La clé de la science, selon Richard Feynman

Richard Feynman (prix Nobel de physique 1965 pour ses travaux sur l’électrodynamique quantique, avec Sin-Itiro Tomonaga et Julian Schwinger) est un des plus grands physiciens et pédagogues de la physique du vingtième siècle. Issu d’un milieu modeste, il était connu pour sa propension à être “disrespectful to the respectable”, irrévérencieux avec les gens importants, dont il moquait les médailles, les attributs de pouvoir et les discours pompeux. En une minute, il nous explique ici (en 1964) le fondement de la science.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’une connaissance rationnelle ?

sky-239493_1280

sculpture nécessitant de
solides connaissances rationnelles

Vaste programme, comme aurait dit de Gaulle à propos d’un autre sujet… finalement pas très éloigné. Impossible dans un article de blog de traiter cette question en profondeur et d’avoir une quelconque prétention épistémologique ; néanmoins, les discours médiatiques ambiants abondent tellement en contre-exemples, nous soumettent à tant de feux d’artifices irrationnels, qu’il paraît utile de retracer les contours du cadre et de montrer surtout ce que la connaissance rationnelle n’est pas.

Initialement, l’article aurait dû s’intituler “Qu’est-ce qu’une connaissance scientifique ?” ; cependant, la perception actuelle de ce qu’est la science, son association presque systématique à la technique, à l’industrie et aux “gros moyens” de la science institutionnelle m’ont convaincu que l’adjectif “scientifique” était trop réducteur voire trompeur.

Continuer la lecture

L’inversion de paradigme

RichardFeynman-PaineMansionWoods1984 copyrightTamikoThiel bw

Un paradigme, au sens de l’épistémologie, est un ensemble cohérent de représentations du monde dont il est en général difficile de sortir, justement à cause de sa cohérence : tant qu’il est productif, c’est une mine qu’on exploite, mais à la longue, il finit par devenir une ornière intellectuelle. Si l’on veut être encore plus chic, on peut aussi employer le terme allemand de Weltanschauung (littéralement représentation du monde).

Le mot de paradigme a été popularisé par le philosophe des sciences Thomas Kuhn, qui a montré dans son oeuvre majeure, La structure des révolutions scientifiques, que les sciences progressaient non de façon continue, mais par des ruptures correspondant à autant de “changements de paradigme”. Illustrons cette idée par un petit exemple marquant tiré de l’optique, expliqué par le génial Richard Feynman dans son célèbre cours de physique.

Continuer la lecture