Macron, Israël et les réfugiés : une provocation
(Éric Verhaeghe)

Réfugiés palestiniens, 1948 (UNRWA)

[Note de l’administrateur de ce blog : il est toujours possible de faire plus absurde, plus mensonger et plus gros dans la propagande sioniste. Et d’être encore plus soumis à son lobby. La preuve.

Que ceux qui n’ont pas encore compris que la France n’est plus gouvernée dans l’intérêt de son peuple mais dans celui de puissances étrangères (et transnationales) se réveillent.]


Lutter contre l’antisémitisme, est-ce bien accueillir les réfugiés ? C’est ce qu’Emmanuel Macron vient de dire à l’occasion de la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv’, en présence de Benjamin Nétanyahou. Et là, on s’est pincé parce qu’on n’y croyait pas.

La photo ci-dessus vient de l’UNRWA (office des Nations Unies pour la Palestine). Elle montre des réfugiés palestiniens en 1948, qui ont fui les exactions massives commises par l’armée israélienne à l’occasion de la guerre d’indépendance pour créer une homogénéité ethnique dans le pays. Depuis 1948, Israël refuse systématiquement le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Inviter Netanyahou à célébrer l’accueil des réfugiés comme forme de lutte contre l’antisémistisme constitue une sublime provocation de notre Président de la République.

Continuer la lecture sur Décider & Entreprendre

À Gaza, Israël fait des expérimentations sur des humains en situation de stress et de privations (Middle East Eye)

6 avril 2015, dans une décharge publique à Rafah, au sud de la bande de Gaza, un jeune palestinien de 14 ans fouille dans un tas de déchets à la recherche, entre autres, d’objets recyclables qu’il espère vendre (AFP / SAID KHATIB)

6 avril 2015, dans une décharge publique à Rafah, au sud de la bande de Gaza, un jeune palestinien de 14 ans fouille dans un tas de déchets à la recherche, entre autres, d’objets recyclables qu’il espère vendre.
(AFP / SAID KHATIB)

[Note de l’administrateur de ce blog : les camps de concentration n’ont pas disparu, hélas, mais nos responsables politiques semblent s’en accommoder. Je reprends ci-dessous la présentation de l’auteur de l’article faite par le site Middle East Eye :

Gideon Levy est un chroniqueur et membre du comité de rédaction du journal Haaretz. Il a rejoint Haaretz en 1982 et a passé quatre ans comme vice-rédacteur en chef du journal. Lauréat du prix Olof Palme pour les droits de l’homme en 2015, il a obtenu le prix Euro-Med Journalist en 2008, le prix Leipzig Freedom en 2001, le prix Israeli Journalists’ Union en 1997 et le prix de l’Association of Human Rights in Israel en 1996. Son nouveau livre, « The Punishment of Gaza », vient d’être publié par Verso.”

Et je rajoute une remarque d’ordre technique, dans le droit fil de mon cours sur l’énergie. L’article dit que “Les besoins de Gaza varient entre 280 et 400 mégawatts d’électricité, selon la saison”, et parle dans le même temps d’une population de 2 millions d’habitants. Ce qui fait une moyenne, pour le chiffre le plus élevé, de 200 watts par personne. La France métropolitaine a une consommation électrique d’environ 480 TWh par an pour une population de 64 millions d’habitants, soit une puissance électrique moyenne totale de 54,8 GW, ou une puissance électrique moyenne annuelle de 856 W par personne.]


Par Gideon Levy, 2 juillet 2017

Qu’arrive-t-il à deux millions d’êtres humains privés d’électricité presque tout le temps, de nuit comme de jour ? C’est ce qu’expérimente Gaza.

L’une des plus grandes expériences impliquant des sujets humains jamais réalisée est en train de se dérouler actuellement sous nos yeux, et le monde entier regarde les bras croisés.

Ce projet vient d’atteindre son paroxysme dans l’indifférence générale. Il s’agit d’une expérience sur êtres humains pour laquelle aucune des institutions scientifiques internationales n’a obtenu l’approbation de la déclaration d’Helsinki. Son but ? Examiner les comportements humains dans des situations de tension extrême et de privations.

Il ne s’agit pas d’un groupe expérimental de quelques dizaines, centaines, ni de milliers ou dizaines de milliers, ni même de centaines de milliers des personnes. Les sujets de cette expérience ne sont pas moins de deux millions d’êtres humains.

Jusqu’à présent, ils ont réussi d’une façon stupéfiante à résister à cette épreuve. Évidemment, on a certes constaté quelques turbulences dans la cocotte minute à l’intérieur de laquelle ils sont confinés, mais elle n’a pas encore explosé. La bande de Gaza est sous observation afin de déterminer quand et comment elle finira par exploser. Ce n’est visiblement qu’une question de temps.

Continuer la lecture sur Middle East Eye ⟶


Pour ne pas confondre antisémitisme et antisionisme, ou même projet sioniste originel et régime sioniste actuel1, voir aussi sur ce blog :

Et parce que la musique adoucit les mœurs :

La grande séparation

la grande séparationLe genre : le mondialisme expliqué aux naïfs.

Ayant lu ce livre en 2014 peu après sa sortie, j’ai longtemps retardé la rédaction d’une note de lecture le concernant. Non parce qu’il ne me semblait pas être un ouvrage prioritaire, mais au contraire parce que la variété des sujets abordés, que le titre laisse mal présager, et la justesse des analyses développées par Hervé Juvin, répondant parfaitement à de très nombreux questionnements de mes contemporains dans une époque troublée,  en font au contraire une œuvre majeure que l’on doit considérer avec grand respect, et à laquelle on a spontanément peur de ne pas rendre justice par un modeste article de blog. Mais l’époque étant ce qu’elle est, et les fous ayant déjà en main les clés de l’asile, j’ai enfin décidé de mettre un terme à cette procrastination.

 La couverture pourrait faire penser à un livre d’ethnologie traitant du nécessaire respect des “peuples primitifs”, requalifiés “peuples premiers” par la novlangue politiquement correcte. Il n’en est rien : si l’auteur illustre bien ses propos par quelques exemples tirés de sa connaissance de civilisations “exotiques”, c’est un peu à la manière des Lettres Persanes de Montesquieu (tiens, une des mascottes de ce blog…), afin de nous faire mieux percevoir le désastre évolutif de notre monde “civilisé”, disons “occidental” pour faire simple, et l’abîme nihiliste vers lequel il se précipite.

Continuer la lecture

La délégation de Neturei Karta à Paris, le 15 janvier 2017 (Globalepresse)

[Note de l’administrateur de ce blog : cette vidéo est dédiée à M. Francis Kalifat, président du CRIF, qui dans une lettre du 6 février 2017 au président de mon université me qualifie de “militant d’extrême droite halluciné dont le cas ressort de la loi Gayssot, sinon de la psychiatrie”. Je reviendrai ultérieurement sur son contenu, évidemment mensonger et diffamatoire, mais néanmoins intéressant surtout lorsqu’il me fait dire des choses que je n’ai jamais écrites, révélant ainsi une partie de l’inconscient de M. Kalifat. Ou lorsqu’il exprime un refus de s’incliner devant les lois de la physique, qui s’appliquent pourtant à tout et à tous sans préférence idéologique.

Et puisque M. Kalifat prétend que mes propos sont des “délires racistes”, je lui conseille de lire attentivement l’article que j’ai consacré à la fausse lutte contre le racisme, souvent menée par des individus totalement prisonniers d’une logique raciste, de manière consciente ou non. Article que je fais momentanément remonter en première page du blog car il complète utilement la vidéo ci-dessous. Pour de véritables délires racistes haineux relevant de la psychiatrie, on pourra consulter l’une des deux lettres citées ici.]

Analyse des relations États-Unis / Russie / Israël (Comité Valmy)

[Note de l’administrateur de ce blog : une très intéressante mise en perspective des relations internationales contemporaines et de l’influence du “lobby qui n’existe pas” mais qui a une responsabilité écrasante dans beaucoup d’événements sanglants, et ceci depuis environ un siècle au moins, par exemple avec la révolution russe de 1917.

Et un signe réconfortant que l’armée française, malgré la pourriture avancée de la classe politique qui la commande, est encore un peu française donc non-alignée sur l’impérialisme américain ou israélien. Et qu’elle peut encore citer Jacob Cohen sans craindre l’accusation infamante (et délirante) d’antisémitisme.

On remarquera également que la meilleure façon de juguler l’opposition, c’est de la contrôler soi-même : voilà pourquoi la ligne de conduite de l’AIPAC aux USA (ou du CRIF et de ses filiales en France) a toujours été de “soutenir” (ou de menacer) indifféremment les deux côtés de l’échiquier politique. Afin de donner l’illusion de la démocratie.]


Général (2S) Dominique DELAWARDE
(Ancien chef du bureau Situation-Renseignement-Guerre Électronique » de l’État major Interarmées de Planification Opérationnelle).

L’étude des relations bilatérales de ces trois pays, pris deux à deux, est très intéressante car ces relations conditionnent et expliquent bon nombre d’événements géopolitiques majeurs qui agitent la planète aujourd’hui.

On connaît les excellentes relations USA-Israël sans en connaître tous les ressorts, les relations très froides teintées d’hostilité entre les USA et la Russie sans en connaître non plus toutes les raisons, mais ce dont on a moins conscience, c’est que ces relations USA-Russie découlent pour une large part des relations Israël-Russie dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles sont, malgré les apparences, tout sauf cordiales.

Examinons donc ces relations très particulières Israël-Russie et voyons comment elles conditionnent largement les relations USA-Russie, et pourquoi, malgré la volonté affichée de Trump, ces relations USA-Russie auront beaucoup de difficultés à s’améliorer.

Continuer la lecture sur le site du Comité Valmy ⟶

La consécration !

Que mes lecteurs me pardonnent ici cet accès d’auto-satisfaction, voire d’immodestie caractérisée, mais ce n’est pas tous les jours qu’on est associé à des personnes pour lesquelles on éprouve une grande admiration. Or c’est ce qui vient de m’arriver, certes indirectement, n’ayant pas réalisé le centième de l’œuvre accomplie par mes modèles et ne méritant donc pas de leur être comparé directement.

Mais tout de même : ne boudons pas notre joie. Dans le cadre d’une procédure interne à mon université, j’apprends par les documents que me transmet la présidence que mon blog a été “signalé” par la DILCRA (ou DILCRAH peut-être ?) pour “propos à connotation antisémite et négationniste”. Autant vous le dire tout de suite : être épinglé par la police politique du lobby sioniste, la Propagandastaffel de l’occupant illégitime de la Palestine, quand on est antisioniste comme moi, vaut une médaille !

Continuer la lecture

Pourquoi je ne suis plus de gauche sans avoir jamais
rien fait pour ça ! (le saker francophone)

[Note de l’administrateur de ce blog : j’aurais sans doute été incapable de rédiger en si peu de mots une analyse aussi lucide et claire de l’inversion de paradigme que j’ai personnellement vécue ces dernières années, et plus particulièrement depuis l’affaire Dieudonné, cette nouvelle affaire Dreyfus mais puissance 10. L’auteur est plus âgé que moi (il avait 19 ans en 1967, il en a ou en aura donc 69 en 2017), et a vécu encore davantage que moi une époque où la gauche était vraiment de gauche et anti-impérialiste, tout le contraire du club de traîtres qu’elle est devenue aujourd’hui. Il a nourri comme moi sa réflexion auprès d’auteurs indispensables comme Jean-Claude Michéa ou William Engdahl, de vrais intellectuels qui par contraste donnent envie d’entarter tous les imposteurs médiatiques qui polluent les media de masse.

Je me permets de souligner une phrase de  son article qui me paraît particulièrement importante : “Cette dictature est radicalement nouvelle et pour cette raison vous ne la verrez pas venir.” C’est exactement ce qu’explique de façon simple et pédagogique Jonathan Sturel dans cette vidéo.]


Par Aladin − Décembre 2016

Voilà une bonne question qui est restée sans réponse pour moi pendant de nombreuses années avant d’être élucidée. Les paresseux d’esprit diront qu’après tout c’est bien normal : les jeunes gens sont toujours de gauche par esprit de contradiction et virent naturellement à droite avec l’âge. Mais ce n’est pas la bonne réponse si j’affirme que les convictions que je défendais il y a quarante ans comme étant « de gauche » sont grosso modo les mêmes que celles que je défends aujourd’hui en n’étant plus reconnu comme tel. Ma démonstration sera donc utile à tous ceux qui se pensent encore douloureusement « de gauche » en s’appuyant sur des artifices du genre «  oui mais moi je suis pour la « vraie » gauche, pas celle du PS, pas celle qui s’affiche un peu partout à notre époque ». La gauche qui n’existe pas, quoi.

Revenons en arrière, un peu avant 68 pour brosser le paysage politique. Plus précisément avant la guerre des six jours de 1967. Nous sommes en pleine guerre froide. L’URSS vit à l’ère Brejnev. En France, il existe deux gros partis : le parti gaulliste (l’UNR-UDT de 1962 devenue UDR en 1966) et le parti communiste. Les partis de cette époque peuvent être pertinemment classés les uns par rapport aux autres sur un axe unique gauche-droite ; ce n’est plus le cas maintenant. Ainsi de gauche à droite : les groupuscules trotskistes (sans doute plus ou moins financés par la CIA 1), le PCF (financé par l’URSS), le PSU de Rocard, le PS rachitique qui s’appelle encore SFIO (jusqu’en 1969), La Convention des Institutions Républicaines et les autres clubs d’où venait Mitterrand, les Rad-Socs (comme les radis, rouge dehors, blanc dedans), les centristes de tout poil (qui se disent ni de droite ni de gauche mais qui sont… à l’ouest), l’UDR, divers partis de droite (CNI, etc.) et enfin les groupuscules d’extrême droite (Occident, Parti des Forces Nouvelles, Jeune Nation…) issus des guerres coloniales, de la collaboration, de l’OAS et de l’Action Française, tous unis dans un anticommunisme viscéral.

 Continuer la lecture sur le saker francophone ⟶

Islam + CIA = terrorisme islamiste

Au moment où de nouveaux attentats “islamistes” endeuillent la Russie (via son ambassadeur en Turquie), l’Allemagne (à Berlin) et la Suisse (à Zürich), il n’est pas inutile de rappeler ce que l’ancien colonel de l’Armée de l’Air Régis Chamagne, ancien commandant de la base aérienne de Bordeaux-Mérignac et auteur de l’ouvrage “L’art de la guerre aérienne”, déclarait il y a un peu plus d’un an sur Meta TV.

Continuer la lecture

L’Heure la plus sombre n°54 – Émission du 14 novembre 2016 (E&R)

christophe-oberlin-lhlps[Note de l’administrateur de ce blog : au sommaire de cette émission de web-radio, une remarquable illustration du pouvoir de nuisance du lobby-qu’il-ne-faut-pas-nommer-sous-peine-d’excommunication, jusque dans les plus hautes sphères universitaires et médicales. Mais aussi un remarquable exemple d’humanité et de courage avec Christophe Oberlin.]

Invité : Christophe Oberlin

Pour ce 54ème numéro de L’Heure la plus sombre, Vincent et Xavier recevaient le professeur Christophe Oberlin pour évoquer la question palestinienne.

Au sommaire :

Introduction
1’56 : Le parcours de M. Oberlin
4’15 : L’anti-Kouchner ?
7’50 : Départ en Palestine
8’50 : La Palestine, un engagement de « gauche » ?
11’37 : Décrépitude de la classe politique française
14’18 : Gaza et « Plomb durci »
18’00 : La situation en Cisjordanie
20’15 : L’échange de prisonniers
22’10 : La situation sanitaire à Gaza
24’20 : Les crimes de l’armée israélienne
26’10 : La couverture médiatique du conflit
28’30 : Sur la liste Euro-Palestine
33’20 : La question qu’il ne fallait pas poser
41’22 : L’Alya face à la bombe démographique
44’05 : Le lobby sioniste et le Conseil de l’ordre
56’38 : Kasper Valmé, « Marimbalove », Album Espoirs, Kontre Kulture Musique

 

Écouter l’émission en format mp3 :

(N.B. : possibilité de l’enregistrer en effectuant un clic droit sur le lecteur puis Enregistrer le fichier audio sous…)

 
 
1 2 3 5