Uri Geller et Roseanne Barr vont utiliser leurs
“pouvoirs télépathiques” pour arrêter Corbyn
(Gilad Atzmon)

Le sionisme est-il soluble dans le ridicule ? Israël va-t-il se rendre (et rendre les territoires occupés) sous un déluge antisémite de goudron et de plumes ?

Les plus jeunes ne connaissent sans doute pas Uri Geller, qui eut pourtant son heure de gloire à la télévision française dans les années 1980 en tordant des petites cuillers d’une façon peu orthodoxe. Et connaissent encore moins Roseanne Barr, une obscure “humoriste” (pas au niveau des meilleurs, apparemment) dont je n’avais personnellement jamais entendu parler, mais dont la célébrité semble se limiter aux zones anglophones.

Je vous propose ici une traduction rapide d’un article du 1er février 2019 de Gilad Atzmon, victime lui-même de persécutions sionistes et qui lance un appel à dons sur son site pour ses frais d’avocats. Une idée que je devrais peut-être promouvoir davantage, d’ailleurs… pour les généreux donateurs, c’est à droite avec le cochon !

Remarque : l’article de The Jewish Chronicle cité par Atzmon parle aussi de la Cadillac couverte de petites cuillers d’Uri Geller. Chacun ses névroses.


par Gilad Atzmon, le 1er février 2019

Ceux qui se sont désignés pour parler au nom des Juifs britanniques sont déterminés à utiliser tout moyen pour arrêter Corbyn. Et ils ne sont pas seuls. The Jewish Chronicle, une publication sioniste enragée, nous apprend maintenant que Uri Geller, le tordeur de cuillers et de psychismes né en Israël, est fermement résolu à empêcher le dirigeant travailliste de devenir notre premier ministre.

Continuer la lecture

Un journaliste de RT France pris à partie durant
la manifestation des Foulards rouges (RT France)

[Note de l’administrateur de ce blog : réalisé sans trucage. C’est un gag en deux temps où le premier personnage qui entre en scène arrive finalement, alors qu’on croit sa situation désespérée, à paraître presque sympathique lors de l’arrivée d’un second.

Jonathan Moadab, journaliste courageux et créatif qui a grandement contribué à l’Agence Info Libre et au Cercle des Volontaires, a par ailleurs été plusieurs fois la cible d’agressions de la part de la Ligue de Défense Juive, y compris au moyen d’une bombe déposée sous sa voiture, ce qui a valu de la prison ferme aux auteurs de l’attentat.

Mise à jour de 17h10, grâce à un lecteur (voir commentaires) : le premier intervenant était un “troll” talentueux, RT France a publié un correctif ce lundi 28 janvier.]


Le témoignage de René Revol, maire invité du
“Grand débat” à Souillac le 18 janvier (Le Yéti)

[Note de l’administrateur de ce blog : René Revol est maire de Grabels près de Montpellier, et membre de La France insoumise, c’est sans doute parce que je suis un “militant d’extrême droite halluciné” que j’adhère à ses propos.

Notamment cette phrase : “La mobilisation des citoyens pour leurs revendications doit se poursuivre, et doit se faire sous toutes les formes nécessaires de manière pacifique, mais ne comptez pas sur ce débat officiel pour être entendus, il faudra passer par d’autres expressions pour pouvoir faire entendre notre voix”.

PS (Post Scriptum, je précise) : pour ceux qui auraient un doute sur la totale déconnexion de Jupiter des réalités terrestres, voir ici.]


Les pièges du débat sur les évolutions historiques
de la Res Publica (Valérie Bugault)

[Note de l’administrateur de ce blog : Valérie Bugault a déjà publié sur le saker francophone une série d’articles remarquables qui ont été relayés ici même. Très profonds, ceux de la série “décryptage du système économique global” demandaient à la fois un certain temps de lecture et un certain effort intellectuel. Cette fois, Valérie Bugault réussit la prouesse de pulvériser en un article relativement court toute la légende bâtie autour de la république telle qu’elle fut conçue par les révolutionnaires (bourgeois) de 1789, français mais sous influence idéologique anglo-saxonne.

Ce qu’elle écrit peut être considéré comme un résumé de l’essentiel des idées développées par Alain Soral dans Comprendre l’Empire, un livre qui est lui-même particulièrement condensé dans son style1.

Il n’est bien sûr pas un hasard que Valérie Bugault ait intitulé un de ses livres, coécrit avec Jean Rémy, “Du nouvel esprit des lois et de la monnaie”, une allusion transparente à l’œuvre maîtresse de Montesquieu “De l’esprit des lois”.

Il n’est pas davantage un hasard que le sous-titre de ce blog soit “Personne  ne peut longtemps faire taire un Montesquieu ou un Molière”, une allusion assez claire également à deux personnages unanimement célébrés (à leur façon) par les media de grand chemin, qui tentent d’en faire des repoussoirs absolus.

L’intelligence populaire s’étant réveillée, cet objectif est à jamais perdu.]


Cet article est une réponse à l’article de Jacques Sapir « Les débats sur la souveraineté révélés par les évolutions des représentations de la Res Publica »

Cet article se veut un commentaire critique de l’article de Jacques Sapir commentant un ouvrage de Madame Claudia Moatti, professeur « d’histoire intellectuelle », qui traite de « l’évolution de la chose publique, de la Res Publica dans le monde romain »… c’est-à-dire des interprétations de la notion de « chose publique mais aussi des notions de légitimité et de droit ». Le présent article ne commentera pas ledit ouvrage, que l’auteur n’a pas lu, mais se revendique en tant que critique constructive à la présentation de cet ouvrage faite par Jacques Sapir.

Il est en effet intéressant, et sans doute non contestable, de savoir que le concept de « Res Publica » a subi, au temps de la Rome antique, de sérieuses variations tant quantitatives que qualitatives.

Néanmoins, ce genre d’analyse comporte, en particulier lorsqu’elle est mise en parallèle avec les temps républicains actuels, un biais intellectuel et cognitif. Une telle mise en perspective historique du concept de république a pour effet direct de tronquer les débats institutionnels en les enkystant définitivement autour du seul concept de République, avec, en arrière-fond, l’idée que la République instaurée en 1789 est incontournable.

Continuer la lecture sur le saker francophone

Les plus belles tirades oligarchiques anti-Gilets jaunes (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : ce qui est bien dans la période actuelle, c’est que les responsables ou profiteurs du système oligarchique en voie d’écroulement se désignent eux-mêmes, pensant qu’ils ont encore le contrôle de l’information, ou plus exactement de la perception de l’information auprès du peuple. Or ils l’ont perdu, pour l’essentiel, et tentent maladroitement d’épaissir la propagande dans le but de reprendre ce contrôle, ce qui a l’effet inverse. Car un cerveau qui a repris sa liberté ne se laisse plus avoir, ou beaucoup moins facilement, et développe un “système immunitaire” plus performant contre les manipulations de toute nature.

Une mention toute particulière à l’ancien réparateur de chaussures Francis Kalifat, qui donne des ordres à ses larbins pour punir les méchants Gilets jaunes (c’est son habitude, et son style est assez direct) ; mais également à Michel Wieviorka, le “spécialiste du racisme et de l’antisémitisme” qui croit qu’un tag en forme de A encerclé est un “symbole d’extrême-droite”. On n’est plus à cela près : Francis Kalifat a bien essayé de me faire passer pour un “militant d’extrême-droite halluciné” parce que je renvoyais sur ce blog aux analyses… d’Étienne Chouard, plus que jamais d’actualité.

Et bien sûr, ceux qui croient encore qu’on va les croire ne peuvent s’empêcher de glisser leur tirade anti-Dieudonné et anti-Soral, quand chacun peut les lire et les écouter (pas dans les “grands” media, certes) et se faire soi-même son idée sur leur degré de “haine” et d’“antisémitisme”.]


Entre mépris de classe et arrogance communautaire, voici une sélection non exhaustive des déclarations des « élites » à propos du mouvement populaire des Gilets jaunes.



Mathieu Kassovitz (acteur, réalisateur, producteur et scénariste) :

Le peuple qui se bat pour protéger son confort je ne l’aime pas. J’aime celui qui se bat pour ses convictions et vous n’en avez pas. Macron n’est pas un monarque. Vous êtes ridicules car votre combat n’est pas essentiel il est bourgeois.

 


Frédéric Haziza (journaliste, animateur et harceleur de télévision) :

Les Gilets jaunes ou le retour aux années 30. Il est temps que ce cirque nauséabond cesse…

 

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation →

1 2 3 4 5 93