Attali président ?

[Note de l’administrateur de ce blog : une fois n’est pas coutume, je publie ici le billet d’un collègue, chargé de recherche au CNRS, sincèrement et profondément inquiet pour l’avenir de son pays, et très alarmé du faible degré de compréhension qu’ont ses concitoyens de la pièce de théâtre politique en train de se jouer. Merci à lui pour ces rappels historiques et cette analyse aussi douloureuse que lucide.]


La mondialisation

La cause profonde de la langueur économique qui frappe la planète entière depuis quarante années est bien connue : c’est le libre-échange, qui tend à instaurer partout les écarts de revenus les plus importants de la planète, et par conséquent à prolétariser les classes populaires et à laminer les classes moyennes, ce qui fait s’effondrer la demande.

Or la mondialisation n’est pas venue toute seule : il fallut des millions d’heures de travail d’ingénieurs et d’ouvriers pour concevoir les protocoles, écrire les programmes, fabriquer les composants, les assembler, lancer les satellites, faire les fibres optiques, tirer les câbles, etc. Il fallut de nombreuses réunions internationales pour modifier le droit commercial de tous les pays, et des heures de propagande intensive pour vanter les bienfaits du libre-échange. Les banquiers de Londres et New York comprirent quels profits pourraient être tirés de la différence fantastiques des salaires entre les pays développés et sous-développés. Ils financèrent ces productions d’autant plus facilement que, depuis 1971, nulle contrainte réglementaire sérieuse ne bride plus leur licence de créer de la monnaie à partir des vapeurs de la Tamise et de l’Hudson.

Continuer la lecture

Soral, vite ! – Épisode 10 : “Mélenchon : la petite peur des peuples !” (E&R)

[Note de l’administrateur de ce blog : pour les curieux et les amateurs de lecture, l’ouvrage méconnu de Maurice Rajsfus dont parle Alain Soral et qui traite de la collaboration juive sous l’occupation allemande se trouve ici en libre téléchargement et sous différents formats.]


(source : Égalité & Réconciliation)

Dernière ligne droite avant le 1er tour  ! Le Système, après toutes les ingénieries possibles, s’est pris les pieds dans le tapis et se retrouve avec un Mélenchon qui menace Macron… Même si le leader de la France insoumise n’est pas dangereux pour la dominance, un effet de répulsion antigauchiste au second tour pourrait propulser Marine Le Pen au pouvoir.

Au sommaire de cet épisode :

00’17 : Le scénario Marine-Mélenchon au second tour
01’24 : Pourquoi Mélenchon n’est pas dangereux (pour le Système)
02’56 : La réalité de la VIe République
05’56 : Mélenchon est le Tsipras français
07’17 : Le soutien de BHL, de Schäuble et des Rothschild à Macron
09’00 : Marine Le Pen pertinente sur le Vél’ d’Hiv’
12’12 : Qui a transmis les listes de juifs pendant la Guerre ?
13’28 : Asselineau faux gaulliste et candidat antinational
14’59 : La délinquance d’extrême gauche au service du PS
16’26 : Combattre l’islamisme radical et jouer la politique pro-migrants

Vél’ d’Hiv’ : Vichy, ce n’est pas la France !
(Penser la France)

René Bousquet (à droite, en col de fourrure)
pendant la rafle de Marseille le 23 janvier 1943

[Note de l’administrateur de ce blog : même pour la ménagère de moins de 50 de QI, aussi férue d’histoire que Nabilla de théorie quantique des champs, il y a quelque chose de louche à entretenir l’humiliation et la repentance éternelle sur des sujets dont, par ailleurs, il est interdit de discuter de façon rationnelle. Bizarrement, la plupart des candidats à l’élection présidentielle, au lieu de dénoncer la manipulation, s’y complaisent avec délice, pensant peut-être que le meilleur profil requis pour redresser un pays bien mal en point est celui du soumis et du pleutre, éventuellement complété de celui du délateur, de préférence hystérique.

Ayant moi-même subi récemment les attaques, via son président, de “l’organisation dévoyée et spirituellement corrompue” dont parle le communiqué, je ne pouvais que me faire l’écho de ce texte auquel j’adhère totalement. Il devient urgent de mettre hors d’état de nuire ceux dont l’activité première semble être de semer la zizanie pour préserver leur pouvoir illégitime tout en prétendant, en bons pervers, agir pour le bien commun et “lutter contre la haine”.]


(source : penserlafrance.fr)

– communiqué national des Clubs « Penser la France » –

Le 11 avril 2017

Le 16 juillet 1942 débuta à Paris la rafle du Vél’ d’Hiv, avec l’arrestation de 13 000 juifs, la plupart déportés vers Auschwitz-Birkenau.

Cette arrestation ignominieuse a mobilisé 7 000 policiers et gendarmes sous les ordres du délégué de la Zone Nord du gouvernement de Vichy : René Bousquet.

*

Le gouvernement de Vichy était et reste un gouvernement illégal dont l’acte fondateur – l’acte dit loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 – a été déclaré nul et de non effet aux termes des articles 2 et 3 de l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental.

*

Durant cette période terrible, une autre voie a été proposée aux Français, celle du Combat.

Ainsi, la France et la République ont été incarnées par une poignée d’Hommes, ceux réunis à Londres autour du général de Gaulle, ceux unis dans la Résistance, Communistes, Gaullistes, républicains fidèles à Valmy, syndicalistes respectueux de leurs revendications, socialistes dignes de l’héritage patriotique et internationaliste de Jaurès, chrétiens, laïques…

La France était dans l’ombre, dans la souffrance, dans le combat.

Mais grâce à ces Hommes, la France resta debout.

Continuer la lecture

Marine Le Pen renoncera-t-elle à sortir de l’euro pour être élue ? (Éric Verhaeghe)

La Liberté guidant le peuple (Eugène Delacroix, 1830)

La Liberté guidant le peuple (Eugène Delacroix, 1830)

[Note de l’administrateur de ce blog : certains s’évertuent à penser – ou à faire croire – notamment dans l’entourage d’Alain Soral, que la candidature de Marine Le Pen serait la véritable opposition à l’Union Européenne et à l’euro, celle de François Asselineau étant un leurre. Mais la lecture des engagements présidentiels de la candidate – dont Éric Verhaeghe cite ici un extrait – peut difficilement confirmer cette interprétation, sachant que la probabilité d’une renégociation des traités fructueuse dans une Europe à 27 membres peut être considérée comme une bonne définition pratique du zéro.]


Il suffisait de voir le discours de Marine Le Pen à Lille ce dimanche pour flairer le danger qu’elle représente pour les autres candidats. Avec évidence, elle “est dans” l’exercice et se positionne déjà dans la prise de pouvoir. Sa rhétorique est victorieuse et s’adresse habilement à tous les courants de l’opinion qu’elle est susceptible de mobiliser. Entre les messages envoyés aux indépendants, les ovations réservées à nos soldats et les appels à la grandeur retrouvée de la France, la présidente du Front National continue son travail de présence quasi-psychique auprès de toutes les zones refoulées d’un narcissisme français meurtri depuis plusieurs décennies par un discours européiste.

La perspective grandissante d’une victoire du Front National

Si, à Paris, la résistance à Marine Le Pen reste forte, l’adhésion n’en est que plus forte dans le reste de la France. Beaucoup de Français interprètent en effet la réaction nobiliaire que nous vivons comme une réaction parisienne à la décentralisation. Plus les Parisiens résistent au Front National, plus les provinciaux ont la conviction que Marine Le Pen claquera le beignet des aristocrates qui les oppriment.

C’est d’ailleurs ici que se trouve le tour de force de la présidente du Front National. Cette Parisienne de naissance, héritière et représentante des banlieues les plus chics est parvenue à incarner la France abandonnée. Elle peut chaleureusement dire merci à tous ceux qui la diabolisent, elle et sa famille, depuis des années. Sans ce rejet constant, son rôle de composition aurait été beaucoup plus difficile à jouer…

Il n’en reste pas moins qu’on la sent bien monter, cette vague de deuxième tour qui emportera sur son passage les ultimes réticences à une stratégie de rupture.

Continuer la lecture sur Décider & Entreprendre

Marine Le Pen peut-elle être une
Hillary Clinton hexagonale ? (geopolintel)

mlp_hc[Note de l’administrateur de ce blog : oublions un instant de crier à “l’extrême-droite” comme il est d’usage dès qu’il s’agit de Marine Le Pen (alors que son programme est objectivement plus à gauche que celui de Fillon), et intéressons-nous plutôt aux raisons qui pourraient la faire échouer. Car quand le peuple a compris qu’on se fout un peu de lui… mais qu’il a peu de mémoire, il est capable de voir en Fillon-les-casseroles-sarkozystes la rupture qu’il attend.]


Le succès inattendu de Donald Trump, que beaucoup espéraient sans y croire, provient d’un fait simple. Si simple, si monumental que l’entourage de Mme Le Pen ne semble pas l’avoir compris. Parce que si cela était, après la cooptation triomphale de François Fillon par la Droite, un frisson devrait leur parcourir l’échine… et un vent de panique souffler sur leur quartier général de campagne installé judicieusement 262, rue du Faubourg St Honoré – autant dire place des Ternes – pour que le bon peuple n’oublie surtout pas que l’establishment, même à la française, reste et restera toujours et encore, l’establishment. Parce qu’en un mot, la clef du succès de D. Trump tient en une ligne de conduite visiblement à rebours de celle adoptée par la dite Dame et ses gentils conseillers.

La grande Rupture

Or qu’a donc fait M. Trump de si extraordinaire  ? Et bien son discours – le vrai, pas celui qui nous est parvenu, déformé à outrance par des médias compradores [1] – était un discours de rupture. Rupture systémique, rupture épistémologique, appelez ça comme vous voudrez, soit un discours en rupture de ban. Celui que tous attendaient aux États-Unis comme le salut… une bouffée d’oxygène juste avant l’asphyxie du désespoir. Car mieux valait une insurrection dans et par les urnes qu’une guerre civile sous forme de conflit intercommunautaire voire d’affrontement interracial. Pensons aux cinq officiers de police tués et aux six autres blessés par balles le 7 juillet dernier à Dallas au Texas, puis à ces trois autres dix jours plus tard, le 17 juillet, en Louisiane à Bâton Rouge. Ce fut le programme des élites trotskystes des années soixante-dix, celles qui sont à présent aux affaires à l’instar de nos soixante-huitards parvenus jusqu’à Matignon en la personne de M. Jospin. Ces mêmes révolutionnaires embourgeoisés, mais non repentis, sont depuis vingt-cinq ans les cadres dirigeants de la Gauche au pouvoir… les Julien Dray, les Jean-Christophe Cambadélis, les Jean-Marie Le Guen, Laurence Rossignol, Benoit Hamon et cætera.

Continuer la lecture sur Géopolintel ⟶