“Vous voulez moins d’antisémitisme ? Arrêtez de donner la parole à BHL !” (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : mise en ligne le 24 décembre 2018 (donc juste après “l’acte VI” des Gilets jaunes), reprise aujourd’hui par Égalité & Réconciliation, cette vidéo de la chaîne YouTube “En Mode REPLAY” illustre à merveille la montée de l’intelligence populaire face aux mensonges de plus en plus voyants de la caste politico-médiatique qui, comme l’observe très bien Jérôme au téléphone, “pour sauver sa peau, préfèrera toujours une guerre civile à une révolte populaire”.

Malgré les tentatives incessantes d’Apolline de Malherbe pour discréditer ce mouvement et jouer le rôle malsain pour lequel elle est payée, Jérôme restera droit dans ses idées, rappellera que ceux qui hurlent à l’antisémitisme comme BHL sont ceux qui en profitent1 et non ceux qui en souffrent, et fera passer son message de fraternité, que la “journaliste” tentera lamentablement d’inverser avant de lui couper la parole.]


Le régime électocratique a vécu (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : il arrive aussi au saker francophone de publier de la daube élaborée, comme la récente et interminable saga sur le 11 Septembre (ici en un fichier PDF), œuvre d’un retraité en manque d’occupation (voir ici les commentaires de “Michel Straugof”, son auteur), que je n’ai pas eu le courage de lire in extenso. Elle comporte quand même des indices intéressants sur les acteurs, mais pour les moyens employés, n’espérez rien qui résiste aux lois de la physique.

Avec ce court article par contre, anonyme (à part qu’il est jaune fluo), on est à l’opposé : c’est du clair, net et précis, alors ne nous en privons pas. Remarque : j’ai laissé le “animique” du texte original à la fin de mon extrait, mais je penche pour “anémique” et pour une coquille.

La part droite du montage photographique illustre la disparition médiatique officielle de Nikolaï Iejov, chef du NKVD, entre 1937 (photo du haut) et 1939 (photo du bas), précédant son exécution sur ordre de Staline et Beria en 1940.]


Par un gilet jaune tiré au sort − Le 17 décembre 2018

Il n’est pas toujours aisé d’identifier la seconde exacte où un régime politique finit et laisse la place à quelque chose de nouveau. La chute d’une lame sur la nuque de Louis XVI le 21 janvier 1793 a-t-elle marqué le passage de l’ancien régime aristocratique au nouveau régime aristocratique, ci-devant régime électocratique ? Difficile à dire. Par contre, nous sommes quelque part des privilégiés car le 15 décembre 2018 nous avons pu être témoins, à dix-neuf heures, quatre minutes et sept secondes, du moment précis ou l’électocratie a basculé en électocrature.

« Retour au calme à Paris »

RT France, le média accusé par Macron de diffuser des fausses nouvelles et, de ce fait, interdit d’accès à l’Élysée, nous raconte la mésaventure, somme toute cocasse, des auteurs intellectuels du journal télévisé 19/20 émis par la chaîne publique France 3 au soir de l’acte V de la révolte des gilets jaunes. Parmi les images qui défilaient comme toile de fond derrière la présentatrice, on a pu voir un cliché pris devant l’Opéra par Geoffroy Van der Hasselt, photographe de l’AFP. Or il y a avait une pancarte vraiment étrange, avec MACRON écrit en grandes lettres sur la moitié supérieure et la moitié inférieure en blanc.

« Une personne opérationnelle est intervenue »

Il se trouve qu’une personne, à ce qu’il parait une personne opérationnelle, avait pris soin d’effacer le mot DÉGAGE écrit sur la moitié inférieure de ladite pancarte. On conviendra sans effort que ladite personne, toute opérationnelle qu’elle est, n’est pas très maligne, mais elle a sans doute d’autres mérites, comme par exemple celui non négligeable d’être encartée dès la première heure à La République En Marche. En somme, une petite main du système LREM, une petite frappe, mais qui faisait bien partie de la rédaction de France 3 et qui nous permet de jeter un coup d’œil sur l’état animique des troupes macroniennes.

Continuer la lecture sur le saker francophone →

Le message de Noël de Gilad Atzmon (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : ça ne rime que visuellement, mais je n’hésite pas à dire que dans l’Atzmon tout est bon. Merci à lui et joyeux Noël à tous, en célébrant ou pas la naissance de ce sacré révolutionnaire juif qui n’a pas fini de faire parler de lui !

On pourra aussi l’écouter plus longuement ici (à la fin d’un l’article qui traite précisément du même problème) en discussion avec un autre homme de paix.]


Voici le message de Noël de Gilad Atzmon à tous, à ses détracteurs comme à ses soutiens. Il fait suite à la campagne de haine et de censure dont il est victime en Grande-Bretagne.

Bonjour tout le monde,

Je fais cette vidéo parce que, comme le savez probablement, je fais l’objet d’une campagne de diffamation particulièrement abjecte.

Nous avons vu les mêmes personnages attaquer George Galloway, Ken Livingstone, Assange et Corbyn. Me concernant, il s’agit d’une tentative délibérée pour annihiler mon existence, à tel point que le lobby israélien, ainsi que certains éléments du Parti travailliste britannique livrés à la compromission, se sont ligués contre mon saxophone. Croyez-le ou non.

Tout cela signifie probablement que je suis sur la bonne voie. Lorsque vous êtes soumis au feu anti-aérien, cela veut simplement dire que vous vous trouvez au dessus de la cible.

J’ai réalisé cette vidéo aujourd’hui afin de clarifier ma position et de contrer les mensonges grossiers qui sont répandus sur moi et mon travail dans les médias juifs tels que Jewish Chronicle, Times of Israel, etc.

Tout d’abord, soyons clairs. Cela fait vingt ans que j’écris à propos de la politique de l’identité juive. Malgré les accusations diffamatoires qui m’ont été imputées, je n’ai jamais critiqué les juifs, ou qui que ce soit d’autre, en tant que race, personnes, ethnie ou au niveau de la biologie. Cela fait dix ans qu’on m’attribue, de manière quotidienne, l’étiquette d’antisémitisme. Cependant, pas une seule fois au cours de ma vie, je n’ai eu à répondre en justice par rapport à tout ce qui concerne mes écrits ou mes paroles.

Comment est-ce possible que je sois accusé de racisme sans même avoir été inculpé ou ne serait-ce qu’interrogé par la police sur les propos que j’ai tenus, quels qu’il soient ?

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation →

La France reprend des couleurs (Slobodan Despot)

[Note de l’administrateur de ce blog : une fois de plus, je fais une entorse aux règles du commerce en proposant gratuitement à mes lecteurs un article que je reçois moyennant paiement, via mon abonnement au Drone de l’Antipresse (mais c’est pour mieux les inciter à le soutenir financièrement, tout en se faisant plaisir tant sa lecture est revigorante).

Reçu ce matin, l’article a probablement été écrit entre les troisième et quatrième actes des Gilets jaunes, mais peu importe : ce qui se déroule sous nos yeux, avec l’apparence d’une éruption violente, est en réalité un changement profond et de long terme, l’effondrement d’une structure qui se croyait quasi-éternelle et qui ne repose en réalité que sur les maîtres du discours, débitant un récit de plus en plus faux et creux que la logique humaine finit par faire voler en éclats, catalysée par la souffrance et la colère des victimes de plus en plus nombreuses de cette imposture.

C’est aussi l’occasion de réfléchir sur la richesse que représente l’immigration pour la France : Slobodan Despot, qui est serbe de naissance et vit en Suisse en s’exprimant en français, est l’exemple vivant de l’importance de la francophonie et de la fécondité d’un apport culturel extérieur (mais que les Suisses nous ont chipé !). Pas sûr que l’exemple puisse se généraliser aux hordes de pseudo-réfugiés qui font la fortune des mafias de passeurs et la satisfaction des destructeurs de solidarités nationales.]


Les Gaulois, décidément, ne font rien comme les autres. Le printemps de la France, ils ont réussi à le coller en décembre. Je ne sais sur quoi il débouchera, je sais seulement que dans ce pays, l’on se sent moins seul. Voici donc en vrac quelques tableaux d’une révolution nationale qui n’ose pas encore afficher son nom.

« I was a free man in Paris,
I felt unfettered and alive
There was nobody calling me up for favors
And no one’s future to decide… » (Joni Mitchell)

En liberté dans Paris

Presque malgré moi, j’ai passé mon temps à humer l’air parisien en cette semaine de veillée d’armes. Mardi, j’avais manqué mon train du retour vers la Suisse. Plutôt que de prendre le suivant, j’ai étiré le séjour jusqu’au dernier moment possible, au vendredi. Il m’est arrivé trop souvent de manquer des événements historiques pour des futilités. Cette fois-ci, quelque chose me disait de rester là et d’écouter sans rien attendre.

Continuer la lecture

L’argent dette (Paul Grignon)

[Note de l’administrateur de ce blog : donnons aux Gilets jaunes les moyens de comprendre le sens profond de leur lutte. Qui n’est pas un conflit de type gauche-droite, ni évidemment un affrontement ethnique ou religieux – même si certains tentent de toutes leurs forces de dévier le conflit sur ce terrain – et n’est même pas une lutte des pauvres contre les riches – l’extrême richesse de certains et l’extrême pauvreté d’autres n’est qu’une conséquence du problème à résoudre – mais une lutte de ceux qui travaillent durement et parviennent tout juste à survivre, contre des parasites qui s’enrichissent sur leur dos.

Cet enrichissement illégitime – il y a des enrichissements légitimes, n’en déplaise aux gauchistes bas du front – a deux instruments essentiels : l’outil bancaire et l’outil médiatique, les instruments qui permettent de produire légalement de la fausse monnaie et de la fausse réalité. Il faut y ajouter – mais vu le pouvoir acquis par les deux premiers, on peut les considérer comme de simples extensions non autonomes – les partis politiques et les institutions d’enseignement et de recherche, ayant failli les uns comme les autres depuis longtemps à leurs missions respectives de défense du bien commun et de la diffusion de la connaissance1.

Toute l’énergie des pouvoirs en place va consister à détourner cette lutte de ses véritables enjeux, qui dépassent très largement la France et sont des enjeux de civilisation. Tout le génie du peuple français devra se mobiliser pour sortir de cette crise par le haut – c’est-à-dire par l’éducation, la culture et la diffusion d’idées à portée universelle, comme il a déjà su le faire – sans tomber dans les mêmes pièges que ceux de 1789, qui fut une révolution bourgeoise au service de l’enrichissement rapide de quelques-uns et non l’établissement de la démocratie (pour une discussion très approfondie sur la question, et en particulier sur les mécanismes inéluctables de la corruption des élus, voir ici).]


Radio France vante les productions israéliennes… et oublie la colonisation (Acrimed)

[Note de l’administrateur de ce blog : dès que l’on fait preuve d’objectivité vis-à-vis de “l’État d’Israël” et de ses prétendus miracles, on risque d’être qualifié d’antisémite nauséabond. Mais comme tout le monde y est habitué, maintenant… c’est comme quand une alarme sonne tout le temps pour rien : à la fin plus personne n’y prête attention.]


La pastille radiophonique « En direct du monde » de France Info propose, tous les jours à 5h16 et à 10h56, des sujets d’actualité concernant différents pays du monde, élaborés par les correspondants de la radio publique présents sur place. Le 22 novembre, elle portait sur les mérites des avocats (les fruits) israéliens. Problème : l’émission omet certains « détails », comme le fait qu’une partie substantielle des fruits sont produits dans les territoires palestiniens occupés, et finit par prendre des allures de publicité. Un tropisme récurrent à en croire un autre reportage que la radio publique a consacré aux technologies hydrauliques israéliennes, en septembre dernier.

En écoutant « En direct du monde » ce jeudi 22 novembre, on en apprendra beaucoup sur la production d’avocats : sur leurs variétés, leurs atouts et leurs qualités [1], mais aussi sur le fait que la France « est un marché fondamental pour Israël », et, enfin, que « la production se fait essentiellement dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, ou dans la plaine côtière en Israël ».

Dans ce qui s’apparente à une présentation promotionnelle détaillée, le journaliste omet de préciser un… détail : le fait qu’une part significative de cette production se fait dans les territoires palestiniens occupés, en exploitant des terres colonisées au profit de l’État d’Israël [2]. Des règlements européens disposent par ailleurs que cette production ne peut se revendiquer d’une origine israélienne. Cela a conduit Jean-Guy Greilsamer, membre de la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanction (BDS) et de l’Union juive française pour la paix (UJFP) à envoyer une lettre ouverte à la médiatrice de Radio France [3].

Continuer la lecture sur ACRIMED →

1 2 3 4 31