Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’est pas la France !
(Penser la France)

René Bousquet (à droite, en col de fourrure)
pendant la rafle de Marseille le 23 janvier 1943

[Note de l’administrateur de ce blog : même pour la ménagère de moins de 50 de QI, aussi férue d’histoire que Nabilla de théorie quantique des champs, il y a quelque chose de louche à entretenir l’humiliation et la repentance éternelle sur des sujets dont, par ailleurs, il est interdit de discuter de façon rationnelle. Bizarrement, la plupart des candidats à l’élection présidentielle, au lieu de dénoncer la manipulation, s’y complaisent avec délice, pensant peut-être que le meilleur profil requis pour redresser un pays bien mal en point est celui du soumis et du pleutre, éventuellement complété de celui du délateur, de préférence hystérique.

Ayant moi-même subi récemment les attaques, via son président, de “l’organisation dévoyée et spirituellement corrompue” dont parle le communiqué, je ne pouvais que me faire l’écho de ce texte auquel j’adhère totalement. Il devient urgent de mettre hors d’état de nuire ceux dont l’activité première semble être de semer la zizanie pour préserver leur pouvoir illégitime tout en prétendant, en bons pervers, agir pour le bien commun et “lutter contre la haine”.]


(source : penserlafrance.fr)

– communiqué national des Clubs « Penser la France » –

Le 11 avril 2017

Le 16 juillet 1942 débuta à Paris la rafle du Vél’ d’Hiv, avec l’arrestation de 13 000 juifs, la plupart déportés vers Auschwitz-Birkenau.

Cette arrestation ignominieuse a mobilisé 7 000 policiers et gendarmes sous les ordres du délégué de la Zone Nord du gouvernement de Vichy : René Bousquet.

*

Le gouvernement de Vichy était et reste un gouvernement illégal dont l’acte fondateur – l’acte dit loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 – a été déclaré nul et de non effet aux termes des articles 2 et 3 de l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental.

*

Durant cette période terrible, une autre voie a été proposée aux Français, celle du Combat.

Ainsi, la France et la République ont été incarnées par une poignée d’Hommes, ceux réunis à Londres autour du général de Gaulle, ceux unis dans la Résistance, Communistes, Gaullistes, républicains fidèles à Valmy, syndicalistes respectueux de leurs revendications, socialistes dignes de l’héritage patriotique et internationaliste de Jaurès, chrétiens, laïques…

La France était dans l’ombre, dans la souffrance, dans le combat.

Mais grâce à ces Hommes, la France resta debout.

Continuer la lecture

S’ils veulent brûler un livre, lisez-le !
(Gilad Atzmon)

Richard Falk - Palestine's Horizon[Note de l’administrateur de ce blog : ayant moi-même été récemment victime d’un missile d’une missive délirante et diffamatoire envoyée depuis la Présidence de la République du CRIF, je ne pouvais faire autrement que relayer cet article de Gilad Atzmon, ex-juif 1 et ex-sioniste toujours aussi juste dans ses analyses et dont je partage totalement le point de vue, y compris, hélas, le pessimisme final. Égalité & Réconciliation ayant fait le travail avant moi, je vous propose de lire directement leur traduction en français ou, bien sûr, de se reporter à l’original pour les anglophones et les perfectionnistes.

Et ceux qui ne connaissent pas encore ce remarquable penseur de la “question juive” pourront par exemple débuter par cet article (en anglais) où il clarifie la différence entre les juifs, le judaïsme et la judéité.]


par Gilad Atzmon, le 21 mars 2017

L’histoire juive est un enchaînement de catastrophes : inquisitions, holocaustes et pogroms. À maintes reprises, tout au long de leur histoire, les juifs se retrouvent victimes de discrimination, de persécution et d’expulsion et, pour la plupart des juifs, ce continuum tragique est en grande partie un mystère. Pourtant, on pourrait s’attendre à ce que les juifs, qui sont, pour sûr, des gens intelligents, iraient fouiller dans leur passé pour le comprendre et pour prendre toutes les mesures nécessaires au changement d’un tel destin.

Je suis né en Israël, j’y ai grandi et il m’a fallu plusieurs années avant de me rendre compte qu’Israël était la Palestine. Quand j’étais jeune Israélien, l’Holocauste et les souffrances juives m’étaient en quelque sorte étrangers ainsi qu’à mes camarades. C’était l’histoire d’un peuple différent, à savoir celle des juifs de la diaspora, et nous, jeunes Israéliens, nous n’aimions pas beaucoup leur passé juif. Nous ne voulions pas nous associer à ces gens, tellement détestés par tant de personnes, si souvent et dans tant de lieux différents.

Effaçant deux mille ans d’un « exil » imaginaire, nous nous voyions comme les fils et les filles de nos « ancêtres » bibliques. Nous étions de fiers jeunes gens et nous étions dégoûtés de ces histoires de victimisation. Par conséquent, la souffrance juive, à bien des égards, était une énigme pour moi. Mais hier, à la London School of Economics (LSE), j’ai assisté au spectacle d’un juif qui se comportait tellement incroyablement mal, que beaucoup de ce qui jusqu’ici ne me paraissait pas clair, est tout à coup devenu bien trop clair.

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation ⟶

Les étranges inventions de M. Kalifat

Francis Kalifat, président du CRIFJe l’ai déjà signalé ici, le 6 février dernier, M. Francis Kalifat, président du CRIF, prit sa plus belle plume pour écrire au président de mon université une lettre très imaginative dont on peut retenir en particulier ceci (je cite) :

“Vous constaterez, sans peine, que M. François Roby est littéralement un “savant fou”…”

ou encore cela :

“Nous pensons vous avoir démontré avec toute l’objectivité nécessaire que M. François Roby est un militant d’extrême droite1 halluciné dont le cas ressort de la loi Gayssot, sinon de la psychiatrie.”

Après Patrick liste noire Cohen et ses cerveaux malades, il semble donc que M. Kalifat ait rejoint le camp des intermittents de la psychiatrie. Sa démonstration se fonde principalement sur une série de dix observations cliniques que je reporte ci-dessous, et que nous allons discuter par la suite. Chacune de ses observations – sauf une – est appuyée par la citation en note de bas de page d’un article de mon blog, que je reproduis également ci-dessous. Citons M. Kalifat :

Continuer la lecture

La délégation de Neturei Karta à Paris, le 15 janvier 2017 (Globalepresse)

[Note de l’administrateur de ce blog : cette vidéo est dédiée à M. Francis Kalifat, président du CRIF, qui dans une lettre du 6 février 2017 au président de mon université me qualifie de “militant d’extrême droite halluciné dont le cas ressort de la loi Gayssot, sinon de la psychiatrie”. Je reviendrai ultérieurement sur son contenu, évidemment mensonger et diffamatoire, mais néanmoins intéressant surtout lorsqu’il me fait dire des choses que je n’ai jamais écrites, révélant ainsi une partie de l’inconscient de M. Kalifat. Ou lorsqu’il exprime un refus de s’incliner devant les lois de la physique, qui s’appliquent pourtant à tout et à tous sans préférence idéologique.

Et puisque M. Kalifat prétend que mes propos sont des “délires racistes”, je lui conseille de lire attentivement l’article que j’ai consacré à la fausse lutte contre le racisme, souvent menée par des individus totalement prisonniers d’une logique raciste, de manière consciente ou non. Article que je fais momentanément remonter en première page du blog car il complète utilement la vidéo ci-dessous. Pour de véritables délires racistes haineux relevant de la psychiatrie, on pourra consulter l’une des deux lettres citées ici.]

L’imposition d’États artificiels au Moyen-Orient : le cas de l’Arabie saoudite et d’Israël (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : l’auteur de ce long article traduit par le saker francophone, l’universitaire américain Alexander Azadgan, fait un parallèle entre les célèbres Protocoles des Sages de Sion et un livre paru en 1888 en turc : Les mémoires de M. Hempher, un espion britannique au Moyen-Orient. Il finit par se demander si les deux ouvrages sont entièrement fabriqués ou sont basés sur de véritables éléments historiques permettant de comprendre les événements géopolitiques du vingtième siècle, jusqu’aux conflits actuels au Moyen-Orient.

Hormis pour les historiens, c’est en réalité un faux problème : un véritable document historique rédigé il y a plus de cent ans aurait peu de chances d’expliquer la géopolitique actuelle, à moins de penser que ses auteurs aient eu le don surnaturel de prédire l’avenir avec précision sur le long terme. Inversement, des ouvrages dont on est certain que ce sont des “faux”, pour la bonne raison qu’il s’agit de pures fictions, nous éclairent de façon tout à fait remarquable sur le monde contemporain, comme par exemple le roman 1984 de George Orwell, publié en 1949.

L’auteur parle également des événements du 11-Septembre pour suggérer une collusion entre l’Arabie Saoudite et le Mossad – ainsi que d’autres agences américaines – via 15 des “pirates de l’air”, identifiés comme saoudiens. Il est clair qu’il est ici en-deça de la réalité, puisque ces “pirates de l’air” n’ont pu, physiquement, réaliser les actes qu’on leur prête. De la supériorité occasionnelle mais déterminante des sciences inhumaines et asociales sur les sciences humaines et sociales…]


Les idéologies décrépites du wahhabisme saoudien et du sionisme israélien sont d’une importance immense, sinon centrale, pour analyser le fiasco actuel du Moyen-Orient et le climat international général maléfique. Comme prévu, ces deux idéologies corrosives sont largement ignorées dans les grands médias occidentaux, puisque ces deux nations artificiellement créées sont considérées comme des alliées de Washington.

Il s’agit d’une histoire passionnante, quoique assez sinistre, qui s’étend de la Première Guerre mondiale, la création des États d’Israël, de Jordanie, d’Irak, de Libye, de Syrie, d’Arabie saoudite (et de tous les émirats du Golfe) sans parler de Lawrence d’Arabie, jusqu’à la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, à la guerre par procuration imposée en Syrie (qui a également commencé en 2011) et la montée des sauvages d’ISIS, entre autres régressions géopolitiques. C’est une histoire de manipulation à long terme, d’endoctrinement insidieux, et de travaux mythiques de littérature diaboliquement secrets.

Ces deux idéologies – le wahhabisme dans l’islam et le sionisme dans le judaïsme – peuvent se présenter comme des entités non apparentées en surface. Mais elles ne le sont pas, comme je vais l’explorer dans cet article. Ces deux doctrines malveillantes pourraient être considérées comme étant en grande partie responsables de l’essentiel des malheurs au Moyen-Orient aujourd’hui, situation qui ne concerne pas seulement le Moyen-Orient, mais comme nous l’avons vu depuis le 11 septembre 2001 et à un rythme accéléré depuis 2011, qui affecte les États-Unis, l’Europe, l’Eurasie, et très probablement le monde entier !

Ces deux philosophies religieuses / politiques sont responsables de décennies de violences, de guerres, de souffrances et de manipulations. On peut démontrer qu’elles sont les deux faces d’une même pièce. Elles peuvent toutes deux remonter à la même époque approximative – il y a environ cent ans, pendant les événements de la Première Guerre mondiale.

Quel est l’héritage du sionisme et du wahhabisme dans le monde ? Et quelle est la vérité sur leurs origines ? Pour commencer, voici une histoire abrégée des origines d’abord du sionisme, puis du wahhabisme pour ceux d’entre vous qui n’en seraient pas familiers.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

 

La consécration !

Que mes lecteurs me pardonnent ici cet accès d’auto-satisfaction, voire d’immodestie caractérisée, mais ce n’est pas tous les jours qu’on est associé à des personnes pour lesquelles on éprouve une grande admiration. Or c’est ce qui vient de m’arriver, certes indirectement, n’ayant pas réalisé le centième de l’œuvre accomplie par mes modèles et ne méritant donc pas de leur être comparé directement.

Mais tout de même : ne boudons pas notre joie. Dans le cadre d’une procédure interne à mon université, j’apprends par les documents que me transmet la présidence que mon blog a été “signalé” par la DILCRA (ou DILCRAH peut-être ?) pour “propos à connotation antisémite et négationniste”. Autant vous le dire tout de suite : être épinglé par la police politique du lobby sioniste, la Propagandastaffel de l’occupant illégitime de la Palestine, quand on est antisioniste comme moi, vaut une médaille !

Continuer la lecture

Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine
(Carroll Quigley – Pierre Hillard)

[Note de l’administrateur de ce blog : au moment où d’importants bouleversements sont en cours au sommet de la première puissance mondiale (sur le plan militaire au moins), il est intéressant d’écouter Pierre Hillard présenter le livre de l’historien américain Carroll Quigley, Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, paru aux États-Unis dans sa version originale en 1981. Un livre, posthume à la demande de l’auteur, qui éclaire particulièrement les liens profonds et anciens de cette oligarchie avec le monde juif, donc avec le sionisme et aujourd’hui l’État d’Israël, ainsi que l’importance chez elle de l’idéologie mondialiste, qui vient semble-t-il de prendre du plomb dans l’aile avec l’élection de Donald Trump.

Cette vidéo a été enregistrée en juin 2015 ; elle ne manquera pas de faire réagir les habituels mougeons qui la trouveront sans doute complotiste®, antisémite®, réactionnaire® et nauséabonde®. Manque de bol, Pierre Hillard ne parle ici, via Carroll Quigley mais aussi via des historiens juifs faisant autorité en leur domaine comme Gershom Scholem ou Cecil Roth, que des connaissances les mieux établies en la matière.]

L’Heure la plus sombre n°54 – Émission du 14 novembre 2016 (E&R)

christophe-oberlin-lhlps[Note de l’administrateur de ce blog : au sommaire de cette émission de web-radio, une remarquable illustration du pouvoir de nuisance du lobby-qu’il-ne-faut-pas-nommer-sous-peine-d’excommunication, jusque dans les plus hautes sphères universitaires et médicales. Mais aussi un remarquable exemple d’humanité et de courage avec Christophe Oberlin.]

Invité : Christophe Oberlin

Pour ce 54ème numéro de L’Heure la plus sombre, Vincent et Xavier recevaient le professeur Christophe Oberlin pour évoquer la question palestinienne.

Au sommaire :

Introduction
1’56 : Le parcours de M. Oberlin
4’15 : L’anti-Kouchner ?
7’50 : Départ en Palestine
8’50 : La Palestine, un engagement de « gauche » ?
11’37 : Décrépitude de la classe politique française
14’18 : Gaza et « Plomb durci »
18’00 : La situation en Cisjordanie
20’15 : L’échange de prisonniers
22’10 : La situation sanitaire à Gaza
24’20 : Les crimes de l’armée israélienne
26’10 : La couverture médiatique du conflit
28’30 : Sur la liste Euro-Palestine
33’20 : La question qu’il ne fallait pas poser
41’22 : L’Alya face à la bombe démographique
44’05 : Le lobby sioniste et le Conseil de l’ordre
56’38 : Kasper Valmé, « Marimbalove », Album Espoirs, Kontre Kulture Musique

 

Écouter l’émission en format mp3 :

(N.B. : possibilité de l’enregistrer en effectuant un clic droit sur le lecteur puis Enregistrer le fichier audio sous…)

 
 

Collusion wahabbo-sioniste en vue ! (Bruno Guigue)

wahabbo-sioniste[Note de l’administrateur de ce blog : CQFD. On ne s’étonnera donc pas des aspects typiquement hollywoodiens de certaines vidéos de l’État dit “Islamique”.]

(Source : page fesse-bouc de Bruno Guigue, 2 novembre 2016)

Mine de rien, une députée israélienne vient de découvrir le pot aux roses. Avec ingénuité, cette élue du parti de gauche “Meretz” a révélé que 122 militaires israéliens et américains étaient en activité sur une base aérienne saoudienne. Cette situation l’horrifie, dit-elle, car ces militaires sont inutilement exposés au “terrorisme saoudien” ! On ne sait s’il faut attribuer cette indignation à la candeur des sionistes de gauche ou à leur duplicité coutumière. Mais l’affaire a le mérite de lever le voile sur la collaboration militaire israélo-saoudienne au moment où l’Arabie saoudite est engagée dans une partie de bras de fer avec l’Iran.

Selon des sources citées par cette parlementaire, l’opération viserait à déployer un système antiaérien extrêmement performant sur le sol saoudien tout en consolidant le système antimissile israélien “Dôme de fer”. Un accord en ce sens aurait même été paraphé au cours de la visite de Barack Obama à Riyad en avril 2016. Ainsi, la Maison blanche ferait coup double. Les Saoudiens nourrissant à l’égard des missiles iraniens la même hantise que les Israéliens à l’égard de ceux du Hezbollah, l’Oncle Sam réunit ses deux alliés régionaux en les gratifiant des derniers joujoux du complexe militaro-industriel.

D’étranges conciliabules laissaient supposer que Riyad et Tel Aviv nouaient clandestinement un partenariat militaire malgré l’absence de relations officielles entre les deux pays. On se doutait bien que la non-reconnaissance d’Israël par la pétromonarchie préférée des Occidentaux n’était plus qu’un héritage suranné, lié à la grande époque de la “solidarité arabe” et voué par l’esprit du temps à finir aux oubliettes. De nombreux indices nourrissaient le soupçon d’une telle connivence, avivé par des convergences d’intérêt qui n’échappent à personne. Désormais, c’est fait. Un pas été franchi. La coopération entre Israël et les Saoud s’étale au grand jour avec la bénédiction américaine. Il faut d’ailleurs reconnaître que certains Saoudiens avaient anticipé ce rapprochement. Il suffit de rappeler les déclarations prémonitoires du prince Walid Ben Talal en octobre 2015.

Continuer la lecture

1 2 3 6