Deux journalistes néerlandais arrêtés, et leur matériel confisqué après être revenus du Donbass où ils enquêtaient sur le crash du MH17 (Donipress)

Deux journalistes néerlandais, Michel Spekkers et Stefan Beck, ont été arrêtés par la police néerlandaise à leur retour à Amsterdam après un voyage professionnel dans les Républiques Populaires du Donbass. Les journalistes, qui avaient reçu des accréditations officielles, ont rassemblé pendant une semaine des informations sur le crash du MH17 qui a eu lieu en 2014, et ont fait d’autres enregistrements documentaires sur la vie dans les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk.

L’agence officielle d’information dans le Donbass DONi News confirme l’information selon laquelle Spekkers et Beck avaient des documents valides et un soutien officiel pour mener leur travail de journalisme d’investigation dans les Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk. Ils ont aussi fait une interview du directeur de DONi News, Janus Putkonen, alors qu’ils visitaient Donetsk pendant les congés du Nouvel An.

Tout l’équipement, le matériel personnel et professionnel, les cartes mémoires des PC portables, téléphones et caméras ont été confisqué aux journalistes par les officiers de sécurité néerlandais immédiatement après leur arrivée. Ils ont été informés que « un tel matériel documentaire sur le dossier du MH17 est illégal ».

Continuer la lecture sur Donipress ⟶

(Remarque : l’article signale que les journalistes “ont pu communiquer avec leurs interlocuteurs dans traducteur” . Notez que le D est à côté du S sur un clavier d’ordinateur.)

Sur l’étrange affaire du MH17 et ses cadavres à décomposition ultra-rapide dépourvus de sang, voir sur ce blog :

 

George Soros : “C’est vrai, je m’implique dans des activités amorales” (ERTV)

[Note de l’administrateur de ce blog : à une époque étrange où on appelle “philanthrope” une personne qui fait fortune sur la ruine des autres, il est intéressant d’écouter le milliardaire juif George Soros expliquer qu’il n’éprouva pas la moindre gêne ou culpabilité à échapper aux déportations en aidant un membre du gouvernement hongrois, soudoyé par son riche père, à spolier les biens d’autres juifs.

Peut-être peut-on ensuite mieux comprendre comment un autre milliardaire juif – ukrainien cette fois : Igor Kolomoïsky – participa au coup d’État en Ukraine en finançant plusieurs bataillons d’extrémistes néo-nazis, dont le tristement célèbre régiment Azov dont le commandant Biletsky déclara en 2014 : “La mission historique de notre nation dans ce moment critique est d’amener les races blanches du monde dans une croisade finale pour leur survie (…) Une croisade contre les sous-hommes menés par les sémites”.

Kolomoïsky qui est par ailleurs à l’origine de la création du Parlement Juif Européen ; si si, une telle institution existe vraiment, depuis 2012 – on se demande bien pourquoi d’ailleurs – et se trouve même hébergée dans les locaux très officiels de l’Union Européenne à Bruxelles.]

Le silence des agneaux (William Engdahl)

le-silence-des-agneaux[Note de l’administrateur de ce blog : excellent article de William Engdahl, qui en connaît un rayon en matière de pétrole et de gaz, et qui nous montre ici que le chaos du Moyen-Orient, s’étendant à l’Europe en Ukraine d’abord, puis aujourd’hui dans tous les autres pays via la crise des migrants, n’a rien d’un hasard et fut programmé de longue date par des “stratèges” américains d’une cupidité sans borne. Que nos “dirigeants” (ou dirigés ?) n’en pipent mot ne les rend que plus criminels encore.]


Un rappel des causes de la situation syrienne et de la vague d’immigrants vers l’Union Européenne.

Par F. William Engdahl – Le 10 octobre 2016 – Source New Eastern Outlook

Un des phénomènes les plus bizarres, dans la situation très bizarre de ces dernières années, est le refus des politiciens de premier plan de l’Union européenne de discuter ouvertement de la réalité derrière la perturbation sociale catastrophique causée par l’afflux en Europe de plus d’un million de réfugiés de guerre, en provenance de Syrie et d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ravagés par la guerre. Le débat européen sur les réfugiés, à cause de ce silence, ou du refus de parler des causes réelles et des remèdes possibles, conduit à des déclarations complètement absurdes de la part d’anciens combattants politiques qui devraient beaucoup mieux s’y prendre.

Les réfugiés sont une conséquence de la guerre. La guerre est une conséquence de la décision prise par certains intérêts pétroliers et militaires de l’OTAN pour reprendre ou prendre le contrôle des nouveaux marchés mondiaux de l’énergie dans le pétrole et, maintenant, le gaz naturel. En outre, la guerre est une conséquence des réactions des autres nations, y compris la Chine, la Russie et l’Iran, à la tentative des États-Unis et d’autres pays occidentaux de contrôler les flux mondiaux de l’énergie. En outre et de manière connexe, il y a la réaction des éléments néo-nazis extrémistes en Ukraine, à la suite d’un coup d’État soutenu par les USA en 2014, à se joindre à cette guerre de l’énergie avec le soutien de l’UE, pour des raisons complètement montées de toutes pièces.

En conséquence du silence des dirigeants de l’UE, un drame tragique se déroule qui fait écho au roman de Thomas Harris, Le silence des agneaux.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

Voir aussi sur ce blog, de William Engdahl :

Primaires américaines : Ce que les médias français n’ont pas dit sur Donald Trump (UPR)

Primaires américaines : Ce que les médias français  n’ont pas dit sur Donald Trump – par François Asselineau, réflexions à partir d’un article du magazine américain Counterpunch.

donald.trump_

Donald Trump fait actuellement la course en tête parmi les candidats à l’investiture républicaine pour la prochaine élection présidentielle américaine. Mais qu’en pense l’oligarchie ?

On se rappelle que les services de renseignement russes ont diffusé sur Internet, le 6 février 2014, l’enregistrement d’une conversation téléphonique qu’ils avaient interceptée entre Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État chargée de l’Europe, et l’ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt.

Ce qui était sensationnel dans cet enregistrement, c’est que l’on pouvait y entendre, sans l’ombre d’une ambiguïté, la responsable du Département d’État donner à son ambassadeur les instructions sur qui devait désormais accéder au pouvoir à Kiev. Le choix de Washington était de nommer Arseni Itaseniouk à la tête du gouvernement ukrainien et d’en écarter Vitali Klitschko (Mme Nuland appelant les deux protagonistes respectivement « Yats » et « Klitsch »). Et c’est ce qui fut fait. (cf. la bande son et sa traduction : https://www.youtube.com/watch?v=2-kbw00aqqc notamment à partir de 1’15’’).

Peut-être était-ce ainsi la première fois dans l’Histoire que l’opinion publique mondiale disposait, en « temps réel », de la preuve enregistrée irréfutable (et dont l’authenticité fut d’ailleurs confirmée ultérieurement par l’intéressée) d’un complot conduit par les États-Unis, visant au renversement d’un pouvoir indépendant dans un pays étranger et à son remplacement par un pouvoir fantoche à la botte de Washington.

Pourtant, ce n’est pas ainsi que cet enregistrement spectaculaire et historique fut présenté au public en France. Les grands médias de notre pays se focalisèrent sur un seul membre de phrase de cette conversation, celui où Mme Nuland lance à l’ambassadeur : « And, you know… fuck the EU ! », c’est-à-dire « Et puis vous savez, que l’Union européenne aille se faire foutre ! ».

Ce tri vicieux opéré dans l’information eut l’effet recherché. La grande majorité de nos compatriotes, – n’ayant ni l’idée ni l’envie de se faire une idée par eux-mêmes en écoutant l’intégralité de la bande son -, furent persuadés que l’objet du scandale suscité par cette conversation téléphonique était tout bonnement que la sous-secrétaire d’État états-unienne chargée de l’Europe parlait comme une harengère et qu’elle méprisait l’Union européenne.

Continuer la lecture sur le site de l’UPR ⟶

Assassinat de Nemtsov : et si on reparlait du vol MH17 ?

Boris Nemtsov, digne représentant du monde libre, en compagnie d'Anna Duritskaya

feu Boris Nemtsov, digne représentant du monde libre

Il n’aura échappé à personne que Poutine est dans le collimateur des occidentaux, ou plutôt des oligarchies occidentales non représentatives, et de leur bras armé que sont les media. Certains croient encore que ces journaux, radios et télévisions du “monde libre” ont pour mission d’informer le peuple ; mais de plus en plus comprennent, même sans avoir entendu les confessions du journaliste allemand Udo Ulfkotte, que leur véritable job est exactement inverse. Sur Poutine, les flagrants délits de mensonge ont été nombreux, oscillant entre le pitoyable (France 2 le faisant passer pour un chasseur d’espèces protégées alors qu’il participait à leur préservation) et le ridiculement maladroit (la chaîne hollandaise NOS manipulant un reportage pour lui faire dire l’opposé de la réalité, et oubliant que d’autres équipes contre-filmaient la scène).

Continuer la lecture

Guerres du pétrole : pop ! fait la bobine…

Porte de l'Enfer à Darvaza (Turkmenistan)

Porte de l’Enfer à Darvaza (Turkmenistan)

L’article ci-dessous est une traduction d’un article original de William Engdahl, économiste et écrivain américain né au Texas et vivant en Allemagne, spécialiste de la géopolitique du pétrole et consultant en risques stratégiques (j’ai déjà évoqué sur ce blog un de ses livres : Pétrole, une guerre d’un siècle, absolument remarquable). L’article est paru initialement le 27 janvier 2015 dans New Eastern Outlook, un journal en ligne basé à Moscou traitant de l’Orient au sens large. Il a été repris le 2 février dans Veterans Today, journal en ligne américain traitant de questions militaires et stratégiques, animé principalement par des vétérans de guerre. Le commentaire de Jim W. Dean sur l’article de William Engdahl me semblant intéressant, vous trouverez ci-dessous leurs deux contributions traduites, telles qu’elles apparaissent dans Veterans Today.

Continuer la lecture

Le Grand Mensonge : Les États-Unis ont fourni l’Ukraine en armes dès le début du conflit (le saker francophone)

Obama Merkel« LE DONBASS EST LA GUERRE D’OBAMA. IL NE L’A PAS LANCÉE POUR Y RENONCER ENSUITE. »

Le président Obama envisage toujours d’armer l’Ukraine dans le cas où le dernier cessez-le-feu serait violé et où le conflit s’intensifie ; mais l’analyste politique Stephen Lendman a dit à Spoutnik dans une interview exclusive que le dirigeant des États-Unis ment et qu’ils ont fourni des armes à Kiev depuis le début de l’opération militaire.

Continuer la lecture sur le saker francophone 

Obama admet ouvertement que les USA sont intervenus dans « la constitution d’un pouvoir de transition » en Ukraine (news360x)

Obama-UkraineLe président américain a enfin reconnu ouvertement le rôle de premier plan joué par Washington dans le renversement du président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Barack Obama a également laissé entendre qu’il n’irait pas jusqu’à un conflit armé direct avec la Russie.

Continuer la lecture sur news360x