Bonnes nouvelles de Strasbourg (lundis de Stratediplo)

[Note de l’administrateur de ce blog : il est déconseillé à toute personne présentant des antécédents de réactions allergiques à l’humour noir de lire ce qui suit.]


Le sacrifice rituel célébré à Strasbourg par l’officiant Chérif Chekat a révélé un certain nombre de bonnes nouvelles pour les peuples de France.

L’affaire a confirmé que les listes d’officiants potentiels sont pertinentes puisque tous les pratiquants de ces dernières années se trouvaient sur ces listes, comme les services chargés du maintien de la discipline du vivier sacrificiel le vérifient, a posteriori, chaque fois. Les seules exceptions notables sont les nouveaux arrivés, comme l’équipe cérémonielle du 13 novembre 2015 qui venait tout juste de répondre à l’invitation franco-allemande du 24 août.

En l’occurrence, le Fichier des Personnes Recherchées, rubrique Sûreté de l’État (fameuses “fiches S”), contenait bien tous les mahométans dormants passés à l’action ces dernières années, et contient donc vraisemblablement tous les futurs candidats à l’action. Il serait plus justement nommé Fichier des Personnes Intéressantes mais Non Activement Recherchées, puisque même s’il contient des indications sur la conduite à tenir en cas de rencontre fortuite (mise à jour de la fiche…) il ne sert pas à rechercher en temps normal des personnes sur le territoire national, mais à rechercher des fiches dans le fichier, après événement anormal, pour démontrer à la presse l’efficacité des services étatiques. On pourrait certes arguer que, contrairement aux espions du Pacte de Varsovie à l’origine de la création de la rubrique Sûreté de l’État de ce fichier, la mise en pratique des enseignements mahométans, tant qu’elle reste à un niveau inorganisé, ne menace pas vraiment la sûreté de l’Etat autant qu’elle menace ou raccourcit la vie des citoyens. Le Fichier des Personnes (non activement) Recherchées comprend quatre cent mille fiches, mais la rubrique Sûreté de l’État  ne compte sauf erreur, après incorporation des Gilets Jaunes les plus en vue, que de l’ordre de trente mille fiches, dont un tiers d’agents mahométans. La bonne nouvelle est donc que ce fichier dormant des agents dormants existe, et semble à jour.

Continuer la lecture sur les lundis de Stratediplo →

Et pour ne pas tomber dans le piège du bouc émissaire musulman, voir ici par exemple, ou faire une recherche sur ce blog avec les mots-clés qui vont bien.

La véritable nature d’Israël :
un cas pratique

Bombe GBU-39, de fabrication américaine,
telle que celles utilisées par les six F-16 israéliens
lors de l’attaque à Damas du jour de Noël 2018.

Le 26 décembre, on apprenait (par le Réseau Voltaire ou ailleurs) qu’Israël n’avait pas hésité à bombarder le jour de Noël un objectif en Syrie à Damas, et certains s’étonnaient par la même occasion de la réussite de l’opération (partielle, 2 bombes sur 16 ayant atteint leur but) puisque la Syrie bénéficie maintenant de la protection des missiles sol-air russes S-300, réputés très efficaces.

Le 27 décembre, on apprenait toujours par le réseau Voltaire (l’info avait déjà circulé la veille ailleurs) la raison de ce coup au but : dans la grande tradition de lâcheté et de coups tordus qui caractérise la maison (voir par exemple le cas fameux de l’attaque contre l’USS Liberty en 1967), la très mal nommée Armée de défense d’Israël s’est servi de la présence de deux avions civils comme boucliers. L’armée syrienne ne pouvait donc activer son système de protection sans mettre en danger la vie des civils passagers de ces vols, un épisode qui rappelle l’incident survenu en septembre 2018 où l’armée israélienne avait délibérément causé la perte d’un avion militaire russe et de son équipage en se “cachant” derrière celui-ci.

Ainsi, il apparaît que le pire n’est pas pour Israël d’avoir attaqué le territoire syrien le jour de Noël, mais bien d’avoir ce jour-là utilisé des civils innocents comme boucliers, en comptant sur le respect des vies humaines de l’armée syrienne pour parvenir à contourner ses nouvelles défenses anti-aériennes réputées inviolables.

Continuer la lecture

Le Figaro titre : “Entre le Mossad et les Français, des relations étroites et tendues” (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : à force de prendre les gens pour des imbéciles, on les pousse à réfléchir par eux-mêmes. C’est plus ou moins rapide selon les individus, mais c’est inévitable. La logique est un bien commun à l’ensemble de l’humanité, elle n’est pas réservée à quelques-uns. Avis à ceux qui croient pouvoir anesthésier la révolte populaire avec des mesurettes dignes d’une semaine commerciale.

Puisqu’il est ici question de Nicolas Sarkozy, rappelons que celui qui fut président de la République Française du 16 mai 2007 au 15 mai 2012 fut aussi, en conséquence, le principal “bénéficiaire” de l’accident vasculaire cérébral de son prédécesseur Jacques Chirac, survenu le 2 septembre 2005 alors que Nicolas Sarkozy occupait les fonctions de Ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire.

L’article ne le précise pas mais il est également utile de rappeler, c’est à la fin du quinquennat d’un Jacques Chirac physiquement affaibli, et quelques mois avant le début de la présidence Sarkozy, que la loi constitutionnelle n°2007-238 du 23 Février 2007 modifia l’article 68 de la Constitution afin qu’y soit retirée l’incrimination de “haute trahison” pour le chef de l’État. Ce même article 68 avait déjà été “toiletté” le 27 juillet 1993, sous la présidence de François Mitterrand et quelques mois après la signature du traité de Maastricht, pour y enlever la notion de “complot contre la sûreté de l’État”. Voir par exemple ici pour plus de détails.

Ah bon ? On croyait encore aux complots jusqu’en 1993 ? Quelle drôle d’époque !]


« Depuis Nicolas Sarkozy, les services secrets israéliens ont opéré un rapprochement avec les autorités françaises, contribuant à déjouer plusieurs tentatives d’attentat. Mais la méfiance reste de mise. »


En pleine réactivation des attentats dirigés contre le peuple de France, dont l’ennemi n’est pas en lui mais bien au-dessus de lui, Le Figaro sort un article étrange à la gloire du Mossad, un des premiers producteurs de terrorisme au monde. On y apprend que le service de renseignement israélien a aidé nos services à déjouer plein d’attentats. Le journal ne dit pas s’il a aidé nos services à en fomenter d’autres ou si ce service étranger a doublé le nôtre en quelques sanglantes occasions.

Le journal qui a retourné très récemment sa veste contre les Gilets jaunes (avec une avalanche d’articles négatifs) revient sur l’historique des relations de la France avec Israël à travers les infiltrations du Mossad dans notre renseignement, et dans notre renseignement militaire mais ça, Le Figaro ne le dit pas : il se borne à évoquer les relations houleuses de De Gaulle avec ces infiltrés après la guerre d’Algérie.

Personne n’ignore que c’est Sarkozy qui a remis le Mossad en selle par le truchement de Squarcini, qui est allé « voir » le patron israélien Meïr Dagan. Cette collaboration a imbriqué les deux services mais a nui à l’image d’indépendance de la France qui a perdu tout crédit au Proche-Orient. Sarkozy a aussi réintégré la France dans l’OTAN sans nous demander notre avis : c’est le privilège des présidents qui font un peu ce qu’ils veulent, dans le dos de leur peuple.

Continuer la lecture sur Égalité et Réconciliation →

La guerre secrète en France (Daniele Ganser)

[Note de l’administrateur de ce blog : au moment où des attaques terroristes font des morts et des blessés à Strasbourg, attaques qu’on pourrait cyniquement qualifier de providentielles pour un régime en proie à une révolte populaire profonde, il est utile de se pencher sur les travaux de l’historien suisse Daniele Ganser, auteur d’un ouvrage qui fait référence sur les armées secrètes de l’OTAN.

Ces armées illégales furent responsables de nombreuses actions terroristes notamment lors des “années de plomb” en Italie où une de ses branches, le réseau Gladio, commit des actions violentes sous faux drapeau (attentat de la gare de Bologne…) destinées à jeter le discrédit sur “l’extrême-gauche”, dans un pays où un parti communiste très populaire représentait une menace pour le pouvoir en place.

Cet article déjà très long (34 pages si on l’imprime !) est le septième d’une série dont les premiers sont rappelés ci-dessous. Datant de 2011, il reste cependant parfaitement d’actualité.

Il sera également utile en complément de lire l’article qui tombe fort à propos de Thierry Meyssan : Envers qui Emmanuel Macron est-il débiteur ?, publié le 11 décembre 2018 sur le même Réseau Voltaire.]


S’il est un secret bien gardé en France, c’est celui de la sanglante guerre que les services secrets anglo-saxons ont conduit durant soixante ans à Paris pour maîtriser la vie politique nationale. En révélant les péripéties de cet affrontement historique, l’historien suisse Danièle Ganser souligne le rôle du gaullisme dans le projet national français : d’abord soutenu par la CIA pour revenir au pouvoir, Charles De Gaulle parvient à un consensus politique avec ses anciens camarades résistants communistes à propos de la décolonisation, puis chasse l’OTAN. Il s’ensuit un conflit interne dans les structures secrètes de l’État ; conflit qui se poursuit encore.

Cet article fait suite à :
1. « Quand le juge Felice Casson a dévoilé le Gladio… »
2. « Quand le Gladio fut découvert dans les États européens… »
3. « Gladio : Pourquoi l’OTAN, la CIA et le MI6 continuent de nier »
4. « Les égouts de Sa Majesté »
5. « La guerre secrète, activité centrale de la politique étrangère de Washington »
6. « La guerre secrète en Italie »

L’invasion et l’occupation de son territoire par l’armée allemande pendant la seconde guerre mondiale demeure le plus grand traumatisme de l’histoire moderne de la France. Le 14 juin 1940, Paris tombait entre les mains des nazis. Tandis que les sympathisants de l’extrême droite au sein de l’armée et des élites politiques, partisans du maréchal Philippe Pétain, pactisaient avec l’occupant et installaient un gouvernement de collaboration à Vichy, le général Charles de Gaulle se réfugia à Londres et déclara aux Français qu’il représentait l’unique gouvernement légitime de la France. De Gaulle insista pour que continue la guerre contre l’occupant. Afin de collecter des renseignements, d’assurer la liaison avec les mouvements de résistance locaux et d’organiser des opérations de sabotage en territoire ennemi, il fonda à Londres le Bureau Central de Renseignement et d’Action. Les agents du BCRA étaient parachutés au-dessus de la France pour effectuer leurs missions clandestines au prix de nombreuses vies. Dans ses missions, son entraînement et son équipement, le BCRA, qui fut dissous avant la fin de la guerre, préfigurait l’armée secrète française à laquelle il donna de nombreux combattants. Après le débarquement allié de Normandie le 6 juin 1944 et la libération de la France par les Américains, le général de Gaulle fit une entrée triomphale dans Paris et prit la tête de l’État. Le maréchal Pétain qui avait collaboré avec Hitler fut condamné à mort avant d’être gracié et emprisonné à vie.

Continuer la lecture sur le réseau Voltaire →

Haine et inversion accusatoire… (Égalite & Réconciliation)

[Note de l’administrateur de ce blog : ce qui va sans dire pour tout lecteur d’Alain Soral (dont je suis) va beaucoup mieux en le disant à l’attention de tous ceux qui n’ont toujours pas ouvert un de ses livres… et qui se montrent ici d’une ignorance (ou incompétence) criminelle. Vous ne voudriez quand même pas qu’un enseignant fasse l’éloge de l’ignorance, non mais !]


Dans l’article Un an de prison et 15 000 € requis contre Alain Soral publié le 19 novembre 2018 sur le site leparisien.fr, Carole Sterlé écrit, au sujet d’Alain Soral et du procès à lui fait en mars 2018 pour les dessins des Cancrelats et de l’Échiquier :

En mars à Paris, il l’avait déjà été pour des dessins antisémites. Dans la foulée des réquisitions, sur son site « Égalité et Réconciliation », Soral évoque le procès. On peut notamment lire « entre le peuple juif et le reste de l’humanité, le combat ne peut être que « génocidaire et total ».

La formule « entre le peuple juif et le reste de l’humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total » n’est pas d’Alain Soral.

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation →

Opération Zahra France (Le Média pour Tous)

[Note de l’administrateur de ce blog : lutte contre le terrorisme ou lutte par le terrorisme ? Les autorités françaises, et les media de grand chemin à leur botte, ont présenté la perquisition ayant eu lieu au Centre Zahra le 2 octobre, puis la fermeture de ce centre ordonnée le 15 octobre par le préfet du Nord Michel Lalande, comme une “opération antiterroriste”.

Pourtant, n’importe qui peut vérifier que le terrorisme “islamiste” qui a donné naissance à Daech trouve sa source dans le wahhabisme, une secte musulmane sunnite ayant son origine et ses soutiens en Arabie Saoudite et au Qatar, et utilisée depuis bien longtemps comme outil de déstabilisation politique par le monde anglo-américain (voir à ce sujet l’excellent petit livre de Jean-Michel Vernochet, Les Égarés, dont Michel Drac propose ici une fiche de lecture vidéo).

Par ailleurs, n’importe qui peut également vérifier que le chiisme, dont se réclame le centre Zahra, a son centre en Iran (et le financement du centre Zahra par l’Iran n’est un mystère pour personne), un pays constamment diabolisé par la propagande sioniste (voir ici sur le même sujet, la traduction de trois articles parus dans la presse étrangère) alors que l’analyse comparative de textes de responsables sionistes et de chefs religieux iraniens permet de rapidement savoir qui est un fanatique violent et qui ne l’est pas. Et n’importe qui peut également vérifier l’implication de l’Iran, aux côtés de la Russie, dans l’écrasement de Daech en Syrie donc du terrorisme “islamiste” dans ce qu’il a de plus barbare. Implication parfaitement logique puisque “l’État islamique” affirme très clairement son hostilité au chiisme.

Continuer la lecture

1 2 3 16