Le Bal des Quenelles 2018 – En bref ! (Vincent Lapierre)

[Note de l’administrateur de ce blog : 3 minutes suffisent amplement pour réduire en bouillie la propagande mensongère et diffamatoire sur Dieudonné et son public, répandue par un pouvoir illégitime et des “journalistes” qui ont depuis longtemps jeté leur déontologie aux oubliettes. En tout cas c’est suffisant pour Vincent Lapierre et son équipe.]


Syrie (7 avril 2018) – Gaza (14 et 15 mai 2018) :
le scandaleux “2 poids 2 mesures” de la diplomatie française et européenne (UPR)

Syrie - Gaza - 2 poids 2 mesures (UPR)[Note de l’administrateur de ce blog : si la France avait encore une classe politique digne de ce nom, voilà à quoi ressemblerait l’analyse des conflits au Moyen-Orient. Ce n’est hélas plus le cas depuis longtemps.]


À un mois d’intervalle, deux crises au Moyen-Orient, l’une en Syrie et l’autre à Gaza, viennent d’illustrer le scandaleux « 2 poids 2 mesures » de la diplomatie française. Une différence de traitement tellement indécente qu’elle explique la dégradation de l’image de la France dans tout le Moyen-Orient. Notre pays apparaît désormais comme tellement de parti pris que cela ne peut avoir pour conséquence que d’accroître le risque d’actes terroristes désespérés sur le sol national.

SYRIE, 7 avril 2018

Dans la nuit du 7 au 8 avril 2018, une attaque chimique présumée aurait été perpétrée dans la ville syrienne de Douma (Ghouta orientale) et y aurait provoqué entre 40 et 100, ou 150 morts (source ici).

Bien qu’aucune enquête indépendante n’ait eu le temps d’être conduite pour témoigner de la réalité même de l’attaque, et bien que ni l’identité ni les photographies d’aucune victime n’aient même été présentées à la presse mondiale, les gouvernements de Washington, Londres et Paris ont aussitôt accusé les forces régulières syriennes et le président Bachar el-Assad d’être les auteurs de cette tuerie, malgré les dénégations formelles de ce dernier, dénégations reprises par les autorités russes.

Moins d’une semaine après, dans la nuit du 13 au 14 avril, les trois mêmes gouvernements occidentaux ont tiré des missiles contre la Syrie, en violation expresse du droit international, et alors même que plusieurs pays occidentaux, dont l’Allemagne, refusaient d’intervenir militairement faute de preuves.

Un mois après, en ce 15 mai 2018, les tenants et aboutissants exacts de cette attaque chimique présumée n’ont toujours pas été élucidés.

Plus grave même, il existe un soupçon que l’ensemble de cette affaire n’aurait été qu’un montage :

  • le 13 avril, le ministre des Affaires étrangères russe a affirmé qu’il détenait les « preuves irréfutables » que les services spéciaux d’un État «en première ligne dans la campagne russophobe» étaient impliqués dans la « mise en scène de l’attaque chimique » présumée ;
  • le 19 avril, la télévision russe RT a ensuite  diffusé une vidéo où un garçonnet syrien – Hassan Diab -, qui avait été présenté par les médias occidentaux en train d’être aspergé à grande eau par les Casques blancs, ce qui aurait constitué une « preuve » de l’attaque – témoigne avec son père qu’il ne se serait agi que d’une mascarade organisée par les « Casque blancs ».

Continuer la lecture sur le site de l’UPR →

Syrie : festival de fake news sur les media de grand chemin

[Note de l’administrateur de ce blog : on pardonnera à l’auteur de la vidéo quelques fautes d’orthographe dans les sous-titres, et on le remerciera chaleureusement pour cette petite séquence fort pédagogique. Mais sans vouloir me vanter, si tout ce que je devais expliquer à mes étudiants était d’une aussi éclatante limpidité, mon métier serait vraiment du gâteau.

De cette compilation d’intervention de “journalistes” on retiendra donc ceci : soit ce sont tous des quiches de niveau olympique, avec un QI de moule sous Prozac® ne leur permettant pas de vérifier la source d’une information que même un enfant de 10 ans peut retrouver en moins de 5 minutes sur son smartphone, soit ils sont payés pour mentir et tremblent comme des feuilles à le seule idée de dire la vérité – et de perdre ainsi leur emploi.]


On retiendra aussi cette information sur l’affaire Skripal : selon des experts suisses indépendants du Laboratoire Spiez travaillant à la demande de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques, en abrégé OIAC (hein M. Bourdin…), l’agent toxique BZ, faisant partie de l’arsenal des USA et du Royaume-Uni mais n’ayant jamais été produit en Russie ou en URSS, aurait été utilisé contre les Skripal.

Après cela, ceux qui s’imagineront que les frappes contre la Syrie ont été décidées précisément pour détruire les preuves de l’attaque chimique présumée et surtout les indices matériels permettant de remonter à ses véritables auteurs seront évidemment taxés de dangereux complotistes, et plus si affinités.

Faux drapeaux pour les débutants (Dmitry Orlov)

Dmitry Orlov

[Note de l’administrateur de ce blog : les attaques anglo-américaines pour blâmer la Russie de tous les maux ne faiblissent pas mais, par leur excès même, finiront sans doute par faire naître des doutes même chez les plus naïfs. Car personne n’ignore qu’Anglais et Américains – ou plus précisément leurs dirigeants – mentent comme ils respirent quand ils veulent justifier leurs ambitions impériales : même le plus crétin des téléspectateurs a entendu parler des armes de destruction massive imaginaires de Saddam Hussein – qui fut par ailleurs soutenu par les USA pour réaliser des attaques chimiques contre l’Iran1.

Dmitry Orlov rappelle ici fort à propos l’absence de mobile dans l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille – une affaire qui rappelle fortement celle de Litvinenko en novembre 2006. Il rappelle tout aussi intelligemment l’affaire du vol MH17 de la Malaysia Airlines, dont tout porte à croire qu’elle est intimement liée à celle du vol MH370 comme je l’ai montré dans ce premier article, ce deuxième et ce troisième.

Bien sûr, il se trouvera toujours quelques idiots utiles pour crier au “complotisme” lorsqu’on évoque les intentions perverses et criminelles des dirigeants occidentaux envers d’autres pays, voire envers leurs propres peuples. Tout le monde ne parvient pas à faire passer la raison avant l’émotion. C’est bien cela qui permet aux manipulateurs d’opinion de continuer à la manipuler.]


La Grande-Bretagne est prise d’une frénésie médiatique à cause de l’empoisonnement récent de l’ancien colonel russe Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, en Angleterre. La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé à la Russie de s’expliquer en prétendant qu’ils avaient été empoisonnés en utilisant un agent neurotoxique appelé « Novichok » (« Débutant » en russe ) qui était un produit de la recherche soviétique sur les armes biologiques. Il n’est plus produit et la destruction des stocks a été vérifiée par des observateurs internationaux. Cependant, sa formule est dans le domaine public et il peut être synthétisé par n’importe quel laboratoire chimique bien équipé, tel que celui de Porton Down, un laboratoire militaire de la Grande-Bretagne, qui, soit dit en passant, n’est qu’à 18 minutes en voiture de Salisbury.

May n’a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations de complicité russe dans la tentative de meurtre. Le ministère russe des Affaires étrangères a demandé à la Grande-Bretagne de fournir toutes les preuves disponibles pour étayer son accusation d’utilisation d’armes chimiques (selon la Convention sur les armes chimiques, la Grande-Bretagne doit le faire dans les 10 jours). Par conséquent, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a répondu que la Russie ne répondrait pas à de telles allégations sans fondement.

Une clé importante pour repérer un attentat sous faux drapeau est que la « connaissance » de qui est à blâmer est disponible avant que la première preuve ne soit sur la table. Par exemple, dans le cas de l’avion de la Malaysian Airlines, le fameux MH-17, abattu à l’Est de l’Ukraine, tout le monde en Occident était convaincu que les « séparatistes pro-russes » étaient à blâmer avant même le début de l’enquête. À ce jour, on ne comprend toujours pas comment ils auraient pu le faire compte tenu de l’équipement dont ils disposaient. Dans ce cas, la Russie a été accusée presque immédiatement, tandis que le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson s’est porté volontaire pour que la Grande-Bretagne n’envoie pas son équipe de foot à la Coupe du monde en Russie cet été, révélant la véritable raison de cette tentative d’assassinat.

Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶


On pourra utilement compléter la lecture de cet article par celle de ce deuxième sur le même sujet, également publié par le saker, dans un style plus direct et grinçant encore. Ainsi qu’en écoutant Guy Mettan, journaliste suisse ayant acquis la nationalité russe, parler de l’effondrement médiatique et de la régression intellectuelle européenne : “On est sorti de l’ère de l’information pour entrer dans celle de la communication, et au fond du simulacre pur ; les éléments de langage ont remplacé le langage lui-même. […] On a quitté tout à fait l’ordre de la raison pour emprunter celui de la subjectivité la plus folle.

J’encourage également mes lecteurs à soutenir l’initiative de Slobodan Despot2 pour relever ce niveau intellectuel en chute libre, en s’abonnant au Drone comme je l’ai fait : un journal petit par la diffusion mais grand par son contenu, et qui a besoin d’un nombre minimum d’abonnés pour lancer son édition papier, comme au bon vieux temps où certains journaux faisaient encore réfléchir.

Le général Mattis reconnaît n’avoir pas de preuves
que la Syrie ait un jour utilisé des armes chimiques
(Réseau Voltaire)

James Norman Mattis,
secrétaire à la Défense des États-unis

[Note de l’administrateur de ce blog : on nous avait déjà fait le coup avec les armes de destruction massive de Saddam Hussein, mais visiblement certains ont quelques lenteurs dans les connexions synaptiques. À moins qu’ils ne soient pas payés pour comprendre avant d’agir mais pour exécuter… des ordres venus d’ailleurs. Et pourtant, il suffisait de faire une peu de physique… chose apparemment hors de portée pour un ancien réparateur de chaussures, mais qui entre dans les compétences de mes étudiants au terme d’une licence universitaire.]


(Source)

Le général Jim Mattis, secrétaire à la Défense, a déclaré le 8 février 2018 ne pas avoir de preuve que la Syrie ait jamais utilisé d’armes chimiques, y compris en 2013 et en 2017, lorsque la Maison-Blanche ordonna le bombardement en rétorsion de la base aérienne de Chayrat.

Pourtant, le 23 janvier, soit deux semaines avant cette déclaration, le secrétaire d’État, Rex Tillerson, participait à Paris au Partenariat international contre l’impunité d’utilisation d’armes chimiques, accusant le président el-Assad d’en avoir fait usage de multiples fois.

Mattis Admits There Was No Evidence Assad Used Poison Gas on His People”, Ian Wilkie, Newsweek, February 8, 2018.

 

Hassan Nasrallah répond à Trump : Il n’y a pas de terrorisme « islamiste » (Hasan Sayed)

[Note de l’administrateur de ce blog : la première des libertés est celle de savoir nommer correctement les choses. L’esclavage par excellence est celui consistant à museler le langage, ou pire la pensée, en parvenant à donner aux événements une signification qu’ils n’ont pas.]


Macron, le champion des “fake news” (UPR)

[Note de l’administrateur de ce blog : passons sur le fait qu’un président de la République française se sente obligé de parler en globish pour paraître à la page. Il n’en paraît en définitive que plus esclave de ses maîtres.]


Si, après 8 mois de mandat, le président de la République ne s’est pas spécialement distingué par son dévouement aux intérêts supérieurs de la France ni par son écoute du peuple français, force est de constater qu’il vient encore de s’illustrer par ses déclarations manœuvrières et retorses.

Lors de ses vœux à la presse, le mercredi 3 janvier 2018, le chef de l’État a en effet annoncé qu’un « texte de loi » allait être « prochainement » soumis au vote de l’Assemblée nationale pour s’attaquer aux « fake news » sur Internet en « période électorale ».

Pourquoi a-t-il lancé une pareille idée, qui suscite l’inquiétude chez tous les démocrates ?

Un projet lancé par ignorance de ce qui existe ?

La première hypothèse, c’est que ce serait l’un des conseillers en communication de Macron qui ait inscrit cette annonce dans son discours, sans l’en avertir et sans vérifier le droit existant.

Après tout, ce ne serait pas une première. Rappelons-nous que l’un de ses mêmes conseillers en communication lui avait préparé un discours, lors de l’élection présidentielle, pour présenter au public son programme pour l’enseignement. Et qu’au moment même où il sollicitait nos suffrages pour la fonction suprême, Macron avait avoué en direct… ne pas comprendre ce qu’il lisait !

Si cette hypothèse est la bonne, le locataire de l’Élysée aurait intérêt à changer de conseiller.

Ou du moins à s’entourer d’un expert du droit de la presse et de la liberté d’expression.

Celui-ci aurait en effet pu lui rappeler opportunément :

Continuer la lecture sur le site de l’UPR ⟶

Emporté par sa vanité, le jeune Macron déclenche la colère des chiites d’Irak (E&R)

Connerie sur connerie. C’est ainsi qu’on pourrait résumer la gestion du dossier irakien par notre Premier ministre des Affaires étrangères, le président Emmanuel Macron 1er en personne. Car Le Drian fait de la figuration, encore plus depuis qu’il a voulu donner une leçon de morale au président syrien Bachar al-Assad.

Une sortie malvenue et totalement mensongère puisque l’ex-ministre de la Défense du piteux président Hollande a carrément accusé Assad d’avoir « passé son temps à massacrer son peuple », tout en faisant croire que la France avait permis de gagner la guerre contre l’État islamique… Pauvre ministre, dont les services ont aidé les groupes rebelles et les mercenaires d’al-Nosra contre le gouvernement de Damas et ce, pendant plus de quatre ans !

Si nous sommes de bons patriotes, nous devons malheureusement reconnaître que notre pays, dirigé par une bande de traîtres, a fait partie du camp des agresseurs et des déstabilisateurs de la Syrie. La moindre des choses, après de tels propos, aurait été de démissionner. Mais Le Drian est toujours là, continuant à délirer sur la responsabilité d’Assad dans la guerre d’agression impériale en Syrie…

Emmanuel Macron avait pourtant bien commencé son quinquennat en remettant la France dans le concert des nations qui comptent en matière de diplomatie, en particulier au Proche-Orient. Un rapprochement avec la Russie, quelques piques à l’encontre d’Israël et des États-Unis… Certes on était loin de l’indépendance prônée par le gaullisme des années 60 mais on s’éloignait de l’archisoumission publique du déplorable Hollande.

Continuer la lecture sur Égalité & Réconciliation ⟶

En rapport avec la désastreuse politique étrangère “française” au Moyen-Orient, voir aussi sur ce blog :

  • l’utilité de la physique pour démonter les mensonges d’une oligarchie criminelle : Fabius, le golf et le badminton
  • l’esprit critique comme politesse du désespoir (ou de la honte d’être représenté par de tels gouvernements) : Sourate de la jument
  • comment rigoler un bon coup quand un ex-réparateur de chaussures se mêle de donner des leçons de physique à un physicien en exercice depuis plus de vingt ans : Les étranges inventions de M. Kalifat

Photomontage (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour les non-fans de rap tels que moi-même, Lacrim, de son vrai nom Karim Zenoud, est un rappeur français d’origine algérienne, né à Paris et ayant grandi en France, qui un passé délinquant et carcéral chargé. Et peut-être même un futur, puisqu’on ne fait chanter que ceux qui ont suffisamment de casseroles.]


Source : les dessins de la semaine.

 


 “À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.” 1

(Attribué faussement à Eric Arthur Blair alias George Orwell, mais sans doute parce que ça colle pile poil à son œuvre)

 

“Pourquoi tu ris, connard ? Tu vois pas que c’est juste la vérité ?”

(Dieudonné M’Bala M’Bala, de mémoire)

1 2 3 17