La diversité à l’Université, chiche ? (communiqué syndical)

[Note de l’administrateur de ce blog : une fois n’est pas coutume, moi qui ne suis même pas syndiqué, je reproduis ici un communiqué syndical de Sup’Autonome – FO (de son nom complet Fédération Nationale des Syndicats Autonomes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche SUPAUTONOME-FO) avec lequel je me sens particulièrement en phase.

J’y rajouterai juste une suggestion de lecture pour comprendre les raisons (ou au moins une partie d’entre elles) de ce que dénonce ce communiqué : cet article de l’Express du 19 avril 2001. Qui ne parle pas de l’Université mais de l’importance de réseaux d’influence pour promouvoir certains selon des critères qui n’ont rien de méritocratique.]


LA DIVERSITÉ À L’UNIVERSITÉ, CHICHE ?

 

“L’indépendance des enseignants doit tenir en échec non seulement le pouvoir politique et administratif, mais tout pouvoir “temporel” quels qu’en soient la nature, l’origine ou le masque”
Georges Vedel

Les récentes mésaventures d’un collègue qui s’est vu écarter pour des raisons pour le moins douteuses du processus de sélection au poste de maître de conférences de l’IEP de Lyon et la décision en sa faveur du tribunal administratif doivent interpeler toute la communauté universitaire.

Ce qui est arrivé à notre collègue n’est pas un cas isolé. Car à la vérité il a payé cash son indépendance d’esprit et le fait que ses analyses sur un conflit sensible ne relèvent pas de la doxa dominante. Chercheur indépendant loin des réseaux qui font une carrière, il ne s’est pas contenté de faire un recours mais il dénonce à juste titre ces nouvelles commissions de recrutement dont l’objectif n’est plus de “recruter un spécialiste de la discipline mais d’écarter une personne précise”.1

Bien sûr ces pratiques existaient avant 2007 mais les nouvelles dispositions de la LRU ont permis leur généralisation transformant l’Université qui devrait être le temple de la méritocratie en une organisation où clientélisme et népotisme règnent sans partage. Les présidents d’université, pour nombre d’entre eux, aiment à se présenter en gestionnaires soucieux de la seule efficacité de leur université. Bien évidement cette vision qu’ils donnent d’eux-mêmes ne résiste pas à un examen sérieux des faits. Ils sont très souvent des politiques ayant avec ce milieu des attaches plus fortes qu’ils ne le prétendent et, eux mêmes, partagent souvent la nouvelle doxa intellectuelle qui caractérise le politiquement correct actuel.

Continuer la lecture

L’art perdu de la généralisation (Antipresse)

Slobodan Despot au salon du livre à Genève en 2006

Slobodan Despot, salon du livre,
Genève, 2006

[Note de l’administrateur de ce blog : je reproduis ici une article d’Antipresse, une lettre d’information dominicale que je vous engage à lire et à soutenir, déjà en vous y abonnant. Ce qui suit est l’œuvre de Slobodan Despot, un de ces “faux Français” plus français que les vrais et par conséquent encore plus révolté par les agissements de ceux qui se croient l’élite de ce pays. Pulvérisons donc avec lui le politiquement correct, cette politesse des lâches et des imbéciles (et des hypocrites).]


Voici quelques jours, j’ai laissé filer sur les réseaux sociaux une maxime atrocement raciste à propos des Français. La voici :

Les Français savent tout. Sauf qu’ils ne savent rien.

J’en ai récolté une belle volée de bois vert. Comment avais-je pu omettre d’imprimer le « fumer tue » sur le paquet ? Évidemment que tous les Français ne sont pas de pompeux ignares, de même que tous les Anglais ne sont pas perfides. Mais c’est un péché mignon : je raffole des bonnes généralisations nationales à l’emporte-pièce. Elles étaient courantes du temps de la société cultivée où l’on pouvait parler par épigrammes parce qu’on s’entendait encore tacitement sur les prémisses et les réserves de la conversation. Elles étaient injustes et abusives, mais souvent pénétrées de clairvoyance. Sur le peuple d’où je viens, on prête à Bismarck le jugement définitif : « Si vous voyez un Serbe qui porte sa chemise par-dessus la culotte, vous pouvez vous y fier : c’est le meilleur homme qui soit. S’il l’a rentrée dans le pantalon, passez votre chemin… » Évidemment que tout Serbe urbanisé n’est pas une planche pourrie et que le paysan à touloupe connaît aussi l’entourloupe. Mais cette géniale métaphore résume toute la tragédie de l’urbanisation accélérée d’une société patriarcale et agraire, dont les conséquences proprement tératologiques, en matière de morale, de comportement et de civisme, sont aujourd’hui bien plus manifestes que du vivant du grand chancelier.

Continuer la lecture