Toxic Story

Le genre : thriller médical et récit d’un déniaisement.

Le professeur Romain Gherardi n’est pas n’importe qui : chef de service du centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil, ce médecin et chercheur (de 2000 à 2014, il dirige une équipe à l’Inserm) a publié plus de 350 articles scientifiques et participé à de nombreux ouvrages collectifs. C’est donc une “pointure” du monde médical. Pourtant, si l’ouvrage (qualifié de “document” sur la page de titre intérieure) est bien truffé de raisonnements, de schémas et tableaux en annexes, et de références bibliographiques comme il sied à toute démonstration à caractère scientifique, le prologue plante le décor d’une tout autre manière. En voici un extrait :

“C’est l’histoire d’une nouvelle pathologie, devenue peu à peu l’histoire d’une longue traque. Si le coupable court depuis 1926, la première scène de crime n’est photographiée qu’en 1993, et il faudra attendre encore cinq ans avant qu’il soit identifié. En 2016, il circule toujours sans être inquiété alors que la liste de ses victimes ne cesse de s’allonger. Chacun de ses procès, toujours dans l’ombre d’un huis clos, s’est soldé jusqu’à aujourd’hui par un non-lieu. “Faute de preuves”, disent les autorités compétentes. Faute, surtout, de moyens. Car l’État, sidéré par la complexité de l’affaire, demeure en retrait.”

Déflorons tout de suite l’intrigue : ce coupable qui court toujours, c’est l’aluminium vaccinal, un adjuvant utilisé – évidemment pas dans le but de nuire1 – pour augmenter l’efficacité des vaccins. En 2018, cela fait donc 20 ans2 que ce coupable a été identifié par des méthodes scientifiques rigoureuses, ce qui n’empêche pas les autorités sanitaires de continuer à mentir sur son innocuité. Pourquoi ? C’est la partie déniaisement de ce livre qui le relate, tout aussi passionnante – mais en plus, révoltante – que la partie proprement scientifique, toutes deux intimement mêlées. Car si le prologue, peut-être pour ne pas effrayer le lecteur dès les premières pages, parle seulement de “manque de moyens”, on pourrait aussi après avoir lu l’ouvrage renverser l’argument et parler plutôt d’excès de moyens… pour la partie adverse, des industriels richissimes du monde pharmaceutique dont la seule loi est celle du profit maximal, et qui par leur “réussite” ont provoqué une corruption généralisée du milieu médical et des instances de santé gouvernementales ou internationales (AFSSAPS, OMS…). Et des industriels qui, contrairement au professeur Gherardi, ne voient pas les malades comme des êtres humains en souffrance voire en totale détresse, mais comme une ligne de statistiques dans un tableau Excel®.

Continuer la lecture

Vaccins : appel à la raison

[Note de l’administrateur de ce blog : je relaie ici l’appel à la raison lancé récemment par les professeurs Joyeux et Montagnier au sujet de la politique vaccinale actuelle. Le Pr. Joyeux a un gros défaut (pour l’industrie pharmaceutique) : il s’exprime toujours sur la base de travaux scientifiques sérieux et référencés, n’invente pas des savoirs ni des ignorances.

Heureusement, on trouve des médecins aussi rigoureux que lui (j’en ai rencontré), qui ont fait autre chose que bachoter pendant leurs études et ont gardé une aptitude à se documenter et à réfléchir par eux-mêmes. Des médecins qui savent que, si la médecine n’est pas tout à fait une science, elle a quand même quelques prétentions à utiliser ses méthodes et à en tirer une forme d’autorité, qui logiquement s’écroule quand elle vire au dogme scientiste. Inutile d’espérer la confiance des patients quand on n’est pas capable d’argumenter clairement sur des faits bien établis.

Malheureusement, on trouve également des médecins incapables de faire fonctionner autrement qu’en pilote automatique la masse gélatineuse qui se trouve entre leurs deux oreilles (j’en ai rencontré) et qui ne savent que débiter la propagande médiatique vaccinale ou parler de sa radiation par le Conseil de l’Ordre dès que l’on parle du Pr. Joyeux. J’ai ainsi pu entendre :

  • un pédiatre m’expliquer, tout en se disant énervé par les propos du Pr. Joyeux et croyant sans doute m’apprendre quelque chose, que les adjuvants à l’aluminium (dont la toxicité est aujourd’hui démontrée, voir le texte de l’appel 1) étaient “utilisés pour stimuler la réponse immunitaire et pas autre chose” (non sans blague ! j’étais persuadé que c’était un complot des Reptiliens ! merci docteur, combien je vous dois ?)
  • une pédiatre éructer, toute rouge, à l’évocation de l’information sur les vaccins diffusée par le Pr. Joyeux, que c’était un “charlatan radié du conseil de l’ordre” et qu’il n’était “pas progressiste” !

Inutile de dire que je ne confierai jamais à l’avenir mes enfants ni à ce crétin de luxe ni à cette sombre connasse.]


11 vaccins : Appel urgent aux personnels

et professionnels de santé

 

Chers collègues, chères consœurs, chers confrères,

 

La nouvelle loi, une erreur grave de santé publique

La nouvelle loi qui impose 11 vaccinations aux enfants est une grave erreur de santé publique. Elle a été amplement évoquée par la presse.

Nous, professionnels de Santé, prescripteurs et/ou vaccinateurs sommes engagés par la loi sur une voie qui pourrait se retourner contre certains de nos propres patients, contre notre profession, et contre nous-mêmes.

Vous allez comprendre pourquoi. Cet Appel souligne des éléments importants sur le sujet. Lisez-le attentivement avant d’accepter de le signer.

Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans.

Ces pratiques exposent les petits enfants à des complications, car leur système immunitaire n’est pas prêt à recevoir tant d’agressions antigéniques.

C’est ainsi que l’on peut craindre :

  • Des morts subites du Nourrisson, même si elles sont rares ;
  • Des maladies auto-immunes chroniques graves et handicapantes dans les années suivantes particulièrement du fait de la présence de quantités trop importantes de l’adjuvant aluminique dans la composition de la plupart des vaccins ;
  • Des risques de cancers particuliers, des os, des muscles, des cartilages.. que sont les sarcomes, extrêmement graves chez des adolescents et adultes jeunes, détectés déjà chez les animaux recevant des vaccins avec l’adjuvant aluminium.

Vous êtes personnellement concerné si vous êtes :

  • Médecins et Chirurgiens généralistes ou spécialistes,
  • Internes des hôpitaux quelles que soient les spécialités,
  • Etudiants en médecine, pharmacie, kinésithérapie,
  • Pharmaciens d’officine ou d’industrie,
  • Sages-femmes, infirmières-infirmiers et autres personnels de santé
  • diplômé ou en formation.

Si vous appartenez au grand public, hors des professions de santé, n’hésitez pas à proposer ce texte à ceux qui vous soignent. Ils sont plus que jamais concernés et responsables.

Continuer la lecture sur le site du Pr. Henri Joyeux →

La vaccination est sans risque. Vraiment ?
(Hippocrate et Pindare sont dans un bateau…)

Darja et Yehuda ne sont pas vraiment d'accord avec Marisol et Agnès. Normal, ils servent la science, pas la finance.

Darja et Yehuda ne sont pas vraiment d’accord avec Marisol et Agnès. Normal, ils servent la science, pas la finance.

[Note de l’administrateur de ce blog : en matière de vaccination, on en entend de belles. Déjà avec l’ex-ministre qui disait que “la vaccination, ça ne se discute pas” (ah bon, cela n’a rien de scientifique alors ?), et aujourd’hui avec la mère fouettarde ministre en exercice qui justifie l’interdiction de crèche et d’école pour les enfants non vaccinés au motif qu’ils pourraient exposer “les autres enfants à des virus mortels” (mais à quoi donc servent les vaccins, alors ? c’est les non-vaccinés qui ne craignent rien et les vaccinés qui risquent leur vie ? comprends plus, moi…). On pourrait aussi bêtement lui faire remarquer que ni en Espagne, ni en Allemagne, ni en Angleterre (entre autres…) la vaccination n’est obligatoire, mais c’est sans doute parce que ces pays sont arriérés et que leurs ministres de la santé respectifs n’ont pas encore été informés des bienfaits de cette pratique médicale révolutionnaire.

Mais rassurez-vous (si j’ose dire), nombre de mes proches collègues ne sont pas en reste. Il ne s’agit pas de médecins, la faculté de médecine n’existe pas à Pau ; mais de scientifiques qui se prétendent rationnels. Et qui ont quelque peine à comprendre que :

  • la vaccination agit, par définition, sur le système immunitaire ; ce qui n’a rien d’anodin et devrait inciter à la prudence, en particulier sur les patients immuno-déficients (nouveaux-nés, personnes âgées), et en cas de multiplication des vaccinations
  • conséquence du point ci-dessus, il ne paraît pas aberrant de rechercher la cause de l’augmentation des maladies auto-immunes du côté des vaccinations, surtout précoces et massives
  • il est difficile d’évaluer les risques d’une pratique médicale quelconque en ne prenant en compte que ses aspects positifs (ne rigolez pas, j’ai vu des “démonstrations” du bénéfice vaccinal sur une base de calculs statistiques (justes) ne prenant en compte que les probabilités des bénéfices)

Mais assez parlé. Je vous invite à lire le billet suivant issu du blog d’un médecin généraliste, qui relate les conclusions d’un article scientifique (dont les auteurs figurent en illustration ci-dessus) paru en août 2016, et que les plus courageux pourront lire ici. Il semble, hélas, que contrairement à ce médecin-blogueur beaucoup de ses confrères ne connaissent de la recherche médicale que ce que les visiteurs médicaux viennent leur en présenter. J’en ai rencontré. Plusieurs.

Et je recommande tout particulièrement, sur le même blog, la Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons, qui est téléchargeable ici au format PDF. Secouez vos députés !]


Une commentatrice a cité, sur le blog d’un confrère,  une étude scientifique qui m’a interpellé.

Je la remercie pour sa veille scientifique.

Je suis allé lire cet article.

Il est publié dans une revue d’immunologie, revue très spécialisée. Cet article pose le problème de réactions croisées entre les gènes des virus utilisés dans certaines vaccinations et les gènes humains.

Le titre de cet article est le suivant :

From HBV to HPV: Designing vaccines for extensive and intensive vaccination campaigns worldwide.

Ce qui signifie : « Du HBV (virus de l’hépatite B) au HPV (Papilloma virus humain) : conception de vaccins pour des campagnes de vaccination  intensives et à grande échelle dans le monde entier. »

Que dit cet article ?

« Depuis 2000, des recherches intensives ont été menées sur des protéines humaines et microbiennes recherchant des déterminants immunogènes et des séquences courantes croisées . De telles études peuvent avoir une pertinence particulière pour comprendre les interactions hôte-pathogène en relation avec les maladies humaines. »

« En fait, les réponses immunitaires de l’hôte à la suite d’une infection pathogène peuvent provoquer des réactions croisées – et éventuellement des maladies auto-immunes – lorsque l’hôte et le pathogène partagent des séquences identiques d’acides aminés au sein de leurs gènes. De toute évidence, plus l’étendue du partage des séquences est élevée, plus le risque de provoquer des maladies auto-immunes ou des réactions pathologiques risque d’être élevé. Ces considérations tiennent également dans les procédures de vaccination, surtout si l’on considère que les vaccins utilisent des adjuvants pour briser les mécanismes d’auto-tolérance de protection qui empêchent une autoréactivité néfaste. Par conséquent, il faut s’attendre à des réactions croisées lorsque des antigènes ayant un pourcentage élevé d’identité de séquence avec des molécules hôtes sont utilisés dans des formulations de vaccins. »

Continuer la lecture sur Hippocrate et Pindare sont dans un bateau…

Coqueluche et vaccin : 5 faits très « gênants »
pour la Ministre (Santé Corps Esprit)

[Note de l’administrateur de ce blog : en pleine polémique sur les vaccins, je reproduis ici un article de la lettre d’information “Santé Corps Esprit” que je reçois. Je ne suis pas médecin, mais constate avec consternation le niveau intellectuel des arguments employés dans les media de grand chemin pour défendre la politique vaccinale autoritaire de notre ministre. Et je constate aussi avec un certain désespoir que parmi les collègues, ceux qui prétendent faire des raisonnements “scientifiques” pour démontrer qu’il est toujours préférable de se faire vacciner n’hésitent pas à mettre dans les prémisses de la démonstration la conclusion qu’ils souhaitent trouver au bout. Par exemple en faisant de savants calculs statistiques basés uniquement sur la prise en compte des effets positifs des vaccins. C’est sûr que quand on n’additionne que des nombres positifs, on a peu de chances de trouver un résultat négatif… dommage d’être arrivé à Bac+8 sans être capable de différencier un syllogisme d’un sophisme ! ]


La coqueluche revient !

Oui, après des années de « répit », le nombre de cas de coqueluche repart à la hausse, en France, aux États-Unis, un peu partout.

En Angleterre, en 2012, année d’un triste record, 10 enfants de moins d’un an sont morts de la coqueluche.

C’est le même phénomène que pour la rougeole, en pire.

Est-ce parce que l’on vaccine moins les enfants qu’avant ?

Pas du tout ! La couverture vaccinale contre la coqueluche n’a fait qu’augmenter en Europe et aux États-Unis !

Elle dépasse aujourd’hui les 95 % dans la plupart des pays occidentaux.

Alors où est le problème ?

C’est très simple : on assiste en ce moment aux effets pervers parfaitement prévisibles de la vaccination généralisée.

Continuer la lecture

Vaccins : point de vue d’un vaccinologue

[Note de l’administrateur de ce blog : hier, nous avons vu le point de vue purement scientifique du Pr Gherardi sur les adjuvants à l’aluminium, exposé fin 2016 sur le service public de télévision française. Aujourd’hui, voici un point de vue industriel, pas au sens de la recherche maximale du profit – argument qui revient souvent pour justifier une méfiance envers l’industrie pharmaceutique – mais au sens de problèmes très concrets que pose la manipulation du vivant sur une très grande échelle. Car les vaccins doivent être “cultivés”, à l’aide d’un substrat vivant, ce ne sont pas des écrous qui sortent en rafale d’une machine.]


Jean-François Saluzzo, le docteur en pharmacie et en microbiologie qui s’exprime dans cette vidéo, actuellement consultant virologiste à l’OMS, a été directeur de production des vaccins viraux à Sanofi Pasteur de 1992 à 2000, et chef de projet R&D dans cette même entreprise de 1990 à 2000, notamment sur le SIDA, la dengue et le SRAS. C’est donc quelqu’un qui connaît parfaitement le sujet, et qui est peu soupçonnable de vouloir nuire à l’industrie vaccinale, par ignorance ou par idéologie (l’intersection des deux étant souvent non nulle). La vidéo ci-dessus est un extrait d’un cours de 2011 à l’attention des médecins, d’un peu plus d’une heure, visible en intégralité ici sur Canal-U. Nous sommes donc là au cœur de l’enseignement médical universitaire et du monde industriel, et non sur un obscur blog “complotiste” et obscurantiste.

Continuer la lecture

Santé : faut-il se méfier des vaccins ?
(C à dire – France 5 – 2 novembre 2016)

[Note de l’administrateur de ce blog : on apprendra notamment dans cette vidéo (à partir de 6:54) que le “syndrome de la guerre du Golfe”, pourrissant la vie de nombreux vétérans de guerre américains, et attribué par certains aux armes à uranium appauvri, a pour origine des campagnes de vaccination massives destinées à protéger les militaires déployés dans cette guerre de potentielles maladies.

Pour bien prendre conscience de l’omerta dont parle le Pr Gherardi sur le problème des adjuvants aux sels d’aluminium, la lecture de cet article du Dr de Lorgeril fournit un complément très intéressant. Mais reconnaissons tout de même que le service public, via Axel de Tarlé et son émission sur France 5, remplit ici pleinement son rôle d’information du public.]


Le cardiologue qui faisait pouêt-pouêt

Pr Le Heuzey

Alors que la ministre de l’Industrie Pharmaceutique de la Santé Agnès Buzyn1 tente de “rendre la confiance [dans les vaccins] aux Françaisà grands coups de pompes dans les fesses en suggérant aux récalcitrants à la vaccination obligatoire, telle un(e) adjudant(e)-chef(fe), de se “mettre en ordre de marche“, il n’est pas inutile de prendre conscience du haut degré d’expertise et d’intégrité de l’élite médicale, par exemple en visionnant cet excellent documentaire de France 3 diffusé le 26 avril dernier, où l’on peut voir (et entendre) le président de la Société Française de Cardiologie, le professeur Jean-Yves Le Heuzey, déployer toute son argumentation scientifique face aux questions du journaliste.

Continuer la lecture

Vaccins : comment la vérité est malmenée
(Santé Corps Esprit)

[Note de l’administrateur de ce blog : si vous pensez encore que le but premier de l’industrie pharmaceutique est d’œuvrer pour une meilleure santé, et que vous voyez en particulier toute critique de la vaccination comme un délire “complotiste” , je vous conseille vivement de commencer par regarder la vidéo ci-dessous, où l’ancien dirigeant de la multinationale britannique GlaxoSmithKline (GSK) Jean Stéphenne explique tranquillement à un parterre de businessmen, le sourire aux lèvres, la logique qui commande la réalisation de vaccins multivalents tels que l’Infanrix Hexa® de GSK. Une logique qui n’a rien de médical.

Et en lisant l’article de Santé Corps Esprit qui suit, vous apprendrez que le fameux “syndrome de la Guerre du Golfe” , dont souffrent de nombreux vétérans de guerre américains, et qui fut un peu rapidement attribué par des journalistes aux méchantes armes à uranium appauvri utilisées par les méchants Américains, est en réalité une conséquence directe… de la vaccination préventive et massive administrée aux militaires.

On retiendra également qu’après la vaste blague de la “concertation citoyenne sur la vaccination”, où on a bien pris soin d’écarter du débat toute personne ayant des choses intéressantes et scientifiquement prouvées à dire sur la dangerosité de certains vaccins (ou de la vaccination sur certaines personnes au profil génétique particulier), le rapport du Comité d’Orientation (anonyme…) ne propose rien de mieux, pour lutter contre la défiance grandissante du public envers la vaccination, que de rendre obligatoires des vaccins jusque-là conseillés en France, portant ainsi à 11 (onze) le nombre de vaccins obligatoires contre 3 aujourd’hui (mais en pratique au moins 5 ou 6, suite au lobbying intensif de GSK et ses concurrents) !

Enfin, puisqu’il est toujours intéressant de regarder ailleurs pour s’aérer l’esprit, on notera que la vaccination n’est pas obligatoire ni en Espagne, ni en Allemagne, ni au Royaume-Uni par exemple. Certainement par la faute d’une négligence coupable des autorités sanitaires des pays concernés, car “la vaccination, ça ne se discute pas !”, comme l’a proclamé la très incompétente Marisol Touraine, aussi à l’aise avec les arguments médicaux qu’une poule avec le maniement d’un couteau.]

Mise à jour 20 décembre : lien vers la pétition adressée à la Ministre de la Santé.


Vaccins : comment la vérité est étouffée

C’est un livre qui se lit comme un roman policier… et qui révèle au grand jour la stupéfiante corruption politico-médicale destinée à vous cacher les « effets indésirables » de certains vaccins.

Son auteur, le Pr Romain Gherardi, n’est pas n’importe qui.

Professeur de médecine à 38 ans, il est à la tête d’un prestigieux centre hospitalier français sur les maladies neuro-musculaires. Il a publié plus de 300 articles de recherche dans des revues médicales de premier plan (Lancet, New England Journal of Medicine, Brain, etc.).

Médecin rempli d’humanité et chercheur exigeant, il n’a rien d’un provocateur. Il ne manque jamais une occasion de rappeler que les vaccins ont sauvé des millions de vies.

Mais il refuse qu’on empêche le grand public de connaître certains effets indésirables évitables des vaccins contenant de l’aluminium.

Il n’accepte pas qu’on cherche à étouffer des recherches scientifiques d’utilité publique, qui pourraient éviter des milliers de maladies graves… et peut-être même soulager des millions de patients victimes du terrible « syndrome de fatigue chronique ».

Tout ce qu’il souhaite, c’est la vérité, y compris si elle dérange. Et il l’a payé au prix fort.

En quelques années, il est passé du statut de « star enviée de la médecine », consulté officiellement par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à celui d’un homme que l’on évite, dont on refuse de financer les recherches.

Son seul crime : avoir mis au jour une vérité très embarrassante pour l’industrie du vaccin.

Continuer la lecture sur Santé Corps Esprit

Comment les grands médias vous « informent »
(Pr. Henri Joyeux)

Henri Joyeux

Pr. Henri Joyeux

[Note (longue !) de l’administrateur de ce blog : je reproduis ici un exemplaire de la lettre du professeur Joyeux, que je reçois dans mon courrier et lis assez régulièrement. Henri Joyeux, cancérologue à la retraite, fait partie de ces personnalités régulièrement diffamées pour lesquelles les media de masse se font un devoir de répandre les mensonges les plus gros. Il n’est certes pas encore au niveau d’un Dieudonné ou d’un Alain Soral, ces deux vaillants résistants médiatiques aussi droits sur le plan moral qu’ils sont présentés comme tordus par le Ministère de la Vérité, et certains journalistes plus courageux que les autres lui donnent encore la parole (voir la liste de ses remerciements à la fin de la lettre). Mais parce qu’il dénonce un certain nombre de scandales sanitaires, et en particulier le fait de privilégier l’intérêt des laboratoires pharmaceutiques à celui des patients, tous les coups sont permis contre lui.

Parce qu’il dénonce les excès de la vaccination (et en particulier les effets indésirables des adjuvants à base de sels d’aluminium, donc les dangers sont mal maîtrisés comme en atteste la littérature scientifique elle-même), on l’accuse d’être un obscurantiste anti-vaccination. Parce qu’il affirme, ce qui est aujourd’hui scientifiquement prouvé, que la pilule contraceptive est toxique (comme tous les médicaments, à plus forte raison ceux pris en continu pendant des décennies) et qu’elle produit une pollution hormonale préoccupante de l’environnement, on l’accuse d’être un intégriste religieux opposé à la contraception, alors même qu’il signale des méthodes contraceptives moins dangereuses et aussi efficaces, sinon davantage.

Continuer la lecture