'air sympa, non ?

J’ai l’air sympa, non ?

[Note de l’auteur de ce blog : pour qui ne connaît pas le très discret et très rigoureux Vincent Brousseau, ancien cadre à la BCE, un bref autoportrait de lui ici, ou encore un entretien vidéo avec lui là.]

L’étape suivante du processus de la construction européenne est annoncée. Il s’agit de rien moins que de la confiscation de la souveraineté budgétaire de la nation. Un projet de « Protocole additionnel » aux Traités européens, rédigé par un européiste de carrière, donne une vision glaçante de la façon dont les choses vont se passer, fort vraisemblablement à brève échéance.

La méthode Monnet

La méthode dite « des petits pas », encore appelée « méthode Monnet », attribuée à Jean Monnet-Schuman, a été la stratégie de base de la construction européenne. Souvent décrite comme le système de l’engrenage ou la méthode du cliquet, elle est d’une grande simplicité. Elle consiste à utiliser les acquis de cette « construction » européenne comme des prétextes, des excuses, des justifications pour demander de nouvelles avancées. Ces nouvelles avancées, une fois obtenues, sont à leur tour réutilisées de la même façon, et le processus est indéfiniment réitéré.

On rit souvent de l’argument européiste qui dit que, puisque l’Europe crée des problèmes, il faut plus d’Europe. C’est un argument que nous avons tous entendu ad nauseam. Eh bien, il n’y a pas de quoi rire. Tout ce qui s’est construit l’a été sur la base de cet argument d’apparence si stupide. Il constitue l’essence de la méthode des petits pas.

Continuer la lecture sur le site de l’UPR ⟶

Charité bien ordonnée: le “système Soros” mis à nu (Sputnik news)

El_Chico_Triste_dessin_georges_soros_finance_revolutions_color_R_esLes investissements directs de George Soros dans Human Rights Watch se sont chiffrés à environ 100 millions de dollars depuis 2010. Ils visent à déstabiliser des régimes, selon des experts.

Le milliardaire George Soros, qui est depuis des années le principal sponsor de Human Rights Watch (HRW), utilise les ONG qu’il finance pour promouvoir ses intérêts économiques, politiques et culturels, estiment des experts américains.

“Toute organisation à but non lucratif qui accepte des contributions volontaires peut être soumise à l’influence de ses sponsors. HRW ne diffère pas des autres organisations à but non lucratif”, a indiqué à Sputnik le directeur du Centre de la paix et de la liberté de l’Institut indépendant (Etats-Unis) Ivan Eland.

Le rédacteur du magazine Executive Intelligence Review Jeff Steinberg a pour sa part déclaré que M. Soros s’en tenait toujours au principe de la “Société ouverte” (Open Society est le nom de la fondation du milliardaire) qui a contribué à déstabiliser les systèmes religieux et politiques traditionnels à travers le monde.

Continuer la lecture sur Sputnik news

Voir aussi :

1 47 48 49 50 51 85